• BOX OFFICE USA 1926 TOP 21 A 30

     

     BOX OFFICE USA TOP ANNUEL 1926

    TOP 21 A 30

     

    Suite du top 50 US de 1926 par Laurent Aumaitre

     

    TITRE

    RÉALISATEUR

    SORTIE
     USA

     RECETTE
    1926

     RECETTE CUMULÉE

    DE L'EXPLOITATION

     21

    LA VEUVE JOYEUSE
    THE MERRY WIDOW

    ERICH VON STROHEIM

    26.08.25

    348 438 $

               879 399 $

    ZZZZUn film MGM avec Mae Murray, John Gilbert

    Un dimanche matin comme les autres dans le petit royaume balkanique de Montebianco. A Castellano, la capitale, le roi Nikita 1er, son épouse la reine Milena et le baron Sadoja, vieillard à demi paralysé dont la fortune finance les besoins du royaume, sortent de la messe. Dans un petit village, ce même dimanche, l'armée prend ses quartiers après les traditionnelles manoeuvres, à sa tête le bouillant prince héritier Mirko et son cousin, le prince Danilo. Les deux officiers tombent amoureux de Sally O'Hara, la vedette de la tournée américaine " Manhattan Follies " en représentation au village. C'est Danilo qui l'emporte dans le coeur de Sally, mais le roi lui rappelle qu'un prince ne saurait épouser une danseuse. Dépitée par ce qu'elle prend pour un abandon, Sally accepte alors de devenir la femme de Sadoja, qui meurt la nuit de ses noces. La veuve part en Europe avec la fortune du défunt et y mène une grande vie. Nikita confie à Mirko la mission de récupérer les millions de la jeune veuve..

    New-Yorkaise d'origine française, surnommée « la fille aux lèvres piquées par une abeille », Mae Murray monte sur les planches de Broadway en 1906, à l'âge de 21 ans, aux côtés du danseur Vernon Castle. Elle rejoint la Chorus Line des Ziegfeld Folies en 1908 où elle deviendra tête d'affiche en 1915. Véritable star des night-clubs d'Amérique et d'Europe, elle aura comme partenaires Rudolph Valentino, John Gilbert ou encore Clifton Webb. Elle se lance dans le cinéma en 1916 et devient avant la fin de la décennie une star majeure de la Universal, où elle retrouve Valentino dans « The Delicious Little Devil » et « Big Little Person » en 1919. Au début des années 20, associée au réalisateur John M. Stahl, elle fonde sa propre société de production puis, alors au sommet de sa popularité, elle rejoint la MGM. Après sept années de mariage, elle divorce du réalisateur Rober Z. Leonard, alors qu'elle connait le plus gros succès de sa carrière avec « La veuve joyeuse ». 1925 marque ainsi l'apogée et le début du déclin de sa carrière.


     

    22

    BARDELYS LE MAGNIFIQUE
    BARDELYS THE MAGNIFICENT

    KING VIDOR
    30.09.26

             327 817 $

              490 467 $

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM AvecJohn Gilbert, Eleanor Boardman

    Afin que la fortune de Roxalanne de Lavedan ne quitte pas le royaume de France, Louis XIII ordonne au noble Chatellerault d'épouser la belle. Mais le coeur de la jeune femme reste imprenable. Bardelys, un courtisan, parie alors qu'il sera, lui, capable de la séduire. Il prend l'identité de Lespéron, un mourant, dont il a croisé la route par hasard. bardelys ignore que Lespéron était un traître. C'est désormais lui qu'on accuse...


    Lorsque la MGM voulut adapter un nouveau roman de Rafael Sabatini, celui-ci refusa de leur céder les droits et préféra leur louer pour une durée de dix ans. Mais en 1936, le studio n'y voyait aucun intérêt financier et ne les renouvela pas. Aussi, conformément aux termes du contrat, la MGM dut détruire tous les négatifs du film. Il fut donc considéré comme perdu jusqu'en 2006 où l'on retrouva en France une copie oubliée, mais à laquelle il manquait trois bobines.

     

     23

    LES MOINEAUX
    SPARROWS

    WILLIAM BEAUDINE

    14.05.26

    322 650 $

                   324 050 $ 

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film UNITED ARTIST Avec Mary Pickford

    Dans un enclos solidement charpenté, entouré d'une vaste région marécageuse, l'infâme Grimes, sa craintive épouse et leur désagréable fiston Ambrose, exploitent une dizaine d'enfants kidnappés qui doivent s'occuper des tâches les plus ingrates. Heureusement, il y a Molly, une débrouillarde adolescente, elle aussi prisonnière, qui a pris les gamins sous sa protection. Malgré moult tentatives d'alerter l'extérieur, en envoyant des messages de secours à l'aide d'un cerf-volant, leur triste sort paraît cruellement immuable, le petit "Bredouille" est même vendu à un livreur de vin. Lorsque la petite Doris Wayne, fille d'un riche entrepreneur de la contrée, est enlevée et emmenée dans le misérable fortin, la police se mobilise. Inquiet, Grimes ne voit qu'une solution, noyer l'enfant et faire disparaître toutes traces de sa présence. En apprenant insidieusement cette radicale détermination, Molly s'enfuit avec les mômes à travers les marais où pullulent, les sables mouvants, les trous d'eau et les crocodiles...

     

     À l'âge de 34 ans, Mary Pickford joue (enfin) son dernier rôle d'enfant. Mêlant humour, suspense et moment de grande émotion, il fut un succès critique à l'époque, et est aujourd'hui considéré comme son chef-d'œuvre pour sa prestation d'actrice, la mise en scène, la photo et les décors gothiques (le marécage). Pourtant, le tournage ne fut pas de tout repos en raison des très nombreux accrochages entre le réalisateur et la star. Au point que William Beaudine en développa une névralgie faciale qui l'empêcha de finir le film, remplacé par son assistant (Tom McNamara, non crédité au générique).

     24

    LE DERNIER ROUND 
    BATTLING BUTLER

    BUSTER KEATON

    19.09.26

          322 071 $

          322 071 $ 

     BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM avec Buster Keaton

    Fils de bonne famille, le jeune Butler est envoyé camper en montagne par son père, qui pense ainsi l'endurcir. Mais les conditions de campement, très luxueuses, ne s'y prêtent guère. Butler tombe amoureux d'une jeune montagnarde, dont la famille n'apprécie guère l'allure frêle et oisive du jeune homme. Son majordome ayant découvert à la lecture d'un article de journal que Butler avait pour homonyme un célèbre boxeur, il propose à son maître de se faire passer pour le champion, afin de se faire accepter par les rustiques montagnards. L'astuce fonctionne et il peut ainsi l'épouser. Pris au piège, il doit sous peine d'être confondu, se rendre sur les lieux du prochain championnat et faire mine de s'entrainer. Après un quiproquo avec son homonyme, le champion de boxe, il est contraint d'aller jusqu'au bout et d'affronter un redoutable adversaire sur le ring. Jouant le tout pour le tout, il décide de se prêter au jeu. Heureusement pour lui, Butler le vrai champion entrera sur le ring au dernier moment. Un dernier règlement de comptes avec ce dernier lui permettra de montrer que son entraînement n'aura pas été vain ! Il peut ainsi sortir la tête haute de cette aventure, retrouvant ainsi tout crédit auprès de sa jeune épouse.

     Dernier film de Buster Keaton pour la MGM, cette adaptation d'une pièce de Walter L. Rosemont et Ballard MacDonald, jouée 313 fois à Broadway entre 1923 et 1924, est considérée comme un film mineur de l'auteur. Il fut pourtant l'un de ses plus gros succès, alors que « Le mécano de la Général », sorti la même année et considéré comme l'un de ses meilleurs films, fut mal accueilli du public, comme nous le verrons plus tard.
    Il reste que le film contient une mémorable scène de boxe, étonnamment réaliste pour une scène comique, dont Martin Scorsese s'est inspiré pour tourner celles de « Raging Bull ». Selon lui Keaton, était « la seule personne qui avait une attitude juste dans les films de boxe », si on en croit le livre de Kevin J. Hayes.

     

    25

    POUR UNE FEMME
    THE ACE OF CADS

    LUTHER REED

    11.10.26

           321 850 $

              321 850  $ 

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT avec Adolphe Menjou, Alice Joyce

    Basil de Gramercy trompe son ami Maturin dans une situation qui fait que Eleanour, la femme qu'ils aiment tous les deux  brise ses fiançailles avec Maturin.   Quelques années plus tard, il est attiré par Joan, fille d'Eleanour et de Basil, et à travers elle gagne Eleanour.  

     

      

    26

    QUAND LA FEMME EST ROI
    BEVERLY OF GRAUSTARK

    SIDNEY FRANKLIN

    19.04.26

            315 862 $   

                        315 862 $   

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM avec Marion Davies, Antonio Moreno

    Beverly Calhoun, emprunte l'identité du Prince De Graustark, pour réclamer son droit d'aînesse, alors qu'il se remet d'une blessure de ski. Dans le même temps, elle tombe amoureuse de son garde du corps...

    Cette deuxième adaptation du roman de George Barr McCutcheon, après celle de 1914, est le premier film du réalisateur pour la MGM, le premier remake de Marion Davies et son second film dont la fin fut tournée en Technicolor.

    27

    KID BOOTS

    FRANK TUTTLE

    04.10.26

           314 332 $    

            338 332 $    

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT avec Eddie Cantor, Clara Bow

    Marié contre son gré, Tom Sterling hérite de trois millions de dollars qu'il ne voudrait pas partager avec sa femme et cherche a divorcer avec l'aide de son ami Kid Boots.

    Cette adaptation d'un succès de Broadway est le premier film de la vedette de Ziegfeld, Eddie Cantor (qui était également la vedette de la pièce). Peu connu chez nous, il n'en fut pas moins une immense star aux États-Unis. Vedette de la scène, de la chanson, du cinéma, de la radio et de la TV, il fut l'un des Américains les plus populaires quarante ans durant.
    Mais c'est surtout Clara Bow qui crève l'écran. Symbolisant à elle seule les années folles, archétype du sex-symbol de cette période, véritable étoile filante du cinéma, la « It girl » comme on la surnommait, va marquer cette fin de décennie, par son tempérament, ses frasques et sa popularité auprès de la gent masculine (plus que par ses talents d'actrice). Au sommet de sa gloire, recevant 45 000 lettres de fans par mois, elle était la star la plus rentable d'Hollywood, sa présence dans un film garantissant un retour d'investissement du simple au double minimum. Elle fut élue reine du box-office en 1928 et 1929, et numéro 2 en 1927 et 1930. C'est elle qui inspira le personnage de Betty Boop. Nous aurons l'occasion de reparler d'elle.

    28

    LES 4 CAVALIERS DE L'APOCALYPSE
    THE FOUR HORSEMEN OF APOCALYPSE

    REX INGRAM

    02.10.26

        303 745  

             303 745 $          

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film METRO avec Rudolph Valentino, Alice Terry et Wallace Beery

    Julio Madariaga, riche propriétaire argentin a deux filles, Louisa, l'aînée, mariée au Français Marcelo Desnoyers, et Elena, la cadette, mariée à l'Allemand Karl von Hartrott, que le père n'apprécie guère. Après sept années sans enfants, Marcelo et sa femme ont un fils, Julio, qui va devenir le préféré de Madariaga. Avec lui, il va souvent dans les bars de la banlieue de Buenos Aires appelée Boca. C'est dans un de ces bars que se déroule la fameuse scène du Tango (qui permettra à Rudolph Valentino d'acquérir une certaine notoriété). À la mort de Madariaga, les deux familles décident de retourner en Europe, l'une en France et l'autre en Allemagne. À Paris, Julio a une liaison avec Marguerite Laurier, la femme d'un des amis de son père. Ce dernier devient collectionneur de meubles anciens et achète un château près de la Marne pour les entreposer. Julio est prévenu par le mystique Tchernoff que les prophéties relatives à l'Apocalypse - Les quatre Cavaliers : la Peste, la Guerre, la Famine, la Mort - sont sur le point de se réaliser. La guerre est déclarée. Laurier, découvrant l'adultère de sa femme, s'engage dans l'armée. Marguerite, prise de remords, s'engage comme infirmière. Les hordes allemandes avancent vers la Marne et le vieux Desnoyers se trouve en face de son neveu von Hartrott lors de l'occupation de son château. Julio, lui aussi soldat, rencontre à Lourdes Marguerite, qui est l'infirmière de son mari aveugle. Julio part au front où il est tué dans un trou d'obus, face à son cousin allemand. 

    Afin de capitaliser sur le décès très médiatique de Rudolph Valentino, la MGM ressortit le plus gros succès du défunt acteur. Au-delà de toutes considérations morales, ce fut une très bonne opération commerciale, puisqu'il s'agit du plus gros succès de la décennie pour une reprise.

     

    29

    LES DIEUX DE BRONZE
    TIN GODS

    ALLAN DWAN

    13.09.26

           301 000 $  

                  301 000 $  

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT avec Thomas Meighan, Renee Adoree, William Powell

    Un ingénieur est malheureux avec sa femme une ambitieuse politicienne. Quand leur fils meurt à cause de la négligence de sa femme, il la quitte pour se rendre en Afrique du Sud construire un pont. Mais il déprime et sombre dans l'alcoolisme. Il perd son job et rencontre dans un cabaret une jeune danseuse qui va le remettre d'aplomb.

    Adaptation d'une pièce de William Anthony McGuire.

     
     

    30

    IRENE

    ALFRED E.GREEN

    21.02.26

      296 520

                     296 520 $

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20 Un film FIRST NATIONAL avec Colleen Moore

    Irène une jeune irlandaise déterminée de Philadelphie clashe avec sa famille et se rend à New York pour devenir styliste. Elle rencontre un jeune homme de bonne famille ce qui ne plait pas du tout à la mère de ce dernier qui fera tout pour la discréditer.

    La comédie musicale de Broadway, sortie en 1919, fut un gros succès avec 675 représentations. Elle fut d'ailleurs reprise en 1973, avec Debbie Reynolds (encore un succès : 594 représentations). Le film aussi sera un succès, mais avec son imposant coût d'un million et demi de dollars (dont cent mille pour la seule scène du défilé de mode tourné en Technicolor), le film fut largement déficitaire. Il connut toutefois un remake en 1940 avec la star britannique Anna Neagle et Ray Milland.

     

     

     .

    « BOX OFFICE FRANCE OCTOBRE 2001BOX OFFICE MONDE DU 16 FEVRIER 2018 AU 18 FEVRIER 2018 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :