• DYNAMITE JACK - FERNANDEL BOX OFFICE 1961


     
     

    DYNAMITE JACK

    3 NOVEMBRE 1961

     

    DYNAMITE JACK -  FERNANDEL BOX OFFICE 1961

     
     
     


    • Réalisation : Jean Bastia
    • Scénario, adaption et dialogues : Jacques Emmanuel, Jean Bastia, Jean Manse
    • Images : Roger Hubert
    • Musique : Paul Bastia, Jean-Pierre Landreau
    • Producteurs : Jean Velter, Martial Berthot, René Brun
    • Production : Les Productions Jean-Paul Bertrand
    • Distribution: SNC
    • Format : 35 mm, couleur par Eastmancolor
    • Tournage : 3 mars 1964 au 30 avril 1961 à Aix en Provence
    • Durée : 103 minutes

     

    • Fernandel : Antoine Espérandieu, collecteur d'impôts / Dynamite Jack, le bandit
    • Lucien Raimbourg : Le shérif Scotty
    • Adrienne Corri : Pegeen O'Brien dite « Daisy », la veuve
    • Jess Hahn : Le sergent Bob

    Nous sommes en 1880. Dans la diligence qui le conduit vers l'Arizona, Antoine Esperandieu, moustache et barbiche impériale en bataille, n'est pas content: vraiment, le confort de « l'Oder Mail Company » laisse plus qu'à désirer! Etre attaqué par les Indiens, traverser une prairie en flammes, tout cela n'est pas fait pour vous mettre de bonne humeur. Ah! S'il avait su, il serait resté en France! Mais contraint de se battre en duel pour une affaire de coeur, il a préféré répondre aux invitations pressantes de son ami Jules, parti pour l'Amérique afin d'y faire fortune.
    Dès son arrivée, Antoine apprend que Jules vient d'être tué par un redoutable bandit, Dynamite Jack qui fait régner la terreur dans «le canyon des veuves». Le vieux shériff Scotty, également fossoyeur, prévient le Français : "Ici, il faut être prudent, ne pas trop parler... sinon on ne fait pas de vieux os !"
    Antoine s'installe tant bien que mal dans sa nouvelle vie. Il habite le saloon-hôtel de la petite ville et s'intéresse de près aux charmes de la jolie patronne Dolorès, comme à ceux d'une jeune métisse, épouse du barman.
    Mais il faut travailler. Après s'être fait prospecteur d'or (dans pays où il n'y a que du cuivre), Antoine accepte de collecter les impôts pour le compte du shériff. Dès la première journée, chassé de partout, battu, en loques, il revient au village et rencontre au saloon Dynamite Jack, qu'il prend pour un étranger de passage. A l'ahurissement général, Antoine accepte de jouer au poker avec le bandit. Il gagne et ne doit la vie qu'à l'intervention du «Clan des Irlandais» mené par la farouche et belle Pegeen, dont le mari et le frère ont été tués par Dynamite Jack. Ce dernier, avant de fuir, avertit son rival: "Avec tes moustaches et ta barbiche, je te retrouverai facilement!" Aussitôt, l'étranger naïf décide de raser ces attributs auxquels il tenait tant. Et à partir de cette minute, tout change: rasé, Antoine est le sosie du bandit! Sans en comprendre la raison, il voit chacun trembler devant lui et cet événement raffermit son courage chancelant. Après avoir conquis les faveurs de Dolorès, il court le risque d'être pendu toujours en tant que « Dynamite Jack ». Mais le hasard lui permet de reprendre au bandit une grosse somme qu'il avait volée: il devient un héros. Enfin, Dynamite Jack et Antoine restent seuls, face à face. Scotty abat le vrai truand sans se montrer: il pourra céder sa place de shériff au valeureux Français, que Dolorès, l'arme au poing, contraint à l'épouser.

     
     
     
     
     
    CATEGORIE POS NOMBRE SALLES
    ENTRÉES FRANCE 21 2 456 321
     
    1ère semaine   107 523
    28
    2ème semaine   77 376
    21
    3ème semaine   48 544 19
    4ème semaine   44 447  13
    5ème semaine 3 117 587  34
    6ème semaine   76 600
    28
    ENTRÉES PARIS BANLIEUE
      500 000
     
    1ère semaine  3 39 715
    4
    2ème semaine 6 27 055 6
    Cote du succès   * * *
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    .
     
     
     
     
     
     
     
     SOURCE CNC/ FABRICE FERMENT
     
     
     
     
    .
    « DON CAMILLO MONSEIGNEUR - FERNANDEL BOX OFFICE 1961COCAGNE - FERNANDEL BOX OFFICE 1961 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    cedric
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:53
    cedric
    ah voila du lourd, j'ai vu l'autre jour ce film. EH bien que dire, techniquement lorsque les deux fernandel se rencontrent s'est plutot bien fait, les decors sont bons, les acteurs aussi. C'est d'ailleurs assez marrant puisque le film s'est tourné integralement en provence. Comme quoi un bon cadrage une belle lumiere et on est au farwest.
    Le film par contre pêche par son scenario, pas assez devellopper, et le rythme est trop long. Mais fernandel est vraiment pas mal dans le role du mechant en plus il est doublé, ça rend encore l'effet plus surprenant. Serai put être un grand film, ce n'est qu'un film banal. Vraiment dommage, et jean bastia n'est pas henri verneuil. moi j'aurai bien vu derriere la camera georges lautner, mais bon on ne refait pas l'histoire.

    Toutefois il est tourné en couleur, ce qui represente a l'époque encore quelques chose de nouveau, et ça attire le spectateur. Il faut bien trouver le truc que la tele n'a pas, en 1961 c'est la couleur.
    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:53
    Et oui, la fidélité de Fernandel pour la Provence est indéflectible. Avec l'âge il ne prend plus de risques et ne tourne qu'avec des proches. Sa fidélité pour Andrex est connue également. Mais être entouré de proches peut faire perdre le sens des réalités. A peu de choses près, sa fin de filmo sera épouvantable, alors que Gabin, BOURVIL ont toujours fait attention à leurs choix.
    3
    cedric
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:53
    cedric
    c'est que fernandel a collectionné les nanars sur la fin de sa carriere. On peut tout de même rapprocher les deux grandes personnalités que sont Fernandel et Gabin. Ils sont amis dans la vie, et ils créent ensemble la Gafer, societe de production , qui leur permettra de joué ensemble dans un mauvais film "l'age ingrat" et des films chacun de leur coté avec des fortunes diverses.
    Toujours est il que tout deux aimé a travaillé avec les mêmes techniciens, c'est Louis Page pour gabin, c'est jean Manse pour fernandel. Ce qui les rapproche egalement c'est le fait qu'il aime a joué dans leur region, la normandie pour Gabin( ainsi dans le cave se rebiffe, la scene devant être tourné dans un pays chaud d'amerique du sud, fut tourné a deauville avec des palmiers pour decors), et fernandel dans sa provence.

    fernandel fut sans doute le plus touché par le declin du box office, ils repris ,intelligement, ses tours de chant, avec un bon succes, retrouvant ainsi le musicall de ses debuts.

    Toujours est-il que dans ces années 60 il fera tout de même de belle rencontre...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :