• CENT JOURS A PALERME - LINO VENTURA BOX OFFICE 1984

     

    CENT JOURS A PALERME


    25 AVRIL 1984

     

     

    CENT JOURS

     

    Réalisation

    Giuseppe FERRARA

    Scénario

    Piergiovanni ANCHISI

    Giuseppe FERRARA

    Photographie

    Silvio FRASCHETTI

    Musique

    Vittorio GELMETTI

    Production

    OMBRE ET LUMIERE

    CLCT

    Distribution

    AMLF

    Durée

    100 minutes

    Tournage

     

    Général Dalla CHIESA

    Lino VENTURA

    Emanuela

    Giuliana DE SIO

    Pio LA TORRE

    Lino TROISI

     

     

     

    Nommé Préfet de Palerme en 1982, le Général Dalla CHIESA qui s'est illustré pour avoir démantelé les Brigades Rouges, a pour mission de lutter contre la puissante mafia qui a assassiné bon nombre de personnalités politiques ces derniers temps. On lui promet des moyens. Quelques jours plus tard le Député Pio LA TORRE est sauvagement assassiné dans sa voiture. Dalla CHIESA prend les choses en main et bouscule la routine policière. Mais les enquêtes piétinent et les meurtres continuent. Il se marie durant ce temps avec sa fiancée, la douce et aimante Emmanuela. Il désire faire voter un loi anti-mafia, ce qui agace cette organisation. Sans réels moyens il poursuit son travail besogneux. fatalement, 100 jours après son intronisation, il sera lui aussi sauvagement assassiné avec sa femme dans leur voiture. Son action n'aura pas été inutile. Cité comme exemple, il aura participé posthumement au vote de la fameuse loi anti-mafia. 

     ***********************************************

    Après le succès massif du "Ruffian" on pourrait croire que Lino VENTURA allait surfer sur cette nouvelle vague. Mais contre toute attente, l'acteur va choisir un rôle plus difficile, car "100 jours à Palerme" est un biopic consacré au Général Dalla CHIESA qui a été assassiné par la mafia deux ans auparavant. L'acteur a dans le passé interprété un chef de la mafia dans "Cosa Nostra" avec Charles BRONSON mais là il inverse la tendance en incarnant un farouche opposant à celle-ci.

    C'est le réalisateur Giuseppe FERRARA critique et documentaliste réputé qui met en scène le film d'une manière très dépouillée. Avec lui, la mafia perd son image un peu glamour née de films tels "Le Parrain". Ici, rien de magnifique, de chevaleresque ni de romantique. Les victimes sont tués de manière assez lâche, en général plusieurs voitures bloquent le véhicule cible et plusieurs tireurs exécutent les victimes d'une manière barbare. Le film insiste sur ces meurtres crus, et montre les victimes parfois en très mauvais état. Le film prend un aspect documentaire rées intéressant. Les chefs de la mafia ne siègent pas dans une superbe demeure avec pléthore de lieutenants autour d'eux. Les mafieux sont des dirigeants de banques qui font du business à l'international. Lors de conseils restreints au sein même de ces sièges, quelques membres décident de la vie ou de la  mort de diverses personnalités susceptibles de représenter un danger pour l'organisation. En 1982 la forte recrudescence d'assassinats et l'incompétence de l'Etat à endiguer ceux-ci mettent le met dans l'obligation de procéder à la nomination d'un dur à cuire. Lino VENTURA interprète le Général Dalla CHIESA réputé pour avoir démantelé les "Brigades rouges". Celui-ci accepte la mission à condition d'avoir l'appui total du gouvernement, ce qui est loin d'être gagné. Ce n'est pas franchement un rigolo et il ne se laisse pas impressionner. Sans peur, il refuse les escortes et ne craint pas la mort. Il va poursuivre son but avec opiniâtreté. La mafia ne s'inquiète pas de la nomination de Della Chisa. Mais l'organisation va changer d'avis. Le Préfet remue ciel et terre pour convaincre le gouvernement d'accepter la mise en place d'une loi anti-mafia. Il est aussi capable de rencontrer des étudiants et de leur expliquer sa démarche. Il réclame l'unité du peuple italien contre la mafia. Bref, il commence à agacer, et sa mort sera rapidement mise à exécution. Froidement, lui et sa femme seront criblés de balles dans leur voiture. 

    Le film perd beaucoup d'efficacité avec les scènes intimistes entre le Préfet et sa future femme. Le réalisateur voudrait être plus radical et décrire les méthodes utilisées par la mafia dans le blanchiment d'argent et ses rapports avec les politiques, mais il se heurte au producteur français qui désire des scènes glamours pour désamorcer l'atmosphère lourde du film. Contre son gré le réalisateur devra insérer des passages romantiques entre Dalla CHIESA et Emanuela qui font un peu tâche... Le film en souffre.

    Lino VENTURA est encore une fois spectaculaire dans le rôle d'un homme peu charismatique mais qui possède une sacrée paire de c.... Vieilli, pas très sympathique, il s'identifie parfaitement au personnage. Mais évidemment il ne peut attirer le même public que "Le Ruffian" surtout que l'affiche n'est pas non plus des plus engageantes. Avec ce ton rouge vif, on sait ce que l'on va voir. Reste donc un film inégal qui contient de très bonnes parties, mais traite parfois le sujet de manière superficielle. reste que de tourner ce film alors que la blessure causée par la mort d'un homme sans concessions est plutôt courageux.

    Le film est présenté à Cannes en 1984 et bénéficie de critiques mitigés. Le film sort dans la folie et bénéficie d'une belle campagne de publicité. La combinaison de salles est importante pour l'époque. Avec 44 salles sur Paris Périphérie, le distributeur espère que le public va suivre Lino après le succès du "Ruffian". Avec 62 000 entrées sur Paris / Banlieue le film déçoit et ne parvient pas à prendre la première place toujours conservée par le "Viva la vie" de Claude LELOUCH. Après une seconde semaine dans les mêmes eaux le film s'écroule totalement. En France le film atteint difficilement les 500 000 spectateurs. Un score très décevant qui replonge l'acteur à l'époque de "La cage".

    Le public n'a pas apprécié de voir Lino vieilli et n'a pas semblé inspiré par ce film sanglant et qui finalement concerne un problème typiquement italien. Heureusement pour lui, son nouveau film "La 7ème cible" doit sortir pour les fêtes de fin d'année. Correspondant plus au canons désirés par son public habituel, il devrait renouer avec le succès.

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    500 403

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    157 166

     

    Détail entrées Paris

     

     

     

    1ère semaine

    2

    62 923

    44

    2ème semaine

    4

    53 629

    43

    3ème semaine

    9

    24 214

     

    4ème semaine

     

    7 871

     

    Nombre de semaines Paris

     

    8

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    7 480

     

    Cote du succès

     

    *

     

     

     

      vlcsnap-2011-09-15-09h14m12s73.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h14m19s144.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h14m54s241.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h15m35s136.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h16m31s183.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h18m27s62.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h20m24s215.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h23m49s209.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h30m06s137.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h30m59s162.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h32m33s72.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h33m33s162.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h44m13s160.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h47m39s172.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h48m23s101.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h50m13s178.png

     

    100 JOURS A PALERME - LINO VENTURA

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h51m05s186.png

     

    vlcsnap-2011-09-15-09h51m33s212.png

     

     

    .

    « LA 7 EME CIBLE - LINO VENTURA BOX OFFICE 1984LE RUFFIAN - LINO VENTURA BOX OFFICE 1983 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :