• HAUTE SECURITE - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1989

     

     

    HAUTE SECURITE

    (LOCK UP)

     4 AOUT 1989 (US)

    30 AOUT 1989

     

     

    HAUTE SECURITE - BOX OFFICE SYLVESTER STALLONE 1989

     

     

    • Réalisation : John Flynn
    • Scénario : Richard Smith, Jeb Stuart et Henry Rosenbaum
    • Photographie : Donald E. Thorin
    • Musique : Bill Conti
    • Production : Michael S. Glick, Charles Gordon, Lawrence Gordon, Lloyd Levin et Adam Simon
    • Sociétés de production : Carolco Pictures et Gordon Company
    • Format : Couleurs - 1,85:1 - Dolby - 35 mm
    • Durée : 1h50.
    • Distribution : Columbia Tri Star
    • Tournage : 6/2/1989- mai 1989
    • Sylvester Stallone (VF : Michel Vigné) : Frank Leone
    • Donald Sutherland (VF : Pierre Hatet) : Warden Drumgoole
    • John Amos (VF : Mario Santini) : le capitaine Meissner
    • Sonny Landham (VF : Richard Darbois)  : Chink Weber
    • Tom Sizemore (VF : Philippe Peythieu) : Dallas
    • Frank McRae (VF : Med Hondo) : Eclipse

     

    Purgeant une peine légère, Frank Leone avait sollicité, à quelques jours de sa libération, l'autorisation de se rendre au chevet de son père d'adoption. Le directeur de la prison, le pervers Drumgoole, s'y était opposé et Frank s'était évadé. Il en avait profité pour dénoncer à la presse les méthodes inhumaines de Drumgoole et celui-ci avait été muté à la prison de Gateway. Frank, lui, avait dû passer cinq ans supplémentaires à la prison de Norwood. Mais dans une atmosphère plus libérale et grâce à des permissions qui lui permettaient de voir régulièrement sa fiancée Melissa, l'épreuve ne s'était pas trop mal passée. Alors que Frank est aujourd'hui à six mois de sa libération, Drumgoole s'arrange pour le faire transférer à Gateway. Véritable psychopathe, il fait régner une discipline de fer dans cet établissement sinistre où trône une chaise électrique en état de marche (bien que la peine de mort ait été abolie). Frank tente de s'adapter et se lie d'amitié avec d'autres détenus : Dallas le débrouillard, Base le nouveau venu et Eclipse qui accepte de le prendre dans son atelier de mécanique. Il doit cependant subir les agressions constantes des sadiques gardiens Manly et Wiley et aussi de Chink, un détenu que Drumgoole utilise pour le pousser à bout. Une superbe Mustang de 1965 que Frank et Eclipse avaient amoureusement restaurée est ainsi réduite en miettes. Meissner, le gardien-chef, observe avec inquiétude l'évolution de la situation et commence à se poser des questions. Braden, un gardien bienveillant, remet à Frank les lettres de Melissa qu'on lui avait cachées. Le malheureux reprend espoir : il ne lui reste que trois semaines à endurer. Mais Base est battu à mort par les amis de Chink. Frank se bat avec ce dernier, mais résiste de justesse à l'envie de le tuer. Blessé au cours de la bagarre, il est transporté à l'hôpital où une visite de Melissa est cruellement écourtée par Manly et Wiley. Frank apprend alors qu'un prisonnier sur le point d'être libéré a été payé par Chink pour violer Melissa. Il lui faut absolument s'évader et, pour cela, il accepte l'aide de Dallas lequel, contre une promesse de remise de peine, l'attire dans un piège. S'apercevant qu'il a été trompé, Dallas s'électrocute en même temps que Manly. Frank prend Drumgoole en otage et le ligote sur la chaise électrique. En menaçant de faire passer le courant, il obtient les aveux du directeur, que Meissner fera mettre sous les verrous.

    ***************************************************

    "Rambo 3" est passé et c'est une relative déception au box office. Si les recettes sont satisfaisantes, il faut constater qu'en volume, l'évolution est sensible depuis le pic d'audience qu'à connu STALLONE avec "Rambo 2". Mais il est évident que STALLONE était l'acteur au top mondial, en 1986 et que pareille situation ne peut durer.

    Autre point: l'acteur ne peut plus utiliser éternellement ses deux personnages fétiches, et il fut bien trouver de bons projets dans l'intervalle. Peut être à cause d'un manque de projets démesurés ou réelle volonté de quitter des personnages qui tiennent plus de la bande dessinée qu'autre chose, STALLONE va jouer dans un film où la dimension humaine de son personnage va prendre le dessus, le tout dans une production à budget raisonnable.

    C'est un film "carcéral" genre où à peu près tous les acteurs de cinéma et de séries télé se sont frottés un jour ou l'autre. Un classique du genre. Des films comme "L'evadé d'Alcatraz" ou "Brubaker" ont obtenus de bons succès en traitant de ce thème

    Frank LEONE est un homme normal, bon père  de famille, aimé de sa ravissante femme. C'est un détenu "modèle" dans sa prison, où il coule une vie de prisonnier somme toutes agréable car il s'est bien intégré avec les différentes parties de sa prison. Il a cependant quelques années auparavant dénoncé l'ancien Directeur de la prison aux méthodes très perverses. Il a du s'évader, et dénoncer le Directeur qui s'est retrouvé dans un établissement de seconde zone....

    Il va être "transféré" d'une manière musclée dans une nouvelle prison, dans un environnement des plus hostiles, dont le Directeur n'est autre que Drumgoole, son ancien tortionnaire.

    Cette belle crapule est joué divinement par Donald SUTHERLAND. Certes, l'acteur n'a plus les joies des têtes d'affiche depuis qu'il a pris un coup de vieux, mais il demeure toujours cet acteur délirant au talent exceptionnel. Du premier choix pour les réalisateurs qui ne se gênent pas pour l'employer dans des rôles de dingos.

    Tout comme le directeur de prison du "Prisonnier d'Alcatraz" joué par Patrick Mac GOOHAN, Drumgoole est un pervers, un sadique qui aime faire souffrir ses victimes à petit feu, à les briser psychologiquement.

    Drumgoole va faire souffler le chaud et le froid sur le mental de Leone. Il le brime, puis lui laisse des périodes de repos, avant de remettre cela encore plus durement.

    Bon d'accord, le principe est bien improbable dans la réalité. Un tel directeur aurait été viré aux USA et bien sûr, jamais le trensfert d'un prisonnier serait impossible dans la prison du directeur qu'il a dénoncé. Mais grâce au cinéma, tout est possible.

    Pour commencer Leone sera gazé par Drumgoole, histoire de lui apprendre à vivre, puis les visites lui seront interdites et son courrier supprimé.

    Le plan de Drumgoole est clair, faire craquer Leone afin qu'il soit condamné à perpétuité. Leone comprend le plan et décide de faire profil bas, mais il souffre. Il se fait casser en deux au cours d'une partie de football improvisée, prend un coup de couteau, etc... les matons sont dans le coup, sauf le surveillant chef, un black impassible joué par John AMOS. Celui-ci très strict obéit au directeur, mais semble n'en penser pas moins...

    Leone pourra compter sur une bande d'amis dans la prison. Ils vont restaurer ensemble une voiture. Mais les choses tournent mal et la voiture est détruite devant les détenus et Leone jeté au mitard où les gardiens vont tenter de le briser.

    Malgré tout Leone tient le coup et Drumggole va pousser le bouchon, mais un peu trop loin. Croyant sa femme en danger, Leone tente de s'évader et tombe dans un traquenard.  Cela tourne mal et un des amis de Leone meurt en s'électrocutant volontairement et entraîne la mort d'un maton avec lui... Leone retrouve Drumgoole et l'attache sur la chaise électrique de la prison et arrache les aveux de Drumgoole. Libéré par le chef surveillant, il croit s'en sortir, mais trop tard, il se fait arrêter par celui-ci.

    Leone termine sa peine dans les temps et retrouve sa femme et bénéficie d'un beau sourire du surveillant chef.

    Bourré de clichés, le film est cependant le meilleur que STALLONE a tourné depuis..."Rambo". Avec son esthétisme de série B et les acteurs y afférents, le film gagne en authenticité. STALLONE est redevenu humain, vulnérable et on suit son périple avec intérêt. 

    C'est malheureusement ce ton très téléfilm va déservir le films aux USA. Alors que Bruce WILLIS casse la baraque avec "Die hard" et que SCHWARZENNEGER est au top et que Steven SEAGAL prend son envol, le film de STALLONE semble désuet et le film boit le bouillon aux USA où il ne peut faire mieux qu'une modeste sixième place le week end de sa sortie et une sinistre 49ème place au box office annuel. Inquiétant pour la côte de l'acteur qui en prend un sévère coup. C'est son deuxième flop en trois films, déjà que Rambo 3 n'avait pas flambé au box office US.

    En Europe, le résultat au box office est sensiblement meilleur. En Italie, c'est un gros succès, mais c'est un pays très fidèle à l'acteur. En Europe et en Espagne le film passe le million de spectateurs.

    En France, où la presse est plutôt favorable au film, le départ est bon avec près de 400 000 spectateurs la première semaine. Le film baisse rapidement à Paris mais fait de la résistance en province où STALLONE est apprécié. Au final le film termine à 1.2 millions de spectateurs ce qui est bien pour une série B, mais c'est encore un chiffre en baisse par rapport à "Rambo 3". L'acteur avait déjà fait 2 millions de spectateurs avec une mauvaise série B, "Over the top", alors n'en faire qu' un avec une bonne série B démontre le déclin régulier de la côte de popularité de l'acteur.  

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 233 891

     

    1ère semaine

     

    390 509

    253

    2ème semaine

     

    207 347

    250

    3ème semaine

     

    149 965

    251

    4ème semaine

     

    118 513

    249

    5ème semaine

     

    87 853

     

    6ème semaine

     

    75 630

     

    7ème semaine

     

    57 653

     

    8ème semaine

     

    37 448

     

     

     

     

     

    ENTREES PARIS

     

    157 616

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    154 718

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

    312 334

     

    1ère semaine

    1

    124 245

    56

    2ème semaine

    3

    59 563

    55

    3ème semaine

     

    39 196

    50

    4ème semaine

     

    24 905

    34

    5ème semaine

     

    16 771

    29

    6ème semaine

     

    13 238

    28

    1er jour Paris

     

    17 730

     

    Budget

     

     

     

    Recettes US

    49

    22,1 M$
    1er WE USA n°6

     

    Cote du succès

     

    * *

     

     

     HAUTE SECURITE BANDE ANNONCE VOSTF

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h16m07s232.png

     

    HAUTE SECURITE - SYLVESTER STALLONE

     

    HAUTE SECURITE - DONALD SUTHERLAND

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h22m04s218.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h22m11s32.png

     

    HAUE SECURITE - SYLVESTER STALLONE

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h24m54s129.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h31m56s251.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h32m38s164.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h32m59s114.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h34m02s235.png

     

    vlcsnap-2010-09-11-18h36m48s104.png

     

    HAUTE SECURITE - DONALD SUTHERLAND

     

    HAUTE SECURITE - JOHN AMOS

     

    HAUTE SECURITE - JOHN AMOS ET SYLVESTER STALLONE

    ...

    « TANGO ET CASH - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1990RAMBO III - SYLVESTER STALLONE BOX OFFICE 1988 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :