• L'ENFER DE LA VIOLENCE - CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1984

    .

     

    L'ENFER DE LA VIOLENCE

    (The evil that men do)

    14 SEPTEMBRE 1984 (USA)

    15 MARS 1984

    interdit aux moins de 18 ans 

     

     

    ENFER-DE-LA-VIOLENCE.jpg

     

     

    Réalisation

    Jack Lee THOMPSON

    Scénario

    David Lee HENRY

    Photographie

    Javier CRUZ

    Musique

    Ken THORNE

    Production

    Pancho KOHNER
    Jill IRELAND
    TRI STAR COLUMBIA

    Distribution

    WARNER COLUMBIA 

    Durée

    90 minutes

    Tournage

     

    Holland

    Charles BRONSON

    Riana HIDALGO

    Teresa SOLDANA

    Clément MOLLOCH

    Joseph MAHER

    Hector LOMELIN

    José FERRER

    Randolph Raymond Saint Jacques

    Isabelle LOMELIN

    Helena ROJO

    Claire MOLLOCH

    Antoinette BOWER

     

    Tandis que des terroristes tentent sans succès de piéger sa voiture, le docteur Molloch et sa sœur torturent à mort le journaliste Jorge Hidalgo dans les locaux de la police. Holland, un ancien tueur à gages à la retraite dans une île du Pacifique, est contacté par Hector LOMELIN, un de ses anciens amis qui lui demande de reprendre du service et d'abattre Molloch. Après avoir refusé, Holland finit par accepter et part au Guatemala en compagnie de Riana HIDALGO la veuve du journaliste et de sa fille Sarah. A leur arrivée à l'aéroport, un passager est abattu  par la police militaire. Après avoir contacté Max Ortiz, un notable opposant au régime, Holland commence à liquider les hommes de main de Molloch puis enlève sa sœur. Max torturé révèle la cachette des fuyards. Poursuivis par des tueurs à gages qui tuent par mégarde la sœur de Molloch, Holland et Riana atteignent une mine d'où ils contactent Molloch. Celui-ci a kidnappé Sarah et menace de tuer la petite fille. Il sera lynché par les mineurs dont certains sont passés par ses mains.

     

    Suite au bon petit succès du "Justicier de Minuit" Pancho KOHNER  et Charles BRONSON vont mettre en route l'adaptation live des "Barpapas". Nooon, je plaisante ! Evidemment Pancho ne va pas abandonner son créneau habituel et va continuer d'emmener son poulain favori dans des films de plus en plus violents pour sa fin de carrière, ce qui a contribué a instaurer un malentendu persistant qui veut que Charles BRONSON soit un facho et un acteur de séries B, ce qui est faux bien sûr....

    Ceci étant le film est produit par la TRI STAR ce qui lui vaut un budget correct, et puis dans ces années made in Reagan, les séries B se sont quelque peu radicalisées, témoin le célèbre Rambo 2 qui va débarquer sur les écrans l'année suivante.       

    Charles BRONSON va retrouver son compère du film précédent, Jack Lee THOMPSON qu'on ne présente plus. Les deux compères ne se quittent plus ce qui doit faciliter les rapports sur le tournage, chacun faisant sa petite popote !

    La première partie du film présente le méchant que BRONSON devra éliminer. C'est un personnage terrifiant qui représente à lui seul le Docteur MENGELE et tous les tortionnaires des régimes bananiers. Au Mexique, le Docteur Molloch (notez la finesse du nom ) est un peu pressé. Avec sa sinistre sœur Claire (jouée par la charmante Antoinette BOWER qu'on a vu dans toutes les séries télé de notre enfance) il présente à la police locale ses méthodes de tortures. S'étant fait la main sur une femme que l'on découvre ensanglantée sur un brancard, il va s'occuper sur un opposant du régime en place qui a commis l'impudence d'enquêter sur sa sœur. Le spectateur ébahi assiste à une séance de torture assez impressionnante à l'écran, rarement vue dans un "Bronson". Nu, enchaîné, branché sur des électrodes y compris sur les parties génitales l'homme va être électrocuté et mourir dans d'atroces souffrances à la grande satisfaction du Docteur. Celui-ci est cependant la cible d'opposants au régime qui tente de piéger sa voiture. Mais c'est le chauffeur qui démarre la voiture, avec le "terroriste" toujours en dessous qui explose avec sa victime..

    Bon, c'est pas tout ça, mais encore faut-il convaincre le grand Charles d'éliminer Molloch. C'est que son personnage, Holland, a pris sa retraite et coule des jours heureux sur la plage. Son ami Lomelin va employer les grands moyens. Sur une bande vidéo des dizaines de témoignages racontent les séances de tortures de moloch. Rien ne nous sera épargné avec force de détails. Gros plan sur Charles, plus granitique que jamais,  qui fronce un sourcil, attention les amis ça va chier !       

    Holland va composer avec la veuve Hildago et sa fille un couple de touristes, ce qui devrait être une bonne couverture. Ce fait n'est pas sans rappeler "Il était une fois un flic" de Georges Lautner. Voici le couple dans les lieux. Très vite Holland va avoir à faire dans un bouge où séjourne un des ripoux qui rôde autour de Molloch. Riana Hidalgo se fait peloter par un mexicains patibulaire de 2 mètres qui lui annonce qu'il va la violer, etc..etc... Holland lui attrape le service trois pièces qu'il tord de toutes ses forces tout en coupant la respiration du gars avec son pied. Une séance qui fait mal !!Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises : la garde du corps de Molloch a vu la scène et s'intéresse au couple. Le garde du corps, c'est cette Bonneville baderne de Raymond Saint Jacques, l'acteur black bien connu des années de blaxploitation et de séries télé. Et voilà t-y pas que Charlie lui fait du gringue, sa main se posant sur la sienne et lui proposant une petite partie fine à trois avec sa présumée  femme, ce que l'autre ne refuse pas. On peut dire qu'on ne s'attendait pas BRONSON à jouer ce type de scène. Chez eux, Holland se précipite vers Randolph pour lui lancer furieusement un couteau dans la gorge façon "Call of duty". Et d'un ! En fait Holland ne voulait pas se farcir Randolph, mais le planter, ouf ! On a eu chaud !

    Holland décide de kidnapper la sœur de Molloch à son hôtel. Le temps de dézinguer un garde du corps en l'étranglant avec la lance à incendie de l'hôtel et le voilà dans la chambre de l'intéressée. Mais celle-ci est de retour plus tôt que prévu, avec sa secrétaire. Holland a juste le temps de se glisser sous le plumard et observe la secrétaire se désaper. Claire la rejoint bientôt et hop ! Au lit toutes les deux ! Car en plus d''être une tortionnaire nazie, Claire Molloch est lesbienne, bien sûr ! Après s'être rincé l'œil, Holland kidnappe Claire et contacte Molloch pour l'attirer vers lui, tout en lui faisant croire qu'il désire de l'argent.  Mais Molloch torture Max, et prouve à cet égard qu'on peut extraire 32 dents en une seule séance de dentisterie source d'économies substantielles pour la Sécurité Sociale mexicaine. Il apprend donc où est la cachette de Holland

    Il tente de coincer Holland qui s'enfuit. Et là on a la sempiternelle poursuite en voiture, celle-ci étant de base, ni plus ni moins. L'intéressant est que Claire Molloch enfermée dans le coffre de la voiture de Holland est un peu morte durant la poursuite. "C'est ballot", se dit Holland qui décide de faire sans. Il supprime les deux contacts de Molloch dans une cantina a coup de fusil à pompe, une méthode bien traditionnelle ma foi, cela fait plaisir de revoir BRONSON utiliser les fondamentaux.

    Rendez-vous dans une mine désaffectée, mais pas tant que cela puisqu'occupée par des pauvres loques handicapées. Est-ce la lèpre, sont-ce les tortures de Molloch, on en sait trop rien. Molloch vient avec un garde du corps. Il veut récupérer sa sœur, la seule personne capable de le ronger d'inquiétude, de pleurer. Ce tortionnaire tient la fille de  Riana en otage, celle qu'on a vu trois secondes en début de film, d'ailleurs on ne sait pas comment Molloch l'a trouvée, mais qu'importe. Evidemment Holland plombe le garde du corps, aidé par les mineurs, qui vont lyncher Molloch dans sa voiture à coups de piolet. Terrorisé, le tortionnaire sadique va mourir en pleurant, lardé de coups de piolets... On retrouve Holland dans un plan très lointain où on le devine avec sa nouvelle famille sur son île, car évidemment il a emballé la veuve, sacré Charles.

    On l'aura deviné, rien de bien transcendant dans ce petit série B qui ne se prend pas au sérieux. Charles BRONSON, peu concerné défouraille d'un air impassible, pensant surement à sa feuille d'impôt plus qu'autre chose. Heureusement le film est réalisé par Jack Lee THOMPSON qui fait échapper le film au titre de nanar grâce à sa réalisation appliquée. On prend quand même un peu de plaisir coupable en regardant le film d'un œil bienveillant tout comme on regarde un VAN DAMME ou un SEAGAL....

    Etant donné le budget modeste du film, la rentabilité est vite établie grâce à une deuxième place au box office US lors de sa sortie. A Paris, marqué son interdiction aux moins de 18 ans, le film effectue une belle première semaine, relativement confirmée la semaine suivante. Mais le film est rapidement retiré de l'affiche. Toutefois en France il approche des 900 000 entrées, un score très satisfaisant au vu de la qualité du public et de son interdiction.

    Ce film est peut être le dernier acceptable de la carrière de BRONSON dans les années 80, il va alors intégrer pour le meilleur et surtout le pire le girond de la société Cannon dirigée par les célèbres producteurs GOLAN / GLOBUS et le pauvre acteur ne va plus jamais cesser de s'auto parodier ...

     

    NOTE DU FILM : 5

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    876 771

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    188 549

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    3

    84 974

    36

    2ème semaine

    6

    58 167

    35

    3ème semaine

    9

    28 287

    23

    Nombre de semaines Paris

     

    8

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    2 360

     

    1er jour Paris

     

    10 088

     

    Budget

     

    4,6 M$

     

    Recettes USA

     

    13,2 M$

     

    Nombre de semaines  top 10 US

    3

     

     

    Meilleur classement    top 10 US

    2

     

     

    Recettes Mondiales

     

     

     

    Box office annuel Allemagne

     

    337 765

     

    Box office annuel Espagne

     

    464 726

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h07m56s180.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h08m31s20.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h10m18s58.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h13m16s49.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h18m35s163.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h22m03s198.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h23m27s13.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h24m42s251.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h26m27s24.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h26m38s132.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h30m10s203.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h31m06s250.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h32m20s228.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h34m04s246.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h37m49s192.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h39m29s161.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h39m50s121.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h40m11s70.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h41m54s80.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h42m13s15.png

     

    vlcsnap-2011-11-04-00h42m39s12.png

     

     

     

     

     

    .

    « LE JUSTICIER DE NEW YORK - CHARLES BRONSON 1986LE JUSTICIER DE MINUIT - CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1983 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :