• LA BD AU CINEMA : BOX OFFICE HULK PART I



    L’INCROYABLE HULK

    13 JUIN 1979

     

      INCROYABLE-HULK.JPG

    De Kenneth JOHNSON avec Bill BIXBY, Lou FERRIGNO, Susan SULLIVAN, Jack COLVIN

    Le docteur David Bruce Banner est un scientifique qui étudie l'influence du stress sur la force physique. Veuf, Banner se plonge douloureusement dans des expériences de plus en plus complexes. Jusqu'à l'accident ! Au cours d'une nuit d'orage, l'expérience où Banner servait lui-même de cobaye, tourne au drame, et il est exposé longuement à des radiations Gamma. Les effets de cet accident sont catastrophiques : dès que David s'énerve, sa "force primitive" prend le dessus. Il devient alors Hulk, un monstre verdâtre et violent. Et dès que la bête se calme, l'humanité reprend ses droits mais Banner ne se souvient pas des actes de son double. Conscient du danger que représente son instabilité de caractère, Banner disparaît et prend la route à la recherche d'un remède. Mais dans chaque ville qu'il traversera, les habitants découvriront la compassion de David Banner et la force de Hulk. Il faut pour Banner aller de plus en plus vite car un journaliste, Jack McGee, le poursuit pour découvrir son terrible secret...

    En 1979, Hulk est une série du Marvel Comic Group relativement inconnue en France. Bien que crée en 1962 par Stan LEE et Jack KIRBY, le personnage n’a eu droit qu’à une publication en noir et blanc dans « étranges aventures » un pocket  des éditions Artima. La série n’est pas publiée dans  « Strange » revue extrêmement populaire chez les ados dans les années 70, ce qui freine sa reconnaissance. En 1976 le personnage est publié dans sa propre revue, toujours en NB, avant d’être enfin publié en couleurs en 1979 aux éditions Artima. Aux Etats-Unis, une série est mise en chantier en 1977 après le succès d’un téléfilm pilote. En France, il est décidé de distribuer ce téléfilm mis bout à bout avec un épisode de la série régulière sous la forme d’un film. Pour lancer le tout, une belle affiche, légèrement mensongère est placardée sur les murs de la capitale, relayée par les éditions Artima qui en font une belle pub. Bon, soyons franc, il fallait que je sois bien jeune et que j’aime le personnage pour avoir été emballé par le  « film » en question. Pour des questions de budget, pas d’armée, ni d’explosion nucléaire, mais un concept pompé sur celui de la série « le fugitif ».  Coté effets spéciaux, Lou FERRIGNO très musculeux acteur au jeu rudimentaire est maquillé en vert (avé une perruque très classe) et casse quelques décors en carton pâte. Mention tout de même pour Bill BIXBY, qui met quelques convictions à jouer le rôle de « David » BANNER, le Bruce ayant disparu au cours de la version télé. Le plus étonnant est que le film est plutôt bien reçu avec un succès flatteur pour un téléfilm, près de 800 000 entrées en France, c’est un succès surprise quoiqu’on en dise. Une « suite » sera lancée l’année suivante, avec moins de succès.    
     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    775 915

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    178 087

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    58 544

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    9

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    16

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    3 659

    COTE DU SUCCES

    * * *

     


    « LA MALEDICTION 1976LA BD AU CINEMA : BOX OFFICE HULK PART II »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :