• JOHN WAYNE BOX OFFICE - MISE A JOUR NOUVEAUX CHIFFRES

    John_Wayne_011.jpg

     

     

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Italie

    BO US

    Piste des géants, la

    1970

    29 091

     

     

     

     

    Chevauchée fantastique, la

    1940

    870 850

     

     

     

     

    L'escadron noir

    1949

    715 122

    118 991

     

     

     

    Les hommes de la mer

    1945

    7 344

     

     

     

     

    La maison des sept péchés

    1947

    236 035

    99 243

     

     

     

    A Man Betrayed

     

     

     

     

     

     

    La fille du péché

     

     

     

     

     

     

    Le prisonnier de la haine

     

     

     

     

     

     

    Lady for a Night

     

     

     

     

     

     

    Les naufrageurs des mers du Sud

    1947

    2 250 755

    506 793

     

     

     

    Les écumeurs

    1948

    109 665

    51 745

     

     

     

    Sacramento

    1948

    596 568

    78 579

     

     

     

    Les tigres volants

    1949

    978 429

    170 652

     

     

     

    Réunion en France

     

     

     

     

     

     

    Pittsburgh

    1951

    40 591

    16 695

     

     

     

    La fille et son Cow-Boy

    1947

    25 029

    11 549

     

     

     

    La ruée sanglante

    1948

    612 486

    79 204

     

     

     

    Alerte aux marines

    1962

    540 819

    115 856

     

     

     

    L'Amazone aux yeux verts

    1948

    66 713

    30 478

     

     

     

    La belle de San Francisco

    1948

    314 117

    34 447

     

     

     

    Retour aux Philippines

    1947

    207 882

    144 622

     

     

     

    Les sacrifiés

    1949

    651 909

    187 878

     

     

     

    Dakota

     

     

     

     

     

     

    Without Reservations

     

     

     

     

     

     

    L'ange et le mauvais garçon

    1950

    889 931

    110 425

     

     

     

    La rivière rouge

    1949

    1 719 383

    423 004

     

     

    9,0

    Taïkoun

    1949

    1 470 953

    194 428

     

     

     

    Le massacre de Fort Apache

    1948

    2 293 565

    697 380

     

     

     

    Le fils du désert

    1950

    46 450

    19 304

     

     

     

    Le réveil de la sorcière rouge

    1950

    1 373 335

    223 895

     

     

     

    La charge héroïque

    1950

    2 214 979

    470 793

     

     

    5,4

    Le bagarreur du Kentucky

    1951

    1 094 206

    195 876

     

     

     

    Iwo Jima

    1950

    2 593 022

    540 545

     

     

    7,8

    Les espions s'amusent

    1958

    258 769

    41 504

     

    n°89

     

    Rio Grande

    1951

    1 768 067

    398 137

     

     

     

    Opération dans le Pacifique

    1951

    1 345 973

    216 974

     

     

     

    Les diables de Guadalcanal

    1952

    1 394 553

    285 506

     

     

     

    La dame et le toréador

    1952

    411 330

    30 625

     

     

     

    L'homme tranquille

    1952

    3 631 736

    975 101

     

     

    7,6

    Big Jim McLain  (inédit)

     

     

     

     

     

     

    Un homme pas comme les autres

    1955

    2 180

    2 180

     

     

     

    Aventures dans le grand Nord

    1954

    652 989

    104 671

     

     

     

    Hondo, l'homme du désert

    1954

    1 227 231

    226 239

     

    n°100

    8,2

    Ecrit dans le ciel

    1954

    1 415 316

    366 954

     

    n°72

    10,4

    Le conquérant

    1956

    2 094 453

    427 517

     

    env 5 500 000

    9,0

    Le renard des océans

    1955

    1 314 508

    267 343

     

    n°62

    12,0

    L'allée sanglante

    1956

    632 271

    131 592

     

     

     

    La prisonnière du désert

    1956

    2 417 903

    494 613

     

    n°31

     

    L'aigle vole au soleil

    1957

    793 271

    147 968

     

    n°96

     

    I Married a Woman

     

     

     

     

     

     

    La cité disparue

    1958

    1 145 633

    205 877

     

    n°34

     

    Le barbare et la Geisha

    1958

    334 644

    99 797

     

     

    9,0

    Rio Bravo

    1959

    3 661 063

    836 141

     

    env 5 000 000

    5,8

    Les cavaliers

    1959

    1 753 526

    388 202

     

    n°31

     

    Alamo

    1960

    3 518 417

    765 930

     

    env 5 500 000

    7,9

    Le grand Sam

    1961

    1 994 920

    527 162

     

    n°18

     

    Hatari !

    1962

    3 234 404

    975 588

     

    n°25

    12,9

    La conquête de l'ouest

    1962

    3 622 760

    1 506 090

     

    8 000 000
    n°3

    46,5

    Les Comancheros

    1962

    502 598

    352 742

     

    n° 24

     

    Le jour le plus long

    1962

    11 933 629

    2 516 338

     

    11 263 736
    n°1

    39,1

    L'homme qui tua Liberty Valence

    1962

    2 037 924

    617 508

     

     6 000 000
    n°9

    3,2 R

    La taverne de l'Irlandais

    1963

    1 565 939

    336 317

     

    n°23

    3,3 R

    Le grand McLintock

    1964

    1 676 794

    359 735

     

    n°21

    14,5

    La plus grande histoire jamais contée

    1965

    547 341

    76 364

    1 559 687

     

    15,4

    Le plus grand cirque du monde

    1964

    2 031 232

    275 386

    2 677 580

    env 6 000 000

    2,0

    Première victoire

    1965

    930 748

    133 650

    1 036 675

    n°60

    4,2

    Les 4 fils de Katie Elder

    1965

    1 605 592

    323 368

    2 455 426

    env 4 500 000

    13,3

    L'ombre d'un géant

    1967

    1 379 377

    327 250

    591 908

    n°35

    3,5 R

    El Dorado

    1967

    2 509 242

    669 885

    2 818 319

    n°21

    6 R

    La caravane de feu

    1967

    1 393 961

    363 971

    2 004 486

    n°39

    6 R

    Les bérets verts

    1969

    1 130 514

    163 503

    1 392 938

    n°52

    21,7

    Les feux de l'enfer

    1969

    374 241

    56 417

    1 361 199

    n°38

    4 R

    Cent dollars pour un shérif

    1970

    800 587

    173 023

    1 751 999

    n°63

    31,1

    Les géants de l'ouest

    1969

    993 049

    208 185

    1 755 898

    n°60

    4 R

    Chisum

    1970

    803 732

    159 664

    1 758 742

    n°57

    6,0

    Rio Lobo

    1971

    1 252 630

    246 790

    1 608 619

    n°51

    4 R

    Big Jake

    1971

    601 817

    106 669

    1 319 580

    n°57

    7,5

    Les Cow-Boys

    1972

    502 379

    66 507

    1 058 008

     

    7,5

    Les voleurs de trains

    1973

    354 121

    87 731

    655 785

     

     

    Les cordes de la potence

    1973

    224 683

    54 405

    729 031

     

    4,1 R

    Un silencieux au bout du canon

    1974

    236 393

    64 818

    733 386

    n°78

    4,1 R

    Brannigan

    1975

    168 612

    41 835

    669 217

     

    2 R

    Une bible et un fusil

    1976

    103 493

    26 367

    474 967

     

    8,0

    Le dernier des géants

    1977

    114 176

    35 970

    429 415

     

    6,0

     EN COLLABORATION AVEC DIDIER NOISY

    John WAYNE représente le cinéma américain à lui tout seul. Superstar mondiale il est LE cow boy par excellence pour les petits enfants de la télé des années 60. Il reste sans doute l'acteur américain le plus connu des années 50 à 70.

    Physique de géant, une présence rare sur un écran de cinéma, il joue tous les héros de la mythologie américaine : le cow boy, le soldat, l'aventurier. Acteur fétiche de John FORD, il tourne quelques uns des plus grands westerns de l'histoire : "La chevauchée fantastique" avant guerre ( donc pas de chiffres français disponibles) mais aussi "Rio Grande", "La prisonnière du désert" , "Les cavaliers" ou "L'Homme qui tua Liberty Valance" bien sûr...et dans un autre genre "L'homme tranquille". Ce serait oublier les classiques d' Howard HAWKS avec " La rivière rouge" ou "Rio Bravo".

    En dehors de ces grands classiques du cinéma, il participe à des superproductions gigantesques comme "Le jour le plus long" ou "La conquête de l'ouest". Il réalise  la superproduction "Alamo" où il joue davy Crockett lui même qui coûte un bras à la production. A la fin des années 60 la qualité des films varie. Il connait un derniers très gros succès aux USA avec "Les bérêts verts", mais ce film lui coûte cher en Europe où l'après mai 1968 le fait passer pour un acteur facho ( ce qui avec la nouvelle vague m'a toujours fait douter de la compétence cinéphilique du peuple français). Aux USA il obtient enfin un Oscar pour "100 dollars pour un shérif", très grand western alors qu'en france on commence à se boucher le nez devant ses films.

    Dans les années 70 il tourne des séries B sympathiques sous la caméra bienveillante de son "yes man "Andrew McLaglen, et tente le polar façon Clint EASTWOOD avec des films comme "Un silencieux au bout du fusil" ou "Brannigan". Mis à part la fidèle Espagne, le public européen se lasse.

    En 1977 sort son dernier western, le magnifique et crépusculaire "Le dernier des géants" de Don SIEGEL himself où il joue un as de la gâchette qui se meurt d'un cancer et qui va réaliser son dernier carnage (un film largement plagié par Clint EASTWOOD dans "Impitoyable" ). Rôle courageux pour l'acteur lui même atteint de ce même crabe depuis 1964. Il s'éteint en 1979 et reste depuis immuablement présent dans le top 10 des acteurs les plus populaires aux USA.

    Une chose est sûre, il n y aura plus jamais un acteur comme le "Duke"....

     

    Merci à Didier pour le tableau

     

    Le box Office US de John WAYNE par Laurent AUMAITRE

    Contrairement à ce que l’on croit, ou que l’on peut lire dans n’importe quelle bio du duke, « la piste des géants »(1930) ne fut pas un échec, loin de là. Il rapporta0.9M$ rental aux USA, somme conséquente pour l’époque. Mais il semble ne pas avoir bien marché à l’étranger (comme quasiment tout les westerns des années 30), et son budget colossal d’1.9M$ fit de ce film un désastre financier, si bien que John Wayne fut cantonné aux séries B.

    Pourtant cela ne l’empêcha pas d’être populaire. Alors qu’une série B des années 30 faisait entre 80 000 et 125 000$ rentals USA, ses films dépassait régulièrement ces sommes. Telles que « l’homme de Monterey » (1933) qui rapporta R : 137 000$ US, « Ride’em cowboy » (1933) R : 164 000$ US. Au point qu’il obtint un rôle secondaire dans « Lilliane » (1933), au côté de Barbara Stanwyck, mais le succès modéré du film (R : 308 000$ US plus R :144 000$ à l’étranger) ne le sorti pas de la série B. Toutefois Variety parlait régulièrement de l’acteur, preuve de sa popularité. C’était un peu le Norris-Seagal-Van Damme de l’époque.

    L’un de ses  plus gros succès de cette période est « Westward Ho »(1935) qui rapporta un demi-million de dollars rental aux USA. Un vrai succès, même pour une série A. Ce n’est donc pas un inconnu lorsqu’il joue dans la « chevauchée fantastique » de John Ford en 1939.

    Evidemment, les producteurs n’envisageaient pas pour autant John Wayne dans le rôle principal, et ce film qui devait avoir un budget confortable et un flamboyant technicolor, dans le style de « la piste des Mohawks », se retrouva avec un budget limité et en noir et blanc. Mais, en bon irlandais cabochard, Ford ne baissa pas les bras et nous offrit la quintessence du western. Le film fut un grand succès aux USA, rapportant R : 1 242 016$. Ce fut également un gros succès dans les autres pays où il put être exploité. En effet, pour cause de guerre mondiale, le film n’est pas exploité complètement dans de nombreux pays. Au 3 avril 1943 il avait néanmoins rapporté, en Rental, 9 262 $ en France, 133$ au japon, 7 888$ en Suède, 19 144$ en Italie, 170 308$ en Grande Bretagne. Au total c’est R : 708 600$ qu’il rapporta hors des USA, une sacrée somme à l’époque. Par le biais de reprise il cumula R : 389 600$ en GB. En France il ressorti en 2010 totalisant environ 170 000 entrées.

    Suivi une carrière impressionnante, dont voici les scores US de quelques uns de ses films (dans l’ordre chronologique de sortie aux USA) :

    -Le premier rebelle (1940, apparemment distribué uniquement dans le nord de la France) : R660 000$ plus 90 000 à l’étranger.

    -Les hommes de la mer(1940) de John Ford: R656 653$ plus 280 000 à l’étranger (dont 180 000 pour la seule GB).

    -Les écumeurs(1942): 1.1M$

    -Les naufrageurs des mers du sud (1942)de Cecil B.DeMille : 10.67M$ de recettes bruts (gross).

    -Pittsburg (1942) : R1.1M$.

    -Les tigres volants(1942) : R1 101 738$, peut être R1.5M$ dans le monde.

    -Réunion en France (1943) de Jules Dassin, avec Joan Crawford : R1.3M$.

    -Alerte aux marines (1944) : R1.6M$.

    -L’amazone aux yeux verts (1944) : R1 504 000$ plus 680 000$ dans le reste du monde. Repris en 1948-49, il rapporta encore R0.3M$ aux USA.

    -Retour aux Philippines (1945) d’Edward Dmytryck, avec Anthonny Quinn: R1 770 000$ plus 720 000 à l’étranger. Repris en 1949-50 il rapporta R265 000$ aux USA et 299 000 en tout dans le monde.

    -Les sacrifiés (1945) de John Ford : R3 109 000$ et R1 238 000 à l’étranger.

    -Without reservations (1946), avec Claudette Colbert : R2.75M$ et R680 000 hors de ses frontières.

    -L’ange et le mauvais garçon (1947) : R1 794 604$.

    -Taïkoun (1947), avec Anthonny Quinn (et qui bénéficie d’une très belle scène de tempête finale) : R2.5M$.

    -Le massacre de fort Apache (1948) De John Ford, avec Henry Fonda : R3 165 000$ plus R1 275 000 à l’étranger. Il rapporta encore R460 000$ en repirse.

    -Le réveil de la sorcière rouge (1948) : R2 836 174$.

    -La rivière rouge (1948) d’Howard Hawks (véritable chef-d’œuvre qui révéla Montgomery Clift) : R 3.8M$ plus R2.7M$ en-dehors du pays. Repris en 1952, il porta ses rentals à 4 506 825$ (correspondant aux 9M$ de recettes annoncé par Renaud).

    -Le bagarreur du Kentucky (1949), avec Oliver Hardy (premier film que Wayne co-produisit) : R1 750 718$.

    -La charge héroïque (1949) de John Ford (Wayne fut nominé à l’oscar du meilleur acteur pour ce film) : R2 750 000$ et R1 million à l’étranger. Il cumule, par le biais de reprises R5.2M$ dans le monde.

    -Le fils du désert de John Ford : R1.94M$ plus R760 000$ dans le reste du monde.

    -Iwo Jima (1949) d’Allan Dwan (vétéran du muet, il était notamment le réalisateur de nombreux films avec douglas Fairbanks) :  Il fit R3.9M$ lors de sa première exploitation. Repris en 1968-69, il engrengea R1.1M$ suplémentaire.

    -Rio Grande (1950) de John Ford, avec Maureen O’Hara : R2.25M$.

    -Les diables de Guadalcanal (1951) de Nicolas Ray, avec Robert Ryan : R2.6M$.

    -Opération dans le Pacifique (1951) : R2 563 000$ plus R1.3M$ à l’étranger.

    -Big Jim McLane (1952), avec Maureen O’Hara : Ce navet anti-rouge, véritablement haineux, au point que c’en est dérangeant à quand même rapporté R2.6M$ aux Usa, mais également  R112 078£ en GB.

    -L’homme tranquille (1952) de John Ford, avec Maureen O’Hara : R3.9M$ plus R1 990 000$ dans le reste du monde.

    -Aventure dans le grand nord (1953) de William Wellman : R2.75M$ plus R104 527£ en GB.

    -Un homme pas comme les autres (1953) de Michael Curtiz, avec Donna Reed : R2.45M$.

    -Ecrit dans le ciel (1954) de William Wellman : Fin  54, le film avait déjà rapporté R5.2M$ (d’où les 10.4 M$ gross donné par Renaud), mais le film (sorti le 27mai 1954) était encore en exploitation et il termina sa carrière à R6.1M$ plus R2.4M$ hors des USA (Estimation Variety datant du 26 mai 1954), un énorme succès en somme.

    -L’allée sanglante (1955) de William Wellman, avec Lauren Bacall : R2.2M$.

    -Le conquérant (1956) de l’ancien commédien d’ « adieu ma jolie », Dick Powell : Il aurait rapporté 12M$ en tout dans le monde, Rental ou Gross, telle est la question. C’est en tout cas sur le tournage de ce film que le Duke fut contaminé par le sable radioactif du Nevada (où l’on pratiquait les essais nucléaires) que Howard Hugues, producteur du film, avait importé pour les besoins du film. Cette radioactivité lui causa son premier cancer quelques années plus tard.

    -La prisonnière du désert (1956) de John Ford : R4.9M$ et peut être R5 990 000$ dans le reste du monde.

    -L’aigle vole au soleil (1957) de John Ford, avec Maureen O’Hara : R2.25M$.

    -La cité disparue (1957) d’Henry Hathaway, avec Sophia Loren : R2.2. 8M$ de recettes mondiales.

    -Le barbare et la geisha (1957) de John Huston : R2.5M$.

    -Rio bravo (1958 d’Howard Hawks, avec Dean Martin et Angie Dickinson : Il rapporta R5.7M$ pour 12.78M$ de recettes brutes (Gross) aux USA. Il engrangea également R4.75M$ dans le reste du monde. Pour autant, en France, ce ne fut pas l’hystérie. Loin de là à vrai dire, car avec tout juste 1.5M d’entrées en 1959 il termina 51éme de l’année. L’un des meilleurs westerns américains de tous les temps.

    -Les cavaliers (1959) de John Ford, avec William Holden : R3.8M$ pour G8.44M$ aux USA.

     

    -Alamo (1960), réalisé par l’acteur lui-même rapporta plus de R8M$ hors des USA. Il attira 2 739 260 spectateurs en France les 2 premières années de sa sortie, soit le 14ème plus gros succès de l’année 1960.

    -Le grand Sam (1960) d’Henry Hathaway, avec Stewart Granger : G11.11M$ aux USA. 1 492 395 entrées France en 2 ans d’exploitations, soit le 44ème plus gros succès de l’année 1961.

    -Les Comancheros (1961) de Michael Curtiz : Etrangement il n’existe aucun chiffre pour le BO américain sur ce film. Pourtant, d’après les recettes hebdomadaires des 150 salles clés que publiait Variety, le film fut de toute évidence un succès suffisant pour figurer dans le bilan annuelle du magazine. Il semble que Variety l’ait purement et simplement oublié. Au Japon, le film démarra très fort puisqu’il rapporta 225 000$ en 9 semaines au Hibiya Theater de Tokyo, établissant ainsi un nouveau record de recettes pour cette salle. En France il fut 58ème de l’année 1962 avec 1 200 849 entrées en deux ans. Ce fut en tout cas un franc succès dans le reste du monde puisque le 13/11/1961 John Wayne touchait déjà 666 000$ grâce à son pourcentage sur recettes. A noter que ce fut le dernier film de ce grand réalisateur que fut Curtiz (Captain Blood, La charge de la brigade légère, les Aventures de Robin des Bois, les Anges aux figures sales, Casablanca, Noël Blanc ).

    -La conquête de l’ouest (1962) : En 3 ans il aurait rapporté 35 à 40 M$ rental dans le monde selon les sources. En 1969, à la fin de sa carrière il en était à R50M$ Monde pour 20.9M$ US. En France sa carrière fut très longue, en raison du procédé utilisé dont peu de salles étaient équipées. Aussi il ne fit « que » 1 339 387 entrées en 2 ans.

    -Hatari (1962) d’Howard Hawks :  Sur de nombreux sites, ainsi que dans les classements « All-time » de Variety, on peut trouver le chiffre de 7M$ rental pour les USA. En fait, il semble que ce sont des Gross que Variety a annoncé fin 1962 pour ce film car d’après Todd McCarthy (auteur d’une remarquable biographie d’Howard Hawks) le film rapporta 4 755 913$ à la Paramount en 2 ans (rentals donc) pour des recettes globales de 10 015 179$ aux USA. Succès donc mais pas un triomphe non plus. Dans le reste du monde par contre le film fit un tabac. Avec 2 887 772 entrées sur 2 ans il fut numéro 5 du BO français de 1962. Il rapporta plus d’un million de dollars (rental) au Japon. D’après l’historien du cinéma James Douglas Eames Hatari rapporta plus de 7M$ rental hors des USA.

    -Le jour le plus long fut le plus gros succès en France pour l’année 1962 avec 8 868 308 entrées sur 2 ans.

    -L’homme qui tua Liberty Valance (1962) de John Ford, avec James Stewart et Lee Marvin : 8M$ gross US, 1 674 373 entrées France en 2 ans (27ème de l’année 1962).

    -Le grand McLintock (1963), avec Maureen O’Hara : O peut trouver un peu partout sur internet le chiffre de R7.25M$ US (correspondant au 14.5M$ indiqué par Renaud). Mais il faut savoir que ce chiffre donné par Variety en janvier 1964 était une estimation. En effet le film, encore en exploitation, était sorti seulement 2 mois plus tôt et avait alors déjà rapporté R1.2M$ pour finalement terminer sa carrière américaine à R4 525 000$.il aurait rapporté R5.5M$ de plus à l’étranger. En France entre 1964 et 1966 il fit 1 479 394

    -la taverne de l’irlandais (1963) de John Ford avec Lee Marvin fit 1 342 024 entrées lors de sa première exploitation en France.

    -le plus grand cirque du monde (1965) d’henry Hathaway, avec Claudia Cardinale et Rita Hayworth : Début 1965 le film avait rapporté R1.55M$ USA, mais dans très peu de salles, aussi Variety était incapable de faire une estimation. Le chiffre ne fut jamais réévalué et on ne connait donc pas ses recettes finales.

    -La plus grande histoire jamais comté (1965) : R5M$ hors USA en seulement un an.

    -L’ombre d’un géant (1966), avec Kirk Douglas, Yul Brynner, Frank Sinatra et Angie Dickinson rapporta G7.11M$ aux USA.

    -Les bérêts verts (1968) réalisé par le duke aurait rapporté R10m$ dans le reste du monde. Un carton en somme pour un film particulièrement critiqué.

    -Les feux de l’enfer (1968) : G7.74M$ aux states.

    -Les géants de l’ouest (1969), avec Rock Hudson : G8.89M$ aux US.

    -Une bible et un fusil (1975), avec Katharine Hepburn (actrice la plus oscarisée de l’histoire) : Les recettes US de Renaud sont en fait des rentals, ses gross étant de 15.58M$.

    -Le dernier des géants (1976) de Don Siegel, avec James Stewart et Lauren Bacall : Comme pour le film précédent, les recettes de Renaud sont des Rentals, ses recettes américaines totales étant de 12.22M$ (8.1 selon une autre source, mais il me semble qu’il s’agirait plus tôt de rental Monde).

     

     

    .

    « MATT DAMON BOX OFFICE - MISE A JOURJACK LEMMON BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    mokette
    Samedi 17 Août 2013 à 22:00

     merci renaud et didier ! super !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :