• LA BD AU CINEMA : SPIDERMAN PART I (1978)

    L’HOMME ARAIGNEE
    15 MARS 1978

     

     

    Réalisation

    E W SWACKHAMER

    Scénario

    Alvin BORETZ

    Directeur de la photographie

    Fred JACKMAN

    Musique

    Johnnie SPENCE

    Production

    Edward J MONTAGNE

    Distribution

    Warner-Columbia

    Durée

    93  minutes

    Peter Parker / Spiderman

    Nicholas HAMMOND

    Jameson

    David WHITE

    Tante May

    Jaff DONNELL

     

    Peter Parker, photographe amateur qui rêve de devenir un reporter de renom s'adonne à des expériences scientifiques. Un jour, une araignée, malencontreusement tombée dans un élément radio-actif, lui pique la main. Cet accident révèle en lui des qualités insoupçonnées. Sans difficultés, Peter grimpe le long des murs, marche au plafond... comme une araignée. Il va mettre désormais ses pouvoirs au service de l'assainissement de New York où il va livrer une lutte sans merci aux êtres malfaisants. Un fluide de son invention lui permet de projeter de ses mains des fils adhésifs qui tissent une toile. Sauter d'un building à l'autre, capturer ses ennemis, devient un jeu d'enfant pour l'Homme-Araignée. Presse et radio s'intéressent au héros. Judy Tyler, une séduisante jeune femme fait appel à lui afin de tirer son père d'embarras. Bien sûr, une idylle va naître et tout se terminera par un succès professionnel : Peter viendra à bout du mystérieux docteur Byron, un maître-chanteur qui exigeait du maire de Ne v York cinquante millions de dollars sous peine de susciter une vague de suicides... Peter qui n'a eu aucun mal à prendre des photos de Spiderman se verra enfin accueilli par Jameson dans son journal.

    Les nombreux lecteurs du mensuel « Strange » sont aux anges, leur personnage préféré, « l’Araignée » va enfin avoir son propre film au cinéma. Bien sûr, il y a déjà la série animée datant de 1966 qui passe à la télévision (l’araignée, l’araignée est un personnage bien singulier, …peut-il grimper au plafond ? Bien sûr que non, c’est un cochon…), mais là, un film… En plus l’affiche est super, go to the next cinéma. Sauf que le film en question n’est que le pilote d’une série télé US produit par la Columbia. Le budget n’est ni plus ni moins que celui d’un épisode de l »’homme qui valait trois milliards » sauf que Lee MAJORS a bien plus de charisme que Nicholas HAMMOND, qui a la chance d’interpréter Peter Parker alias Spiderman…Les effets spéciaux sont très…rustiques : l’homme araignée rampe sur les murs selon la technique développée par Georges MELIES, soit le comédien rampe au sol et est filmé par une caméra fixe, la toile est un filet de pêcheur, quant au costume, il semble terriblement inconfortable, cela doit sentir bien bon la sueur à la fin de la journée. Le masque possède des lentilles grises hideuses. La parfaite panoplie à 10 Euros, quoi. L’histoire abracadabrantesque porte sur un appareil qui contrôle l’esprit des gens, et en passant Peter PARKER est piqué par une araignée radioactive,etc…M’en souviens plus très bien, mais à 11 ans j’avais été le voir avec mon père au cinéma « Moulin rouge » à Barbès, et moi, j’avais les yeux plein de magie et mon papa,plein de larmes…mais pas pour la même chose… Il faut dire que le film a peu de rapport avec le spectacle attendu.Coté acteur, Nicholas HAMMOND tournera dans 1687 séries après son exploit…Le pire, c’est que le « film » marche plutôt pas mal du tout. En effet le film monte jusqu’à la quatrième place du Box Office hebdo, et frôle les 150 000 spectateurs à Paris. En France, où le personnage est populaire, le film fait 700 000 entrées, ce qui démontre un potentiel exceptionnel que ce tendre navet se charge de torpiller.     

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    698 490

     

     

    ENTREES Paris

     

     

    146 490

     

    ENTREES Paris

    1ère semaine n°5

    2ème semaine n° 4

    3ème semaine n° 10

     

    34 634 (16)

    43 390 (16)

    21 743 (14)

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    7

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    16

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    2 165

    COTE DU SUCCES

    * *

    « LA BD AU CINEMA : SPIDERMAN PART II (1979)BOX OFFICE PARIS DU 25/12/1968 AU 31/12/1968 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 18 Juin 2008 à 22:45
    Gilles Penso
    Je l'avais vu gamin, et j'avais été catastrophé. En le redécouvrant il y a quelques années, j'ai beaucoup ri… au second degré évidemment. Mais à l'époque, c'était la seule version live de notre monte-en-l'air favori, alors on était obligé de l'aimer un peu. Aujoud'hui, cet HOMME ARAIGNEE ressemble presque à une blague… Avec une musique allègrement pompée sur le thème de ROCKY, en prime !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :