• CARMEN - JEAN MARAIS BOX OFFICE 1945


     

     

    CARMEN

     

    8 AOUT 1944

     


    CARMEN - BOX OFFICE JEAN MARAIS 1945


     
     
    • Réalisation : Christian-Jaque
    • Scénario : Christian-Jaque, Jacques Viot, Claude-André Puget et Charles Spaak
    • Musique : Georges Bizet
    • Photographie : Ubaldo Arata
    • Décors : Robert Gys
    • Costumes : Marcel Escoffier
    • Montage : Jacques Desagneaux
    • Production : André Paulvé
    • Société de production : Films André Paulvé, Scalera-Invicta Film
    • Format : Noir et blanc - 35 mm - 1,37:1
    • Tournage : Italie
    • Durée : 2h04

     

    • Viviane Romance : Carmen
    • Jean Marais : Don José
    • Julien Bertheau : Lucas, le matador
    • Lucien Coëdel : Garcia
    • Marguerite Moreno : la bohémienne
    • Bernard Blier : Remendado

     


     
     

    Dans les rues de Séville, une discussion s'engage entre les soldats au sujet de Carmen, la maîtresse du lieutenant. Arrivé devant le palais, le brigadier Don José reçoit l'ordre de ne laisser entrer personne après la visite des cigarières. Surgit Carmen, qui toise Don José et le provoque en lui jetant une fleur. Le lendemain, à la fabrique de cigares, Carmen est traitée de "gitane" par une ouvrière dont elle taillade le visage. Don José arrête Carmen, mais celle-ci lui fausse compagnie en chemin. Dans la montagne, des contrebandiers conduits par leur chef, Garcia, sont prévenus que des carabiniers sont en embuscade. Après s'être débarrassés de la marchandise, ils se rendent dans la taverne de Lillas Pastia, qui donne à Garcia les clefs de la manufacture de tabac, volées par Carmen. Don José, dégradé, est mis sous les verrous. Carmen lui fait parvenir une lime cachée dans un pain et un mot doux lui donnant rendez-vous chez Pastia. Dans un cabaret, Carmen repousse les assiduités du lieutenant qui lui confie avoir fait libérer Don José. Aussitôt, elle rejoint le soldat et s'offre à lui. La nuit suivante, les contrebandiers veulent franchir les murs de la ville, gardés par Don José. Carmen, par un habile chantage affectif, obtient que Don José ferme les yeux. Après le cambriolage de la manufacture, le témoignage du gardien assommé a permis d'identifier Garcia-le-Borgne. L'armée prend donc d'assaut la taverne et le lieutenant arrête le Borgne. Le militaire se rend ensuite chez Carmen et y retrouve Don José. Dans le combat à l'épée qui suit, le lieutenant perd la vie. Cet acte condamne Don José à la désertion. Carmen, qui le manie à sa guise, l'entraîne avec elle dans le repaire des contrebandiers, dont le chef est Dancaïre. Devenu hors-la-loi par amour, Don José apprend que Carmen est mariée, selon la loi bohémienne, à Garcia-le-Borgne. Apprenant la condamnation à mort de ce dernier, un des leurs, Remendado, parvient à le faire évader. Ce retour attise la jalousie de Don José qui propose à Carmen de partir avec lui pour le Nouveau Monde. Elle s'y refuse et pousse Don José à tuer Garcia. Le forfait accompli, elle retrouve sa liberté et s'enfuit à Ronda, avec la ferme intention de reformer une bande. Elle y retrouve Pastia, devenu barbier, qui l'aide à trouver un passeport et rencontre Lucas, un torero, dont elle s'éprend. Désespéré, Don José ne peut accepter cette rupture. Après la mort de Lucas, tué dans l'arène, Carmen retrouve Don José dans la montagne pour lui avouer qu'elle ne l'aime plus. Dévoré de douleur, Don José la poignarde.

    *********************************************************

     

    BOX OFFICE FRANCE : 4 277 813
    BOX OFFICE PARIS :        959 294
    COTE DU SUCCES : *   *   *   *   *

     

    « LA BELLE ET LA BETE - BOX OFFICE JEAN MARAIS 1946L'ECLIPSE - BOX OFFICE ALAIN DELON 1962 PART I »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Maxime
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:49

    Merci Renaud.


    Je brûlais d'envie de voir traîter le box office de ce grand acteur !Ce fut un des héros de ma jeunesse (j'ai 25 ans) et c'est toujours avec un grand plaisir que je revois ses films.Son cumul au Box office doit être assez élevé je suppose...

    2
    renaud
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:49
    oui, je suis fan de Jean MARAIS, mais j'attaque son sujet en n'ayant pas vu tant de film que cela  de lui.  J'improvise pas mal.  A ce propos: quand la télé publique proposera les films des grandes gloires du "passé" pour que tout le monde puisse les redécouvrir au lieu de payer 15  euros un dvd???

    Il a passé la barre des 100 millions de spectateurs en tout cas...
    3
    Maxime
    Mercredi 29 Mai 2013 à 05:49

    Aurais-tu vu par hasard La Tour prends garde ! de Georges Lampin et La Princesse de Clèves de Delannoy????Ils ne passent jamais à la télévision et ne sont pas davantage disponibles en DVD.....j'enrage de ne pas avoir encore pu les voir.Quand je pense au nombre de nanars qu'on se tape régulièrement à la téloche....il pourraient AU MOINS les programmer de temps en temps en deuxième partie de soirée.Ras la casquette des séries télé :y a overdose j'estime !Je suis de ton avis il serait du devoir du service public de s'attacher à refaire découvrir les classiques au plus grand nombre.Le prix des DVD René Chateau et CANAL sont scandaleux!


    Il me semble pourtant essentiel de faire découvrir notre patrimoine au plus grand nombre, donner la chance à ceux qui n'ont pas pu à l'époque les voir au ciné car....tout simplement pas encore né tous les classiques du cinoche français ainsi que toute une série de films étiquetés de poupulaire mais non dépourvus de qualités..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :