• L'AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES ET COLUCHE BOX OFFICE 1976

     

     

    L'AILE OU LA CUISSE

    27 OCTOBRE 1976

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

    • Titre : L'Aile ou la Cuisse
    • Réalisation : Claude Zidi
    • Assistants réalisateurs : Jean-Jacques Beineix, Hélène Bernardin
    • Scénario et dialogues : Claude Zidi, avec la collaboration de Michel Fabre
    • Photographie : Claude Renoir
    • Musique : Vladimir Cosma
    • Production : Christian Fechner ; Pierre Grunstein (exécutif) ; Bernard Artigues (délégué)
    • Société de production : Les Films Christian Fechner
    • Société de distribution : AMLF
    • Format : Couleurs (Eastmancolor) - 35 mm (Panavision) - 2,35:1 - son mono
    • Genre : Comédie burlesque
    • Durée : 110 minutes
    • Tournage : 24 mai 1976 / 16 août 1976
    • Budget : 23 millions de francs.

     

    • Louis de Funès : Charles Duchemin
    • Coluche : Gérard Duchemin
    • Julien Guiomar : Jacques Tricatel
    • Claude Gensac : Marguerite « no1 », la secrétaire âgée
    • Raymond Bussières : Henri, le chauffeur de Duchemin
    • Philippe Bouvard : lui-même
    • Marcel Dalio : le tailleur
    • Vittorio Caprioli : Vittorio
    • Daniel Langlet : Lambert, l'adjoint de Tricatel
    • Martin Lamotte : Roland, un ami de Gérard

     

    SYNOPSIS

     Charles Duchemin est un homme aussi occupé que préoccupé: outre son entrée à l'Académie Française qui approche, il doit, en effet, mettre la dernière main à l'édition 76 de son fameux guide qui fait autorité dans le monde entier en matière de bon goût gastronomique. Aidé par une équipe très au point, Duchemin, sous les déguisements les plus divers (afin de n'être soumis à aucun traitement de faveur), écume les restaurants et attribue (ou retire) en secret les étoiles enviées... L'ennemi juré de Duchemin se nomme Jacques Tricatel, l'empereur des restaurants d'autoroute. Non content de vouloir dérober à Duchemin les épreuves du guide 76, Tricatel se prépare à racheter une série de restaurants bien "côtés" et d'y imposer son horrible nourriture personnelle. Avant de partir en tournée d'inspection et de constituer un dossier contre les méthodes de son adversaire, Duchemin fixe avec Philippe Bouvard la date d'une rencontre au sommet entre Tricatel et lui au cours de l'émission "Tous les coups sont permis". Ce slogan ne fait pas peur à Tricatel qui, par l'entremise de son espion, découvre que, loin de suivre les traces de son père, Duchemin fils songe à se faire clown dans un cirque ambulant. Fureur de Duchemin, lequel, pour comble de malheur, se retrouve à l'hôpital, victime d'une indigestion provoquée par un restaurateur en colère, indigestion qui l'a privé de son goût légendaire... Réconciliés, le père et le fils parviennent à localiser l'usine "Tricatel" et y découvrent les secrets de l'empoisonneur public N° 1. Sur les plateaux de l'émission de Bouvard, Gérard Duchemin remplace avantageusement son père défaillant tandis que l'infâme Tricatel, conspué, est forcé d'avaler pour son malheur des produits venant de sa propre usine. Tout est bien qui finit bien, tant pour Duchemin, reçu à l'Académie Française, que pour Gérard qui aura engagé à plein temps dans le privé la secrétaire intérimaire hollandaise de son père...

     

    ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Après le triomphe de "Rabbi Jacob" Louis de Funès poursuit ses représentations au théâtre dans " la valse des toréadors". A 60 ans le rythme le fatigue mais il ne s'économise pas, comme d'habitude. Le 25 avril 1974 c'est sa 198ème et dernière représentation. Il se retire dans sa propriété car il veut être en forme pour le tournage du "Crocodile" de Gérard Oury qui débutera  en mai 1975 pour une sortie prévue à noël 1975. Aldo Maccione donnera la réplique à Louis De Funès. Produit par "Les films Pomereu" qui ont déjà produit "Les aventures de Rabbi Jacob" le film est prévu d'être exigeant pour l'acteur qui devra plonger dans un fleuve glacé ou sauter en parachute. Dans la foulée du "Crocodile" l'acteur tournera un nouveau gendarme. Alors que le tournage débute officiellement le 14 mai 1975, Louis De Funès est victime de deux infarctus les 21 et 30 mars 1975. Il restera hospitalisé près de trois mois et le tournage du "Crocodile" est annulé causant la faillite de la société de production. Les assurances remboursent 10 millions de francs à Gaumont et c'est la fin de la collaboration entre Gérard Oury et l'acteur. Le réalisateur tentera de relancer son projet avec Peter Sellers en 1979, mais l'acteur anglais qui accepte le rôle meurt d'un infarctus fulgurant en 1980. Pas de chance pour Gérard Oury qui passera à d'autres projets.

    Alité chez lui, De Funès est abattu par l'abandon du film et les conséquences financières. En août 1975 Christian Fechner qui a connu bien des succès avec Claude Zidi et les Charlots tente de proposer à l'acteur son projet "L'aile ou la cuisse". Il a connu un sévère rvers financier avec la production de "Calmos" mais peut compter sur le couple Pierre Richard et Jane Birkin pour se refaire une santé financière. Il avait déjà songé à De Funès mais ce dernier était inaccessible. Mais les choses ont changé et il sait que plus grand monde ne se risquera sur un tournage avec Louis De Funès car les assurances seront gourmandes. Mais lui désire prendre le risque et son principal obstacle sera de convaincre un studio et payer les assurances, ce qu'il fera après d'âpres discussions et un chèque de 5 millions de francs. Louis De Funès est ravi. Il ne discute pas le scénario et accepte toutes les idées. Fechner et Zidi comptent sur Pierre Richard pour donner la réplique à De Funès, mais l'acteur se désiste peut être pour mieux se consacrer à sa carrière solo. Fechner se tourne vers Coluche qui connait un succès important avec ses spectacles mais qui est encore un acteur mineur du cinéma. Pas de quoi faire de l'ombre à De Funès et il à l'âge idéal pour jouer le rôle du fils de l'acteur. Le tournage sera millimétré et collera parfaitement au nouveau rythme de travail de De Funès. La journée de tournage débutera assez tard et dès le vendredi midi il pourra rentrer en avion à Nantes dans sa propriété. Doté d'un gros budget de 23 millions de francs et de 12 semaines de tournage dans un hangar aménagé à Trappes, loin des journalistes, le tournage du film débute le 24 mai 1976 pour une sortie prévue seulement 5 mois plus tard.

    Le tournage se passe sous les meilleurs auspices et la bonne ambiance. Certes on ressent bien une timidité de Coluche envers De Funès, mais au fur et à mesure du film, Coluche s'affirme et le duo fonctionne bien. Le film en lui même n'est pas fameux, on a quand même affaire à Claude Zidi, mais le film est finalement assez sobre et de toute manière Louis De Funès ne possède plus cette géniale explosivité légendaire, mais il reste encore capable quelque fois d'attirer le rire. Le début du film est une sorte de remake du "Grand restaurant" où on retrouve De Funès sous de nombreux déguisements. Ensuite c'est la partie la plus sympathique du film avec une scène assez réussie au cirque lorsque Coluche est mis à jour par De Funès. De bons acteurs accompagnent les deux acteurs : Julien Guiomar est tout bonnement excellent, mais il est dommage d'utiliser Claude Gensac d'une manière anecdotique, sans doute fut elle présente pour rassurer De Funès.

    Dès le début du tournage Christian Fechner en as du marketing publie chaque semaine dans le Film Français un compte à rebours d'une pleine page avec des photos de tournage et ce, jusqu'à la sortie du film. Un matraquage publicitaire jamais vu couplé à une campagne d'affichage massive pour la sortie du film. La date de sortie est idéale bien que la concurrence soit sévère : "la ressortie de 20 000 lieues sous les mers", mais aussi "Si c'était à refaire" de Claude Lelouch, "Les 12 travaux d'Asterix" ou "Mado" de Claude Sautet. Le film prend un départ qui laisse la concurrence sur place avec près de 262 000 entrées sur Paris et sa périphérie, soit le deuxième meilleur départ de l'histoire après "Les dents de la mer" sorti fin janvier. Le triomphe ne se dément pas et le film attire 580 000 spectateurs parisiens en 3 semaines. Bien sûr le succès est le même dans les régions françaises et le film reste dans le top 10 jusqu'aux fêtes de fin d'année où il a attiré 4 millions de spectateurs. En fin de parcours le film a totalisé  plus de 5.8 millions de spectateurs dans les salles et a bien failli prendre la première place du box office annuel aux "Dents de la mer". Il occupe cependant une superbe seconde place confirmant que le public est toujours fou de sa star comique après une absence de 3 ans sur les écrans. Avis à tous les Pierre Richard et compagnie, le Roi est de retour, même s'il est un peu plus fatigué qu'auparavant. Lors du tournage Louis De Funès avait donné son accord à la Gaumont pour tourner un nouveau film avec Georges Lautner et Michel Audiard aux manettes, "Le cactus" dont le tournage est prévu pour 1977 et discutait aussi pour retrouver son ami Robert Dhery pour un nouveau film après "Le petit baigneur" en 1968. Mais au vu du triomphe de "L'aile ou la cuisse", Christian Fechner a tôt fait de faire signer Louis de Funès pour trois films en totale exclusivité car le film fonctionne très bien en Espagne avec plus de 900 000 entrées mais surtout en Allemagne où il figure dans le top 3 annuel avec 3.1 millions de spectateurs. Le risque pris par Christian Fechner se révèle donc très rentable.                

     
      POS NOMBRE SALLES
    ENTREES FRANCE 2 5 842 725
     
    ENTREES PARIS   1 005 515
     
    1ère semaine 1 261 990
    20
    2ème semaine 1 156 096
     
    3ème semaine 1 165 469
     
    4ème semaine 2 83 318
     
    5ème semaine 2 67 202  
    6ème semaine  3 48 191  
    7ème semaine  7 30 938  
    8ème semaine  8 28 847  
    9ème semaine 6 46 887  
    10ème semaine 6 47 588  
    Cote du succès   * * * * *
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

     

     

     
    Autres chiffres 

    Premier jour Paris/périphérie : 25 383

    Première semaine Paris (intra) : 180 319

    Première semaine Périphérie : 81 671

    Première semaine Province (sur 12 villes-clés) : 257 035 

    Total première semaine Paris + périphérie + Province = 519 025

     

    Première semaine à Bruxelles (en francs belges) : 4 929 000 

     

    BANDE ANNONCE

     

    CLIQUER POUR VOIR LES PHOTOS EN HD

    L' AILE OU LA CUISSE - CLAUDE ZIDI

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     COLUCHE - L'AILE OU LA CUISSE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LOUIS DE FUNES - L'AILE OU LA CUISSE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CLAUDE GENSAC - L' AILE OU LA CUISSE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - JULIEN GUIOMAR

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - COLUCHE ET LOUIS DE FUNES

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L' AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    AFFICHE ALLEMANDE

     

    L'AILE OU LA CUISSE - LOUIS DE FUNES ET COLUCHE BOX OFFICE 1976

     .

     

    « BOX OFFICE ROYAUME-UNI DU 14 OCTOBRE 2016 AU 16 OCTOBRE 2016BOX OFFICE FRANCE DU 5 OCTOBRE 2016 AU 11 OCTOBRE 2016 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:28

    Bonsoir Renaud, 

     

    C'est dommage de ne pas avoir mis dans le casting le nom de Marguerite, la secrétaire intérimaire hollandaise. Elle a un rôle non négligeable puisque Coluche en pince pour elle tout le long du film. Elle s'appelle Ann Zacharias. 

    Un film que j'ai vu et revu et rerevu etc....

    Franck. 

      • Vendredi 21 Octobre 2016 à 18:54

        Hello Franck

        J'ai toujours eu un peu de mal avec Zidi alors je ne l'ai vu qu'une fois, hormis la vision pour établir la fiche. Dont acte pour Ann Zacharias !

    2
    Didier Noisy
    Samedi 22 Octobre 2016 à 03:41

    ... Et voici quelques autres chiffres (totalement inédits sur le net !) concernant le film de Claude Zidi : 

     

    Premier jour Paris/périphérie : 25 383

    Première semaine Paris (intra) : 180 319

    Première semaine Périphérie : 81 671

    Première semaine Province (sur 12 villes-clés) : 257 035 

    Total première semaine Paris + périphérie + Province = 519 025

     

    Première semaine à Bruxelles (en francs belges) : 4 929 000 

     

    En comparaison, "Les dents de la mer", sorti en janvier de la même année, avait réalisé 590 241 entrées en première semaine, sur une combinaison Paris/p. + 11 villes-clés !

    3
    Fan
    Vendredi 28 Octobre 2016 à 09:56

    Bonjour,

    Infos supplémentaires, Les dents de la mer fut le premier film a passé le million d'entrées France la semaine de sa sortie avec 1.1M.

    Ce record fut battu par L'aile ou la cuisse avec 1.3M quelques mois plus tard dans un nombre de salles identique.

    Historiquement,  La grande vadrouille fut le premier millionnaire France sur une semaine lors de sa quatrième semaine d'exploitation  pour Noël 1966 (1.01M).

    Deux autres films l'ont fait pour Noël 1971 lors de leur troisième semaine d'exploitation Les aristochats (1.4M) et La folie des grandeurs (1.06).

     

      • Didier Noisy
        Vendredi 28 Octobre 2016 à 15:18

        Bonjour Fan, 

        Merci beaucoup pour ces précieuses infos totalement inédites ! Je savais que "Les dents de la mer" avait atteint (voire dépassé) le million d'entrées France en première semaine ! Par contre, concernant "L'aile ou la cuisse", je l'ignorais... 

        Puis-je vous demander à partir de quelle(s) source(s) vous avez pu détailler ces entrées hebdo ? Même si j'ai  un peu ma petite idée là-dessus... wink2 

      • Samedi 29 Octobre 2016 à 18:34

        Merci Fan.

        Merci pour ces informations que je compte bien intégrer dans la fiche du film très bientôt. Un renseignement hyper intéressant. J'apporterai la précision pour la semaine d'exploitation parisienne de fin 1971. Ce noël 1971 a bien rempli les salles parisiennes également (logique) et il faut dire que l'offre était de très bonne qualité avec en plus un James Bond avec Sean Connery, Les pétroleuses avec le couple Cardinale / Bardot et aussi le premier long métrage de Lucky Luke et bien sûr "Les bidasses en folie"Enorme..    

        Effectivement "La Grande vadrouille" a fait exploser les salles lors de s asortie. Un départ en boulet de canon qui prouve l'évènement national que fut la sortie du film.

        N'hésitez pas si vous avez d'autres informations de ce type, le blog est fait pour cela. Merci de venir régulièrement. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :