• L' INSOUMIS - ALAIN DELON BOX OFFICE 1964

    L' INSOUMIS

     

    25 SEPTEMBRE 1964

      

    L' INSOUMIS - ALAIN DELON BOX OFFICE 1964


     

    • Réalisation : Alain Cavalier
    • Scénario : Alain Cavalier, dialogues de Jean Cau
    • Directeur de la photographie : Claude Renoir
    • Musique : Georges Delerue
    • Producteurs : Jacques Bar, Alain Delon
    • Sociétés de production : Delbeau Prod Cipra (Paris) et PCM (Rome)
    • Distributeur : Metro-Goldwyn-Mayer
    • Genre : Drame
    • Année : 1964
    • Pays : Drapeau de la France France
    • Durée : 114 minutes (1h54)
    • Tournage : 24 février 1964 - 29 mai 1964
    • Date de sortie en salles : 29 septembre 1964

     

    • Alain Delon : Thomas Vlassenroot
    • Léa Massari : Dominique Servet
    • Georges Géret : le lieutenant
    • Maurice Garrel : Pierre Servet
    • Robert Castel : Amerio

     

     

    SYNOPSIS

    Thomas se bat en Algérie, dans les rangs de la Légion Etrangère. Un jour, le combat lui parait sans objet ; il déserte, se réfugie auprès d'une famille dont la fille l'accueille volontiers, et n'a plus pour idée que de rentrer au Luxembourg. Pour payer son voyage, il accepte d'aider son lieutenant, passé à la clandestinité de l'O-A.S., à séquestrer une avocate venue défendre les Algériens. La jeune femme est soumise à la torture de la soif mais, par une espèce de réflexe physiologique, Thomas en a pitié et la désaltère. Surpris par un « pied-noir » qui veille avec lui, il l'abat, mais est blessé dans ce duel éclair. Il fait alors sortir Dominique Servet (c'est le nom de l'avocate), et, lorsque le lieutenant survient, il l'enferme à la place de la prisonnière. Puis il va voir un médecin qui le panse et lui donne trois jours pour se faire opérer. Dominique complète la somme nécessaire au passage du légionnaire qui s'embarque sur un voilier et se retrouve à Marseille, d'où il remonte sur le Luxembourg. De passage à Lyon, il va voir l'avocate. Sa blessure s'est infectée, il se trouve mal chez la jeune femme, et celle-ci le conduit dans un hôtel tranquille où il pourra attendre d'entrer en clinique. Dans la chambre, elle se donne à lui lorsque surgissent le lieutenant et un tueur. Thomas abat le tueur et assomme le lieutenant. Puis Dominique le conduit en auto à la gare de Chalon-sur-Saône, mais il ne prend pas son train et la jeune femme entreprend, bon gré mal gré, de le conduire à la frontière. Il souffre atrocement. Les choses ne sont pas faciles, et, après avoir forcé un barrage de police, Dominique doit faire appel à son mari. Celui-ci arrive en voiture, et ils amènent Thomas presqu'aux abords de sa maison. Tandis que Dominique reste avec son mari, le légionnaire retrouve sa fille : l'enfant est prise de peur devant le silence de l'homme et s'enfuit. Thomas s'effondre sur le plancher : il est mort.

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Présenté par la M.G.M "L'insoumis" est le premier film produit par Alain DELON en partenariat avec Georges BEAUME ( DELBEAU productions). Pour cette première, il s'attaque à une oeuvre ambitieuse, mise en scène par le rare Alain CAVALIER. "L'insoumis" est une des premières incursions du cinéma français sur le thème de la guerre d'Algérie, même si le sujet n'est ici proposé qu'en filigramme.

    Basé sur une histoire vraie, l'enlèvement d'une avocate française pro-algérienne par l'OAS, le film présente le personnage d'Alain DELON comme un déserteur, pas vraiment un thème qui plait à l'armée française à une époque où la désertion pouvait être très sévèrement punie, déjà que la guerre d'Algérie était un sujet tabou.

    Alain DELON, sublime, interprète un personnage dur, trouble.

    Il accepte une mission par l'intermédaire de son Lieutenant, joué par un Geoges GERET des grands jours, contre une somme d'argent qui va lui permettre de rentrer chez lui, au Luxembourg, en clandestinité.

    Avec quelques hommes, dont un excellent Robert CASTEL étonnament baraqué, ils enlèvent une avocate, jouée par la délicieuse Léa MASSARI. A priori pour une durée de quelques jours, mais sans doute son sort serait plus funeste.

    Thomas,sans trop savoir pourquoi observe la femme à travers la serrure, lui fournit de la boisson avec une paille, pendant que ses complices vaquent à leurs occupations.

    Bref, il se prend d'affection pour la belle avocate, et puis, n'en a-t-il pas assez de tout ça ?

    Finalement il trahit les siens, tue Amério et libère Dominique.

    Evidemment il sera traqué par le Lieutenant. On ne trahit pas dans ce mileu là . Blessé sérieusement, une balle le vide lentement de son sang et s'infecte. Très affaibli, il décide de revoir Dominique qui a repris son actvité à Lyon, avant de retourner au Luxembourg.

    Très sobre devant lui, voire froide, elle montre à Thomas que la personne qu'elle était, une fille impressionnée et apeurée, n'était due qu'aux circonstances de  son incarcération. MAis, lorsque Thomas s'évanouit, le vernis craque et montre son affection pour lui, son libérateur.

    Elle va l'aider à se rendre au Luxembourg et ils deviennent amants dans une chambre d'hôtel où ils sont retrouvés par le Lieutenant. Malgré tout Thomas s'échappe du piège, mais est de plus en plus mal. Dominique parvient à l'emmener devant sa maison, où il retrouve enfin sa fille. Il peut enfin l'observer pendant une minute les yeux dans les yeux. Elle part, un peu apeurée. Thomas glisse sur le sol et dans son dernier souffle se ferme lui même les paupières pendant que Dominqiue court vers la maison en criant....

    Alain CAVALIER signe un film magnifique, hant par un souffle épique. Alain DELON trouve un de ses meilleurs rôles dans celui de Thomas, "L'insoumis". Totalement habité par son rôle, il joue de son regard qui parle plus que les mots, avec intensité. Un rôle évidemment à rapprocher de celui du "Samouraï", très minimaliste, mais intense. Encore une preuve que DELON est le meilleur acteur de sa génération.

    Lea MASSARI apporte sa beauté et son romantisme à cette oeuvre flamboyante. Georges GERET démontre qu'il est un acteur sur qui il faut compter. Grande stature, grande voix, un acteur de complément de la valeur de Michel CONSTANTIN et autres grandes gueules du cinéma français.

    Alain CAVALIER signe une oeuvre forte, personnelle. Malheureusement l'accueil critique et du public est faible. Le film passe inaperçu en exclusivité où il ne dépasse pas la neuvième place. La suite sera du même tonneau et au final le film passe à peine les 700 000 entrées en France. Un échec douloureux pour DELON qui va attendre un petit peu avant de reproduire un film. Alain CAVALIER va mettre beaucoup de temps à se remettre, d'autant plus que le film va être attaqué par l'avocate qui a inspiré le personnage de Dominique. Un film maudit donc.

    Mais le temps apporte ses lettres de noblesse, et le conflit Franco-Algérien oublié, il reste une oeuvre, forte, dense et un des meilleurs DELON a redécouvrir d'urgence.      

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    711 339

     

    ENTREES PARIS

     

    173 245

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    40 797

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE (source CNC)

     

    214 042

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    9

    23 092

    4

    2ème semaine

    8

    22 626

     

    3ème semaine

    11

    18 382

     

    Cote du succès

     

    * *

     


    GEORGES GERET - L'INSOUMIS
     
     
     
    LEA MASSARI - L'INSOUMIS
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h36m16s65.png
     
     
    ALAIN DELON - L' INSOUMIS
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h41m15s242.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h41m43s13.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h42m19s112.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h43m41s169.png
     
     
    LEA MASSARI ET LAIN DELON - L'INSOUMIS
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h48m16s101.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h50m42s25.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h51m14s89.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h51m48s166.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h52m31s87.png
     
     
    vlcsnap-2010-10-03-20h53m01s134.png
     


    ...

    « LA ROLLS ROYCE JAUNE - THE YELLOW ROLLS ROYCE - ALAIN DELON BOX OFFICE 1965LES FELINS - ALAIN DELON BOX OFFICE 1964 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :