• BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20

     

     BOX OFFICE USA TOP ANNUEL 1926

    TOP 11 A 20

     

    Suite du top 50 US de 1926 par Laurent Aumaitre

     

    TITRE

    RÉALISATEUR

    SORTIE
     USA

     RECETTE
    1926

     RECETTE CUMULÉE

    DE L'EXPLOITATION

     11

    POUR L' AMOUR DU CIEL
    FOR HEAVEN's  SAKE

    SAM TAYLOR

    01.04.26

    577 010 $

               577 310 $

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT avec Harold Llyod

    Harold Manners est un playboy millionnaire qui tombe éperdument amoureux d'une fille, Hope, sans le sou mais d'une grande moralité qui travaille pour une association caritative religieuse. Pour lui plaire, Harold va devoir agir comme s'il était un mauvais garçon dans le but d'être pris en charge par l'association...

    Premier film d'Harold Lloyd à être distribué par la Paramount, il reste l'un de ses plus gros succès au niveau national. Toutefois Lloyd fut déçu, car il dut supprimer plusieurs gags au montage. Il intégrera certaines de ces scènes dans son film de 1928, « En vitesse ».


     

    12

    MARE NOSTRUM

    REX INGRAM
    15.02.26

             561 979 $

              620 079 $

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM Avec Antonio Moreno, Alice Terry

    A Barcelone, un vieux marin au long-cours instruit son neveu Ulysse qui rêve devant le tableau d'Amphitrite qui trône dans le salon. Le petit garçon est fasciné par les histoires de son oncle qui aime tant la mer et en particulier la Méditerranée. Devenu adulte, marié et père d'un petit Esteban, Ulysse est capitaine de son propre cargo, le "MARE NOSTRUM". Les affaires ne vont pas très fort et un jour il reçoit une lettre de sa femme qui lui adjure de revenir à terre...


    Cette adaptation d'un roman de Vicente Blasco Ibáñez est le premier film de Rex Ingram et de sa femme Alice Terry produit par leur studio de Nice. C'est également le premier film sur lequel Michael Powell travailla comme assistant du réalisateur. Durant le tournage de ce film, le couple adopta un enfant arabe, Kada-Abd-el-Kader, qu'ils renieront des années plus tard.
    Considéré comme l'un des premiers films d'espionnage, il fut l'un des préférés d'Alice Terry et de Rex Ingram. Pourtant, malgré un accueil public enthousiaste, et alors que les critiques anglaises et françaises furent élogieuses, le film fut mal perçu par les critiques américaines, Variety écrivant même que ce film « est indiscutablement ennuyeux ».
    Le film fera l'objet d'un remake espagnol en 1948.

     

     13

    WE'RE IN THE NAVY NOW

    A.EDWARD SUTHERLAND

    06.11.26

     547 814 $

                   725 214 $ 

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT Avec Wallace Beery

    Wallace Beery joue le boxeur Knockout Hannigan, tandis que Hatton est son manager Stinkey Smith. K.O lors d'un combat Hannigan se réveille pour découvrir que Stinkey a disparu avec la caisse. Le boxeur poursuit le manager dans un bureau de recrutement de la marine, où personne ne s'étonne que les deux hommes se battent pour régler leur différend. Les deux héros vont passer leur temps à se battre ce qui ne les empêchera pas d'être promus et décorés par inadvertance.

     

     En 1904, âgé de 19 ans, Wallace Beery quitte Kansas City pour rejoindre son frère, l'acteur Noah Beery, à New York pour faire du théâtre. C'est à Chicago, en 1913 qu'il se lance dans le cinéma. C'est sur le tournage de « Sweedie Goes to College » en 1915 qu'il rencontre Gloria Swanson (alors âgée de 16 ans), qu'il épousera l'année suivante. Le mariage démarre mal : Swanson, dans son autobiographie, accuse Beery, alors ivre, de l'avoir violée durant leur nuit de noces. Ils divorceront trois ans plus tard. Toutefois, l'influence de Swanson lui permet de figurer dans de nombreux grands films et il enchaine de nombreux petits rôles face aux grandes stars de l'époque. À partir de 1922, ses rôles sont plus importants et il commence à se faire remarquer du public ; avec ce film, il devient une vedette de premier plan. Acteur talentueux, mais misanthrope, bourru, au caractère difficile, il sera pourtant une star majeure de la MGM dès l'avènement du parlant.
    Devant le succès du film, une suite sera produite l'année suivante.

     14

    ALOMA
    ALOMA OF THE SOUTH SEAS

    MAURICE TOURNEUR

    16.05.26

          515 521 $

           515 521 $ 

     BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film PARAMOUNT avec Gilda Gray, Warner Baxter

    Aloma, une jolie danseuse, vit sur Paradise Island surveillée jalousement par son amant, Nuitane. Lorsque Red Malloy, un commerçant malhonnête lui cherche des ennuis, Bob Holden, un américain présent sur l'île pour oublier une histoire d'amour malheureuse, la défend et gagne sa confiance. Mais Sylvia, l'ancien amour de Bob, arrive sur l'île avec son mari, Van Templeton...

     Tournée en partie à Porto Rico et aux Bermudes (mais la célèbre scène du naufrage du canoë fut tournée en studio), cette adaptation de la pièce de John B. Hymer et LeRoy Clemens est l'avant-dernier film américain de Maurice Tourneur et son plus gros succès. Il est même considéré comme étant le plus gros succès de l'année au niveau national. Il fut en tous cas l'un des plus gros succès de la décennie, la scène de la danse exotique exécutée par Gilda Gray ayant fait tourner la tête de bien des hommes à l'époque.
    Le film fera l'objet d'un remake parlant en 1941 avec Dorothy Lamour dans le rôle-titre.

     

    15

    THE BETTER OLE

    CHARLE REISNER

    07.10.26

           504 694 $

               1 246 106  $ 

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film WARNER BROS avec Syd Chaplin

    Old Bill (Syd Chaplin)  soldat Britannique durant la première guerre en France est affecté dans un village français. Il découvre que le commandant est un traitre de mèche avec l'aubergiste local. Les deux tentent de l'empoisonner mais échouent et Old Bill possède une photo preuve de la trahison du commandant.

     Cette seconde adaptation d'une célèbre pièce anglaise (811 représentations à Londres et 353 à New York), elle-même inspirée d'une bande dessinée, est le plus gros succès de Syd Chaplin, petit frère de Charlie, et le deuxième film entièrement sonorisé.
    Fondée en 1922, par les quatre frères Warner, la Warner Bros connait des débuts forts difficiles. Pour tout dire, très endetté, le studio est au bord de la faillite seulement trois ans après sa fondation. Pourtant Sam Warner, convaincu que l'avenir du cinéma est parlant, obtient un prêt en avril 1925 pour acheter une petite société en difficulté, Vitagraph qui a mis au point un procédé de synchronisation du son et de l'image. Sa ténacité se révèle payante puisqu'en seulement deux mois, la Warner produit deux films millionnaires, ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant.

    16

    LA BOHEME

    KING VIDOR

    24.02.26

            465 062 $   

                        466 862 $   

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM avec Lillian Gish, John Gilbert, Renée Adorée

    Pendant l’hiver 1830, dans le Quartier Latin à Paris, de jeunes artistes dont le jeune dramaturge Rodolphe et son ami et colocataire, le peintre Marcel parviennent difficilement à régler leur loyer. La jeune couturière Mimi, leur voisine, connait les mêmes difficultés financières et doit engager ses biens chez un prêteur sur gages, mais la somme récoltée est insuffisante. Elle fait la connaissance d'un riche aristocrate, le vicomte Paul, dont elle repousse les avances ; elle peut régler son loyer et n'est pas expulsée.Au cours d'une promenade à la campagne, Mimi avoue à Rodolphe qu’elle l'aime. Inspiré, Rodolphe compose une pièce et, pour lui permettre d'écrire tranquillement son œuvre, Mimi lui cache que l'éditeur qui publie parfois un de ses articles l'a renvoyé ; elle travaille secrètement la nuit et sa santé se détériore. Le vicomte Paul qui espère toujours la séduire, lui propose de montrer la pièce de Rodolphe à un directeur de théâtre, mais elle devra l'accompagner au théâtre. En les apercevant ensemble, Rodolphe devient furieux et refuse d'écouter les explications de Mimi. Pendant qu’elle accompagne au théâtre le vicomte et qu'elle repousse à nouveau ses avances, Rodolphe stupéfait apprend qu'il a été licencié par son éditeur depuis plusieurs semaines. Mimi et Rodolphe s’expliquent, elle reconnait avoir travaillé pour lui mais il se méprend sur sa relation avec le vicomte et se met en colère, ce qu'il regrette lorsqu'il s'aperçoit qu'elle est très malade. Elle quitte son logement pendant qu'il est à la recherche d'un médecin. Il la recherche en vain, sa pièce devient un succès. Apprenant que sa fin est proche, Mimi rassemble ses dernières forces pour retourner dans son ancien logement et revoit Rodolphe juste avant de mourir...

    C'est lors d'un séjour en Europe que Lillian Gish souhaita se rapprocher de son public européen. Elle choisit pour cela d'adapter le célèbre opéra de Giacomo Puccini, car l'histoire se déroule à Paris. Et c'est après avoir vu « La grande parade » qu'elle décida que le couple Gilbert-Adorée tiendrait les seconds rôles du film. John Gilbert se trouva être très attiré par Lillian Gish, au point de volontairement saboter les scènes d'amour afin de pouvoir continuer à l'embrasser.
    20 ans avant l'Actor's Studio, pour la scène de la mort de son personnage, Lillian Gish apprit à respirer sans mouvement visible de la cage thoracique, visita des hôpitaux pour constater les différentes étapes de la tuberculose et passa trois jours sans boire ni manger avant le tournage de la scène. Elle arriva sur le plateau dans un tel état que King Vidor crut qu'il allait filmer la mort de sa star.

    17

    LA TENTATRICE 
    THE TEMPTRESS

    FRED NIBLO

    10.10.26

           420 223 $    

            469 673 $    

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM avec Greta Garbo, Antonio Moreno

    L'ingénieur Manuel fait la connaissance de la fabuleuse Elena à un bal masqué à Paris. Ils tombent amoureux. Manuel apprend rapidement qu'Elena est mariée, à un marquis, et qu'elle a même amené un de ses amants à la faillite et au suicide. Entre son amour, sa déception, pour cette femme et sa carrière, Manuel choisit cette dernière et un immense chantier. Manuel part en Argentine construire un barrage. Quelque temps plus tard, le marquis et sa femme élisent domicile en Argentine, fuyant un scandale en Europe. Manuel et Elena sont de nouveau confrontés l'un à l'autre ainsi qu'à leur attirance réciproque. Tous les hommes présents sont séduits par cette divine femme. Un bandit et perturbateur du chantier, Manos, insulte Elena et un duel au fouet prend place entre celui-là et Manuel qui vient défendre l'honneur d'Elena. Manuel gagne en ridiculisant Manos. Elena et Manuel se rapprochent l'un de l'autre lorsque celle-ci le soigne après le combat...

    Deuxième film américain de la nouvelle vedette suédoise Greta Garbo, cette adaptation d'un roman de Vicente Blasco Ibáñez l'imposa comme la nouvelle star incontournable du mélodrame de la MGM.
    À l'origine, c'est Mauritz Stiller qui devait réaliser le film. Pionnier du cinéma suédois à la carrière jalonnée de succès, il avait découvert Greta Garbo, lui avait appris le métier, l'avait rendu célèbre avec « La légende de Gosta Berling » qui fit le tour du monde, et l'avait emmenée à Hollywood où elle signa son contrat avec la MGM (chez qui elle restera toute sa carrière). Mais, parlant mal l'anglais, il fut remplacé par Fred Niblo au bout de 10 jours, ce qu'il prit très mal. Il fut donc viré de la MGM (ce que Greta vécut difficilement) et immédiatement engagé par la Paramount où il devint le réalisateur attitré de Pola Negri. Après quatre succès il repartit en Suède où il décéda d'une pleurésie en 1927 à l'âge de 45 ans.
    Malgré cette ambiance, Niblo réussit un splendide mélodrame, salué par la critique et enthousiasmant le public. Toutefois après avoir vu le film Louis B. Mayer trouva la fin trop déprimante et imposa une happy end. Les propriétaires de salles avaient malgré tout le choix de diffuser la version qu'ils souhaitaient en fonction de ce qu'ils jugeaient le plus adapté à leur public. 

    18

    LA ROUTE DE MANDALAY
    THE ROAD TO MANDALAY

    TED BROWNING

    28.06.26

        416 172  

             416 172 $          

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film MGM avec Lon Chaney

    Tenancier d'un bouge de Singapour, Joe, borgne et le visage couvert de cicatrices, est un ancien capitaine dont la femme est morte en mer en donnant naissance à leur fille, Rosemarie. Joe se livre maintenant à de louches trafics avec ses deux complices, Charlie Wing, un Chinois fourbe, et Edward Herrington dit "L'amiral", un ancien officier anglais ivrogne et renégat. Rosemarie, qui vient d'atteindre sa majorité, tient un magasin de passementerie et d'antiquités à Mandalay où elle a été élevée par le père James, grâce à l'argent que lui fournissait régulièrement Joe, à l'insu de sa fille. Mais celle-ci n'a qu'horreur et répulsion pour Joe, qui vient de temps à autre lui rendre visite et dont elle ignore qu'il est son père. Lorsque Joe apprend qu'elle est tombée amoureuse de "L'amiral" et qu'elle compte l'épouser, il décide d'intervenir. Il tente vainement de persuader le père James, qui n'est autre que son frère, de refuser de les unir, puis, en désespoir de cause, fait kidnapper "L'amiral" par ses hommes...

    Comme à son habitude, Lon Chaney composa lui-même son maquillage. Il utilisa l'une des premières lentilles blanches sclérales à usage théâtral pour simuler la cécité d'un œil. Il eut également l'idée d'utiliser du collodion non flexible, produit utilisé alors en photographie, pour faire sa cicatrice sur le visage. Le collodion est aujourd'hui un produit phare d'Halloween pour simuler des cicatrices ou des brûlures.
    Il ne subsiste du film qu'une version française de 33 minutes à Paris.

     

    19

    KIKI

    CLARENCE BROWN

    04.04.26

           414 115 $  

                   414 115 $  

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20Un film FIRST NATIONAL avec Norma Talmadge, Ronald Colman

    Kiki (Norma Talmadge) gagne sa vie en vendant des journaux dans les rues de Paris. Lorsqu'elle apprend qu'une choriste a été renvoyée de la revue Folies Barbes dirigée par Victor Renal (Ronald Colman), elle entreprend de réaliser son rêve et de postuler pour le poste. Pauvre, elle dépense son loyer pour acheter des vêtements appropriés. Elle est expulsée la première fois, car elle n'a pas été envoyée par l'Agence, mais parvient à se faufiler à l'intérieur. Par un concours de circonstances heureux elle est embauchée comme chanteuse. Ses débuts, cependant, sont un un désastre.

    Cette comédie romantique basée sur un roman de André Picard (1920), déjà adaptée à Broadway en 1921, est l'un des rares films de Norma Talmadge à ne pas être un drame. Mais si le film fut un succès critique, le public se montra lui, moins enthousiaste qu'à son habitude, préférant la star dans le registre dramatique, contrairement à sa sœur Constance, cantonnée dans la comédie.
    Le film fit l'objet d'un remake parlant en 1931 avec Mary Pickford.

     
     

    20

    THE COHENS AND KELLYS

    HARRY A.POLLARD

    28.02.26

       349 945

                     349 945 $

    BOX OFFICE USA 1926 TOP 11 A 20 Un film PARAMOUNT avec Charles Murray, Jason Robards Sr.

    Jacob Cohen, qui possède un magasin de marchandises sèches et Patrick Kelly un flic irlandais, sont constamment en désaccord se querellant sur tout et n'importe quoi. Le fils de Kelly et la fille de Cohen, Nannie, tombent amoureux malgré les querelles de leurs parents...

    Ce film de série B qui suit les aventures de deux familles, une juive et l'autre irlandaise, est le premier d'une série de sept films produits jusqu'en 1933. Jason Robards Sr qui jouait le rôle du petit Tim Kelly, n'est autre que le père de Jason Robards (Cheyenne dans « Il était une fois dans l'ouest »).
    Ce film reste également connu pour une raison juridique. En effet, les personnages du film étaient directement inspirés de la célèbre pièce « Abie's Irish Rose ». Suite à un procès intenté par l'auteur, le juge Learned Hand décréta que le copyright ne concernait que l'œuvre, et non les caractéristiques des personnages, faisant ainsi une jurisprudence toujours en vigueur.

     

     .

    « BOX OFFICE FRANCE SEPTEMBRE 2001DE L'OR POUR LES BRAVES - CLINT EASTWOOD BOX OFFICE 1971 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    PIERRE
    Dimanche 4 Février à 22:15

    HELLO LAURENT,

    c est vraiment je dirais presque une enquête sur le BO de ces dernieres années du silence mais que c est intéressant !!!

    les films je n en connais aucun a part celui de Garbo, KIKI , Et la BOHÈME, en revanche les noms des stars je les connais tous à part GILDA GRAY.

    Ce que je préfère le plus ce sont vos commentaires qui nous donne une vision sur cette période qui a mon avis en terme de fun pour les stars fut un moment culminant de liberté mais aussi de drames et avant que n’arrive Louella et ses consœurs et autres codes ....

    finalement le film silencieux n’etait T il pas la langue universel et meme si parfois le jeux des acteurs etait outrancier, ils se faisaient comprendre partout et même si j’adore l idée que les acteurs de disaient des dialogues qui n’avaient rien a voir avec l’intrigue ......

    Je préfér le son

    merci encore pour ces recherches

    Pierre

    2
    Laurent
    Lundi 5 Février à 09:17

    Bonjour Pierre et merci pour les compliments. Je suis ravi que vous aimiez mes commentaires, car je passe pas mal de temps dessus en effet.

    Connaitre 3 films sur les 10 présentés, ce n’est déjà pas mal. Plus qu’une grande majorité de gens je pense.

    La belle Gilda Gray, polonaise de naissance, était une célèbre danseuse des Ziegfeld Folies depuis 1920, dont la spécialité était le Shimmy qu’elle prétendait d’ailleurs avoir inventé. Elle n’a que 9 films à son actif. Aloma était son troisième et son seul grand succès. Ses autres films notables de par leur accueil public sont Devil Dancer et Cabaret en 1927, ainsi que Picadilly en 1929, mais aucun ne figure dans les top 50 que nous publierons.

    En 1929, elle se retrouve ruinée suite au krach boursier. Puis en 1931, après une crise cardiaque, sa santé fragilisée, elle doit arrêter le cinéma (elle fait toutefois une apparition dans The Great Ziegfeld, gros succès de 1936).

    En 1953, Ralph Edwards lui consacra un numéro de son show TV « This is you life », louant notamment son courage pour avoir fait passer six polonais aux Etats Unis en pleine guerre froide.

    Elle mourut d’une seconde crise cardiaque le 22 décembre 1959 à l’âge de 1958. Si l’on en croit l’article nécrologique du New-York times, elle était ruinée et était hébergé chez un ancien cadre de la Warner et sa femme depuis six ans.

     

     

    3
    Laurent
    Lundi 5 Février à 22:54

    Edit : Elle mourut en 1959, à l'âge de 58 ans, bien sûr.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :