• LA BD AU CINEMA : DICK TRACY (1990)

    DICK TRACY
    17 JUIN 1990 (USA)

    26 SEPTEMBRE 1990

     

     

     

    Réalisation

    Warren BEATTY

    Scénario

    Jim CASH, Jack EPPS Jr

    Directeur de la photographie

    Vittorio STORARO

    Musique

    Danny ELFMAN

    Production

    Touchstone

    Distribution

    Warner Bros

    Durée

    107  minutes

    Tournage

    Février 1989 / juin 1989

    Dick Tracy

    Warren BEATTY

    Breathless Mahoney

    MADONNA

    Big Boy Caprice

    AL PACINO

    Mumbles (Le Marmonneux)

    Dustin HOFFMAN

    Tess Trueheart

    Glenne HEADLY

     

    Dick Tracy. le détective sans peur et sans reproche, a voué sa vie à la lutte contre le crime organisé, représenté par toute une galerie de dangereux gangsters dont le plus décidé est Big Boy Caprice. Celui-ci vient de s'emparer des possessions de Lips Manlis, en particulier le night-club Ritz où se produit la pulpeuse chanteuse Breathless Mahoney en compagnie du pianiste 88 Keys. Ayant vertueusement résisté aux offres alléchantes de Caprice, Tracy se retrouve ligoté à proximité (f une chaudière prête à exploser, mais il est sauvé de justesse par le Kid, un gamin qu'il a tiré de la délinquance. Le système d'écoute installé chez Caprice ayant été découvert. le détective tente de convaincre Breathless de témoigner, mais la jeune femme paraît avant tout déterminée à le vamper. Tess Trueheart. la pure fiancée de Tracy, s'en offusque et se réfugie chez sa mère. Sur ces entrefaites, un mystérieux gangster sans visage, aidé de 88 Keys, met au point un piège qui fait accuser Tracy du meurtre du District Attorney corrompu Fletcher. Libéré par ses copains de la police, Tracy réussit à faire parler l'incompréhensible Mumbles. Tandis que Tess, attachée aux rouages d'un pont mobile, est à deux doigts de périr, une sanglante confrontation oppose Tracy, Caprice et le tueur sans visage. Seul rescapé, avec Tess et le Kid, Tracy découvre que le tueur en question n'était autre que Breathless. qui meurt dans ses bras. Tracy proposera enfin à Tess de l'épouser.
     

    Crée en 1931, le détective Dick TRACY n’est pas très connu en France, sauf peut être des lecteurs de « Charlie MENSUEL » qui, dans les années  70, a édité en France quelques uns des meilleurs épisodes réalisés par Chester GOULD. C’est une série très populaire aux USA, dont les strips paraissent toujours aujourd’hui. L’auteur qui l’a dessiné jusqu’en 1977 a dans un premier temps proposé des récits policiers dans un climat très noir et violent. L’occasion de présenter toute une galerie de méchants, très identifiables par des physiques particuliers, quitte à défier les lois de l’anatomie. La série, bien avant l’ère de 007, intègrera des gadgets improbables comme une montre radio, puis penchera dans la science-fiction dans les années 60 avant de revenir au style polars. Avant le film de Warren BEATTY, le personnage évoluera dans des films à petits budgets sortis à la fin des 40’s et diverses séries. Warren BEATTY bien avant SIN CITY décide de proposer une adaptation assez fidèle au strip. L’informatique ne permettant pas les prouesses de « 300 », l’idée maîtresse de l’auteur est qu’il n y aura que 6 couleurs utilisées dans le film. Le rouge est rouge, le jaune est jaune ! Les décors sont simplifiées et apurés pour correspondre à la charte graphique du strip. Quelques très grands acteurs sont maquillés et sont difficilement reconnaissables à travers ceux-ci, dont AL PACINO, le méchant du film. Pour le public Français, l’identification est difficile. Pas moins de 20 personnages de la BD sont disséminés dans le film, mais personne ne les connaît, reste donc une histoire qui ne dit pas grand-chose au public Français, mais une sacrée claque visuelle, Warren BEATTY lançant les bases de futures adaptations de BD au cinéma. Aux USA, le succès est indéniable. Faisant partie des favoris de l’été, le film fait mieux que de se défendre et passe la barre mythique (à l’époque) des 100 millions de dollars de recette brute. En France, le film marche pas mal du tout, et prend la première place du Box Office. Près de 300 000 entrées, c’est bien pour un personnage inconnu. Evidemment la promo du film ne s’est effectuée que sur la présence et la supposée romance entre MADONNA et Warren BEATTY. A l’époque, la chanteuse croyait avoir quelques talents d’actrice et avait fait le forcing sur l’homme pour obtenir le rôle féminin du film. C’est peu de dire qu’elle est transparente, mais si cela a pu attirer quelques spectateurs et spectatrices dans les salles, tant mieux. Le film est en tout cas à redécouvrir, s’il repasse bientôt sur une chaîne TNT….   

     

    ENTREES France

     

    798 379

     

     

    ENTREES Paris

     

     

    291 553

     

    ENTREES Paris

    1ère semaine  n°1

    2ème semaine n°2

    3ème semaine n°4

    4ème semaine n°8

    5ème semaine n°12

    6ème semaine n°14

     

    114 963 (47)

       69 288 (47)

     41 972 (42)

     24 725 (22)

    15 321 (11)

     13 079 (10)

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    10

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    47

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    2 446

    1er JOUR Paris

    15 552

    Budget

    47 M$

    (78 M$ 2008)

    Recettes US

    (2 semaines n°1)

    103.7 M$

    (172 M$ 2008)

    Recettes mondiales

     

    163 M$

    (270 M$ 2008)

     

    COTE DU SUCCES

    * *

    « BOX OFFICE PARIS DU 07/01/1959 AU 13/01/1959TOP 101 A 190 FILM SORTIS EN 1958 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    steforce
    Mercredi 29 Mai 2013 à 03:51
    steforce
    Il faudrait que je le revois en effet car j'ai le vague souvenir d'un film un peu mou et au casting mal exploité... Mais j'ai apprécié certains films au bout de plusieurs visionnages parfois.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :