• JOYEUSES PAQUES - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1984

     

     

    JOYEUSES PAQUES

     

    24 OCTOBRE 1984 

     

     

    JOYEUSES PAQUES - BOX OFFICE JEAN-PAUL BELMONDO 1984

     

     

     

     

    • Réalisation : Georges Lautner
    • Scénario : Georges Lautner et Jean Poiret d'après la pièce de Jean Poiret
    • Producteur : Alain Belmondo et Alain Sarde
    • Société de production : Les Editions René Château - Sara Films
    • Distribution : AMLF / RENE CHATEAU
    • Musique : Philippe Sarde
    • Photographie : Edmond Séchan
    • Montage : Michelle DavidFormat : Couleur
    • Genre : Comédie
    • Durée : 93 minutes
    • Jean-Paul Belmondo : Stéphane Margelle
    • Sophie Marceau : Julie
    • Marie Laforêt : Sophie Margelle
    • Rosy Varte : Marlène Chataigneau, la mère de Julie
    • Michel Beaune : Rousseau
    • Marie-Christine Descouard : Melle Fleury
    • Gérard Hernandez : Le serveur du restaurant indien

    A cinquante ans, le riche industriel Stéphane Margelle n'a rien perdu de son entrain de cavaleur impénitent. Les rives de la Côte d'Azur, où il réside, ne manquent pas de jolies filles : ainsi Julie qui, après un psychodrame avec son amoureux, ne sait pas où dormir. Stéphane, bien sûr, lui propose l'hospitalité, certain que son épouse Sophie a bien pris l'avion en début de soirée. Mais une grève-surprise des transports en décide autrement, et madame Margelle fait une entrée tout à fait inopinée dans l'appartement à une heure du matin. Embarras. Stéphane fait passer Julie pour sa fille de Limoges, celle dont il ne put épouser la mère, issue d'une vieille famille rigoriste de marins... Julie est enceinte et était venue le lui dire. Elle pourrait aller dormir chez tante Marthe à Monaco. Mais Sophie fait remarquer qu'il est tard et invite la jeune fille à rester. Mal à l'aise, Stéphane réveille Julie pour qu'elle parte par le premier train. En vain. Sophie la retient, fait du shopping avec elle, puis la conduit à la maison de Saint-Paul de Vence pendant que Stéphane négocie un possible contrat avec le fonctionnaire socialiste William Rousseau. Hospitalisé à la suite d'un léger incident, Stéphane s'enfuit au volant d'une ambulance, semant une folle panique dans les rues, avant d'arriver en taxi à Saint-Paul, où une foule d'amis s'est réunie pour lui souhaiter un bon anniversaire. Au beau milieu de la fête surgit en furie Marlène Chataigneau, mère de Julie, qui a passé toute sa journée à attendre celle-ci. Alcoolique et sans manières, elle déclenche un esclandre dont Stéphane aura bien du mal à se remettre. Rousseau prend fait et cause pour cette pauvre femme, et décrète Stéphane indigne d'avoir l'Etat pour client. Mise au courant de la situation, la mère irascible se radoucit et joue le jeu, trop même, inventant une inutile soeur cadette. Les trois femmes, de connivence, attendent de voir jusqu'où Stéphane est capable de s'empêtrer. Le lendemain, il fait irruption avec violence à la conférence de Rousseau, à laquelle Julie s'est laissée inviter. La police le ceinture et l'embarque. Sophie le fait libérer grâce à l'intervention d'un jeune commissaire qu'elle connut enfant et qu'elle pourrait fort bien - juste revanche - faire passer pour... son fils !

     

    ******************************************************

     

    BELMONDO a sacrifié à sa très bonne résolution de ne proposer qu'un film par an avec "Les morfalous". Résultat: pas de records, mais cependant un résultat très satisfaisant au box office. Il reste donc à découvrir le "Bebel" de la rentrée 84. En dehors de la qualité intrinsèque du film, c'est en interne qu'il faudra trouver un intérêt dans la production de celui-ci. A la base, l'acteur voulait retourner sur les planches après une longue absence. Ce qui signifie en filigrane qu'il désire peut être revenir aux fondamentaux de l'acteur: jouer en public et ne pas être un produit marketing. Lorsqu'il apprend que Alain SARDE compte produire l'adaptation de la pièce de Jean POIRET "Joyeuses Pâques" mise en scène par Georges LAUTNER il contacte le réalisateur pour montrer son intérêt. Evidemment pour LAUTNER tourner de nouveau avec l'acteur qui lui a valu autant de succès est une aubaine et il organise une rencontre entre POIRET et BELMONDO. Les deux s'entendent très bien et le projet peut être mis en chantier. Pour l'occasion l'acteur va s'associer avec Alain SARDE pour produire le film et bénéficier d'un budget de 40 millions de francs. On peut s'étonner d'un budget aussi important pour l'adaptation d'une pièce populaire crée en 1980 ? Parce que l'acteur insiste pour insérer quelques cascades fort couteuses au sein du film, histoire de briser l'aspect pièce filmée inhérente à toute production de ce type et répondre au cahier des charges demandé par les spectateurs.

    "Joyeuses Pâques" est une sorte de Vaudeville basé principalement autour de trois personnages; le mari bourgeois volage, sa jeune maîtresse qu'il fait passer pour sa fille et une femme cocue et méfiante.

    Pour camper la fausse fille mais vraie maîtresse de Stéphane le choix s'est posé sur la jeune Sophie MARCEAU après quelques hésitations. Encore mineure durant le tournage elle est cependant déjà une petite star du cinéma car ses trois premiers films ("La Boum" 1 et 2 et "Fort Saganne") ont tous été des succès. La promotion du film sera donc axée sur les deux acteurs. Pour jouer la femme cocue, mais maligne, les producteurs n'auront pas à chercher loin. BELMONDO choisit sa complice de "Flic ou voyou" et des "Morfalous" soit Marie LAFORET bien rodée aux tournages de Georges LAUTNER (qui aurait pu choisir Mireille DARC de temps en temps, mais bon). Nous signalerons aussi l'excellent second rôle de Rosy VARTE qui accèdera un peu plus tard à une énorme popularité avec le rôle de "Maguy" à la télévision.

    Alors que dire du film ? C'est un film mineur qui possède un rythme curieux. En effet il possède cet aspect figé lié aux adaptations des pièces de théâtre, bien que LAUTNER fasse son possible pour rythmer le film et c'est bien là que le bât blesse. Les scènes de cascades fort bien réalisées au demeurant et fort difficiles à mettre en scène tombent comme un cheveu sur la soupe. Pire, le spectateur doit supporter Bebel déguisé en infirmier jouer au pitre comme un Jerry LEWIS des mauvais jours au volant d'une ambulance. Car le brave Bébel est en roue libre. En fait les seuls moments où il joue juste sont ses répliques avec Marie LAFORET, car celle-ci est la meilleure interprète du film. Magnifique, maligne, elle joue à mystifier son mari et sa jolie maîtresse. Enfin un bon rôle pour l'actrice après celui très effacé des "Morfalous". Sophie MARCEAU toujours en apprentissage, est quelque peu réservée mais offre sa jeunesse et sa beauté insolente à la vue des spectateurs. Elle se plie au passage inévitable de se montrer torse nu dans quelques plans furtifs histoire d'appâter le spectateur. Elle fait son possible, mais n'est pas encore au niveau de ses glorieux ainés.

    Malgré les dialogues corrects de Jean POIRE et la réalisation alerte de LAUTNER qui s'offre cependant quelques plans malheureux comme des ralentis avant / arrière inutiles, le film ne décolle pas, et c'est entre quelques bâillements que nous assistons à ce Vaudeville énervé ou Jean-Paul BELMONDO utilise à foison ses pitreries y compris dans la pénible scène finale où il gesticule tel un ouistiti dans ses habits réduits en pièces. De plus le film traîne un aspect "bling bling" des plus désagréable. Bref, le film serait sans doute passé inaperçu sans la présence de ses deux stars.

    En plein tournage un évènement extrêmement important se déroule. L'acteur se fâche avec le fidèle René CHATEAU sur plusieurs points:

    René CHATEAU insistait pour que BELMONDO soit un acteur rare peu disponible pour la presse. Un produit exceptionnel donc. Or, l'acteur ouvre le plateau de tournage aux journalistes et accordes des interviews, ce qui est un changement de stratégie notable.

    Alors que les affiches des BELMONDO lançaient parfaitement les films, l'acteur a trouvé celle des "Morfalous" exagérée et mensongère. Il ne veut plus d'affiches peints . Il choisira une affiche sur laquelle il sera photographié ainsi que Sophie MARCEAU dans le fond. Une affiche  laide en faite qui n'est pas faite pour attirer le chaland...

    BELMONDO va créer CERITO distribution, chargée de diffuser les cassettes vidéos et de gérer les droits vidéos. Sans doute René CHATEAU n'avait-il plus sa place.

    Ce sont des erreurs stratégiques majeures, tant René CHATEAU fut un élément essentiel de son insolente réussite. De plus, BELMONDO va s'associer avec Alain SARDE pour produire d'autres films que ceux qui le mettent en scène et va rencontrer diverses fortunes. Avoir quitté les "Films Ariane" n'était pas non plus une bonne idée.

    Pour sa sortie parisienne, la concurrence semble dégagée. Seulement un film inattendu va cartonner à la surprise générale la semaine précédent la sortie du film. En effet "Marche à l'ombre" de Michel BLANC a réalisé une première semaine torride à 345 000 entrées et le film devient la coqueluche du jeune public qui plébiscite Gérard LANVIN, Michel BLANC et la superbe Sophie DUEZ. Le film bénéficie d'un fantastique bouche à oreille qui lui fait passe une superbe seconde semaine où le film perd peu d'entrées. Il conserve 274 000 spectateurs en seconde semaine et c'est suffisant pour réaliser l'impossible : battre le nouveau BELMONDO.

    Dès son premier jour avec 29 000 spectateurs beaucoup comprennent qu'une page se tourne. Malgré un très beau week end, le film ne fait que 263 000 entrées en première semaine. beaucoup se contenteraient d'un score aussi important, mais symboliquement c'est une date. Le film réalise une très belle seconde semaine durant les vacances scolaires avec 191 000 entrées, mais dès la troisième semaine, le film décramponne.

    Si le public parisien se détourne assez vite du film, la province est très réceptive. Avec près de 3.5 millions d'entrées France c'est finalement un gros succès proche du niveau de "Flic ou voyou". c'est un petit miracle si l'on considère le terrible niveau de qualité qui sépare le film de "Marche à l'ombre". Pour beaucoup c'est une déception, mais en fait c'est une grande réussite. Cette année là, "Les ripoux" a été un triomphe tout comme "Marche à l'ombre". Les goûts du public changent. Il est évident que les comédies prout prout tagada de BELMONDO deviennent gentiment désuètes surtout que la critique a éreinté le film.

    Le film marque la fin d'une période dorée pour Georges LAUTNER qui aura bien du mal à retrouver de telles locomotives. Sophie MARCEAU connait son 4ème succès d'affilée, tout lui réussit, mais elle fera quelques choix artistiques douteux qui feront fondre son capital sympathie envers le public.

    BELMONDO va retourner au polar avec son prochain film très ambitieux "Hold Up", un genre qui jusque là lui a toujours porté chance.       

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    3 428 900

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    652 547

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    2

    263 446

    50

    2ème semaine

    2

    194 911

    51

    3ème semaine

    4

    81 187

    51

    4ème semaine

    9

    53 411

    45

    5ème semaine

    11

    31 822

    29

    Nombre de semaines Paris

     

    11

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    5 269

     

    1er jour Paris

     

    29 848

     

    Budget

     

      40 MF

     

    Box office annuel Allemagne

    20

    871 702

     

    Box office annuel Espagne

     

    198 650

     

    Box office annuel Italien

     

     

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     JOYEUSE PAQUES BANDE ANNONCE

     

    BELMONDO ET SOTTO MAYOR - JOYEUSES PAQUES

     

    vlcsnap-2011-12-05-14h59m01s166.png

     

    JEAN PAUL BELMONDO - SOPHIE MARCEAU- JOYEUSES PAQUES

     

    vlcsnap-2011-12-05-14h59m33s229.png

     

    MARIE LAFORET - JOYEUSES PAQUES

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h00m42s156.png

     

    SOPHIE MARCEAU - JOYEUSES PAQUES

     

    SOPHIE MARCEAU SEINS NUS

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h05m15s65.png

     

    JOYEUSES PAQUES - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h06m13s139.png

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h06m36s105.png

     

    SOPHIE MARCEAU  SEINS NUS

     

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h07m22s62.png

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h10m02s127.png

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h10m08s185.png

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h10m39s237.png

     

    vlcsnap-2011-12-05-15h10m51s102.png

     

     

    ....

    « HOLD UP - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1985LES MORFALOUS - JEAN PAUL BELMONDO BOX OFFICE 1984 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :