• JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

    JOSEY WALES, HORS LA LOI

    (THE OUTLAW : JOSEY WALES)

    20 OCTOBRE 1976

     

      

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

    • Titre original : The Outlaw Josey Wales
    • Réalisation : Clint Eastwood
    • Scénario : Philip Kaufman et Sonia Chernus, d'après le roman Gone to Texas de Forrest Carter
    • Musique : Jerry Fielding
    • Directeur de la photographie : Bruce Surtees
    • Décors : Tambi Larsen
    • Montage : Ferris Webster
    • Production : Robert Daley, James Fargo et John G. Wilson
    • Sociétés de production : Warner Bros., The Malpaso Company
    • Société de distribution : Warner-Columbia Film
    • Genre : western
    • Durée : 135 minutes
    • Clint Eastwood (VF : Jacques Deschamps) : Josey Wales
    • "Chief" Dan George (VF : Georges Atlas) : Lone Watie
    • Sondra Locke (VF : Brigitte Morisan) : Laura Lee
    • Bill McKinney (VF : Marc de Georgi) : Terrill
    • John Vernon (VF : Raoul Delfosse) : Fletcher
    • Paula Trueman (VF : Madeleine Damien) : Grandma Sarah
    • Sam Bottoms (VF : Dominique Collignon-Maurin) : Jamie
    • Geraldine Keams : Little Moonlight
    • Woodrow Parfrey : Profiteur

     

    Josey Wales cultive tranquillement son champ dans le Missouri quand les irréguliers nordistes du Kansas du capitaine Terrill surgissent, incendient son ranch et massacrent sa famille. Une bande de partisans sudistes arrivant peu après, il la suit. Mais le Sud est vaincu et le sudiste Fletcher annonce une amnistie aux partisans qui déposeront les armes. En fait, c'est un piège : lors de la reddition, au moment où les partisans prêtent serment à l'Union, on les abat à la mitrailleuse. N'en réchappent que Josey Wales, qui avait refusé de se rendre (il est très méfiant, ce qui lui sauvera la vie plusieurs fois), et un jeune franc-tireur qui est d'ailleurs blessé. Josey Wales ayant dans l'affaire massacré un gros paquet de Nordistes, sa tête est mise à prix et un détachement nordiste commandé par Terrill et guidé par Fletcher (qui avait été trompé comme les autres mais connaît le tempérament vindicatif de Wales) le prend en chasse. Échappant aux battues, les fugitifs parviennent à traverser le Missouri puis à liquider deux imprudents "partisans de la libre entreprise" qui pensaient les capturer. Le jeune partisan meurt peu après et Josey Wales, se retrouvant seul, décide de se réfugier du côté du Texas.

     

    En cours de route, il s'adjoint un vieux chef indien dépossédé par Washington et qui a essayé de le capturer, puis une jeune indienne rejetée par sa tribu et traitée en esclave par un trafiquant (abattant au passage deux trappeurs trop entreprenants), puis un vieux chien, puis une vieille femme (et sa petite fille) dont le fils, qui fut l'un des irréguliers du Kansas, mais a été tué par les francs-tireurs sudistes, possédait un ranch magnifique au Texas. Juste avant cette rencontre, Josey Wales abat quatre Nordistes hésitants (car il est devenu le tireur le plus célèbre de l'Ouest) qui ont eu la malchance de croiser son chemin et juste après il extermine toute une bande de comancheros venant de massacrer le convoi de la vieille dame. Tout ce petit monde arrive donc à destination : hélas, la ville est quasi-déserte (Josey Wales devra quand même encore y abattre un des deux chasseurs de primes qui l'y attendaient, le survivant ira chercher des renforts) car les habitants l'ont quittée suite à l'épuisement de sa mine d'argent ; ne reste qu'un saloon où l'on n'a plus rien à boire, où le joueur professionnel fait des réussites et où l'entraîneuse n'entraîne plus personne. Le merveilleux ranch (en fait, un demi-désert) est abandonné. La vieille dame prend possession des lieux mais ceci déplaît aux Comanches voisins qui, ne voulant pas voir de Blancs s'installer, enlèvent deux employés engagés par la vieille dame. Josey Wales parvient à les sauver et à conclure un accord avec les Comanches, ennemis de Washington et qui ont entendu parler de ses exploits. Bien qu'invité à rester, il préfère repartir. Mais Nordistes et chasseurs de primes, ayant uni leurs forces, l'attendent. Cette fois, cependant, Josey Wales sera aidé par tous ses compagnons et la totalité de la troupe ennemie exterminée. Terrill, le vilain Nordiste qui avait attaqué la ferme de Josey Wales au début, parvient seul à s'enfuir mais Wales le poursuit et manquant de munition il l'éventre avec son propre sabre.Plus tard, des rangers du Texas et Fletcher, arrivés également au village, s'entendent raconter que Josey Wales a été tué dans une rixe au Mexique. L'affaire est donc close pour les autorités. Quant à Fletcher, qui n'est pas dupe, il fait semblant de ne pas reconnaître Josey Wales et repart. La guerre est finie.

    ****************************************

     

    Clint Eastwood n'est pas satisfait. "La sanction" qui lui a demandé un grand investissement personnel distribué par Universal n'a pas très bien fonctionné, encore moins bien que "Le canardeur". Bien sûr il lui reste la franchise des "Inspecteur Harry" distribué par la Warner, mais il est très déçu du traitement peut être un peu léger que Universal réserve à ses productions. Frank Wells de chez Warner joue souvent au tennis et connait les défauts de Clint. Si les productions Malpaso ne coutent pas très cher, Clint à l'habitude de percevoir des primes de frais en liquide et d'utiliser les avantages des studios en particulier des voitures des studios qu'il rachète pour 1 dollar et donne aux membres de sa famille ou à ses potes. On sait aussi que Clint ne paie jamais les restaurants où il se rend estimant que la publicité qu'il fait aux établissements compense largement la note.

     

    Frank Wells propose à Clint de s'engager à long terme avec la Warner. Il sait que le potentiel de la star est important et qu'il gagnera quand même de l'argent avec les à cotés versés à la star. En échange de collaborer avec la Warner, Clint pourra utiliser à volonté les jets privés de la Warner et ce, en priorité. Ses frais versés en liquide seront augmentés, il pourra utiliser autant de véhicules qu'il désire, bref il ne sortira rien de sa poche. Mieux, Wells promet à Clint une aide précieuse pour sa société Malpaso dans la recherche de scripts, mais surtout tout l'appui de la Warner pour le marketing de ses futurs films. Une petite agence de publicité est crée à cet effet afin de s'assurer de la promotion des films. Des conditions alléchantes que Clint accepte.

     

    Cela tombe bien, le service scénario de Malpaso lit un livre envoyé par un auteur indien et édité en 1972 a 75 exemplaire sous le titre "Gone to Texas" (qui ne plait pas à Clint).Rebaptisé "The outlaw Josey Wales" le livre plait tellement à Clint qu'il partage l'achat des droits du livre avec Warner qui couvrira le budget du film officiellement de 4 millions de dollars. La Warner aura donc un film a présenter dans le cadre du bicentenaire de l'Indépendance des USA...

     

    Clint Eastwood n'a pas envie de réaliser le film, fatigué par le tournage de "La sanction". Il cherche un réalisateur de la trempe de Michael Cimino, et le choix s'effectue sur Philip Kaufman qui travaille aussi sur le script. Le réalisateur est enthousiasmé et va chercher à faire du film un grand film. Il part dans de longs repérages, ce qui agace déjà Clint. Il choisit les acteurs du film en particulier Sondra Locke qui a été nommée aux Oscars huit ans auparavant. Cela plait à Clint qui rêve peut être un jour d'obtenir un Oscar. Mais en coureur de jupons éternel il est aussi attiré par l'actrice. Le problème c'est que Philip Kaufman l'est également et on ne marche pas sur les plates bandes de Clint. De toutes les manières Locke finit dans le lit de Clint. Pour Kaufman les choses vont de mal en pis, lent et minutieux il éternise le tournage et s'attire les foudres de Clint réputé pour tourner rapidement. Les noms d'oiseaux fusent sur le tournage et Clint a la langue acide quand il n'est pas content. Pire, un jour le réalisateur emmène l'équipe pour tourner une scène dans un lieu qu'il a repéré quelque temps auparavant. Mais il ne retrouve pas l'endroit et part à sa recherche. Pendant ce temps Clint tourne la scène en une heure, et à son retour Kaufman s'aperçoit que tout le monde est parti. Clint fera virer Kaufman par un comparse et contre son gré tourne le film. Contre toute attente, Clint s'amuse et apprécie le tournage qui se déroule dans une bonne ambiance et bien sûr dans les temps, Clint tournant toujours à l'instinct.

     

    Frank Wells tient parole et le film bénéficie d'une importante campagne de promotion. Des réceptions sont organisés, les critiques reçoivent des cadeaux, et Clint se prête au jeu des interviews avec plaisir. Le film sera présenté a 200 critiques et académiciens. La Warner invite 70 critiques à un voyage a Santa Fé pour un barbecue géant et assister à la première mondiale du film. Les critiques sont donc pour l'essentiel excellentes et le résultat se fait sentir au box office. Le film intègre le top 10 de Variety durant 6 semaines et parvient à obtenir une jolie recette de 31 millions de dollars soit plus du double que celle de "La sanction". Le film se classe à une jolie 16ème place au top annuel 1976.

     

    En France le traitement n'est pas le même. Déjà le film sort la même semaine que "Missouri Breaks" d'Arthur Penn, ce qui est une énorme erreur stratégique. Deux très bons westerns la même semaine c'est criminel et Clint est clairement le perdant de la semaine, avec une modeste 6ème place au classement hebdomadaire du "Film Français" à sa sortie. La semaine suivante "L'aile ou la cuisse" ravage le box office et "Josey Wales hors la loi" disparait vite du top. Le film fait un score de 380 000 spectateurs bien en deçà de l'énorme qualité du film. Clint Eastwood en France, ce n'est pas encore cela. Le film marche bien en Europe, surtout en Angleterre où il passe deux semaines en tête du box office et se classe top 9 de la saison.

     

    C'est donc un très bon succès pour Clint (sauf en France) et l'association avec Warner part sur de très bonnes bases, Clint va intégrer un bureau de la Warner, et peut après le tournage d'un nouvel Inspecteur Harry aura lieu. Mais Clint en a soupé des westerns, genre qui ne marche plus au box office et à priori, ne désire plus en tourner, ce qui sera le cas de nombreuses année.

     

     

     

    Concernant le film, il est à peu près reconnu que "Josey Wales" est sans aucun doute un des chefs d'œuvre de Clint et personnellement c'est peut être le meilleur. Car le film aborde bien des thèmes. Il y a celui bien connu de la vengeance qui semble le plus évident. Josey Wales n'a pas demandé à ce que sa famille soit massacrée et manque de bol ce pistoléro exceptionnel est capable d'abattre plusieurs personnes à l'aide de ses nombreux pistolets dont il ne se sépare jamais. Ambidextre c'est une redoutable machine à tuer. Un des petits indices qu'il va y avoir des morts est que Wales crache toujours sa chique avant de défourailler. Cette vengeance s'inscrit dans un paysage anarchique et apocalyptique. La violence est partout, sans pitié. Que ce soit au niveau des sudistes ou des nordistes, voire même des confédérés. Dans une scène magnifique le détachement nordiste où Wales a trouvé refuge se présente aux confédérés pour sa reddition. Le gouverneur confédéré annonce à son chef que malheureusement il est impossible d'intégrer dans la vie sociale une bande de sauvages et ceux-ci sont abattus comme des chiens à la "Gatling" une des mitrailleuses cachées dans des chariots. Wales qui refusait sa reddition s'empare d'une des mitrailleuses et massacre les confédérés devenant l'ennemi public numéro un. Lors de sa fuite Wales rencontrera des personnages pittoresques qu'il protègera au fur et à mesure de son parcours. Ce sont des faibles qu'il va protéger grâce à la puissance de ses pistolets. Il s'agit d'un vieil indien (joué fabuleusement bien par Chief Dan George) une squaw et surtout Laura Lee (joué par une Sondra Locke étonnement érotique) et sa famille qu'il sauve en masscrant une bande de Comanches. Il parvient à négocier la paix avec "10 ours" le Chef Comanche (magnifique Will Sampson vu dans "Vol au dessus d'un nid de Coucou") qui sait bien que les temps vont changer pour les indiens, et pas en bien. Wales et ses amis partent s'installer dans un ranch où il trouvera une prostitué, un cafetier, un tricheur, un vacher mexicain et un cow-boy musicien. Toute cette communauté est pittoresque mais sera solidaire de Wales qui pourra accomplir sa vengeance. Car Wales s'il est recherché reste très populaire auprès de ses amis. Wales sera donc "mort" à la fin du film.

     

    Clint réalise donc un des meilleurs westerns des années 70. Une description de cet Ouest sauvage, impitoyable et qui annonce un changement de civilisation, la naissance des Etats-Unis modernes. Wales n'en a pas conscience tout acquis à sa vengeance mais y participe grandement. Une réalisation tout en finesse, filmé rapidement et sans fioritures tout en conservant une redoutable efficacité. Les séquences de pistolets ne manquent pas et le film est fort violent, y compris pour Sondra Locke qui doit subir une scène de viol très réaliste. Mais tout ceci ne doit pas masquer l'amitié qui relie tout le groupe d'éclopés autour de Wales. Bref, le film est un master pièce de Clint et vaut bien un "Impitoyable" acclamé par la critique. Reste qu'à l'époque, la France est passée complètement à coté du film.

     

     

     

    CATEGORIE POS NOMBRE SALLES
    ENTREES FRANCE   381 867
     
    ENTREES PARIS BANLIEUE   135 081
     
    1ère semaine 6 48 465
    25
    2ème semaine 15 27 761
     
    3ème semaine 18 11 971
     
    Budget    4 M$  
    BOX OFFICE USA 16 31.8 M$  
    Meilleur classement hebdo US 3 6 SEMAINES DANS LE TOP 10  
    Cote du succès   * *
     

     

                     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    THE OUTLAW : JOSEY WALES TRAILER

     

    SUPER DOCUMENTAIRE SUR LA RESTAURATION DE L'AFFICHE FRANCAISE DU FILM

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JOSEY WALES HORS LA LOI - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1976

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    « UMA THURMAN BOX OFFICEFAITES SAUTER LA BANQUE - LOUIS DE FUNES BOX OFFICE 1963 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :