• KIM NOVAK BOX OFFICE

     

     

     

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Allemagne

    Italie

    BO US

    French line
    The French Line

    P

    1954

    375 051

    94 858

     

     

     

     

    Phffft
    Phffft !

     

    1955

    313 676

    169 185

     

     

     

    1,55 R

    Du plomb pour l'inspecteur
     Pushover

     

    1955

    834 661

    194 873

     

     

     

     

    On ne joue pas avec le crime
    Five against the House

     

    1955

    44 646

    32 287

     

     

     

     

    Homme au bras d'or,l'
    The Man with the Golden Arm

     

    1956

    599 238

    220 927

     

     

    n ° 74

    4,1 R

    Tu seras un homme mon fils
    The Eddy Duchin Story

     

    1956

    2 807 565

    490 100

     

     

     

    5,3 R

    Picnic
    Picnic

     

    1956

    1 867 054

    528 961

     

     

     

    6,35 R

    Un seul amour
    Jeanne Eagels

     

    1958

    455 270

    89 258

     

     

     

    3,1 R

    Blonde ou la rousse,la
    Pal Joey

     

    1958

    546 464

    186 700

     

     

    n ° 41

    4,7 R

    Sueurs froides
    Vertigo

     

    1959

    2 695 691

    863 825

     

     

    6 000 000
    (n°7)

    5,3 R

    Adorable voisine
    Bell, Book and Candle

     

    1959

    296 076

    155 021

     

     

    n ° 34

    2,5 R

    Au milieu de la nuit
    Middle of the Night

     

    1959

    109 465

    9 149

     

     

     

    1,5 R

    Liaisons secrètes
    Strangers When We Meet

     

    1960

    609 410

    114 926

     

     

     

    3,2 R

    Inquiétante dame en noir,l'
    The Notorious Landlady

     

    1962

    562 280

    165 872

     

     

    n° 18

    2,65 R

    Garconnière pour quatre
    Boys Night Out

     

    1962

    196 760

    73 093

     

     

     

    3, 4R

    Ange pervers, l'
    Of Human Bondage

     

    1964

    96 850

     

     

     

     

    1,75 R

    Embrasse-moi idiot
    Kiss Me, Stupid

     

    1965

    319 150

    52 047

     

     

     

    1,5 R

    Aventures amoureuses de Moll Flanders,les
    The Amorous Adventures of Moll Flanders

     

    1965

    384 228

    77 177

    1 346 563

     

     

    2 R

    Démon des femmes,le
    The Legend of Lylah Clare

     

    1969

    33 798

    2 541

    1 073 661

     

     

     

    Plus grand des hold up, le
    The Great Bank Robbery

     

    1970

    187 755

     

     

     

     

     

    Bison blanc,le
    The White Buffalo

     

    1977

    580 050

    120 733

    509 015

    550 000

     

    1,5 R

    Gigolo
    Schöner Gigolo, arme Gigolo

     

    1985

    42 108

     

     

     

     

     

    Miroir se brisa, Le
    The Mirror Crack'd

     

    1981

    385 129

    202 837

    759 674

    390 639

    n ° 46

    5,5 R

    Merci à Didier NOISY pour les chiffres inédits

    EXCEPTIONNELLEMENT VOICI LA FICHE KIM KOVAK "EMPRUNTEE" SUR LE SITE DVD CLASSIK

     

    http://www.dvdclassik.com/

     

     

     

    James Stewart piste une jeune femme, qu’il ne connaît encore pas, et son regard balaie les gens assis au hasard dans un restaurant chic de San Francisco, dont le rouge du décor surprend autant qu’il intrigue... Le murmure de l’assistance, des bruits de couverts... la musique de Bernard Herrmann commence pianissimo, la caméra subjective (l’œil de James Stewart) se dirige vers un couple, que l’on distingue de loin, la femme présentant son dos dont la blancheur tranche avec la pénombre de la salle... la magie commence... L’homme se lève, invitant sa compagne à quitter les lieux, et tous deux se dirigent vers la sortie... La femme est blonde, ses cheveux retenus en une coiffe savamment épinglée, sa démarche souple... la musique monte crescendo... L’image nous la présente de profil, dont le contour est souligné par un halo de lumière vive se détachant du décor grenat... Profil parfai... elle est belle, tout à fait le genre de beauté qui rend un homme fou, fou d’amour... La musique atteint son paroxysme... Puis le couple s’éloigne, et nous voyons Kim Novak, dont l’image se reflète dans un miroir, se diriger vers la sortie, laissant entrevoir sa robe du soir de mousseline de soie verte et noire, donnant l’impression que l’actrice glisse plutôt qu’elle ne marche, telle une apparition surgie des limbes venue illuminer de sa présence notre pauvre condition terrestre, et nous laissant dépité par son départ, espérant une prochaine visite... La machination est en marche... Cette scène introduit la rencontre entre James Stewart et Kim Novak dans un film, Sueurs froides (Vertigo, 1958), que certains considèrent comme une œuvre très personnelle et la plus réussie du maître du suspense, Alfred Hitchcock. C’est aussi peut-être dans ce film que Kim Novak restera gravée à jamais dans la mémoire des cinéphiles, interprétant un double rôle qui marquera les annales du cinéma, et représentant la femme fatale du Film Noir, rejoignant en cela ces mythes que sont Rita Hayworth, Veronica Lake, Lana Turner, Ava Gardner...

    Si ce rôle fut décisif dans la carrière de Kim Novak, il ne doit pas occulter une filmographie riche, et faire oublier les multiples talents d’une actrice mésestimée par les critiques français, sauf peut-être par François Truffaut, qui voyait en Kim Novak, la sensualité de Marilyn Monroe et le caractère bien trempé de Lauren Bacall.

    Tout commence en 1933, le 13 février exactement, à Chicago où la petite Marilyn Pauline Novak pousse son premier cri. Native du verseau, la petite fille présente, conforme à son signe zodiacal, un caractère indépendant et anticonformiste qui la pousse, une fois atteint l’âge de s’assumer, à voyager à travers les Etats-Unis en tant que Miss « Deepfreeze » (Miss Grand - Froid !), vantant ainsi les mérites d’une marque de réfrigérateur, et donnant raison à Hitchcock, qui perçut, chez notre future héroïne hitchcockienne, le feu sous la glace ! C’est en arrivant à Los Angeles que la demoiselle envoie des photos à la RKO, tentant ainsi sa chance comme des centaines de postulantes. Grand bien lui pris, puisqu’un chorégraphe bien avisé la remarque (il lui trouvait un air différent) et en parle au directeur de la Columbia, Harry Cohn, célèbre pour son tempérament insupportable, qui déclare d’emblée : « Une blonde de plus ! ».

    Il est vrai qu’à Hollywood, les blondes sont légion, c’est presque un apostolat ! Cependant, Harry Cohn doit faire face à la déferlante Marilyn, et sa Star, Rita Hayworth, donne des signes de faiblesse... Promue princesse, la jeune femme revient à Hollywood après son divorce d’avec Ali Kahn, et refuse certains rôles que lui propose Cohn. Capricieuse et trahissant le poids des années, il doit assurer la relève : Kim tombe à point ! Kim va donc être lancée à grand renfort de publicité et de stratégie marketing. On abandonne le prénom de Marilyn, décidément trop courant pour celui de Kim , après avoir proposé Kit Marlow, qui sera, bien plus tard, repris dans la série Falcon Crest (1986).

    Kim Novak va démarrer sur les chapeaux de roue, puisque son premier film est le très estimé Du plomb pour l'inspecteur (Pushover, (1954), du non moins apprécié Richard Quine. L’actrice principale devait être inconnue pour des raisons de budget, le salaire de Fred Mac Murray, de 60 000 dollars, entamant sérieusement la production. Le producteur dira de Kim Novak : « Ce n’était pas une véritable actrice lorsque nous avons commencé le tournage. Le visage était magnifique. Le corps superbe. Elle était photogénique. Mais elle était incapable de montrer la moindre émotion. Nous avons décidé de limiter son dialogue au minimum. Lorsque vous ne jouez pas, vous êtes forcé de réagir et c’est ce sur quoi nous comptions. » (Le Film Noir, Patrick Brion).

    Le manque d’assurance de la jeune femme, qui débute dans la profession, et son peu d’expérience lui portent quelque peu préjudice ; ne doit-elle pas reprendre jusqu’à trente-cinq fois de courtes scènes pour rendre son texte crédible, selon Otto Preminger ? Il faut dire qu’elle est très nerveuse, voire terrifiée face à la caméra et Otto Preminger n’a pas la réputation d’être un tendre, en témoigne quelques années plus tard une Jean Seberg terrorisée par son autorité. Qu’importe finalement, puisque c’est cette actrice que voulait Preminger pour son Homme au bras d'or (The Men With the Golden Arm, 1955), après avoir vu ses précédents films.

    Le succès de l’actrice va crescendo, son sex-appeal y étant certainement pour beaucoup. François Truffaut dira que rarement actrice américaine fut aussi charnelle à l’écran, et, en 1956 on lui décerne le prix de l’actrice la plus sexy de l’année, son homologue masculin étant Rock Hudson. Sa notoriété équivaut celle de Marilyn Monroe, l’éclipsant même pour un temps dans le cœur des américains. Kim poursuit donc sa route semée d’étoiles, et interpelle dans le rôle de l’héroïne de Picnic (1956) de Joshua Logan, en jeune provinciale amoureuse de William Holden, dont une scène captivante est la danse lascive qu’entreprennent nos tourtereaux !

    Les années 1956 - 1957 marquent sa collaboration avec le réalisateur de comédies musicales, George Sidney, pour trois films. Dans Tu seras un homme, mon fils (The Eddie Duchin Story) , elle partage l’affiche avec Tyrone Power, Sidney la mettant merveilleusement en valeur grâce à une photographie soignée. Elle enchaîne avec Un seul amour (Jeanne Eagles), « un grand rôle pour Kim Novak qui sait être émouvante et sensuelle, frivole et grave, égoïste et généreuse, et incarne la vie de l’actrice Jeanne Eagles (1894-1929). » (Tulard). C’est d’ailleurs ce rôle qui procura à l’actrice son expérience la plus riche, selon ses dires. Pour La Blonde ou la Rousse, elle retrouve Frank Sinatra, et incarne... .la blonde ! Rita Hayworth, la rousse ! Aucune rivalité entre les deux femmes, au grand désespoir des journalistes !

    L’année 1957 inscrit un événement notable dans sa carrière, puisque, forte de son statut de superstar de la Columbia, Kim fera grève en protestation de son salaire jugé indigne de sa notoriété !

    1958 est l’année de Sueurs froides et marque ainsi sa collaboration avec un réalisateur pour qui les acteurs sont du bétail, et qui sublime encore ses passions pour ses actrices principales, jusqu’à Pas de printemps pour Marnie (1964), où il déclare sa flamme à Tippi Hedren, la harcelant avant de détruire sa carrière. Ses rapports avec Kim Novak n’ont rien d’un long fleuve tranquille ! Abandonné par Vera Miles (qui tombe enceinte), dont il voulait faire une star grâce à ce film, on lui propose Kim, dont il visionne notamment Un seul amour. Hitchcock n’hésite pas à déclarer : « J’ai perdu tout intérêt au film quand on attribua le rôle à Kim Novak. ».Voilà qui ne laissait rien présager de bon quant à leur association. Kim, quant à elle, a pris de l’assurance, et la timide violette des débuts s’est transformée en une actrice solide, au tempérament d’acier. L’actrice demande des indications sur le rôle, mais Hitchcock ne l’aide pas, l’estimant insupportable et vulgaire. Elle-même fait des caprices de diva, refusant de porter du gris, la couleur du fameux tailleur, jetant son dévolu sur le mauve, couleur qui lui sera attribuée quand elle incarnera Judy, personnage plus proche du caractère de l’actrice, selon le réalisateur ! Quand on connaît le perfectionnisme d’Hitchcock, et notamment ses choix draconien pour les couleurs, comme le vert lors de l’apparition de Madeleine et celle de Judy, la " couleur de la Mort ", on comprend leurs relations conflictuelles. Selon la légende, Hitchcock profita de la scène du suicide de Madeleine, où Kim Novak se jette à l’eau dans la baie de San Francisco, pour l’envoyer " au bouillon " à maintes reprises !

    Curieusement, Kim Novak donna une autre version des faits dans Obsessed with Vertigo (1997),documentaire retraçant la restauration du film. Elle déclare sans hésiter avoir aimé collaborer avec Hitchcock, celui-ci travaillant beaucoup avec elle sur le rythme et lui indiquant comment parler, quoi porter, en précisant bien qu’elle fut choisie pour ce qu’elle apporterait au rôle. Hitchcock s’ingéniait même à jouer sur les différents profils de l’actrice, l’un dévolu à Madeleine, l’autre à Judy, mais le résultat à l’écran est peu visible. L’animosité entre les deux artistes était-elle une légende ? Ayant lu plusieurs aspects de leur relation, j’en viens à penser qu’Hitchcock exagérait leurs différents, dans le but de promouvoir le film. Si l’actrice avait réellement déplu, se serait-il encombré d’elle ? Il finira par avouer qu’avec une actrice plus expérimentée, le résultat n’aurait pas été aussi bon ! Reste une composition toute en nuance, Kim déployant toute une gamme d’émotions, de la blonde Madeleine somnambulique tout droit sortie d’un rêve, à la brune Judy, un tantinet vulgaire mais ô combien désespérée.

    La Paramount, ayant bénéficié des services de Kim Novak, va en échange, céder à la Columbia ceux de James Stewart, le temps d’un film, L’Adorable voisine (Bell, Book and Candle, 1958), d’un certain Richard Quine ! C’est leur deuxième film (considéré par Tavernier comme l’un des plus beau des années 50 ! ) et le début d’une histoire sentimentale et prolifique quant à leur collaboration, puisque suivront deux autres film. Richard Quine vouait un véritable culte à son actrice fétiche, et cette passion s’exprime admirablement dans Liaisons secrètes (Strangers When We Meet, 1960), les mots de Kirk Douglas résonnant parfaitement avec ceux du réalisateur. Ainsi, il parle à Margaret (Kim) de son magnifique sourire, la rendant captivante, et qu’elle devrait rire plus souvent avant de lui déclarer vouloir faire l’amour avec elle. La villa construite durant le film, métaphore des sentiments s’élaborant petit à petit, devait abriter les amours du couple Quine-Novak, mais seul Richard Quine y vivra. Dans ses rapports avec la gent masculine, l’actrice tient avant tout à garder son indépendance et privilégie beaucoup l’amitié. Parmi les soupirants, on dénombre une idylle avec Sammy Davis Jr, ce qui témoigne de son audace quand on connaît le puritanisme américain, ou encore avec le fils du dictateur de Saint-Domingue, Trujillo Jr, ce qui fit grand bruit au Congrès, puisque les Etats-Unis se demandait si « les dollars versés à un pays du tiers-monde devaient être reconvertis en automobiles de luxe pour les stars d’Hollywood, Kim s’ayant vu offerte une Mercedes grand sport ! »(Désir de Stars, Jean-Pierre Léonardini).

    1959, Kim Novak présente à Cannes Au milieu de la nuit (Middle of the Night) de Delbert Mann, d’après le roman de Paddy Chayevsky. C’est sa deuxième virée cannoise, la première étant pour présenter L'Homme au bras d'or, où on la voyait en compagnie d’Otto Preminger et monter les marches en duo avec Brigitte Bardot.

    A partir des années 1960, Kim Novak s’investit davantage dans des rôles plus légers et, après les films passionnels, c’est avec plaisir qu’on la découvre dans des comédies fleurant bon la satire sociale ou dans des films policiers. C’est ainsi qu’elle entame son quatrième et dernier long métrage avec Richard Quine pour L'Inquiétante dame en noir (The Notorious Landlady, 1962), où elle est accusée du meurtre de son mari et retrouve pour la quatrième fois Jack Lemmon, collabore avec Michael Gordon dans Garçonnière pour quatre (Boys' Night Out, 1962), film dans lequel elle incarne une étudiante en sociologie dont la thèse repose sur le comportement du mâle américain, endosse la crinoline et nous plonge dans le Londres du 18eme Siècle et nous proposant une version du roman picaresque de Daniel Defoe, Moll Flanders qui deviendra Les Aventures amoureuses de Moll Flanders (1965), de Terence Young, et en profitera pour épouser un acteur anglais, Richard Johnson, dérogeant ainsi à sa règle de vie qui était de vivre isolée dans une maison au bord de l’océan, mariage éclair d’environ un an qui la confortera par la suite dans un certain isolement, rejoignant ces stars mystérieuses dont la vie est une énigme, à l’instar d’une Greta Garbo.

    Elle fait une incursion dans le western comique, chevauchant nue un cheval, ses charmes stratégiquement camouflés par une longue "crinière" parsemée de fleurs dans Le Plus grand des hold-up (The Great Bank Robbery, Hy, 1969) de Hy Averbvack, et rencontre le maître de la comédie en la personne de Billy Wilder pour une savoureuse satire sociale, dans cette perle d’humour qu’est Embrasse-moi, idiot (Kiss Me, Stupid, 1964) , la voyant déambuler un diamant dans le nombril, entraîneuse repoussant les assauts de Dean Martin, dans un film aux connotations sexuelles évidentes, le réalisateur jouant avec des symboles tels des cactus longilignes et autres candélabres ! Les ligues de décence attaquèrent vigoureusement le film, qui reste pour Billy Wilder un mauvais souvenir. Dans son autobiographie, il relate la déception de son actrice principale, qui s’isola dans sa villa durant des mois, et il n’osa plus jamais lui proposer un rôle par la suite.

    Cette décennie (1960) la verra également jouer dans deux comédies dramatiques, le premier étant L’Ange pervers (Of Human Bondage, 1964) de Ken Hugues dans lequel, reprenant le rôle naguère confié à Bette Davis, elle compose une émouvante Mildred du roman de Somerset Maugham, Of Human Bondage. La scène finale (je ne dirais pas de quoi il s’agit !) témoigne du talent d'une actrice d’une grande valeur, nous laissant subjugués par sa métamorphose, après avoir été le bourreau du cœur de Laurence Harvey, femme aussi légère qu’une bulle de champagne. Elle collabore avec Robert Aldrich pour Le Démon des femmes (The Legend of Lylah Clare, 1968), « film resté classique sur Hollywood, une construction où l’on découvre peu à peu les différents visages d’une star ; l’interprétation de Kim Novak et la violence de certaines séquences ont peut-être contribué à dérouter les spectateurs. » (Tulard)

    Le tournant des années 1970 porte un rude coup aux déesses d’Hollywood, et Kim Novak n’échappe guère aux changements radicaux qu’opère l’industrie du cinéma, à savoir ce besoin constant de nouveaux talents, d’actrices plus jeunes…Elle avait quitté la Columbia quelques années plus tôt, et travaillait en indépendante, en témoigne sa période anglaise avec L'Ange pervers et Les Aventures amoureuses de Moll Flanders.

    Elle se tourne donc vers la télévision, et partage l’affiche avec Tony Curtis dans Third Girl from the Left (1973), ou encore Satan's Triangle (1975), rôle dans lequel elle produit une forte impression dans un téléfilm qui libère l’adrénaline ! En 1985, elle participe à un épisode d'Alfred Hitchcock présente, en compagnie d’une autre héroïne hitchcockienne, Tippi Hedren. C’est avec plaisir qu’on la retrouve au cinéma, parmi une pléiade de stars, comme Elisabeth Taylor ou Rock Hudson, pour une adaptation d’un roman d’Agatha Christie, Le Miroir se brisa (The Mirror Crack'd, 1980) de Guy Hamilton, qui reprend l’histoire tragique de Gene Tierney, film dans lequel elle échange quelques propos croustillants avec sa rivale Elisabeth, et où l’on se demande laquelle des deux trouvera la pire "vacherie" à débiter pour déstabiliser son ennemie ! Kim Novak achèvera sa carrière avec le très esthétique Liebestraum (1991) de Michael Figgis, un bel hommage rendu aux Films Noir et un choix judicieux que d’avoir employé celle qui incarnait sublimement la femme fatale, 33 ans plus tôt dans Sueurs froides.

    Si le cinéma français bouda cette blonde mystérieuse et sensuelle, le cinéma allemand rendit les honneurs en lui décernant un Ours d’or à Berlin en 1997 pour l’ensemble de sa carrière, festival où fut projeté pour l’occasion plusieurs films de la belle.

    Les dernières nouvelles de Kim Novak nous sont parvenues grâce à une interview de 2004, où l’on découvre une femme énergique, toujours belle, vivant dans l’Oregon en compagnie de son mari, Bob Malloy, vétérinaire, épousé en 1976, avec lequel elle élève lamas et chevaux. Le récent incendie de sa ferme en 2000 a réduit en cendre son autobiographie, les scripts de Vertigo et Picnic, ainsi que sa collection de tableaux. Elle reste cependant philosophe, accusant la fatalité, et consacre son énergie pour la création, notamment la peinture.

    Un éventuel retour devant les caméras ? Cela semble peu probable mais elle se déclare prête à s’investir si le rôle en vaut la chandelle ! Pour l’heure, elle laisse ses films témoigner de son âge d’or, permettant aux cinéphiles de chaque nouvelle génération de découvrir une actrice magnétique, dont les yeux de chat n’ont pas fini de nous hypnotiser !

    Par Kim - le 1 juin 2005

    .

    « PHILIPPE DE BROCA BOX OFFICEMASSACRE A LA TRONCONNEUSE - LA FRANCHISE BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    walter
    Lundi 5 Août 2013 à 18:51

    Very nice portrait. Thank you.

    In Germany "Le Bison blanc" (1977) had visitors similar as in France and Spain: about 550.000

    All the Best

    Walter

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :