• LA BD AU CINEMA: SUPERMAN (1979)

    SUPERMAN

    (SUPERMAN)

    31 JANVIER 1979

     

      superman.jpg

     

    Réalisation

    Richard DONNER

    Scénario

    Mario PUZO, David et Leslie NEWMAN

    Directeur de la photographie

    Geoffrey UNSWORTH

    Musique

    John WILLIAMS

    Production

    Alexander et Ilya SALKIND

    Distribution

    WARNER BROS

    Durée

    143 minutes

     

    Jor-El

    Marlon BRANDO

    Lex LUTHOR

    Gene HACKMAN

    Clark KENT / SUPERMAN

    Christopher REEVE

    Lois LANE

    Margot KIDDER

    Otis

    Ned Beatty

    Jonathan KENT

    Glenn FORD

    ZOD

    Terence STAMP

     

    Superman, ou Kal-El, pour lui donner son véritable nom, est né sur la planète Krypton. Lorsque son père Jor-El et sa mère Lara découvrent que la planète est menacée de destruction, ils construisent un vaisseau spatial grâce auquel leur fils pourra échapper au massacre. Et le jour fatal, Kal-El s'envole à travers l'espace vers la planète Terre. Il est trouvé, puis adopté par Jonathan et Martha Kent, citoyens de Smallville. Pour camoufler sa véritable identité il devient Clark Kent, journaliste du "Metropolis Daily Planet". Même Lois Lane, dont il est amoureux, même Perry White, le rédacteur en chef du journal, ignorent que le jeune homme réservé et maladroit et Superman ne sont qu'une seule et même personne. Garder le secret est essentiel dans la poursuite de sa lutte permanente contre le crime et pour assurer la protection du faible et de l'innocent. Où qu'il soit, quoiqu'il fasse, Clark Kent se lancera dans l'action chaque fois que, quelque part dans le monde, l'innocence en danger fera appel à Superman. Ainsi, lorsque le maléfique Lex Luthor voudra l'éliminer grâce à la kryptonite ou provoquer un séisme en Californie. Utilisant ses pouvoirs extraordinaires, Superman rétablira la paix et la justice dans le monde.

    Lorsqque Alexander et Ilya SALKIND se lancent dans le projet SUPERMAN, cela a tout du coup de bluff. Ils n’ont rien que le titre à annoncer et c’est pas grand-chose. D’ailleurs en 1976 les panneaux du festival de Cannes annoncent l’arrivée prochaine du super-héros sur les écrans alors qu’ils n’ont rien. La signature de Marlon BRANDO pour le film change tout. C’est le premier acteur de prestige qui peut donner de la crédibilité au projet. En échange, ils concèdent des conditions salariales démentes pour l’acteur : 2 millions de dollars de salaires pour quelques jours de tournage, plus un pourcentage de 11% sur les recettes US et 5% sur les recettes mondiales. Inutile de dire que Marlon a souvent rigolé du bon tour qu’il avait joué, dans un livre- interview, il avoue qu’il n’en revenait pas de gagner autant de fric pour du cinéma… Il faut dire que le film le rendra très riche.

    Pour jouer le rôle de SUPERMAN, toutes les supputations sont de mises, pour les producteurs il est évident qu'il faut une star, un poids lourd, au sens figuré du terme. Paul NEWMAN, Robert REDFORD, Clint EASTWOOD sont évoqués, mais c'est du coté d'un inconnu que le choix se portera, Christopher REEVE, dont la ressemblance avec le personnage de BD est frappante. Bien sûr, il est un peu fluet, mais un peu de musculation et le tour est joué. Au coté de l'acteur, Margot KIDDER actrice un peu underground qui a trainé ses guêtres parmi les jeunes loups du cinéma Américain (elle a couché avec Spielberg) tient le rôle de Loïs LANE. Elle n'est pas très belle, possède le débit de parole d'une mitraillette et hurle très bien... Il reste Gene HACKMAN une valeur très sûre, une star confirmée, qui donnera au personnage de Lex LUTHOR une épaisseur inattendue.Et BRANDO dans tout çà ? Bouffi dans sa combinaison Kryptonnienne et affublé d’une très belle perruque blanche, il livre une courte composition des plus académiques. Rien de bien transcendant en somme pour un acteur de son acabit, mais curieusement son personnage reste célèbre bien après sa mort, car le personnage a été réutilisé pour la série Smallville (je crois qu’il n y avait que la voix de BRANDO) et des images de l’acteur furent réutilisées pour le faux remake du film de 2006. Comme quoi, Marlon BRANDO reste une légende. Cela restera aussi comme un des plus grands coups de force financier d’un acteur, un critique ne dit-il pas que BRANDO fut payé au poids ?

    Le tournage du film est dantesque, le budget ne cessant d'enfler. La faute aux effets spéciaux naturellement, Superman ne vole pas très bien et l'acteur souffre mille morts suspendu à ses cables. Les décors sont immenses, le tournage est long. Les tensions entre DONNER et les producteurs sont énormes, le tournage s'éternise et ils reprochent au réalisateur de se perdre dans le tournage. Reste le film, magique, un choc pour les fans de la bande dessinée. Le ton du comics y est parfaitement respecté. Les origines du héros sont respectées, la première partie du film est superbe, on ne voit pas Superman pendant une heure, mais la famille KENT qui élève Clark et toutes les difficultés liées au passage difficile de l'adolescence. Dans la deuxième partie, tout s'accélère. Après son initiation, Clark est désormais un adulte, un puit de science maîtrisant son incroyable puissance au service de l'hulanité. Félicitations au regretté Christopher REEVE, qui  EST Superman, tant son implication est grande pour le rôle. On y croit dur comme fer (sic).La scène qui narre la première apparition publique de SUPERMAN est anthologique. Il sauve Loïs d'un accident d'hélicoptère sur le toit d'un immeuble dans une scène où les cris de l'actrice sont aussi impressionnants que la scène elle-même. L'histoire de la destruction de la Californie par LUTHOR y est rondement menée, ce qui laisse la possibilité où tout le chagrin de SUPERMAN face à la mort de l'être aimé, explose dans une scène incroyable, où,tel un demi-Dieu , SUPERMAN  change le  cours du temps  en tournant  autour de la terre  à la vitesse de la lumière.

    Bref, c'est un film inouï, épique, une parfaite réussite, qui n'a jamais été égalé malgré des effets spéciaux qui ont pris un petit coup de vieux. Nous signalerons la musique du film, sublime, signée John WILLIAMS  qui réédite le coup de "Star  WARS"  en signant un thème aussi célèbre  que brillant.

    Le public Parisien ne s'y trompe pas et sept mois après la sortie du film aux USA, réserve un accueil triomphant au film et prouve qu'une BD, pourtant "confidentielle" France peut trouver son public.

     

      ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    2 607 100

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    704 977

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE n°1

    2ème semaine n°2

    3ème semaine n°2

    4ème semaine n°2

    5ème semaine n°4

    6ème semaine n°7

    7ème semaine n°14

    8ème semaine n°15


    203 915(35)

    183 624 (35)

    103 299 (35)

     75 972 (34)

     46 716 (28)

     32 166 (19)

    18 831 (9)

    13 775 (7)


    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 

    14

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    35

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    5 826

    1er JOUR Paris

     

    Budget

    55 M$

    (175 M$ 2007)

    Recettes US

    132  M$

    (423 M$ 2007)

    Recettes monde

    300 M$

    (960 M$ 2007)

    COTE DU SUCCES

    * * * *

    « LE BATEAU D'EMILE - BOX OFFICE ANNIE GIRARDOT 1962LA BD AU CINEMA : SPIDERMAN PART II (1979) »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    steforce
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:08
    steforce
    A noter également la participation d'un autre grand acteur dans le rôle du père adoptif de Clark : Glenn Ford (qui a joué dans de nombreux western notamment avec plus ou moins de réussite). La musique de John Williams fabuleuse a effectivement était réutilisée pour le film Superman returns, ce qui constitue une des meilleures idées du film. Celui-ci s'avérant décevant au final nonobstant la participation de Kevin Spacey, un peu fade.
    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:08
    oui, c'est vrai, c'est le dernier rôle d'une vieille gloire d'Hollywood:Glenn FORD! Pas mal, mais je ne suis pas fan de Glen...
    3
    orteils
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:08
    la BO de john williams est incroyable
    le theme chante vraiment Su PER mAN, c'est terrible, a chaque fois j'ai des frissons

    vous avez pas remarqué a quel point le generique de la soupe aux choux semble etre une parodie de celui de superman?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :