• BOX OFFICE USA 1927 TOP 41 A 50

     

     BOX OFFICE USA TOP ANNUEL 1927

    TOP 41 A 50

     

     

    Suite du box office USA 1927 par Laurent Aumaitre

     RANG

    TITRE

    RÉALISATEUR

    SORTIE
     USA

     RECETTE
    1927

     RECETTE CUMULÉE

    DE L'EXPLOITATION

    41

    LE TEMPS DES CERISES 
    SPRING FEVER

    EDWARD SEDGWICK

    22.10.27

    405 500 $

    405 500 $

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film MGM avec William Haines, Joan Crawford

    Haines joue un commis à l'expédition nommé Jack Kelly. Il a négligé le golf pour travailler pour le vieillissant M. Waters ( George Fawcett ). Un jour, M. Waters congédie Pop Kelly ( Bert Woodruff ). Jack en est témoin et est outré. Il veut se venger et brise une fenêtre avec une balle de golf. M. Waters l'attrape mais, au lieu d'être en colère, il est impressionné par les compétences de Jack en matière de golf. Plus tard dans la journée, il annonce à son père qu'il est invité par le Oakmont Country Club à être invité du club pendant au moins deux semaines. Son rôle sera l'enseignant de M. Waters, essayant de lui apprendre à jouer au golf. Pop ne veut pas dire au revoir, mais le laisse partir. Au club, il rencontre Allie Monte ( Joan Crawford ) et tombe immédiatement amoureux d'elle.
     
    Cette adaptation d'une pièce de 1925 est le premier film de William Haines en tête d'affiche. Cet acteur totalement oublié en France (je l'ai moi-même découvert il y a seulement deux ans) fut pourtant une véritable star puisqu'il fut classé parmi les cinq acteurs les plus rentables du box-office de 1928 à 1932. Ce fut également la première star de cinéma ouvertement gay. Malgré des critiques assassines concernant la mise en scène d'Edward Sedgwick, le film fut largement rentable avec $115 000 de bénéfices nets.
     


     

    42

    AFTER MIDNIGHT

    MONTA BELL
    20.08.27

          404 350 $

             404 350 $

     BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film MGM avec Norma Shearer

    A New York, une jeune femme vend des cigarettes dans un night-club tandis que sa soeur mene une vie insolente.

     Norma Shearer est devenue la star la plus rentable de la MGM en seulement 13 films (incluant ce dernier). Il faut dire qu'ils ont tous été produits pour moins de $200 000 et largement rentabilisés. Malheureusement, ce sont tous des films de série B et l'actrice rêve d'un grand film. Ce sera chose faite puisque le studio donnera son accord pour qu'elle joue dans le prochain film d'Ernst Lubitsch « Le prince étudiant ». C'est à la fin du tournage de ce dernier film, et alors que sort sur les écrans « After midnight » qu'Irving Thalberg, célèbre et puissant producteur de la MGM avec qui elle avait une liaison « secrète » depuis un an, la demande en mariage. Ils resteront mariés jusqu'à la mort de celui-ci en 1936.

     


     

     

    43

    METROPOLIS

    FRITZ LANG

    06.03.27

    10.01.27 (ALL)

    401 800 $

                 405 850 $ 

     BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film PARAMONT avec Brigitte Helm

    Au XXIe siècle, une métropole à l'architecture fantastique vit sous le joug d'un groupe de tyrans. Les aristocrates se prélassent et se divertissent dans de somptueuses demeures et de luxuriants jardins, tandis que la grande masse de la population travaille, dort et survit durement dans les profondeurs de la terre. Le fils du maître de la ville découvre avec effarement l'existence du monde souterrain, où se rencontrent en secret les ouvriers, peu enclins à supporter pour toujours leur situation. Pendant ce temps, un savant invente une femme-robot qui doit détouner les opprimés de leur révolte...

    Si Fritz Lang était un réalisateur connu en Europe grâce à plusieurs succès, dont « Le docteur Mabuse » et « Les Niebelungen », c'est avec « Metropolis » qu'il se fit connaitre aux États-Unis. Il y sera accueilli à bras ouverts quand l'Allemagne basculera dans le nazisme.
    Metropolis est l'un des films les plus connus de l'histoire, sur lequel ont été écrits des dizaines d'ouvrages et de thèses. Je ne ferai donc pas l'affront le présenter ici ; je me contenterai de vous proposer le lien sur la fiche de Fritz Lang dans lequel figure un article que j'ai écrit, consacré au Box-Office détaillé du film.

    http://www.boxofficestory.com/fritz-lang-box-office-a156504802

     

    44

    LA MORSURE 
    THE SHOW

    TOD BROWNING

    22.01.27

          386 825 $

       395 825 $ 

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film MGM avec John Gilbert, Renee Adoree, Lionel Barrymore

    Près du marché de Budapest, dans le Palais des Illusions que tient un saltimbanque appelé Le Grec. La foule applaudit chaque jour la danse de Salome qui obtient pour le roi Hérode la tête de Jean-Baptiste. Le vrai drame, cependant, se déroule dans les coulisses. Le Grec est éperdument amoureux de sa danseuse mais celle-ci lui préfère ouvertement son athlétique partenaire, Robin, à peu près inconscient des appétits qu'il suscite. Qu'à cela ne tienne ! Le Grec coupera la tête de celui qu'il trouve indésirable. Salome, qui n'est pas de cet avis, lui sauve la mise et le cou. Le soupirant éconduit médite alors d'avoir recours à un lézard venimeux...

    Cette adaptation d'un roman de 1910 est le quatrième des six films mettant en vedette John Gilbert et Renée Adorée, rejoints pour l'occasion par Lionel Barrymore.
    Artiste complet (acteur, dessinateur, écrivain et compositeur), Lionel Barrymore est l'ainé de la célèbre fratrie de comédiens, surnommée la « royal family ». Star du théâtre américain depuis le début du siècle, il débute au cinéma sous la direction de Griffith (dans pas moins de 60 films) dès les années 10. Toutefois le cinéma ne l'intéresse pas vraiment, il le considère plus comme un divertissement. Et malgré son statut et quelques succès cinématographiques en solo, il accepte volontiers des rôles secondaires, voire parfois de simples apparitions, comme dans Ben-Hur de 1925. Ce qui explique en partie pourquoi il est nettement moins populaire au cinéma que son frère John à cette époque.
    Pour la scène de l'attaque de l'iguane, on posa la bête sur une plaque de métal dans laquelle on envoyait du courant électrique, afin de lui donner du cœur à l'ouvrage. Les associations de défense des animaux n'existaient pas alors.

     

     

    45

    THE ROUGH RIDERS

    VICTOR FLEMING

    01.10.27

            381 041 $

            382 779 $ 

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film PARAMOUNT Avec Noah Beery, Charles Farrell, George Bancroft, Mary Astor

    L'histoire concerne les Rough Riders (bien sûr). Le personnage de Bancroft évite la prison pour s'enrôler, tout comme son poursuivant, le shérif (Beery). Bert, un garçon du Texas et Van, un New-Yorkais, se disputent les faveurs de Dolly (Astor). Bert et Van deviennent amis et quand Bert est blessé à San Juan Hill, Van le reconduit sur la colline où il meurt en héros. Van informe Dolly. Le film se termine lorsque Dolly et van assistent à l’ investiture de Roosevelt avec leurs deux enfants.

    Victor Fleming servit dans l'armée comme photographe de guerre durant le premier conflit mondial. Il fut même le photographe en chef du président Wilson lors du Traité de Versailles. De retour à la vie civile, il est repéré par Allan Dwan qui l'engage comme assistant-réalisateur. Il devient très vite metteur en scène, travaillant pour David W. Griffith, avant de rejoindre la Paramount où il sera un réalisateur de premier plan. Il reste connu pour avoir signé « Autant en emporte le vent » et réalisé « Le magicien d'Oz ».
    Noah Beery était le grand frère de Wallace Beery. Attiré dès son plus jeune âge par le théâtre, mais doté d'une voix profonde, il se tourne finalement vers le chant. C'est ainsi qu'il se retrouve à New York où il fait du vaudeville et des comédies musicales, avant de revenir définitivement au théâtre. Son frère le convainc de venir à Hollywood pour faire du cinéma en 1915. S'il ne devient pas une star de l'envergure de son frère, il n'en connaitra pas moins quelques succès personnels, et fera une brillante carrière comme second rôle, notamment en tant que méchant (l'un de ses plus célèbres étant le sergent Gonzales dans « La marque de Zorro » face à Douglas Fairbanks).

      

    46

    KNOCKOUT REILLY

    MALCOM ST CLAIR

    16.04.27

          380 400 $   

                      380 400 $   

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film PARAMOUNT avec Richard Dix

     Le métallurgiste Dundee Reilly ( Richard Dix ) prend la défense de Mary Malone ( Mary Brian ), et assomme  Reilly qui est champion des poids lourds . Le frère de Mary, Pat ( Harry Gribbon ), décide de préparer notre héros à une carrière dans le ring sous le surnom de "Knockout Reilly". Les obstacles au succès de Reilly sont nombreux, y compris une courte peine de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, mais à la fin du film, Knockout Reilly a lui-même remporté la couronne du championnat.  


    Sportif accompli, Richard Dix ne fut pas doublé pour les scènes de boxe, ce qui lui valut deux côtes cassées sur le tournage.
    « Knockout Reilly » est le premier succès important de Malcolm St. Clair. Ce dernier fut un disciple de Max Sennett. D'abord acteur, puis réalisateur à partir de 1915, il réalisera près de 100 films et en produira 5 jusqu'à sa retraite en 1948. Il fut le réalisateur principal des derniers films de Laurel et Hardy pour la 20th Fox.

     

     

     

    47

    LE CHANTEUR DE JAZZ
    THE JAZZ SINGER

    ALAN CROSLAND

    06.10.27

           378 500 $     

            2 051 317 $    

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film WARNER BROS  avec Al Jolson, May McAvoy

    Fils du Cantor Rabinovitz, Jackie a été élevé dans la plus stricte tradition juive. Aussi quelle n'est pas la déception de son père lorsqu'un de ses amis lui rapporte avoir vu Jackie chanter du « rag-time » et danser dans un « saloon ». Rentré chez lui, Jackie reçoit une correction et quitte sur le champ la maison en promettant de ne jamais revenir. Les années ont passé et Jack, qui a transformé son nom en Robin, est devenu un célèbre chanteur de jazz...

    « Wait a minute, wait a minute, you ain't heard nothin' yet » ; C'est avec ces mots que le cinéma se mit officiellement à parler. C'est l'aboutissement d'un projet acharné de Sam Warner, qui avait racheté la société Vitaphone, alors que la Warner Bros était très endettée. Le film fut produit par Darryl F. Zanuck, futur patron de la 20 Th Fox et qui remporta un Oscar d'honneur pour ce film. On ne lésina pas sur les moyens. En effet avec un coût de $422 000, il était le troisième film le plus cher du studio qui s'était pour l'occasion offert l'immense star Al Jolson (j'y reviendrai prochainement) pour la bagatelle de $75 000 pour huit semaines de tournage. Paradoxalement, il ne devait pas y avoir de dialogue dans ce premier film parlant, que Sam Warner voulait avant tout chantant. C'est Al Jolson qui improvisa la phrase entrée dans la légende, en plus des six chansons qu'il interprète.
    Adapté d'une pièce à succès, jouée 303 fois au Fulton Theater de Broadway en 1925, « Le chanteur de jazz » connut un succès massif dégageant $1 196 750 de profits. Ceux-ci associés à la vente de droits du procédé Vitaphone aux exploitants, assura une belle pérennité financière à la Warner qui galérait depuis sa création. Malheureusement, Sam Warner ne vit jamais le résultat de ses efforts, décédant la veille de la première du film.
    Le film fit l'objet de deux remakes, en 1952 et en 1980. Il fut également adapté à la TV en 1959, dans la série anthologique « Ford startime », avec Jerry Lewis.

     BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50

     

    48

    MAITRE APRES DIEU
    SHANGAÏ BOUND

    LUTHER REED

    15.10.27

         377 400  

               377 400 $          

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film PARAMOUNT avec Richard DIX

    Richard Dix incarne la vedette sous le nom de capitaine de vaisseau Jim Bucklin. Atterrissant dans un port chinois, Bucklin et ses passagers sont menacés par un seigneur de guerre en maraude, qui a l'intention de tuer le capitaine et de tenir les autres en otage dans le cadre de sa campagne de destruction contre tous les hommes blancs. Rassemblant les passagers et quelques clients nerveux de l'hôtel, notre héros décide de résister aux hordes de bandits.  
     

     

    49

    MONSIEUR ALBERT
    SERVICE FOR LADIES

    HARRY D'ABADDIE D'ARRAST

    06.08.27

         367 550 $  

      367 550 $  

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50Un film PARAMOUNT avec Adolphe Menjou

    Albert Leroux, maître d'hôtel dans un hôtel parisien exclusif, tombe éperdument amoureux d'Elizabeth Foster, une héritière américaine, bien qu'il soit convaincu qu'elle n'admirera jamais un serveur. Il la suit dans une station de sports d'hiver des Alpes suisses, où Albert craint constamment de se faire révéler son identité. En rencontrant le roi Boris de Lucanie, les deux avouent avoir voyagé incognito. Les amants sont réunis dans une luge et l'intimité mûrit bientôt. Les sports d’hiver se terminent par une mascarade de glace et, dans son brillant costume, Albert convainc Elizabeth qu’il n’est pas un mortel ordinaire. Au moment où Albert part pour Paris, Robert Foster apprend sa position. Quand Elizabeth et Robert arrivent à l'hôtel, Albert se voit licencié mais est surpris de recevoir une participation majoritaire dans l'hôtel et un rendez-vous de la direction chez les Foster 

    Dernier succès de la décennie pour Adolph Menjou. En fait, il devra attendre 4 ans pour relancer sa carrière avec « Cœur brûlé » aux côtés de Marlène Dietrich et Gary Cooper. Homme à la réputation d'être particulièrement soigné, il fut élu l'homme le plus élégant d'Amérique à neuf reprises.
    Le film sera l'objet d'un remake parlant en 1932, signé Alexander Korda, avec Leslie Howard.

    50

    SAPEURS SANS REPROCHE
    FIREMAN SAVED MY CHILD

    A.EDWARD SUTHERLAND

    01.08.27

    367 150 $

             367 150 $ 

    BOX OFFICE USA 1927 - TOP 41 A 50 Un film PARAMOUNT Avec Wallace Beery, Raymond Hatton

    Elmer et Sam, copains d’enfance, se rencontrent plus tard dans la vie et deviennent, par une duperie du destin, des pompiers. Ils réussissent à sauver le perroquet de la fille du chef, Dora, et plus tard, quand une alarme retentit pour un second feu dans la maison du chef, ils réussissent à sauver  le capitaine Kennedy.

    Raymond Hatton reste connu uniquement pour le duo comique qu'il forma avec Wallace Beery pendant trois films. Pourtant il a joué dans plus de 400 films et épisodes de séries TV.

     

     

       .

     .

    « BOX OFFICE MONDE DU 18 JANVIER AU 20 JANVIER 2019GRETA GARBO BOX OFFICE »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :