• BOX OFFICE USA 1925 TOP 31 A 40

     Suite du  Box Office USA 1925 par Laurent Aumaitre

     

    TITRE

    RÉALISATEUR

    SORTIE
     USA

     RECETTE
    1925

     RECETTE CUMULÉE

    DE L'EXPLOITATION

    31

    MAMZELLE FORTUNE
    SALLY

    ALFRED E.GREEN

    29.03.25

      207 300 $

                207 300 $

    BOX OFFICE USA 1925Un film FIRST NATIONAL  Avec Colleen Moore

    Dans ce film produit par son premier mari, John McCormick, Colleen Moore reprend le rôle que tenait Marilyn Miller dans la célèbre comédie musicale de Broadway, jouée 561 fois au New Amsterdam Théâtre depuis le 21 décembre 1921.
    Marilyn Miller reprendra le rôle dans le remake parlant et musical de 1929.


    Il n'existe plus de copie du film. Seule une séquence de 75 secondes a été retrouvé.

     

    32

    LA DAME DE LA NUIT
    LADY OF THE NIGHT

    MONTA BELL 23.02.25

               205 550 $

                      205 550 $

    BOX OFFICE USA 1925Un film MGM Avec Norma Shearer

    Voilà une oeuvre de Monta Bell qui bénéficie d’une magnifique restauration et qui permet à Norma Shearer d’endosser deux rôles antinomiques : celui de la petite fille de bourgeois bien sage et rangée et celui de la fille des rues un peu vulgaire mais au bon cœur. L’histoire sentimentale n’a rien de bien sorcier : un jeune homme un peu manche aime Norma Vulgaire qui aime un jeune inventeur qui aime Norma Bourgeoise. Il n’y a pas vraiment de hic car cette dernière aime son inventeur ; elle doute simplement un chouïa avant de l’épouser quand elle voit dans le regard de Norma Vulgos tant d’amour pour son amant. Mais bon, elle a déjà, la Vulgos, un courtisan, elle n’a qu’à s’y lier et à laisser les jeunes gens beaux et riches ensemble… On sent qu’au niveau des classes sociales The Lady of the Night n’est pas franchement révolutionnaire. Quoique, en creux - on y revient…  Il y a également deux-trois petites belles idées, au-delà du jeu de la Norma qui s’en donne à cœur joie, qui valent d’être citées. ( résumé du film issu du site shangols)

    Avec « La dame de la nuit » Norma Shearer est pour la première fois en tête d'affiche. Cette Canadienne quitta Montréal en 1920 pour New York. Après trois années de galère, elle entre au studio de Louis B. Mayer où elle rencontre Irving Thalberg. Entre eux naîtra un profond respect mutuel. Ce dernier va tout mettre en œuvre pour lancer sa carrière, la faisant tourner 6 fois en 8 mois. Fin 1924, elle commence à se faire un nom et tourne aux côtés de Lon Chaney et John Gilbert dans « Larmes de clown ». Deux mois plus tard, elle donne la réplique à Conrad Nagel dans « Le train de 6h39 », et le mois suivant elle est la vedette de ce film où elle interprète des jumelles. Pour les scènes où les deux sœurs sont ensemble, une doublure fut utilisée, y compris filmée de face. Une certaine Joan Crawford trouva ainsi son premier rôle.

    Première partie du film (1/6) https://www.youtube.com/watch?v=q0Yc68OWb0Y

     

    33

    LE LIT D'OR
    THE GOLDEN BED

    CECIL B. DE MILLE

    25.02.25

      202 790 $

                    202 790 $ 

    BOX OFFICE USA 1925Un film PARAMOUNT Avec Lilian Rich

    Flora femme fatale épouse un riche européen pour sauver la plantation familiale. Son mari et un rival font de l'alpinisme.Il trouve la mort sur un glacier. La soeur de Florah se marie avec le rival. Flora le saignera à blanc avant qu'il aille en prison.

    Ignorant la mise en garde d'un guide concernant la météo, Cecil B. DeMille et 12 techniciens furent pris dans une tempête de neige sur le mont Ranier. Afin de survivre au blizzard, ils durent brûler pour $20 000 de matériel (négatifs, trépieds de caméra, matériel de tente, etc.).
    Malgré tout, cette adaptation d'un roman de Wallace Irwin est considérée comme mineure dans la filmographie du réalisateur.

     

    34

    VEDETTE
    STAGE STRUCK

    ALLAN DWAN

    16.11.25

           199 607 $

              241 507 $ 

     BOX OFFICE USA 1925Un film PARAMOUNT avec Gloria Swanson

    Jennie Hagen (G. Swanson) est serveuse dans un petit restaurant minable. Elle est follement amoureuse de Orme Wilson (L. Gray) qui prépare les crêpes. Hélas, il ne s'intéresse qu'aux actrices. Jennie songe à en devenir une pour lui plaire...Cette comédie signée Allan Dwan a la particularité de contenir plusieurs séquences en Technicolor bichrome, au début du film et à la fin. Le film joue de l'image de Gloria Swanson telle qu'elle avait été véhiculée par les films de DeMille. Le début du film introduit d'une manière tonitruante une grande actrice vêtue de tenues totalement extravagantes, le tout en Technicolor. Alors que l'actrice se lance dans une interprétation de Salomé et attrape le plateau d'argent où repose la tête de Saint Jean-Baptiste, nous retombons sur terre. La serveuse Jennie Hagen est là, le plateau à la main, en train de se faire houspiller. Tout ce que nous avons vu n'était qu'un beau rêve éveillé de Jennie. Gloria Swanson est mise à rude épreuve dans ce film, comme dans Manhandled (1924, A. Dwan). Elle se débat au milieu d'une salle de restaurant bondée où elle tente tant bien que mal de servir les tables face au flot de clients qui l'envahissent. Vêtue d'une robe informe et à peine coiffée, elle ne projette que fort peu de sex-appeal. Il n'est guère étonnant que Lawrence Gray ne la remarque pas, dans sa chambre tapissée de photos de stars de cinéma.
    (extrait du résumé et critique issus du site Ann Harding's treasure)
     
    La scène d'ouverture et la fin du film furent tournées en bicolore.

     

    35

    EN DISGRACE
    COMING THROUGH

    A.EDWRD SUTHERLAND

    15.02.25

             195 561 $

                195 561  $ 

    BOX OFFICE USA 1925Un film PARAMOUNT avec Thomas Meighan

    Désirant une promotion, Tom Blackford  marrie sa fille à son patron.

    Il s'agit de la première réalisation d'A. Edward Sutherland, jusqu'alors acteur. Il avait joué notamment dans « L'opinion publique » de Chaplin. Sans être un grand réalisateur, il enchaina de nombreux succès dans les années qui suivirent, comme nous aurons l'occasion de le voir.

     Il n'existe plus de copie du film

    36

    LEARNING TO LOVE

    SIDNEY FRANKLIN

    25.01.25

              193 400 $   

                          193 400 $   

    BOX OFFICE USA 1925Un film FIRST NATIONAL avec Constance Talmadge

    Patricia Stanhope n'est pas vraiment est un coeur d'artichaud professionnelle . Après avoir promis d'épouser un de ses professeurs à la fin de ses études, elle devient successivement fiancée à un collégien qu'elle rencontre dans un train, à un jeune millionnaire de Chicago, et à un comte français. Le seul homme qui ne cède pas facilement à son charme et à sa beauté est Scott Warner, le bel avocat qui lui sert de tuteur. 

     

    37

    SA VIE
    THE LADY

    FRANK BORZAGE

    08.02.25

              190 048 $    

                190 048 $    

    BOX OFFICE USA 1925Un film FIRST NATIONAL avec Norma Talmadge

    Une jeune femme épouse un dandy fils d'un aristocrate britannique. Son mari, qui a été déshérité par son père, perd le peu d'argent qu'il a dans les casinos puis meurt, la laissant sans le sou et avec un fils en bas âge. Quand son ex-beau-père tente d'obtenir la garde de l'enfant, elle accepte de le confier à un couple en qui elle a confiance, mais quand elle va plus tard réclamer son fils, elle ne retrouve pas trace de son beau-père ni de son fils.

    Après le gros succès de « Secrets », Norma Talmadge souhaitait rejouer sous la direction de Frank Borzage. Mais cette adaptation d'une pièce de Broadway de 1923 attira nettement moins le public. Elle fit toutefois l'objet d'un remake parlant en 1933, avec Irene Dunne (« Le secret de Madame Blanche »).

    Le film complet : https://www.youtube.com/watch?v=PjHOybO2zkQ

     

    38

    L'ALOUETTE AU MIROIR 
    CLASSIFIED

    ALFRED SANTELL

    11.10.25

        188 938  

             245 438 $          

    BOX OFFICE USA 1925Un film FIRST NATIONAL avec Corinne Griffith

    Babs Comet aime profiter de la vie, dépenser son argent en vêtements et économiser le coût du trajet du transport en commun en se faisant raccompagner par des hommes qu'elle drague souvent. Un jour, l'un d'entre eux ne tombe pas dans son jeu, ce qui la perturbe.

    Cette adaptation d'un roman d'Edna Ferber fit l'objet d'un remake parlant quatre ans plus tard.
    Alfred Santell, qui réalisait des courts-métrages pour le studio d'Hal Roach depuis 1917, signe là son premier long-métrage. Il quittera le métier en 1947 après un différent juridique avec la Republic Pictures.

     

    39

    LA RUEE SAUVAGE
    THE THUNDERING HERD

    WILLIAM K.HOWARD

    01.03.25

           188 383 $  

                    188 383 $  

    BOX OFFICE USA 1925Un film PARAMOUNT avec Jack Holt

    En 1876, une bande de chasseurs de bisons est rejoint par Tom Doan, fraîchement débarqué d'une ferme du Kansas. Tom rencontre, et tombe amoureux de Milly Fayre, la belle-fille de Randall Jett, le chef d'une bande de hors-la-loi notoires qui volent les chasseurs de bisons. Milly et Tom sont séparés lors d' un soulèvement indien déclenché par l'abattage irresponsable des troupeaux de buffles par des aventuriers blancs. Jett est tué par ses propres hommes, et Milly s'échappe, essayant de revenir à la civilisation. Elle est pourchassée par un groupe d'Indiens hostiles et tombe devant un troupeau de buffles en cavale. Tom la sauve. Les chasseurs de bisons soumettent les Indiens et Tom et Milly retournent à la civilisation.

    Dernier film de Jack Holt à figurer dans un top 50 annuel de Variety, « La ruée sauvage » marque également les débuts de son fils Tim Holt, qui comme lui, sera une vedette du western de série B. G

    Il n'existe plus de copie du film

     

    40

    LA TOUR DES MENSONGES
    THE TOWER OF LIES

    VICTOR SJÖRSTRÖM

    11.10.25

          186 600

                     217 000 $

    BOX OFFICE USA 1925 Un film MGM avec  Lon Chaney, Norma Shearer

    Jan est un pauvre fermier dans un pays scandinave, luttant pour survivre sur les terres qu'il loue à Eric Gunnerson. Quand la fille de Jan, Glory, est née, il dit simplement "Une autre bouche à nourrir". Mais il trouve bientôt un grand bonheur avec elle. Glory grandit, elle et Jan prétendent être l'empereur et l'impératrice de Portugallia, une terre où tout se réalise, et August, un fermier, joue le rôle du Prince. À l'âge de 18 ans, Glory est devenue une beauté radieuse, et August et le neveu d'Eric, Lars, deviennent des rivaux pour conquérir son amour. Un jour, Eric est tué quand un grand arbre est frappé par la foudre, écrasant le vieil homme. Lars fait gérer les affaires de son oncle à un avocat qui est beaucoup moins indulgent pour les anciennes dettes, et Jan doit payer 300 $ de loyer en moins de six mois. Glory se rend à la ville pour gagner l'argent et Jan devient de plus en plus contrarié quand les lettres deviennent plus espacées pour s'arrêter finalement. À la date limite pour payer le loyer, Lars informe Jan  que Glory a réglé ses dettesl'argent, mais Glory ne rentre pas chez elle, et personne ne sait comment elle a gagné l'argent. Les mois se transforment en années, et l'esprit de Jan commence à craquer sous la pression de ne pas revoir sa fille. Petit à petit il sombre dans la folie. Il retrouvera Glory mais la folie le pousse à croire qu'il est vraiment l'Empereur et elle l'impératrice. Il trouvera la mort en se noyant en tentant de rejoindre sa fille qui repart en bateau en ville. Glory rentrera définitivement en ville pour s'y marier.

    Un an après « Larmes de clown », la MGM reforme son trio gagnant pour adapter le roman de la célèbre auteure Selma Lagerlöf : « L'empereur du Portugal, Comte Verlandais » (1914).

     

    « BOX OFFICE MONDE DU 24 NOVEMBRE 2017 AU 26 NOVEMBRE 2017LE ZINZIN D'HOLLYWOOD - JERRY LEWIS BOX OFFICE 1963 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Pierre
    Mercredi 29 Novembre à 19:39

    BONSOIR LAURENT,

     

    Superbe comme toujours et pour une période que je connais moins, mais qui m intéresse de plus en plus, toujours Extremement bien commentée pour chaque film;

    en ce qui concerne lady of the night merci de preciser la figuration de Miss Crawford avec Norma Shearer car par la suite ce fut parmi les stars MGM les deux rivales sous le domination de Garbo; mais j'ai lu un commentaire sur UMR qui m a fait hurler de rire sur les positions hierarchiques de chaque stars MGM, et je crois me souyvenir qu'il etait de Crawford

    anyway, bravo et j 'attens la suite avec interet;

    bye

    pierre 

    2
    Laurent
    Jeudi 30 Novembre à 11:10

    Bonjour Pierre, et merci.

    Très heureux de voir que vous suivez toujours avec plaisir cette découverte de la période faste du muet.

    Concernant Norma Shearer, Joan Crawford et Greta Garbo, il est indéniable qu’elles étaient les trois grandes stars féminines de la MGM. Quant à savoir laquelle était la reine, c’est peut-être un peu plus difficile à déterminer. Car si Greta Garbo est celle que, nous français, nous nous souvenons le plus, ce n’est pas forcément pour ça qu’elle était la plus populaire à l’époque. Par exemple, Norma Shearer, la plus oubliée des trois était pourtant d’une très grande popularité en France, puisque lors de sa visite à Paris en 1933, elle fut reçue comme une chef d’état, et provoqua des immenses attroupements dans la rue.

     Si l’on regarde sous l’angle du Box-Office, voici ce que l’on peut en dire, durant leur carrière à la MGM :

    Joan Crawford c’est un total de $23 640 000 de rapporté au studio sur le sol US en 23 films (pour lesquels j’ai les chiffres), soit une moyenne de $941 000 par film. Au niveau mondial ces recettes sont de $33 421 000 pour 25 films soit $ 1366 840 de moyenne.

    Greta garbo, c’est un total de $18 593 000 de rapporté au studio sur le sol US en 24 films (l’intégralité de sa filmographie), soit une moyenne de $774 708 par film. Au niveau mondial ces recettes sont de $38 280 000 pour 24 films soit $ 1 595 000 de moyenne.

    Norma Shearer, c’est un total de $23 116 000 de rapporté au studio sur le sol US en 30 films (l’intégralité de sa filmographie), soit une moyenne de $770 533 par film. Au niveau mondial ces recettes sont de $32 966 000 pour 30 films soit $ 1 433 304 de moyenne.

    On constate que Garbo était la plus populaire à l’étranger, mais qu’effectivement Crawford dominait sur le sol américain. Toutefois, il manque en effet quelques films pour cette dernière. On remarque également que Norma Shearer avait la même popularité que Garbo aux USA, et était plus populaire que Crawford à l’étranger. Par contre elle devint la femme d’Irving Thalberg, numéro 2 de la MGM et d’une importance capitale pour le studio à l’époque, en 1927. Ce qui devait lui donner un statut un peu particulier au sein du studio.

    Je précise que je n’ai pris que les films où ces trois actrices ont un rôle important. J’ai exclu tous les seconds rôles et autres figurations.

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :