• FANTOMAS CONTRE SCOTLAND YARD - BOX OFFICE JEAN MARAIS 1967

    .

     

    FANTOMAS CONTRE SCOTLAND YARD

     

    16 MARS 1967

     

     

    fantomas_contre_scotland_yard.jpg

     

    Réalisation

    André HUNEBELLE
    Michel WYNN

    Scénario

    Pierre FOUCAUD
    J HALAIN

    Photo

    Marcel GRIGNON

    Musique

    Michel MAGNE

    Production

    PAC-SNEG (Paris)
    PCM (Rome)

    Distribution

    Gaumont

    Durée

    105 minutes

    Tournage

    20/10/66 - 28/12/66  

    Fandor/Fantômas

    Jean MARAIS

    Le commissaire Juve

    Louis de FUNÈS

    Hélène

    Mylène DEMONGEOT

    Le directeur du journal

    Robert DALBAN

    L'adjoint de Juve

    Jacques DYNAM

     Lady RASHLEY

    Françoise CHRISTOPHE

    Lord RASHLEY

    Jean-René CAUSSIMON

    Le pilote d'avion

    Dominique ZARDI

     

     

    Fantômas, pour s'assurer d'importants revenus, vient de créer l'impôt sur le droit de vivre, et c'est sous menace de mort, bien entendu, qu'il en perçoit les échéances sur les plus grosses fortunes du monde. Lord Rashley est parmi celles-ci et convoque de toute urgence dans son château d'Ecosse, pour faire front à ce racket audacieux, ses confrères en imposition, un représentant de Scotland Yard et le grand ennemi de Fantômas, le commissaire Juve. Arrivent aussi, sur les bords du Loch Ness, le journaliste Fandor et sa fiancée Hélène. Le château est hanté, bien sûr, mais surtout par Fantômas et ses hommes qui font bientôt perdre la tête au commissaire, lequel a cru bon d'adopter le kilt : des fantômes surgissent, des pendus apparaissent, disparaissent ; Scotland Yard ricane un peu et Juve fulmine. Sous les traits de lord Rashley, qu'il a tué, Fantômas, lors d'une chasse au renard truquée où le pauvre Juve « courre» plutôt son cheval qui l'a désarçonné, est reconnu par la jeune Hélène. Mais Fandor est là qui la sauve d'un péril extrême et entreprend avec elle de démasquer le redoutable bandit. Celui-ci, toujours en lord Rashley, réunit les sommes demandées à tous en bijoux, sous prétexte d'attirer Fantômas dans un piège. Il disparaît avec la précieuse cassette au nez et à la barbe de Juve trépignant de fureur, de Fandor et d'Hélène fort dépités. Une fusée, original moyen de transport, s'élève d'une tour du château. On mobilise l'aviation de chasse qui la désintègre. Fini Pantômas, Juve jubile. mais le faux lord Rashley est tranquillement parti à bicyclette, la cassette soigneusement ficelée sur le guidon

     

     

    On prend les mêmes et on recommence !

    Rompant avec les habitudes, le "Fantômas" annuel ne sort pas pour noël 1966 car Louis DE FUNES est présent sur les écrans à cette époque pour "La Grande vadrouille" avec son compagnon BOURVIL et les deux concassent littéralement le box office.

    La Louis De FUNES mania bat son plein et cependant ce dernier va honorer son contrat pour ce troisième épisode de Fantômas avec toute l'équipe habituelle. Jean MARAIS lui commence à la trouver mauvaise : ces deux derniers films sont des succès modestes, que ce soit "Le Saint prend l'affût" ou "7 hommes et une garce". De quoi prendre en grippe son collègue et son indécente réussite ! Mylène DEMONGEOT est ravie de retrouver "Fufu" et les reportages de l'époque montrent une équipe plutôt contente de se retrouver.

    Le titre n'a rien à voir avec la soupe. Il était très courant dans les années 50 et 60 de fourrer le nom de Scotland Yard pour un bon nombre de polars anglais. Du moins le film évoque l'idée que l'action se passera en Angleterre alors qu'il se déroule en Ecosse, mais bon....

    André HUNEBELLE est toujours aux manettes, mais, souffrant il supervise plus le tournage qu'autres choses, et cela se verra un peu à l'écran car la réalisation est un peu moins luxueuse qu'avant. Alors que l'équipe c'était rendue en Italie pour le tournage de "Fantômas se déchaîne" elle devra se contenter d'un tournage en France. Le château écossais est en fait  le château de Roquetaille et l'intérieur de celui-ci est reconstitué aux studios de Boulogne Billancourt. Les scènes de chasses à courre se déroulant à Fontainebleau. Seules les scènes du générique ont été tournées en Ecosse par la seconde équipe.

    Mais le régime budgétaire n'a pas touché que le tournage. Fantômas le criminel qui veut diriger le monde s'est mué en agent du fisc. Il s'est mis au racket d'élite. Son but: créer un impôt sur la vie. Lord Rashley est victime de cette menace. Usurpant l'identité d'un de ses amis, Fantômas toujours aussi cynique, rigole de sa bonne blague et propose les un résumé de ses exploits filmés sur le premier lecteur de DVD portable. Quel nerd ce Fantômas, encore une fashion victime accroc aux derniers gadgets d'Apple. 

    Lord Rashley fait appel à Juve et ses amis. L'occasion de constater que le commissaire parle anglais avec un accent effrayant, mais drôle. Bref, toute la troupe débarque en Ecosse, et se fait conduite au château par un inquiétant chauffeur dans la brume fantomatique écossaise. Car de fantômes il en sera question dans le film. La femme de Lord Rashley est férue de paranormal ce qui inquiète Juve. De plus celui-ci croit voir un pendu dans sa chambre. Alertant les nombreux occupants du Château pour leur montrer le cadavre, Juve devra constater la disparition de celui-ci car Fantômas est dans la place et va éliminer et prendre l'identité de Lord Rashley. Heureusement DE FUNES et Jacques DYNAM sont là et de plus en plus présents. Toujours spontané, DE FUNES assure un maximum et son "On m'a dépendu mon pendu !" demeure dans les annales. DE FUNES et DYNAM n'hésitent pas à improviser comme dans la scène du lit où DYNAM cherche quelque chose sous les draps de DE FUNES ou quand ils errent déguisés en fantôme au sein du château.

    Après avoir utilisé tous les ressorts donnés par les fantômes et le pendu, place à un peu d'action. Jean MARAIS va pouvoir occuper l'écran dans la deuxième partie du film qui lui est consacré. Bref, au menu de cette chasse à courre organisé par Lord Rashley / Fantômas pour éliminer Fandor, Hélène va être le témoin de l'assassinat de l'amant de la femme de Lord Rashley par Fantômas sous son masque bleu. Fandor va devoir rattraper Hélène capturée par la bande de Fantômas. Fandor devra même s'accrocher à un avion pour libérer Hélène. Refusant de se faire doubler pour ses cascades, Jean MARAIS un chouïa vieillissant provoque de nombreuses prises avant de donner un résultat satisfaisant.

    Cependant, c'est encore DE FUNES qui provoque l'hilarité avec la fameuse scène du "cheval qui parle". Un must du genre, où un Juve dépassé par les évènements répond à son cheval.

    Fantômas a bien travaillé dans le château en quelques jours. Il a entièrement aménagé les sous sols du château pour en faire une base, a installé un ascenseur secret, aménagé les coursives, bref, il devrait se mettre dans l'immobilier. Et cerise sur le gâteau a même installé une base de lancement pour la fusée qu'il utilisera pour s'échapper. Bigre ! Un peu énorme, mais nous sommes dans une comédie fantastique n'est-ce pas ?

    Juve et son adjoint sont capturés par Fantômas à l'aide d'un lit motorisé, pendant ce temps Fandor et Hélène qui ont repris la main tentent de capturer le vilain. L'occasion pour Jean MARAIS d'escalader une tour du château habillé en rat d'hôtel, le tout filmé sous des filtres qui recréent l'obscurité (sauf qu'on devine le soleil dans certains plans). Jean MARAIS qui ne désire toujours pas être doublé monte la tour à la force du poigne, bel exploit mais un peu laborieux quand même... Bref, Fantômas s'échappe une nouvelle fois. Sa fusée est abattue par l'armée, et tous les amis pensent s'être débarrassés de lui, mais c'était un leurre. Fantômas s'est échappé en vélo du château. décidément ce Fantômas tombe un peu dans l'échelle sociale: racket , évasion en vélo...Au quatrième épisode il dépouille les petites vieilles en scooter à ce train là !

    Le film est toujours plaisants mais tout de même bien inférieur aux  deux premiers. Souffrant, HUNEBELLE bâcle relativement le film. Raccords douteux lorsque Fantômas enlève son masque, filtres pas très efficaces, des stocks shots montrant des images de la patrouille de France sensée intercepter la fusée de Fantômas, images d'archive de l'armée en noir et blanc bardés de rayures, figurant se cassant la figure lors de la scène de liesse finale etc...

    Le film sort en mars et prend la tête du box office parisien mais de façon moins marquée que les épisodes précédents. Le film se maintient bien durant deux semaines et petit à petit cède du terrain tout en possédant une bonne longévité.

    Grâce à la popularité de DE FUNES le film passe largement les 3 millions de spectateurs. Un résultat très satisfaisant qui permet au film de se classer dans le top 5 de l'année. Malgré la perte d'un million de spectateurs par rapport au premier film, la trilogie à attiré pas moins de 12.2 millions de spectateurs dans les salles ce qui en fait une des sagas les plus populaires de l'histoire du cinéma français. En Espagne le film confirme la popularité de la saga avec plus de 2 millions de spectateurs.

    La trilogie aurait engrangé 60 millions d'entrées en Russie. ceci explique pourquoi un quatrième épisode "Fantômas à Moscou" était dans les cartons ce qui est confirmé par Jean HALAIN et Mylène DEMONGEOT. Ce film aurait clôturé la saga en dévoilant l'identité de Fantômas. Mais les prétentions financières de DE FUNES et de Jean MARAIS ont fait reculer les producteurs. Ce n'est pas un problème pour Louis DE FUNES qui va poursuivre bon train cette année 1967 de manière hallucinante poursuivant son entreprise de démolition du box office. Pour Jean MARAIS, hélas, les lendemains seront de plus en plus difficiles sans sa locomotive DE FUNES à ses cotés.

    Cela fait 45 ans que Fantômas est absent des écrans, mais l'Arlésienne concernant son retour sur les écrans est toujours bien présente. Il est certain qu'un jour nous reverrons un de nos vilains préférés.  

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    3 565 000

     

    ENTREES PARIS

     

    511 107

     

    ENTREES BANLIEUE

     

     

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

     

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    1

    54 691

    6

    2ème semaine

    5

    48 493

     

    3ème semaine

    2

    48 326

     

    4ème semaine

    4

    31 063

     

    5ème semaine

    3

    20 843

     

    6ème semaine

    7

    19 816

     

    7ème semaine

    10

    19 056

     

    8ème semaine

    11

    17 421

     

    Nombre de semaines Paris

     

    14

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    9 115

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    2 167 227

     

    Box office annuel Italien

    88

     

     

    Cote du succès

     

    * * * *

     

     

     

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h21m51s129.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h22m27s230.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h23m03s74.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h23m43s219.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h24m24s121.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h24m36s238.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h25m06s24.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h25m28s244.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h25m31s21.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h26m19s246.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h28m28s1.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h28m40s124.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h29m30s104.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h30m17s70.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h30m51s151.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h31m33s45.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h32m23s50.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h33m44s88.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h34m11s102.png

     

    vlcsnap-2011-08-16-03h34m37s108.png

     

     

    .

    « LE PARIA - BOX OFFICE JEAN MARAIS 1969SEPT HOMMES ET UNE GARCE - BOX OFFICE JEAN MARAIS 1967 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Maxime
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:52

    Avant dernier hit de Jean Marais.Peau d\\\'âne sera le dernier avec 2 200 000 spectateurs sauf erreur de ma part en 1970.Pas vu le film encore et je dois dire que j\\\'hésite:pas trop ma tasse de thé.Je crains d\\\'être déçu.Je connais juste la magnifique partition de Michel Legrand.


    Ce sera ensuite une longue parenthèse pour s\\\'adonner aux joies de la peinture et de la céramique.De ses dernières interprétations, je n\\\'ai vu à ce jour que sa remarquable prestation de Monseigneur Myriel dans le très bon LES MISERABLES DU XXème Siècle de Claude Lelouch illuminé par une émouvante composition de Jean Paul Belmondo.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :