• L'EXPERT - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1994

    ..

     

    L'EXPERT

    (THE SPECIALIST)

    7 OCTOBRE 1994 (US)

    9 NOVEMBRE 1994

     

     

    L-EXPERT.jpg

    Réalisation

    Luis LLOSA

    Scénario

    Alexandra SEROS

    John SHIRLEY

    Photographie

    Jeffrey KIMBALL

    Musique

    John BARRY

    Production

    Jerry WEINTRAUB 

    Distribution

    WARNER BROS

    Durée

    110  minutes

    Tournage

    02/03/94 - 08/05/94

    Ray QUICK

    Sylvester STALLONE

    May MUNROE

    Sharon STONE

    Ned TRENT

    James WOODS

    Joe LEON

    Rod STEIGER

    Tomas LEON

    Eric ROBERTS

     

     

    Colombie, 1984. Ray Quick et Ned Trent, deux agents du contre-espionnage, sont chargés d'éliminer un adversaire des Américains. Ils ont donc piégé le pont qu'il doit emprunter avec sa voiture, mais lorsque le véhicule se présente, ils constatent que l'un des passagers est une enfant. Cela ne pose pas de cas de conscience à Ned, mais Ray, horrifié, tente de désamorcer la bombe, hélas sans succès. Cette bavure, assortie du témoignage de Ray, entraîne le renvoi de Ned, qui voue dès lors une haine mortelle à son ancien coéquipier. Une dizaine d'années plus tard, Ray vit à Miami dans une semi-clandestinité. Il habite un entrepôt discret qu'il a équipé de systèmes ultra-perfectionnés d'alarme et de protection. Dans la même ville se trouve May Munro qui, alors qu'elle était enfant, a assisté à l'assassinat de ses parents par Tomas Leon (fils du gangster Joe Leon) et ses deux sbires, Charlie et «Gros Bras». Devenue une très belle jeune femme, elle s'est introduite auprès des Leon, devenant même la maîtresse de Tomas. Aujourd'hui, les Leon sont à la tête d'un vaste empire du crime comprenant une banque internationale spécialisée dans le blanchiment de l'argent. Leur homme de confiance est Ned, dont les conseils leur ont permis de moderniser leurs activités et d'agir en toute impunité. Jugeant l'heure de sa vengeance arrivée, May contacte Ray à travers un réseau télématique. Séduit par son charme, il accepte de l'aider. Grâce à d'astucieux dispositifs explosifs, il élimine Charlie, puis «Gros Bras». Le troisième attentat, contre Tomas cette fois, remplit son office, mais manque de coûter la vie à May. Cédant à une attirance réciproque, May et Ray se retrouvent à l'hôtel Fontainebleau. En quittant la chambre, la jeune femme aperçoit Ned et ses hommes dans le hall. Elle prévient Ray par téléphone : il s'échappe après avoir piégé les lieux. May est à présent prisonnière de Joe, qui l'oblige à attirer Ray dans un traquenard. Mais elle avait pris soin d'avertir son compagnon de se méfier à l'avenir de ce qu'elle pourrait lui dire. Ray déjoue donc le piège et se réfugie avec May dans son entrepôt. Ned, qui a réussi à localiser leur repaire, les y rejoint et, malgré sa prudence, finit par être victime des explosifs dont l'endroit est truffé. Reste un homme à éliminer : Joe, dont May a appris qu'il était le commanditaire de l'assassinat de ses parents. Un colis piégé fera l'affaire, au moment même où le couple, sa mission accomplie, prend la route.

     ************************************************

    STALLONE bat le fer pendant qu'il est chaud et encaisse un joli chèque pour tourner rapidement un nouveau film. C'est un peu le même problème pour Sharon STONE. L'actrice qui a énormément galéré dans sa jeunesse au point de tourner dans un "Police Academy" ou dans des films GOLAN / GLOBUS a bien conscience que le carton de "Basic Instinct" qui l'a propulsée star du jour au lendemain ne se reproduira pas tous les jours. De plus elle sait également que "Ce n'est pas la cervelle qu'on suce" et utilise son corps qu'elle a déjà largement dévoilé dans ses films précédents. Dans "Sliver", thriller mou du bide, elle a parfaitement vendu son image de sex-symbol.

    De fait les journaux annoncent avant la sortie du film que celui-ci contiendra des scènes très "hots" entre les deux stars. Sharon va encore montrer son superbe postérieur bien bombé contre un joli chèque. Le marketing est au point, et le public a été bien chauffé. Heureusement, parce que le film, lui, refroidit l'assemblée.

    Réalisé par le péruvien Luis LLOSA le film se révèle un film d'action romantique "mou du genou".

    STALLONE est Ray QUICK ( quel nom crétin, nom de Dieu..Pas vraiment un hymne à l'amour...) un spécialiste des explosifs, du genre à coller un kilo de TNT sur un petit pois et à vous réduire en fumée à la moindre occasion. Au début du film, il fait plutôt dans le gros, et fait péter un pont, mais manque de bol fait également sauter une petite fille en même temps. Crise de conscience  pour Ray, déprime, brouille avec son pote, etc....réfugié à Miami il est recherché par son pote revanchard. En parallèle, May MUNROE, cherche à se venger du tueur de ses parents, une vieille baderne mafieuse.... Les deux vont se rencontrer, s'aimer, se venger.

    C'est un film très pénible et qui semble très long. Au rayon des points positifs, il y a la présence de bons acteurs dont Rod STEIGER, à tout seigneur tout honneur qui joue un mafieux plutôt convaincant. Il y a James WOODS acteur sous utilisé qui cabotine royalement et qui retrouvera Sharon dans "Casino". Eric ROBERTS le frère de, joue toujours de la même façon et arbore une coupe pas possible.

    Ne nous trompons pas. Entre deux explosions, le réalisateur insiste bien sur la plastique des deux acteurs. STALLONE est filmé en train de faire son yoga. Tous muscles bandés et luisants il éxécute quelques poses ridicules. Sharon STONE répond au téléphone en étandant ses belles jambes de tout leur long. A l'instar d'un clip de Zucchero et Paul YOUNG elle est filmée au ralenti dans une lumière tamisée et la caméra insiste furieusement sur sa petite culotte, ses fesses, et sa bouche.... Evidemment une scène d'amour aussi torride qu'un glaçon plongé au milieu de l'Artique a bien lieue entre ray QUICK et Miss MONROE. Les deux acteurs prennent la pause, prennent une douche ensemble, l'occasion de montrer que Sharon possède de beaux petits seins... Au moins les deux acteurs semblent bien rigoler. Mais pas nous.

    J'ai l'air d'insister sur le coté fesses du film, mais bon, il n y a vraiment rien d'autre à se mettre sous la dent et comme il semble que les producteurs nous l'ont vendu comme cela....

    Evidemment les méchants seront éléminés un par un par Ray, dont Joe LEON d'une manière un peu farce que n'aurait pas renié Lino VENTURA dans "Ne nous fachons pas".

    Les deux tourtereaux, bien contents du mauvais tour qu'ils ont joué aux spectateurs s'en vont en voiture vers de nouvelles aventures explosives.

    Nous étions en droit d'attendre bien plus des deux stars. Le réalisateur mettra en boite une série B bien plus fun en 1997 avec "Anaconda".

    Grâce à la promotion importante faite autour des scènes torrides entre STALLONE et STONE, le film s'empare de la première place du box office France, délogeant "The mask" de la première marche du podium. Sa première semaine est égale à celle de "Demolition man" mais un bouche à oreille médiocre va pénaliser le film qui va décliner rapidement pour obtenir un score final moyen proche des 1.4 millions d'entrées. Une recette mondiale supérieure à celle de "Demolition man" va compenser une exploitation américaine moyenne.

    Un peu déçus nous attendons mieux des deux acteurs pour leurs prochains films.  

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 375 677

     

    1ère semaine

     

    571 228

    350

    2ème semaine

     

    294 992

    350

    3ème semaine

     

    186 642

     

    4ème semaine

     

    109 063

     

    5ème semaine

     

    69 111

     

    6ème semaine

     

    37 094

     

    7ème semaine

     

    23 628

     

    8ème semaine

     

    18 942

     

     

     

     

     

    ENTREES PARIS

     

    190 777

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    194 436

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

    385 213

     

    1ère semaine

     

    188 308

    61

    2ème semaine

     

    90 558

    63

    3ème semaine

     

    50 770

    58

    4ème semaine

     

    23 385

    35

    5ème semaine

     

    10 693

    20

    6ème semaine

     

    6 024

    11

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    3 087

     

    1er jour Paris

     

    21 563

     

    Budget

     

    45 M$

     

    Recettes Mondiales

     

    170,4 M$

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

    bandE ANNONCE EN VOSTF

     

     

    L'EXPERT - SYLVESTER STALLONE

     

    vlcsnap-2010-09-26-00h54m25s173.png

     

    L'EXPERT - JAMES WOODS

     

    SHARON STONE - L'EXPERT

     

    SHARON STONE SEXY - L'EXPERT

     

    vlcsnap-2010-09-26-01h07m07s217.png

     

    SHARON STONE SES FESSES - L'EXPERT

     

    ERIC ROBERTS - L'EXPERT

     

    SYLVESTER STALLONE - L'EXPERT

     

    SHARON STONE NUE - SYLVESTER STALLONE - L'EXPERT

     

    vlcsnap-2010-09-26-01h15m05s132.png

     

    vlcsnap-2010-09-26-01h17m08s80.png

     

    ROD STEIGER - L'EXPERT

     

    SHARON STONE ET SYLVESTER STALLONE - L'EXPERT

     

     

     

    ...

    « JUDGE DREDD - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1995DEMOLITION MAN - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1994 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :