• JACQUES DEMY BOX OFFICE

     

     

     

    France

    PARIS

    Espagne

    Lola

    3.03.61

    Unidex

    620 690

    237 103

     

    Les 7 péchés capitaux  ("La luxure")

    7.03.62

    Gaumont

    1 317 760

    478 738

     

    La baie des anges

    1.03.63

    Pathé-Consortium

    542 960

    187 677

     

    Les parapluies de Cherbourg

    19.02.64

    Cocinor

    1 322 784

    479 452

     

    Les demoiselles de Rochefort

    8.03.67

    Comacico

    1 434 295

    394 522

    672 487

    Model Shop

    14.05.69

    Columbia

    48 009

    31 595

    421 066

    Peau d'Âne

    16.12.70

    Paramount

    2 711 186

    957 336

    390 434

    Le joueur de flûte de Hamelin

    31.12.75

    Prodis

    75 108

    38 826

     

    L'événement le plus important depuis

    que l'homme a marché sur la lune

    20.09.73

    Fox - Lira

    350 379

    121 924

    548 241

    Lady Oscar

    19.02.97

    Ciné Tamaris

    3 319

     

    95 943

    La naissance du jour  (TV)

    1.11.80

    F.R.3

    TV

    TV

     

    Une chambre en ville

    27.10.82

    U.G.C

    231 624

    102 872

    17 480

    Parking

    29.05.85

    Arts et Mélodie

    142 035

    45 400

     

    Trois places pour le 26

    23.11.88

    A.M.L.F

    295 017

    113 919

     

     

    Tableau de Didier NOISY

     

    Jacques Demy est né le 5 juin 1931 à Pontchâteau, près de Nantes. Son père souhaitait qu'il devienne ingénieur : c'est pourquoi Jacques apprit la mécanique et l'électricité au collège technique de Nantes. Mais, à 14 ans, il avait fait l'acquisition de sa première caméra et tourné, en un après-midi, avec ses camarades de classe, L'aventure de Solange : cette histoire d'une enfant kidnappée et retrouvée vingt ans plus tard ne vit jamais le jour ou plutôt le vit tellement que la pellicule, surexposée, revint du laboratoire complètement blanche ! Demy ne se découragea pas et apprit le maniement de sa caméra par le biais de l'animation, filmant, image par image, des sujets en carton prédécoupé.

    A seize ans, il entre à l'école des Beaux-Arts de Nantes où un professeur et des camarades -tels Bernard Evein et André Guérin qui seront, quelques années plus tard, des décorateurs réputés - l'encouragent à se tourner définitivement vers sa passion : le cinéma. Demy vient à Paris, suit les cours de l'E.T.P.C. (École Technique de Photographie et de Cinématographie) à l'issue desquels il assiste le grand cinéaste d'animation Paul Grimault sur la réalisation de quelques films publicitaires. Il écrit le scénario du Sabotier du val de Loire et le propose à Georges Rouquier, le réalisateur de Farrebique (1946). Celui-ci, en attendant de trouver un producteur à son jeune protégé, l'engage comme assistant sur Lourdes et ses miracles (1954) et Arthur Honegger (1955). A l'automne 1955, Demy tourne Le sabotier du val de Loire qui fut très bien accueilli par la critique. Puis il retrouve Rouquier qu'il assiste sur le tournage de S.O.S. Noronha (1956), où il rencontre Jean Marais. Grâce à ce dernier, Demy parle de son projet d'adaptation du " Bel Indifférent " à Jean Cocteau qui lui en cède immédiatement les droits.

    A la faveur de la Nouvelle Vague, Demy va tourner son premier long métrage, Lola, qu'il avait prévu chanté, dansé et en couleurs : il dut, pour des raisons budgétaires, reporter à plus tard son ambition de réaliser des films comparables aux grandes comédies musicales américaines. Ces films, Les parapluies de Cherbourg et Les demoiselles de Rochefort le firent connaître dans le monde entier : il tourna Model shop aux États-Unis, Le joueur de flûte en Grande-Bretagne et Lady Oscar au Japon. Il eut même, longtemps, un projet de co-production avec l'U.R.S.S. : Anouchka transposition musicale d'Anna Karénine.

    Avec ses amis et complices - le musicien Michel Legrand, le décorateur Bernard Evein - ses comédiens favoris - C. Deneuve, J. Marais, A. Aimée, M. Piccoli, D. Sanda -J. Demy a créé un univers visuel et sonore unique dans le cinéma français. Agnès Varda, son épouse depuis 1962, compare Demy à un arbre gémeau qui serait " cupressus solide et sombre, bien implanté " et " mimosa souriant, avec ses petites boules d'humour". Et, d'après elle, le cinéma de son mari à cette double personnalité: " Sentiments sérieux aux racines profondes et fleurs si légères qu'on dirait des flocons de neige ensoleillée".

    .

    « GILLES LELLOUCHE BOX OFFICESTEVEN SODERBERGH BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :