• HO ! JEAN PAUL BELMONDO BOX OFICE 1968

    HO !

     

    16 OCTOBRE 1968

     

     

      AFFICHE HO! JEAN PAUL BELMONDO

     

    Réalisation Robert ENRICO
    Scénario P. PELEGRI
    L. HAMON
    Robert ENRICO
    José GIOVANNI
    Photographie Jean BOFFETY
    Musique François de ROUBAIX
    Production Paul LAFFARGUE
    Distribution Cocinor
    Durée 95 minutes
    Tournage  
    François Holin dit Ho Jean-Paul BELMONDO
    Benedite Joanna SHIMKUS
    François Canter Sydney CHAPLIN
    Gabriel Briand Paul CRAUCHET

     

     

    Ex-coureur automobile, François Holin entre comme chauffeur au service d'une équipe de gangsters, François Canter, le chef, et les frères Schwartz. On le surnomme "Ho", afin de ne pas le confondre avec l'autre François et pour bien lui faire sentir qu'il n'est qu'un domestique. Ho subit des humiliations constantes et ne touche qu'une infime partie du butin, à la suite d'un hold-up réussi grâce à sa virtuosité. Cet argent lui permet néanmoins d'offrir à son amie Benedite, une cover-girl, un vison au cours d'un week-end en Sologne. Quelques jours plus tard, alors que la bande prépare un nouveau hold-up, Canter se tue par accident. Voyant là une occasion de s'affirmer, Ho propose aux frères Schwartz de diriger l'affaire. Mais ils ne veulent rien entendre. Aussi décide-t-il d'agir seul. Entre-temps, Ho se fait arrêter pour le vol d'une voiture. Incarcéré, il parvient à s'échapper en se faisant passer pour son voisin de cellule, un clochard. Benedite le laisse tomber en apprenant ses activités. Briand, un journaliste, laisse entendre dans un article que Ho serait responsable de l'accident qui jadis coûta la vie à son co-équipier et qui lui valut de perdre sa licence. Ho contacte le journaliste. Ils deviennent amis et Briand réhabilite Ho. La police, qui soupçonne le journaliste d'en savoir beaucoup, l'arrête et l'interroge. En révélant la passion de Ho pour les cravates, il livre un détail qui le perdra. François tombe dans un piège et ouvre le feu. Benedite, qu'il a revue, cherche à le sauver. En voulant gagner la Sologne, ils se heurtent aux frères Schwartz traqués eux aussi après leur hold-up en province. Ho engage le combat, abat les deux gangsters. Mais Benedite est tuée aussi. Désarmé, il se livre ensuite à la police.

     ***************************************

    Après le demi-échec du "Voleur", Jean-Paul BELMONDO change d'impresario car Blanche MONTEL a pris sa retraite. Gérard LEBOVICI va prendre en main la carrière de l'acteur. S'occupant également de celle de Robert ENRICO il facilite la rencontre entre les deux qui voit l'adaptation d'un roman de Jose  GIOVANNI. Robert ENRICO doit à GIOVANNI deux très beaux succès "Les grandes gueules" et " Les aventuriers". C'est un retour à un genre que BELMONDO connait bien, le film noir. Du coté de la distribution, BELMONDO va retrouver deux habitués de Robert ENRICO, la belle et fragile Joanna SHIMKUS ("Les aventuriers") et le toujours très bon Paul CRAUCHET ("Les grandes gueules").

    Etrangement Jean-Paul BELMONDO et José GIOVANNI n'apprécièrent pas le film. L'acteur invoque un rôle trop "loser" pour attirer le grand public et l'auteur va trouver là la motivation de mettre en scène ses propres histoires avec "Le rapace".

    Et pourtant, le film est pétri de qualités. François Holin est loin d'être un personnage négatif. Certes, le film s'ouvre sur un Holin pilote de course accidenté que l'on retrouve après en chauffeur pour le compte d'un gangster. Il aime la sape et agit toujours avec superbe. Il est le bras droit d'un truand François Canter qui l'apprécie. D'ailleurs lors du partage du butin d'un hold-up il octroie une part généreuse du butin ce qui fait grincer des dents les complices de Canter. En effet, Holin est cantonné au rôle de chauffeur et ne participe pas à l'action. L'argent récolté permet à Holin de  mener bon train en compagnie d'une charmante mannequin populaire jouée avec grâce et fragilité par la belle Joanna SHIMKUS.

    "Ho" rêve devant sa glace à des lendemains plus glorieux.

    Durant le repérage d'un nouveau "casse", Canter fait tomber son pistolet au sol. Le coup part et le blesse mortellement. Holin propose de mener le casse à son terme, mais les complices refusent doutant de ses capacités.

    Alors que Holin veut agir seul, il se fait arrêter bêtement. Interrogé par un commissaire tenace qui le soupçonne de connaître l'origine du casse précédent, il n'avoue rien et finit en prison. Mais doté d'une vive intelligence, il parvient à s'évader sans aucune violence. Il emprunte l'identité d'un compagnon de cellule qui est un clochard notoire. Holin sort de la prison crasseux, mais libre. Un passage fort amusant quand on connait son goût pour la belle sape.

    Son évasion lui assure une belle popularité et il fait enfin les gros titres des journaux. Un mélange d'Al Capone et d'Arsène Lupin, son égo explose. Un détail le chipote, on l'accuse d'être à l'origine de la mort de son ami. C'est en fait un piège piloté par le commissaire de police. Holin capture le journaliste qui a écrit l'article et rétablit la vérité. Oui, c'est un bandit, mais il est contre la violence. Petit à petit il séduit Gabriel BRIAND joué" par Paul CRAUCHET.

    Cet épisode rappelle par bien des aspects l'épisode réel de Jacques MESRINE convoquant la presse lors d'une de ses cavales pour faire passer ses messages. Comme quoi le film était bien en avance et crédible.

    Autre preuves des capacités de Holin, il mène à terme le casse prévu avec une nouvelle équipe.

    Alors qu'il éprouve des difficultés avec sa fiancée, il ne peut s'empêcher de se gausser envers Briand. Bêtement celui-ci laisse un indice intéressant au commissaire de police qui l'interroge.

    Holin est poursuivi par ses anciens complices. Holin s'en débarrassera utilisant la force ce qu'il a toujours chercher à éviter. Hélas Bénédicte mêlée malgré elle à l'histoire,  meurt en voiture lorsqu'elle tente de s'échapper du traquenard. 

    Capturé par la police, Holin est sous le feu des projecteurs, mais cette fois pour témoigner de sa déchéance.

    Robert ENRICO a réalisé un très bon film. "Ho" est un gangster très charismatique et classe. Son refus d'utiliser la force et son esprit fanfaron sont attachants. Certes, la fin du film est conventionnelle, mais le bandit ne peut pas toujours gagner fusse-t-il fort sympathique. Le film est bien porté par une superbe partition de François de Roubaix.

    Le film qui prend la première place du box office parisien doit rassurer l'acteur.   En seulement 4 salles le film fait 68 162 spectateurs. La très vive concurrence, en particulier les films avec Louis de FUNES, fera que le film glissera lentement de semaines en semaines, pour finir tout de même à plus de 400 000 spectateurs parisiens au total et à près de 1.8 millions de spectateurs en France. Ce n'est pas spectaculaire mais prouve à l'acteur qu'il devra alterner les entreprises commerciales aux films plus personnels et risqués. L'acteur pourra compter sur l'attaché de presse qu'il vient de rencontrer: René CHATEAU. Celui contribuera énormément à la notoriété que BELMONDO va rencontrer dans sa seconde partie de carrière.      

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 774 340

     

    ENTREES PARIS

     

    414 168

     

    ENTREES PARIS EXCLUSIVITE

     

    269 425

     

    1ère semaine

    1

    68 162

    4

    2ème semaine

    2

    45 642

     

    3ème semaine

    4

    43 397

     

    4ème semaine

    6

    31 920

     

    5ème semaine

    8

    18 533

     

    6ème semaine

    15

    14 842

     

    Nombre de semaines Paris

     

    13

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    17 041

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    734 174

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h12m25s240.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h12m43s161.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h14m30s202.png

     

    HO ! - JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h16m15s229.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h17m18s90.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h18m26s8.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h19m42s252.png

     

    JEAN PAUL BELMONDO - HO !

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h21m38s129.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h23m33s3.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h24m58s85.png

     

    HO ! PAUL CRAUCHET

     

    HO ! JEAN PAUL BELMONDO

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h30m44s218.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h32m07s23.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h35m46s166.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h36m17s215.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h37m37s248.png

     

    vlcsnap-2011-07-28-09h38m17s141.png

     

     

    .

     

     

    « LE CERVEAU - BOX OFFICE JEAN PAUL BELMONDO 1969LE VOLEUR - JEAN PAUL BELMONDO 1967 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :