• BOX OFFICE USA 1927 HORS TOP 50

     

     BOX OFFICE USA TOP ANNUEL 1927

    SÉLECTION FILMS HORS TOP 50

     

     

    Pour terminer, tardivement, avec 1927, je vous propose cette liste de films qui ne sont pas le top 50 ni celui de 1928, soit parce qu’ils sont sortit à cheval sur ces deux années, mais dont les recettes totales auraient pu être suffisantes, ou tout simplement parce qu’ils ont eu un impact non négligeable sur le 7° art ou sur la carrière d’une star ou d’un réalisateur.

    Laurent AUMAITRE

     RANG

    TITRE

    RÉALISATEUR

    SORTIE
     USA

     RECETTE
    1927

     RECETTE CUMULÉE

    DE L'EXPLOITATION

     66

    LES MISERABLES

    HENRI FESCOURT

    08.07.27

    345 160 $

            417 210 $

    BOX OFFICE USA 1927Un film UNIVERSAL avec Gabriel Gabrio, Jean Toulout

    Il existe une cinquantaine d'adaptations du très célèbre roman de Victor Hugo, la première datant de 1897. En 1909, un film américain s’attaque pour la première fois à l'intégralité du roman. En 1912 Pathé produit une version de 163 minutes, dotée d'un budget, selon la publicité de l'époque, de $100 000.
    Cette version française de 1925 est considérée comme la meilleure du muet, mais fut éclipsée par celle de 1934, avec Harry Baur et Charles Vanel. Le film d'une durée de six heures fut diffusé en deux parties.

    Sortie en France : 25 novembre 1925


     

    73

    LA VOLONTE DU MORT
    CAT AND CANARY

    PAUL LENI
    09.09.27

             323 750 $

              325 550 $

    BOX OFFICE USA 1927Un film UNIVERSAL  Avec Laura La Plante

     Cyrus West, un vieil original milliardaire, solitaire et grincheux, rédige son testament et le met sous pli en deux enveloppes cachetées à ouvrir vingt ans après ma mort. Il joue ainsi un tour aux membres de la famille qui attendront, minés par l'impatience, comme des chats excités par la vue d'un canari en cage.Après la disparition du vieillard, le château reste habité seulement par une ancienne servante, Mammy Pleasant, et le gardien. Un visiteur s'introduit dans les lieux. Sa main gantée essaie de faire jouer la serrure à chiffres du coffre-fort, qui s'ouvre enfin. Il est vide. Pendant ce temps, le notaire est arrivé et les membres de la famille sont réunis pour assister à l'ouverture du testament. On ouvre la première enveloppe. C'est la nièce Anabella West qui hérite, mais à la condition qu'elle soit saine d'esprit. Si elle ne l'est pas un autre héritier sera désigné, dont le nom est inscrit dans la seconde enveloppe. Pendant la préparation du dîner, le gardien vient annoncer qu'un fou, surnommé le Cat, s'est échappé et est peut-être dans la maison ou aux alentours. La folie s'empare des convives. Pendant son sommeil, la main gantée tente d'étrangler Anabella. Tante Suzan parvient à quitter la demeure et à monter dans la charrette du laitier pour prévenir la police, qui démasquera rapidement l'auteur des incidents : c'était, déguisé en monstre hideux, Charlie Wilderl, neveu de Cyrus, dont le nom figurait dans la seconde enveloppe. Le gardien était son complice.

    Paul Leni, peintre d'avant-garde, était un des maîtres de file de l'expressionisme allemand, et son « Cabinet des figures de cires » (1924) avait impressionné Carl Leammle, le patron de la Universal, qui lui proposa d'adapter une pièce à succès de 1922. Le succès critique et public de « La volonté du mort » devenu culte, et dont certains plans et mouvements de caméra sont encore utilisés par le cinéma de genre aujourd'hui, imposa les codes des films d'horreurs des trente années à venir, lança le genre populaire des "old dark house movies" (régulièrement parodié par Tex Avery) et reste le plus grand succès de Laure La Plante, starlette de l'époque dont la carrière sera brisée par le parlant. Il propulsa également la prometteuse carrière  américaine de Leni jusqu'à sa mort prématurée deux ans plus tard.
    C'est un film clé de l'histoire de la Universal, qui allait se spécialiser dans le genre durant plus d'une décennie, et ouvrit la voie au « Dracula » et « Frankenstein » de 1931.
    La pièce de John Wilard fit l'objet de trois autres adaptations, toutes parlantes, en 1930, 1939 (version comique avec Bob Hope et Paulette Goddard) et 1979.  

     

     121

    LE MECANO DE LA GENERALE
    THE GENERAL

    CLYDE BRUCKMAN
    BUSTER KEATON
     

    31.12.26

    233 292 $

                  233 292 $ 

    BOX OFFICE USA 1927Un film UNITED ARTIST Avec Buster Keaton

    Johnnie est le mécanicien (« le mécano ») d'une locomotive appelée la General, laquelle appartient à la Western and Atlantic Railroad, une compagnie de chemins de fer de l'Est américain. Lorsque la guerre de Sécession éclate, Johnnie a deux amours: son train et Annabelle Lee. Comme il ne peut pas s’engager dans l’armée, Annabelle lui refuse son amour après que son frère lui ait expliqué par malentendu n'avoir même pas vu Johnnie dans la queue pour s'enrôler. Cependant, lorsque la General est volée par des espions de l'Union, avec Anabelle à son bord, Johnnie n'hésite pas à se lancer à la poursuite de son train et de sa fiancée. Après s'être infiltré dans l'armée de l'Union, Johnnie délivre Annabelle grâce à un déguisement après avoir entendu par hasard les plans secrets de généraux. Elle et lui s'enfuient en train, talonnés par l'armée ennemie. Après de nombreuses péripéties et après avoir défait l'Union en aidant les confédérés, Johnnie reçoit le grade de lieutenant et retrouve sa fiancée.

    Cette comédie, inspirée d'un réel fait d'armes de la guerre de Sécession, est le film le plus connu et reconnu de Buster Keaton, et l'un des plus célèbre du cinéma, régulièrement cité parmi les 100 ou 50 meilleurs films de l'histoire par les critiques du monde entier.
    Film préféré du comédien, il bénéficia d'un important budget pour une comédie de l'époque, $400 000 que Joseph Schenk, producteur de la Metro, mit à disposition de Keaton. Celui-ci s'investit totalement dans le film, réalisant lui-même toutes ses cascades, y compris les plus dangereuses et s'attela à faire une reconstitution extrêmement soignée. Keaton ne regarda absolument pas à la dépense, allant jusqu'à mettre  $42 000 pour un seul plan (celui du pont qui s'écroule au moment où la locomotive Texas passe dessus), ce qui en fait le plan le plus onéreux du muet. S'ajoute à cela plusieurs incidents sur le tournage, comme un technicien gravement blessé qui porte plainte contre la production, ou un incendie déclenché lors du tournage de l'impressionnante bataille finale du film, et qui coûta la bagatelle de $50 000 à éteindre. Au final, c'est $750 000 qui furent dépensés pour le film, un record pour une comédie de l'époque.
    Mais le résultat est là. Visuellement très réussi, drôle et ne manquant pas de morceaux de bravoure, c'est sans doute le film le plus abouti de son auteur. Pourtant, lors de sa sortie, c'est un échec critique et commercial. Avec $ 1 000 000 de recettes dans le monde, dont moins de la moitié sur le sol américain, le film ne parvint pas être rentable et signe la fin de l'indépendance financière et artistique de la star, celui-ci devant se résigner à signer un contrat avec la MGM.

    En 1953, une nouvelle version du film est créée et distribuée par un collectionneur et distributeur indépendant, Ramond Rohauer. Cette version d'ailleurs est sous copyright. L'ironie, c'est que l'enregistrement au copyright de l'originale n'ayant pas été renouvelée, la version de Keaton est, elle, dans le domaine public depuis 1954.

    Une version parlante et plus sérieuse de l'histoire fut produite en 1956 par Disney, avec Fess Parker.

    131

    LA PETITE VENDEUSE
    MY BEST GIRL

    SAM TAYLOR

    31.10.27

          223 000 $

       599 300 $ 

     BOX OFFICE USA 1927Un film UNITED ARTIST avec Mary Pickford, Charles "Buddy" Rogers

     Maggie, une vendeuse dans une petite boutique, tombe amoureuse du fils du propriétaire, qui abandonne sa petite amie de la bonne société pour elle. Apprenant leur liaison, le père du jeune homme essaye d'acheter Maggie pour qu'elle l'abandonne. Quand elle finit par dire qu'elle est prête à renoncer à lui en se faisant passer pour une chercheuse d'or, le père reconnaît ses qualités et accepte le mariage.

    Ce film est atypique dans la carrière de Mary Pickford puisqu'il s'agit d'une pure comédie. Il fut pourtant un gros succès public, rapportant plus d'un million de dollars sur le sol américain, pour un coût de seulement $483 000. Aujourd'hui encore il est considéré comme l'un des cinq meilleurs films de l'actrice. Il faut dire que Sam Taylor avait du métier dans le registre comique puisqu'il fut l'un des réalisateurs attitrés d'Harold Lloyd. Il a notamment mis en scène le fameux "Monte là-d'ssus" en 1923.
    Mais si ce film reste connu, c'est aussi parce que c'est sur ce tournage qu'elle tomba amoureuse de son partenaire Charles "Buddy" Rogers. Mais étant alors mariée à Douglas Fairbanks, sa relation avec lui restera platonique jusqu'a son divorce en 1936.

     

     

    167

    MONTE CRISTO

    EMMETT J.FLYNN

    30.03.27

        172 386 $

              177 686 $ 

    Un film FOX avec John Gilbert

    L'adaptation du célèbre roman d'Alexandre Dumas.

    Cette reprise du film de 1922, un des tous premiers succès de John Gilbert (top 13 de 1922), est l'occasion de s'attarder un peu sur cet acteur.
    Enfant négligé et violenté, il se lance dans le théâtre en 1914, à l'âge de 17 ans. L'année suivante il s'essaye dans le cinéma où il va  enchaîner les petits rôles pendant cinq ans avant d'être repéré par Maurice Tourneur qui lui fait signer un contrat pour écrire des scénarios et jouer dans des films. Deux ans plus tard, c'est la Fox qui lui fait signer un contrat de trois ans et le lance comme premier rôle. C'est après qu'il commence à se faire un nom avec quelques succès comme cette version de Monte Cristo, puis il rejoint la MGM, nouvellement créée, en 1924. Bien qu'il devienne rapidement la plus grande star du studio enchainant les triomphes, Louis B. Mayer le déteste cordialement, du fait de l'indépendance d'esprit dont il fait preuve. Ils sont régulièrement en conflit sur les sujets artistiques, sociaux ou financiers, Mayer trouvant  Gilbert  bien trop payé ($250 000 par film). Le point culminant étant le double mariage de Gilbert/Garbo et du réalisateur King Vidor avec la star Eleanor Boardman. Garbo ne se rendit pas à la cérémonie, ce qui inspira une remarque désobligeante à son encontre de la part de Mayer. Et valut à Mayer de se prendre une bonne droite de Gilbert. Mayer lui voua dès lors une haine féroce et n'attendit plus que l'occasion de se venger. Ce dont l'avènement du parlant lui fournira l’occasion.
    Précisons toutefois que cette histoire est depuis quelques années remise en cause par les historiens. Une chose est certaine, c'est par la suite que les problèmes d'alcool de Gilbert vont s'aggraver.

       

    169

    LONDRES APRES MINUIT
    LONDON AFTER MIDNIGHT

    TOD BROWNING

    3.12.27

          171 100 $   

                      523 950 $   

    BOX OFFICE USA 1927Un film MGM avec Lon Chaney, Marceline Day, Conrad Nagel

     L'inspecteur Burke de Scotland Yard enquête sur le suicide suspect de Roger Balfour. Dans la demeure du défunt, où s'est déroulé ce fait divers, on trouve : Butler le domestique ; Sir James Hamlin, voisin, héritier et ami du mort ; Arthur Hibbs, le neveu de Hamlin ; et enfin Lucille, fille de Balfour. Burke ne trouve pas d'indice probant et se résout à considérer cette mort comme un suicide. Cinq ans plus tard la demeure Balfour est désormais abandonnée et laissée en ruines. Hamlin vit dans sa propriété, à quelques pas de cette maison, avec son neveu et Lucille, qu'il a adoptée. Pourtant, dans la décrépie demeure Balfour, des lumières mystérieuses apparaissent. Un personnage étrange vient de s'y installer. Il s'agit d'un homme aux cheveux hirsutes, coiffé d'un grotesque chapeau haut-de forme, vêtu d'une grande cape noire et arborant un sourire inquiétant. Il est accompagné d'une pâle jeune femme aux airs perdus et à la mine fantomatique. Peu de temps après, un vieux criminologue vient s'installer chez Hamlin pour enquêter à nouveau sur le suicide de Balfour. Rapidement, tous les habitants de la demeure semblent convaincus que les occupants de la maison abandonnée sont des vampires, des monstres buveurs de sang.


    Avec plus d'un million de dollars de recettes mondiales pour un un coût de $150 000, « Londres après minuit », sur un scénario original de Tod Browning, est le plus gros succès financier de Lon Chaney à la MGM.
    Petit-fils d'un membre du Congrès américain, John Chaney, et fils de parents sourds, Lon devint rapidement doué pour la pantomime. En 1902 il se lance dans le théâtre et le vaudeville. Après 8 ans sur les routes il s'installe en Californie, et se lance dans le cinéma en 1912, sous contrat à la Universal. Après avoir échoué à négocier une augmentation il quitte le studio en 1917, pour y revenir l'année suivante après le succès de "Riddle Gawne" de et avec William S. Hart, immense star de l'époque. Après ce film le talent de Chaney est enfin reconnu par l'industrie. Universal à l'idée de former un trio d'acteurs en associant Chaney à Dorothy Phillips et William Stowell. Le succès est tel que le studio produira 14 films en deux ans. Mais c'est avec l'immense succès du film "Le miracle" en  1919, que Lon Chaney devient véritablement une star. Alors qu'il aura connu ses plus gros succès chez Universal, dont « Le bossu de Notre-Dame » (1923) et « Le fantôme de l'opéra » (1925), il rejoint la MGM où il tournera 10 films sous la direction de Tod Browning, formant ainsi l'une des associations les plus réussies d'Hollywood.
    Lon Chaney, que l'on surnommait "'l’homme aux mille visages" eut également une influence majeure dans le domaine du maquillage. A l'époque le maquillage était rare, hormis une fausse barbe ou un postiche. De plus on utilisait du maquillage de théâtre ce qui rendait mal à l'écran. Chaney élaborait lui-même tous ses maquillages, faisant preuve d'une réelle ingéniosité et inventivité. Il n'est ni plus ni moins que l'inventeur du métier de maquilleur pour le cinéma.

    Bien que le film fut un gros succès public (surtout aux États-Unis), les critiques de l'époque furent assez sévères avec ce film. C'est peut-être pour cela que Browning en fit un remake parlant en 1935 sous le titre « La marque du vampire ».
    Il n'existe plus aucune copie du film, la dernière ayant été détruite lors d'un incendie d'un entrepôt de la MGM en 1965.

    183

    L'AURORE
    SUNRISE

    FRIEDERICH W. MURNAU

    28.09.27

            152 750 $    

          539 540 $    

    BOX OFFICE USA 1927Un film FOX  avec George O'Brien, Janet Gaynor

     Une femme de la ville, qui passe ses vacances dans un petit village, séduit un fermier et le convainc de tuer son épouse. Mais au moment de noyer l'épouse dans le lac, le fermier ne s'y résout pas et sa femme s'enfuit attrapant un tramway qui passe. Le fermier la suit, et le tramway amène les deux époux à la ville. Là, progressivement, ils se retrouvent, découvrant le rire et la fête dans l'atmosphère urbaine, avant de s'en retourner chez eux. Mais une violente tempête les attend sur le lac. Le fermier, se croyant le seul survivant du naufrage et son épouse morte pour de bon, tente de tuer la séductrice de la ville. Mais sa femme a pu être sauvée et, au moment où l'aurore se lève, les deux époux se retrouvent dans leur amour, alors que la femme de la ville s'enfuit.

    Ce premier film américain du légendaire réalisateur de « Nosferatu » considéré comme le plus grand chef-d'œuvre du cinéma muet, au point qu'il n'y a pas un seul classement des plus grands films du cinéma dans lequel il ne figure pas. Preuve de l'attrait qu'il exerce encore, ce fut le premier film muet à avoir été édité en DVD (au Royaume Uni en 2009).
    Beau, poétique, des acteurs au sommet de leur talent, un art consommé de l'image, un décor unique somptueux qui aura coûté la bagatelle de $200 000 (le plus cher de la période du muet avec l'arène de « Ben-Hur ») des plans de génie, une utilisation remarquable de la perspective, compensent un scénario très mince. Tout a été écrit sur ce film, chaque plan ayant été analysé des centaines de fois.
    Murnau détestait les intertitres ce qui explique qu'il y en ait peu, et plus on avance dans le film, moins il y en a, au point de ne plus exister sur la fin.
    « L’Aurore » est un film sonorisé, via le système Movietone de la Fox, et fut le premier film à bénéficier d'une vraie BO.

    231

    LA VIE PRIVEE D'HELENE DE TROIE
    THE PRIVATE LIVE OF HELEN OF TROY

    SIR ALEXANDER KORDA

    09.12.27

         91 800  

                478 875 $          

    BOX OFFICE USA 1927Un film FIRST NATIONAL avec Maria Corda, Lewis Stone, Ricardo Cortez

    Les termes du pari sont que Méphisto doit parvenir à corrompre l’âme d’un homme de bien et détruire en lui tout ce qu’il y a de divin et alors la Terre sera sienne. Lorsque son choix est arrêté, il envoie la peste détruire le village de Faust. Devant un tel fléau Faust prie pour que la mort et les privations cessent mais rien ne se passe. Désespéré, il en vient à appeler le diable. Celui-ci lui propose le marché suivant : une période d’essai de 24 heures durant laquelle Méphisto sera à son service. Faust accepte et demande de sauver les villageois. Cependant, ceci vient avec un prix ; Faust ne peut plus s’approcher de tout ce qui est divin. Et quand les malades le découvrent, ils le bannissent. Faust décide de faire un second marché avec Satan : jeunesse, les plaisirs terrestres et royaumes contre son âme. L’échange est scellé avec la duchesse de Parme. Avec le temps, Faust se lasse de ses excès et aimerait revoir sa ville. Obligé d’obéir, Méphisto le ramène. Quand ils arrivent, les cloches de la cathédrale sonnent, la messe se termine. Sur le parvis, Faust est attiré par une jeune fille. Il en tombe amoureux mais il est contraint de fuir quand on l’accuse du meurtre de son frère. Derrière ces machinations se trouve Méphisto qui voit d’un mauvais œil la romance de Faust et Gretchen. Sans famille, Gretchen qui attend l’enfant de Faust devient une paria. Bien plus tard, on la voit errer dans les rues au milieu d’un vent glacial avec son enfant. Les habitants refusent de les aider. Et dans un moment de folie, elle oublie son enfant dans la neige. À l’aube, la cité, voyant l’enfant mort, l’accuse et la condamne au bûcher. Elle appelle alors Faust. Il ne perd aucun instant pour la retrouver mais cela ne sert à rien. Souhaitant n’avoir jamais demandé d’être jeune, il se jette aux pieds de Gretchen. Le diable lui accorde ce dernier vœu. Gretchen reconnaît en ce vieillard son amant alors que les flammes les encerclent. L’ange dévoile à Méphisto qu’il a perdu son pari puisque l’amour triomphe de tout...


    Commencé par George Fiztmaurice, cette adaptation du roman de John Erskine, sorti deux ans plus tôt, est le premier film à obtenir un Oscar  à titre posthume pour le scénariste Gérald Duffy. C'est également le premier succès américain du célèbre producteur/réalisateur Alexander Korda.
    Né Sándor László Kellner en Hongrie, il écrit et réalise son premier film en 1914 et crée sa première société de production, la Corvin Film, deux ans plus tard. Dès son premier film en tant que producteur, il remporte un vif succès et la Corvin s'impose rapidement comme l’une des plus grandes sociétés cinématographiques hongroises. En 1919 il épouse la ravissante vedette locale Maria Corda. La même année, après avoir été brièvement arrêté durant la "Terreur Blanche", ils fuient la Hongrie pour Vienne. Alexander Korda n'y remettra jamais les pieds. Durant les années qui suivent il connaîtra plusieurs succès en Allemagne et en Autriche, tous avec son épouse en vedette. Parmi eux « Le mannequin du roi » qu'il réalise aura un certain écho à l'international. C'est ainsi qu'il est remarqué par la First National qui lui fait signer un contrat. Des relations tendues avec ses employeurs, de grosses sommes perdues dans le crack de Wall Street, des scripts qu'il juge insipides, la carrière de son épouse brisée par le parlant, mettent un terme à cette première aventure américaine, ainsi qu'à son mariage, en seulement trois ans. C'est donc quasiment inconnu qu'il débarque en France où il réussit malgré tout à s'imposer pour réaliser l'adaptation de la célèbre pièce de Marcel Pagnol, « Marius »,  avec le succès que l'on sait. En 1932 il migre à Londres où il fonde la London Films. L'année suivante il produit et réalise « La vie privée d'Henry VIII » qui fera de Charles Laughton une star internationale, et qui reste le plus gros succès mondial du cinéma anglais de la décennie. Il enchaine ensuite les succès comme producteur ou réalisateur. Parmi eux, citons « Le chevalier de Londres » avec Leslie Howard et Merle Oberon, qu'il épousera cinq ans plus tard, et surtout « Fantôme à vendre » de René Clair, qui fera le tour du monde. En 1936, il fonde son propre studio de tournage, le célèbre Studio Denham. C'est là que verront le jour toute une série de succès internationaux produits par Korda, comme « Elephant boy »,  « Les quatre plumes blanches » ou « Le lion a des ailes » qui lance la carrière du grand réalisateur Michael Powell. De retour aux USA au début de la guerre, il en profite pour produire entre autres succès, « Lady Hamilton » et « Le livre de la jungle » en 1942. La même année, il devient la première personnalité issu du cinéma à être fait Chevalier de l’Ordre britannique. L'année suivante, il retourne à Londres et en 1947, il devient l'actionnaire majoritaire de la plus puissante société de production anglaise, la British Lion Films. Durant les années qui suivent, il produit encore deux importants succès internationaux, « Le mur du son » de David Lean, et surtout « Le troisième homme » de Carol Reed, avec Orson Welles et coproduit par David O'Selznick. Il meurt d'une crise cardiaque en 1962.


    493

    CHICAGO

    FRANK URSON

    23.12.27

           12 200 $  

                 390 650 $  

    BOX OFFICE USA 1927Un film PATHE avec  Phyllis Haver

     Une femme adultère tue son amant au cours d'une dispute. Son mari s'accuse du meurtre.

    Adapté d'une comédie musicale, elle-même inspirée d'un sordide fait divers, cette production de Cecil B. DeMille (qui en est le vrai réalisateur dans les faits) fera l'objet de deux remakes, en 1942, avec Ginger Rogers (« La folle histoire de Roxie Hart » de William A. Wellman) et en 2002 sous le même titre, avec  Renée Zellweger, Catherine Zeta-Jones et Richard Gere.

     

    537

    L'ENNEMIE
    THE ENEMY

    FRED NIBLO

    08.12.27

    9 600

                    473 850 $

    BOX OFFICE USA 1927 Un film MGM avec Lilian GISH

     Carl Behrend et Pauli Arndt viennent de se marier. Lui est fils d'un homme d'affaires, elle, fille d'un professeur. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Carl est appelé au front. La vie est dure pour ceux qui restent. Désemparée, Pauli vit mal cet épisode, d'autant que son père est révoqué pour ses opinions pacifistes…

    Fille d'une mère actrice et d'un père alcoolique qui abandonnera sa famille, surnommé "la première dame du cinéma", Lilian Gish fut l'une des plus grandes stars féminines du muet avec son amie d'enfance Mary Pickford.
    Elle monte sur les planches dès l'âge de 9 ans, et après 10 ans de théâtre, en 1912, elle se lance dans le cinéma après que Mary Pickford lui ait présenté David Wark Griffith.
    Griffith sera littéralement subjugué par l'actrice au point d'en faire la vedette de ses plus grosses productions entre 1916 et 1921 : « Intolérance », « Le lys brisé »,  « A travers l'orage » et  « Les deux orphelines ». Leur relation était tellement forte que beaucoup ont soupçonné une relation amoureuse, ce qu'aucun n'a jamais reconnu. La seule chose de certaine, est que Lilian Gish l'a toujours appelé "Mister Griffith".
    Après une telle série de triomphes, la MGM lui propose un contrat d'un million de dollars pour six films. Sur les conseils de Griffith qui traverse une mauvaise passe financière, elle accepte de signer, mais pour un montant moindre en contrepartie d'un pourcentage et d'une grande liberté créatrice. « L'ennemie » attirera moins le public que ses films précédents, il reste néanmoins son dernier succès.

     

     EXTRAITS DU PRESSBOOK DE "MY BEST GIRL" avec Mary PICKFORD

       .BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

     BOX OFFICE USA 1927

     

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

     BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

    BOX OFFICE USA 1927

     

     

     

    « BOX OFFICE MONDE DU 15 NOVEMBRE 2019 AU 17 NOVEMBRE 2019BOX OFFICE MONDE DU 29 NOVEMBRE 2019 AU 1er DECEMBRE 2019 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :