• JAMES BOND CONTRE DR NO - URSULA ANDRESS BOX OFFICE 1963

     

    JAMES BOND CONTRE Dr.NO

    (Dr.NO)

    6 OCTOBRE 1962 (UK)

    6 MARS 1963

     

    Merci à Didier NOISY pour ces chiffres totalement inédits et issus du CNC

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

    • Titre : James Bond 007 contre Dr No
    • Titre original : Dr. No
    • Réalisation : Terence Young
    • Photographie : Ted Moore
    • Production : Harry Saltzman et Albert R. Broccoli
    • Société de production : Eon Productions Limited
    • Distribution : United Artists
    • Décors : Ken Adam
    • Montage : Peter Hunt
    • Générique : Maurice Binder
    • Musique : John Barry, Monty Norman (thème principal)
    • Direction musicale : Eric Rodgers et John Barry
    • Scénario : Richard Maibaum, Johanna Harwood, Berkely Mather, d'après le roman éponyme de Ian Fleming
    • Pays d'origine : Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
    • Budget : 1 000 000 USD
    • Format : Couleurs (Technicolor) - 1,66:1 pour l'Europe et 1,85:1 pour les États-Unis
    • Genre : Action, espionnage, aventure, policier
    • Durée : 110 minutes

     

    • Sean Connery (VF : Jean-Pierre Duclos) : James Bond 007
    • Ursula Andress (VO : Nikki Van der Zyl / VF : Sophie Leclair) : Honey Rider
    • Joseph Wiseman (VF : Roger Tréville) : Dr. Julius No
    • Jack Lord (VF : Gérard Buhr) : Felix Leiter
    • Bernard Lee (VF : Serge Nadaud) : « M »
    • Lois Maxwell (VF : Paule Emanuele) : Miss Moneypenny

     

     

    En 1961 dans la capitale jamaïcaine Kingston, le chef de la section jamaïcaine du MI6, John Strangways, est assassiné en compagnie de sa secrétaire Mary par un trio de faux aveugles connus sous le nom de Three Blind Mice. Après s'être introduits dans leur villa, les assassins subtilisent deux dossiers, respectivement intitulés Crab Key et Doctor No. À Londres, l'agent secret James Bond, de matricule 007, est convoqué dans le bureau de son supérieur, M. Bond reçoit pour ordre d'enquêter sur la disparition de Strangways et de déterminer si elle est liée ou non à une affaire sur laquelle il travaillait avec la CIA, portant sur la perturbation par ondes radio de lancements de fusées depuis Cap Canaveral. À son arrivée à l'aéroport de Kingston, une photographe tente de le prendre en photo, et il est aussitôt pris en filature par deux hommes. D'autre part, un conducteur suspect lui propose ses services alors qu'il n'avait demandé aucun chauffeur. Bond lui intime de quitter la route principale, et après un bref combat, l'homme refuse de révéler le nom de son employeur avant de se suicider avec une cigarette au cyanure. Pendant son enquête à la villa de Strangways, Bond remarque la photo d'un pêcheur avec Strangways. Après avoir repéré le dénommé Quarrel, Bond discute avec lui mais le trouve peu coopératif. Bond le reconnaît comme étant le conducteur de la voiture l'ayant pris en filature la veille. Il le suit et commence à se battre avec lui et un ami lorsque le combat est interrompu par le second homme ayant attendu Bond à l'aéroport : il affirme se nommer Felix Leiter, agent à la CIA, et explique que, non seulement les deux agents travaillent sur la même mission, mais aussi que Quarrel l'assiste dans sa tâche. Il informe Bond que la CIA a réussi à remonter le brouillage jusqu'à la Jamaïque, mais que les reconnaissances aériennes n'ont pas permis de localiser sa provenance. Quarrel révèle alors qu'il a emmené Strangways sur les îles proches afin de collecter des échantillons de minéraux. Il parle également du Dr No, qui possède l'île de Crab Key sur laquelle se trouve une mine de bauxite : l'île est activement protégée des intrus par une force armée de sécurité, assistée d'un radar.

    ************************************************************

    La carrière de Sean CONNERY va prendre un tournant décisif lorsque Harry Saltzman et Albert R. Broccoli lui proposent le rôle de James BOND. Certes il fait partie des acteurs anglais qui tournent régulièrement, on a pu le voir dans "La plus grande aventure de Tarzan" ou "Darby O'Gill et les farfadets" où ses gros sourcils font merveille, mais il n'est pas vraiment connu.  C'est une très belle opportunité car les romans de Ian FLEMING sont de beaux succès en Angleterre et également aux USA. En France les premiers romans sont édités dans dans la collection de poche "série noire" sous des titres exotiques mais qui seront réédités dans la traduction littérale des titres anglais lors de l'explosion des ventes en 1964.

    Les deux producteurs qui se sont alliés par la force des choses ont créé la société EON qui va produire le film pour United Artist. Les deux ont une excellente idée à la base, il est nécessaire de produire rapidement l'adaptation des romans de Fleming, si possible à la cadence d'un film par an. Le tournage de "Bons baisers de Russie" est donc prévu dès la sortie de "Dr. No" si le succès prévu est là. Sean CONNERY pourrait donc endosser le rôle pour plusieurs films. La production confie donc les rênes à Terence YOUNG réalisateur chevronné qui devra donner un ton réaliste au film et superviser CONNERY pour l'interprétation de BOND.

    Avec un budget somme toutes limité, une équipe de bons professionnels est réunie. Ken ADAMS responsable des décors doit absolument démontrer des trésors d'ingéniosité pour construire des décors qui doivent "faire riche" avec peu de moyens. La majorité de son budget sera consacré au repaire futuriste du Docteur No.

    Au niveau des acteurs pas de folie. Aucun des acteurs que ce soit "M" ou Moneypenny et même le Dr. No ne sont des vedettes. Ursula Andress est la petite amie de l'acteur britannique John Derek, la distribution l'embauche sur photo.

    Le tournage se déroule rapidement et se termine aux studios de Pinewood.

    Le premier BOND est un film solide et qui vaut par l'absence totale de gadgets qui feront la célébrité de la franchise (et son tort). C'est un film d'espionnage et d'aventures ou BOND doit se sortir à la force du poignet de la situations difficile dans laquelle le Dr.No l'a amené. A l'instar du roman, BOND est très éprouvé par le traitement sadique de No. Le passage où il se brûle en traversant des conduits brûlants est très bien retranscrit à l'écran. Ce sera donc sans pitié et de manière définitive que BOND se débarrassera de son ennemi. C'est bien là que la personnalité de CONNERY éclate. James BOND est un espion déterminé et qui n'hésite pas à tuer son adversaire de sang froid. Et CONNERY dégage un charisme hors du commun, un peu animal en dévoilant un torse puissant et viril. Une image d'homme fort très lointaine des habituels espions américains généralement joué par des acteurs au muscle solide mais inversement proportionnel à l'intelligence dégagée par leur interprétation à l'écran. Très bien dirigé par YOUNG, Sean CONNERY éclabousse l'écran on ne voit que lui. Naturellement Ursula ANDRESS va contribuer à la légende du film. Elle apparait au bout d'une heure de film et cette appartion ne laisse pas de marbre le spectateur. Vêtue de son bikini blanc, sortant de l'eau elle est  un objet érotique certain. Les actrices qui accompagnent BOND doivent être des objets sexuels. Mais il y a le méchant du film. Dans ce cas le personnage est fort bien géré, juste ce qu'il faut d'inquiétant et d'énigmatique, sans beaucoup d'autres effets que la voix du personnage et ses prothèses de mains.

    Le tout forme un film solidement réalisé, sans fioritures, mais avec la volonté de divertir et d'impressionner le spectateurs avec de l'action, un zeste de violence un peu inhabituel chez un héros, un poil d'érotisme et de beaux décors.

    Mais il faut un petit plus pour que le film se démarque. Ce plus, c'est le générique réalisé par Maurice Binder auquel s'ajoute le génial thème de John BARRY. Des cuivres, de la guitare électrique, et voilà un thème immortel qui entre instantanément dans l'oreille du spectateur sans en sortir. Un générique trépidant qui deviendra la marque de fabrique de la franchise. Ce petit plus met directement le spectateur dans l'ambiance. Ce film ne sera pas comme les autres.

    Le ton résolument moderne pour l'époque va forger un succès immédiat en Angleterre où le film prend directement la tête du box office. Alors que le film n'est pas encore sorti aux USA où il rapportera 2.4 millions de dollars en rentals en 1963 soit deux fois le budget du film, United Artist confirme a la société EON la mise en route du second épisode. Le budget est doublé ce qui va permettre à la production d'étoffer le casting, de tourner en extérieur et de proposer un salaire un peu plus conséquent à Sean CONNERY. Le tournage débute début 1963 afin que le film sorte juste un an après "Dr No". Pour Sean CONNERY c'est la fin des vaches maigres avec enfin un peu de sérénité dans ses perspectives d'avenir cinématographique. Il est naturellement très loin de se douter qu'il sera dans très peu de temps l'acteur le plus connu de la planète.           

     Le film sort en mars 1963 à Paris cinq mois après l'Angleterre. La période est un peu creuse, et à cause de la télévision les entrées en France s'érodent rapidement. Il n y a pas de réelle tendance en ce début d'année, pas de genre particulier. Quelques séries B sont présentes et le cinéma français n'a pas sorti de grand film hormis "Le vice et la vertu" de Roger Vadim, un film sans Brigitte Bardot, sorti la semaine précédente. Le film ne tient pas la distance en seconde semaine et contre toute attente "James Bond contre Dr.No" prend la tête du box office parisien en réalisant 46 911 entrées sur 4 salles dont le Miramar avec 13 550 entrées. Le bouche à oreille est excellent puisque le film perd peu d'entrées la semaine suivante. Le film attire 131 432 spectateurs en exclusivité sur 4 semaines ce qui est un résultat satisfaisant, puis le film intègre le circuit des salles de continuation puis les salles des quartiers aux prix plus populaires. Le film poursuit un beau parcours puisqu'au 31 décembre 1963 il aura attiré 419 000 entrées sur Paris et sa banlieue un très joli score. Sur la même période le film attire 900 000 spectateurs en France. Le film est donc pour cette année 1963 un succès essentiellement parisien.

    "Dr. No" aurait pu être un bon succès mais il va bénéficier de la tactique des producteurs de sortir le second film "Bons baisers de Russie" très rapidement. Le film sort en mars 1964 et rencontre tout de suite son public. Ce succès relance "Dr No" qui de mars 1964 a décembre 1964 va réaliser encore 214 000 entrées sur Paris et sa banlieue et récolte 776 000 spectateurs pour toute l'année 1964 en France, pratiquement autant qu'en 1963.

    Le film passe les deux millions de spectateurs en avril 1965 alors que sort "Goldfinger" qui va déclencher la JamesBondmania suivi de "Opération Tonnerre' en décembre 1965. Naturellement "Dr.No" profite encore de cette mode et attire 1 123 000 entrées en France en 1965, soit plus que pour l'année de sa sortie ! Il passe les 3 millions d'entrées en juin 1966 et les 4 millions en décembre 1972.

    Il y a longtemps l'été était une période creuse pour l'exploitation et c'était l'occasion pour ressortir les classiques non diffusés à la télévision. "Dr No" ressort en juin 1980 sur Paris et sa banlieue où il récolte 126 498 spectateurs au 31 décembre 1980 et 310 000 entrées sur la France . Il ressort le 2 juillet 1986 où il réalise 59 430 entrées au 31 décembre 1986 sur Paris banlieue et 140 000 entrées sur la France.

         

     

    CATEGORIE POS NOMBRE SALLES
    ENTREES FRANCE   4 772 909
     
    1ère semaine FRANCE
         
    Date passage 1 million France   mars 1964  
    Date passage 2 millions France   avril 1965  
    Date passage 3 millions France   juin 1966  
    Date passage 4 millions France   décembre 1972  
    ENTREES PARIS BANLIEUE   env 1 500 000
     
    1ère semaine 1 46 911
    4
    2ème semaine   43 248
    5
    3ème semaine   29 236
    5
    4ème semaine      
    Budget   300 000 £
     
    Cote du succès   * * * * *
     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    JAMES BOND CONTRE DR NO

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    « 4 DU TEXAS - URSULA ANDRESS BOX OFFICE 1964BOX OFFICE ALAIN DELON 1977 PART II »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :