• COURS APRES MOI QUE JE T'ATTRAPE - BOX OFFICE JEAN PIERRE MARIELLE 1976

     

     

     

    COURS APRES MOI QUE JE T'ATTRAPE

     

    25 AOUT 1976

     

     

    COURS-APRES-MOI.jpg

    Réalisation

    Robert POURET

    Scénario

    Nicole de BURON

    Robert POURET

    Photographie

    Guy DURBAN

    Musique

    Jean-Pierre POURET

    Production

    Guy BELFOND

    Claire TUCHERER

    Les films 21

    Les films MONTFORT

    FR3

    SFP

    AXE Films

    Distribution

    LES FILMS LA BOETIE

    Durée

    90 minutes

    Tournage

    21/04/76- 20/06/76

    Jacqueline

    Annie GIRARDOT

    Paul

    Jean-Pierre MARIELLE

    Grandpré

    Gérard HERNANDEZ

    Anita

    Marilu TOLO

    Champfrein

    Daniel PREVOST

    Simone DARU

    Genevieve FONTANEL

    La secrétaire de Paul

    Marie Anne CHAZEL

    L'ouvreuse

    ANEMONE

     

     

    Paul est percepteur. Jacqueline travaille dans un salon de soins pour chiens. Ils sont quadragénaires et se rencontrent un beau jour grâce aux petites annonces matrimoniales. Sans illusion, pessimistes à bien des égards, ils sont, l'un comme l'autre, sur la défensive, mais promettent de se revoir à l'issue de leur première entrevue. Par une méprise inexplicable de Paul, ils se retrouvent, la fois suivante, dans une salle de cinéma spécialisée dans la projection de films érotiques. Jacqueline fait là un scandale et quitte précipitamment son compagnon. Paul l'invite un peu plus tard à dîner chez lui et ils se réconcilient bien que la soirée se termine encore en catastrophe. C'est alors que, furieuse d'avoir été évincée, une ancienne maîtresse de Paul enferme ce dernier dans un bureau au moment où il s'apprêtait à rejoindre sa compagne. Après plusieurs heures d'efforts, il parvient à se libérer, mais Jacqueline refuse de croire ses explications plutôt confuses... Disputes, pactes et scènes de ménage ponctuent dès lors leur existence, jusqu'au jour où une querelle particulièrement violente les oppose. Ils se séparent, mais comprennent vite qu'ils ne peuvent plus vivre l'un sans l'autre...

     

    Parfois les apparences sont trompeuses. Ce film qui semble être un succès facile pour les producteurs s'est révélé un casse tête financier qui a bien failli provoquer l'arrêt du tournage du film. Et pourtant avec Annie GIRARDOT et Jean-Pierre MARIELLE à l'affiche, dont c'est la première rencontre cinématographique, le financement aurait du être aisé. Autre atout du film, la présence au scénario de Nicole DE BURON. D'ailleurs l'affiche est claire, c'est un film de Nicole DE BURON mis en scène par le discret Robert POURET. L'écrivain est pourtant célèbre pour avoir écrit "Sainte Chérie" en 1964 qui va devenir la célèbre série télé "Les Saintes Chérie" avec les formidables Micheline PRESLE et Daniel GELIN et "Erotissimo" pour le cinéma qui va être un des triomphes de 1969 avec la même Annie GIRARDOT. L'auteur a aussi connu le succès au cinéma avec "Elle court, elle court, la banlieue" en 1972. Une nouvelle fois, l'auteur va nous livrer une galerie de personnages attachants dont elle excelle dans l'écriture. Le point de départ de l'intrigue est simple: un couple se rencontre dans une brasserie chic parisienne  après une petite annonce dans la presse. L'issue de la rencontre semble vouée à l'échec. Lui, est percepteur du fisc misogyne et sportif, elle travaille dans un salon de soins pour chiens. L'auteur va nous présenter un ensemble de petites scènes qui s'enchaînent avec plus ou moins de bonheur. La scène de la rencontre est fort sympathique. Le couple est observé par les serveur de la brasserie dont l'un s'avère un spécialiste des coutumes du genres. Il sait par expérience qu'un homme va commander une bière pour ne pas paraître alcoolique, etc... Bref, la première rencontre ne semble pas être très positive entre les deux, surtout que Paul emmène Jacqueline au cinéma, histoire de faire fondre la glace entre eux. Hélas il confond les salles et au lieu de voir "Gringo jette son fusil" le couple assiste à la projection de "Ali Baba et les 40 bandeurs" dans une salle uniquement composée d'hommes. Evidemment la gêne de Paul est évidente, il clame son innocence et jacqueline enfonce le clou.

    Si cette rencontre n'a pas donnée le résultat escompté, Paul est quand même sous le charme de jacqueline. La suite du film est l'occasion de conter des scénettes de la vie de bureau de Paul et de la boutique de Jacqueline. l'occasion également de présenter une galerie de personnages secondaires, comme Grandpré un mauvais payeur joué par Gérard HERNANDEZ et Champfrein le collègue de Paul, insupportable, joué par Daniel PREVOST dans un rôle qui préfigure celui du percepteur dans "Le dîner de cons". 

    Paul se donne une deuxième chance et invite Jacqueline chez lui. Chacun joue un peu à arranger son quotidien pour se rendre plus attrayant. Jacqueline fait croire qu'elle lit Proust alors qu'elle lit James Hadley CHASE. Et pourtant la sauce prend et petit à petit le couple va se former. Mais à chaque fois qu'il se forme une dispute prend le relai et l'avenir des deux semble incertain. D'où le titre, les deux se courent après, mais ne parviennent pas à "s'attraper". De plus Paul est un sportif accompli et Jacqueline semble bien du mal à le suivre. Bref, qui ne se ressemble pas, ne s'assemble pas... Malgré l'abattage des acteurs, le film manque un chouïa de rythme. Sans doute est-ce du à la qualité de la mise en scène, honnête mais pas spécialement inspirée et à délai de sortie du film des plus courts après le tournage qui n'autorise pas un montage des plus scrupuleux, le film peine à tenir son rythme de 90 minutes. Quelques scènes sont un peu longues, telle l'échappée de Paul de son bureau où il était prisonnier, où ses relations avec son ancienne maîtresse. Mais dans l'ensemble le film est plaisant et la fin est heureuse évidemment. Si le film est plaisant, il le doit à la qualité de ses acteurs. Annie GIRARDOT qui retrouve une bonne comédie accomplit sa tâche avec son talent habituel. Elle tourne toujours à bon rythme et la machine fonctionne à merveille. Reste cependant une voix assez éraillée et fatiguée  due à une consommation de cigarettes importantes, c'est assez hallucinant le nombre de cigarettes que s'envoie le couple dans le film. Alors qu'aujourd'hui le tabac semble proscrit à l'écran, là dans le film, c'est une vrai cambuse... Annie GIRARDOT joue une française moyenne, gouailleuse, vive et amusante. Rien que de très habituel en somme. De plus l'actrice est une formidable partenaire à l'écran, alors quand c'est Jean Pierre MARIELLE en face... Révélé depuis quelques années et "Les galettes de Pont Aven", il campe un personnage séduisant à défaut d'être séducteur, malgré des défauts évidents. Il donne de la profondeur à son personnage qui semble avoir bénéficié des efforts de la scénariste dialoguiste. Bref, de la très belle ouvrage pour les deux acteurs dont la complicité est évidente. 

    Le tournage du film est compliqué et l'argent manque. De nombreuses sociétés de production sont sollicités. Selon le journal "Le Film Français" de l'époque, il semble bien que ce soit la chaîne de télévision FR3 qui finance la fin du film. Les acteurs eux mêmes sont mis à contribution, tout le monde fait des efforts financiers. Et pourtant Annie GIRARDOT a triomphé avec "Docteur Françoise Gailland" en janvier 1976. Le film semble être mal parti. Tourné d'avril à juin 1976, le film sort dès la fin août.

    Contre toute attente, le film prend la première place du box office parisien avec un score confortable. Encore un numéro un pour Annie GIRARDOT. Cette bonne surprise surprend son monde par sa bonne résistance au box office. Le film conserve la tête du Box office parisien les trois semaines suivantes en perdant peu d'entrées. Le film se paie le luxe de battre le "Complot  de familles" d'Alfred Hitchcock ou le "1900" de Bertolucci. C'est le film de la rentrée dont toute la presse parle. Finalement c'est le fameux "Un éléphant ça trompe énormément" qui fait chuter le film de son piédestal.

    Au final le film se révèle rentable avec plus de 1.7 millions de spectateurs en France. Il intègre le top 25 de l'année avec un score comparable à celui de "L'alpagueur" ou "Le corps de mon ennemi", les deux BELMONDO de l'année.

    Les deux acteurs confirment donc leur popularité et se retrouveront trois ans plus tard. Nicole de BURON tournera une nouvelle fois avec Annie GIRARDOT dans "Vas-y maman!" en 1978.     

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 755 900

     

    ENTREES PARIS

     

    363 005

     

    ENTREES BANLIEUE

     

     

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE
    (source Le Film Français)

     

    563 240

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    97 294

    25

    2ème semaine

    1

    92 432

     

    3ème semaine

    1

    87 517

     

    4ème semaine

    1

    71 922

     

    5ème semaine

    4

    48 812

     

    6ème semaine

    5

    41 146

     

    7ème semaine

    6

    36 756

     

    8ème semaine

    7

    29 443

     

    9ème semaine

    11

    25 942

     

    Nombre de semaines Paris

     

    16

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    3 892

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    110 261

     

    Box office annuel Allemagne

     

     

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h49m56s1.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h50m09s128.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h50m14s177

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h50m31s93.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h50m39s169.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h50m47s252.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h51m20s68.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h52m12s79.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h52m21s165.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h53m02s61.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h54m14s18

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h54m49s113.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h55m03s250.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h56m22s20.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h56m41s205.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h56m55s95.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h58m05s27.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-05h59m49s42.png

     

    vlcsnap-2011-05-01-06h01m47s191.png

     

     

    .

    « PLUS CA VA MOINS CA VA - BOX OFFICE JEAN PIERRE MARIELLE 1977CALMOS - BOX OFFICE JEAN-PIERRE MARIELLE 1976 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :