• ET DIEU CREA LA FEMME - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1956

     

    ET DIEU… CREA LA FEMME

     

    28 NOVEMBRE 1956

     

     

    ET-DIEU-CREA-LA-FEMME.jpg

    Réalisation

    Roger VADIM

    Scénario

    Roger VADIM

    Raoul J LEVY

    Directeur de la photographie

    Armand THIRARD

    Musique

    Paul MISRAKI

    Production

    Raoul LEVY

    Distribution

    Cocinor

    Durée

    95 minutes

    Tournage

    03/05/56- 07/07/56

    Juliette Hardy

    Brigitte BARDOT

    Éric Carradine

    Curd JURGENS

    Michel Tardieu

    Jean-Louis TRINTIGNANT

    Antoine Tardieu

    Christian MARQUAND

     

     

     

    Saint-Tropez. Juliette, orpheline de 18 ans, d'une beauté sensuelle et involontairement provocante, a été recueillie par les Morin, vieux ménage sans enfants. Éric Carradine, la quarantaine séduisante, propriétaire d'une boite de nuit tourne autour d'elle. Mais elle est amoureuse d'Antoine Tardieu qui dirige, avec sa mère et ses deux frères Michel et Christian. un petit chantier naval. Comprenant qu'Antoine ne voit en elle qu'un passe-temps, elle se refuse à lui. Menacée d être renvoyée à l orphelinat, elle accepte d'épouser Michel, son amoureux transi.Antoine travaille maintenant avec son frère pour le compte d'Éric. Son retour provoque des tensions entre les deux frères. Antoine sauve Juliette de la noyade alors que son bateau a pris feu. Ils deviennent amants. Michel l'apprend. Folle de honte, Juliette s'enfuit mais Antoine s'oppose à son frère lorsqu'il veut la retrouver, ils se battent violemment, Michel a le dessus. Il retrouve Juliette dans une boite de nuit où elle danse un cha-cha-cha effréné. Éric est là... Michel sort un revolver de sa poche. Éric tente de lui faire comprendre que sa femme l'aime encore malgré les apparences mais il tire, blessant légèrement Eric. Michel gifle Juliette violemment, elle ne dit rien et se laisse emmener par celui qui désormais sera le seul homme de sa vie.

    *****************************************************

    C'est grâce au jeune producteur Raoul Levy (SAIT-ON JAMAIS, LES BIJOUTIERS DU CLAIR DE LUNE, EN CAS DE MALHEUR, LA VERITE) que Roger Vadim, alors assistant de Marc Allégret, peut tourner son premier film avec pour vedette sa femme, Brigitte Bardot...

    Il suffit de regarder sur internet où de consulter les biographies de l'actrice pour constater que ce film est certainement celui qui a généré le plus d'articles et qui symbolise le plus le climat de l'époque. L'actrice est souvent ramenée à se seul film. Les articles se copiant les uns aux autres, certaines légendes sont colportées.

    Quelle est la motivation de Roger VADIM lorsqu'il entreprend le tournage ? Désire-t-il réaliser un grand film où lancer la carrière de Brigitte à l'international et en faire un produit ? Sans doute un peu des deux. On le rappelle Brigitte BARDOT a déjà été présente 7 fois sur les écrans en 1956 avant la sortie du film. Trois d'entre eux ont été des succès important voire très important et en particulier les deux films précédent la sortie de celui-ci. Donc, contrairement à la légende, elle était déja tEN ête d'affiche et star en France avant le film.

    Tout d'abord, VADIM affiche ses ambitions au niveau du casting: Curd JURGENS figure en tête d'affiche avec la belle, c'est un acteur connu dans le monde entier, y compris aux USA. A ses cotés, deux jeunes acteurs Christiand MARQUAND et surtout Jean-Louis TRINTIGNANT, acteur romantique au talent indéniable.

    Si Brigitte est une actrice charmante et sexy, VADIM va muscler son statut. Brigitte va devenir une icône sexuelle. L'actrice figure nue de profil sur le ventre, image qui va faire le tour du monde et qui sera reprise par d'autres, comme dans "Le mépris". L'actrice y figure décomplexée, sauvage, libre, jouant avec son corps, à l'instar de ce mambo déchaîné, le clou du film. Brigitte danse, transpire, bouge son bassin, bande les muscle de ses cuisses dans une scène qui suscite le désir masculin. Parfaitement mise en valeur par VADIM, chaque vêtement met en valeur le physique assez exceptionnel de l'actrice. Désormais, Brigitte devra jouer de ses charmes dans chacun de ses films suivants et poser souvent dénudée dans les magazines.

    VADIM fait de Brigitte une femme libre qui choisit ses hommes, c'est un nouveau ton qui symbolise les années 50. De plus le décor du film est fabuleux, c'est la côte d'azur encore libre de ses touristes. Le soleil, la mer, le sexe, Brigitte. Saint-Tropez va devenir une des villes les plus célèbres de la planète grâce à Brigitte BARDOT et un peu Roger VADIM également. Le phénomène va s'accentuer quand Brigitte s'y installera quelques temps plus tard.

    La valeur du film est écrasée par la présence de Brigitte. Les acteurs sont ce qu'ils peuvent pour se faire remarquer. Curd JURGENS est classe comme d'habitude, Christian MARQUAND va débuter une bonne carrière et Jean Louis TRINTIGNANT connait son premier succès, mais va devoir attendre les années 60 pour devenir une solide vedette. Du reste, il apporte beaucoup par sa fragilité, son romantisme.

    Le tournage va provoquer des dommages collatéraux. VADIM insiste sur le coté réaliste des relations entre les deux personnages principaux. Jean Louis TRINTIGNANT acteur charmant au demeurant se rapproche beaucoup de la jeune actrice. Fatalement celle-ci succombe au charme de l'acteur ou plutôt celui tombe sous le charme de celle-ci. Le couple ne résistera pas longtemps à la popularité de Brigitte et à son habitude de tomber amoureuse de ses partenaires masculins, et comme VADIM n'est pas insensible au charme féminin non plus...cependant les deux seront se retrouver devant et derrière la caméra, le réalisateur sachant proposer des films qui correspondent à l'actrice.

    Que reste t-il aujourd'hui du film ? Mauvais film ou opération marketing de génie ? Il parait bien innofensif aujourd'hui, mais à l'époque la foudre va s'abattre sur Brigitte. Les ligues morales hurlent contre elle, la fustige. Elle devient une personne observée, scrutée, une proie des journalistes et des photographes. Devenir célèbre dans le monde entier, un mythe aux initiales célèbres, ce n'est pas facile à 22 ans. Reste le trouble suscité par Brigitte comme d'habitude. Le rythme de tournage va maintenant se ralentir, les films suivants devront être des évènements et des productions coûteuses.

    La légende veut que le film ne marche que moyennement, alors qu'il totalise à ce jour près de 4 millions de spectateurs. Certes son exclusivité à été plus courte que prévue, mais les salles de quartiers rendront justice au film, qui aura une longue carrière. Il reste à ce jour un de ses films les plus connus dans le monde 55 ans après.

     

     

    ENTREES France

     

    3 919 059

     

     

    Total ENTREES Paris

     

     

    1 040 319

     

    ENTREES PARIS 1ère exclusivité

    173 030

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine n°1

    2ème semaine n°1

    3ème semaine n°3

     

     

     

    72 177

    57 704

    43 149

     

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    3

    NOMBRE DE SALLES Paris semaine de sortie

    3

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    19 235

    BUDGET

     

    COTE DU SUCCES

    * * *

     

    TRAILER AMERICAIN DE "ET DIEU CREA LA FEMME" EN ANGLAIS

     

     

    LE CELEBRE MAMBO DE BRIGITTE BARDOT

     

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

    BRIGITTE BARDOT - JEAN LOUIS TRINTIGNANT - ROGER VADIM - ET DIEU CREA LA FEMME  -1956

     

     

    ET DIEU CREA LA FEMME - BOX OFFICE JEAN LOUIS TRINTIGNANT 1956

     

    AFFICHE ALTERNATIVE FRANCE

     

    ET DIEU CREA LA FEMME - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1956

     

    AFFICHE ITALIE

     

    ET DIEU CREA LA FEMME - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1956

     

    AFFICHE US

    ET DIEU CREA LA FEMME - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1956

     

     

     

     

    AFFICHE DANOISE

    ET DIEU CREA LA FEMME -affiche danoise

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    « UNE PARISIENNE - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1957LA MARIEE EST TROP BELLE - BOX OFFICE BRIGITTE BARDOT 1956 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Alex l
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:16
    Alex															l

    Et dieu créa la femme est sorti en octobre 1957. Il est crédité de 4 000 000 $ de recettes sur le territoire américain pour l'année 1958. Sais tu à combien cela correspondrait en nombre d'entrées à l'époque sachant qu'il était classé dans les plus gros succès aux USA de 1958.

    2
    laurent
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:16
    laurent

    Bonjour Alex, Permettez moi de vous répondre à la place de Renaud si vous le voulez bien. Malgré ses recettes connus, nous ne pouvons pas en déduire les entrées du fait de la particularité de l'exploitation de l'époque. En effet, jusqu'au milieu des années 70, un film était diffusé d'abord en exclusivité. C'est à dire dans une salle sur toute une région ou une ville et une seule. Cela tant que le film marchait dans cette même salle. L'intérêt pour l'exploitant était donc d'avoir l'exclusivité absolu sur un film, d'où des prix des places jusqu'a 10 fois plus cher que dans les salles dites de quartiers. Ensuite le film était distribué dans une dizaine de salles (circuit de continuation ou seconde exclusivité), puis enfin dans le reste des salles (les quartiers).

    Il y avait donc une très forte disparité de prix d'une salle à l'autre, d'une ville à l'autre, d'un circuit à l'autre. C'est pourquoi diviser les recettes par le prix "moyen" des places est inutile.

    Toutefois, pour information sachez que ce prix moyen pour 1958 aux USA était d'environ un demi dollar.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :