• DESIREE - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1955

     

    DESIREE

    2 SEPTEMBRE 1955

      DESIREE.jpg

    De Henry KOSTER – Avec Jean SIMMONS, Merle OBERON

    En 1794, la jeune Désirée Clary fait la connaissance des deux frères Bonaparte, Joseph et Napoléon. Elle tombe amoureuse de Napoléon tandis que Joseph courtise sa sœur Julie et la demande en mariage. Quelques jours après la chute de Robespierre, Napoléon est arrêté. Libéré, il vient une nuit voir Désirée et lui révèle qu'il doit partir prendre le commandement de l'armée d'Italie. Il la quitte en lui jurant de revenir l'épouser. Plusieurs mois plus tard, Désirée se rend dans la capitale et, grâce à Bernadotte, elle est introduite dans le salon de Mme Tallien. Elle y apprend le mariage imminent de Napoléon avec une créole, Joséphine de Beauharnais. Dépitée, elle retourne chez elle. Quelques années passent. Invitée à la Malmaison avec sa sœur Julie, elle rencontre à nouveau Napoléon qui lui demande de reprendre leurs anciennes relations car il ne peut avoir d'héritier avec sa femme. Elle refuse et épouse Bernadotte. Napoléon est maintenant empereur et il a répudié Joséphine. Il tente une nouvelle fois de renouer avec Désirée, mais celle-ci le repousse et part en Suède avec son mari qui a été choisi pour succéder au roi. En 1812, malgré l'intervention de son épouse, Bernadotte soutien le tsar de Russie contre la France. Napoléon est battu et exilé à l'île d'Elbe. Il revient. C'est les Cent Jours. Il revoit une dernière fois Désirée qui lui fait comprendre que son maintient au pouvoir n'est pas bon pour la France.

    C’était une époque où les acteurs appartenaient aux studios et à leurs moguls. Ils pouvaient ou devaient tourner parfois dans de sombres bouses pour des raisons contractuelles et se heurter aux Studios s’était se faire briser. Daryl ZANUCK se met d’accord avec BRANDO pour tourner dans « l’Egyptien » (fort mauvais film au demeurant) de Michael CURTIZ. L’acteur ne sent pas le film et surtout le réalisateur. Moralité, il se fait porter pâle pour raison psychologique et entame un bras de fer avec le producteur furieux qui lui réclame 2 millions de dollars (de l’époque) en dédommagement du retard du film.
    Après la mort de sa mère, BRANDO se rapproche de ZANUCK, et ils se mettent d’accord pour que l’acteur s’engage pour « Désirée » qui raconte en partie la vie de Napoléon et de sa liaison avec Désirée CLARY. Napoléon sous les traits de BRANDO, il fallait le faire ! Mais enfin le concept n’est pas pire que celui de Jules César, et puis l’acteur ressemble en tous points à l’Empereur….. Le réalisateur est Henry KOSTER qui a connu un succès phénoménal avec « The robe » ou « la Tunique » en VF insupportable navet bavard et longuet dont le seul point notable est d’être tourné en cinémascope.
    On le sent, le film va fleurer bon le navet. Mais BRANDO n’est jamais aussi bon quand le réalisateur est médiocre, et là il est servi. Son professionnalisme fait qu’il élabore lui-même son maquillage, étudie les témoignages sur le dicta…  plus grand empereur Français, le fait parler avec un accent anglais impeccable au lieu de lui donner un accent Français tentant pour le réalisateur et surtout ne met pas sa main dans son  gilet, refusant les stéréotypes.
    Son interprétation sauve le film d’une médiocrité sans nom. Le film marche d’ailleurs moyennement, mais en France, malgré la popularité du dictat….personnage politique, l’échec est très marqué….       

    NTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    1 514 718

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

    102 629

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

    277 488

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    39 969

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    3

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    4

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    9 992

    1er JOUR Paris

     

    COTE DU SUCCES

    * *

    « BLANCHES COLOMBES ET VILAINS MESSIEURS - OX OFFICE MARLON BRANDO 1957 SUR LES QUAIS (ON THE WATERFRONT) - MARLON BRANDO BOX OFFICE 1955 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    cedric
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:11
    cedric
    c'est assez rigolo de voir Napoléon vu par les américains, charles boyer dans les années trente, et dans les années cinquante Marlon Brando. Autant dire que ces deux grands acteurs n'avaient nullemment le physique de l'emploi. Comme tu le dis, si il n'y avait pas brando dans ce film, il y a plein longtemps qu'il serai passé au oubliette. Le titre n'est pas très bon non plus. Il y avait la célèbre pièce de Sacha Guitry qui porté le même titre pour le public français. D'ailleurs que ce soit Désirée pour Brando, ou Désirée pour Belmondo, les deux films n'auront pas été des chef d'oeuvre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :