• BOX OFFICE PARIS DU 4/8/1976 AU 10/8/1976

    frissons.jpg

    TITRE

    SEM

    ENTREES

    CUMUL

    REALISATEUR

    ACTEUR

    ACTEUR

    SEX O'CLOCK USA

    3

    29 943

    101 492

    REICHENBACH

    DOCUMENTAIRE

     

    IL ETAIT UNE FOIS LA REVOLUTION

    1

    26 698

    26 698

    LEONE

    COBURN

    STEIGER

    LA FOLIE DES GRANDEURS

    1

    22 911

    22 911

    OURY

    DE FUNES

    MONTAND

    ON AURA TOUT VU

    8

    22 728

    284 472

    LAUTNER

    RICHARD

    MIOU MIOU

    2001, L'ODYSSEE DE L'ESPACE

    2

    21 336

    54 466

    KUBRICK

    DULEA

    LOCKWOOD

    ALEXANDRE LE BIENHEUREUX

    3

    20 853

    69 442

    ROBERT

    NOIRET

    JOBERT

    FRISSONS

    1

    20 532

    20 532

    CRONENBERG

    HAMPTON

    SILVER

    CUISSES EN CHALEUR

    3

    19 011

    84 086

     

     

     

    CRIA CUERVOS

    8

    18 789

    180 683

    SAURA

    TORRENT

    COBOS

    LE CASSE

    1

    18 701

    18 701

    VERNEUIL

    BELMONDO

    SHARIF

    LE BON,LA BRUTE ET LE TRUAND

    3

    17 288

    92 804

    LEONE

    EASTWOOD

    WALLACH

    LES 12 SALOPARDS

    4

    16 506

    100 655

    ALDRICH

    MARVIN

    CASSAVETES

    BORSALINO

    1

    16 433

    16 433

    DERAY

    BELMONDO

    DELON

    CADAVRES EXQUIS

    11

    14 291

     

    ROSI

    VENTURA

    VANEL

    LE LAUREAT

    2

    13 378

    34 618

    NICHOLS

    HOFFMAN

    ROSS


    En plein mois d'août les salles sont désertes, désertes.... le documentaire de Françis Reichenbach prend la tête du BO, mais sans dute est-ce du au titre un peu racoleur.....
    Pendant que nous y sommes autant ressortir le dernier Sergio Leone en date, cela fait toujours quelques entrées...il faudra attendre encore 8 ans pour avoir le nouveau, et dernier film, du maestro....
    Cela fait deux mois que le Lautner est sorti, et très laborieusement il a réuni près de 300 000 spectateurs, convenable, tout juste convenable, mais cela profitera à JP MARIELLE, meilleur acteur du film haut la main!
    David CRONENBERG apparait très discrètement avec son premier film, fait avec trois bouts de ficelle "frissons". C'est l'émergence d'un nouveau genre de films fantastiques qui est indissociable du festival d'Avoriaz qui est devenu une référence. Pour le moment, son nom n'est pas connu, mais le bougre saura se ciseler une carrière remarquable jusqu'à aujourd'hui et la réussite de son dernier (grand) film....

    « BOX OFFICE PARIS DU 11/8/1976 AU 17/8/1976BOX OFFICE PARIS DU 28/7/1976 AU 3/8/1976 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    steforce
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:36
    steforce

    Peu de gens (critiques et spectateurs) auraient parié à l'époque que Cronenberg ferait une telle carrière. On peut réflechir alors au fait que le cinéma horreur/fantastique est un formidable vivier de talent et une bonne "école". En effet , de nombreux exemples me viennent à l'esprit (Spielberg, Jackson, Raimi, Carpenter (qui y est resté lui), De Palma, Cameron, McTiernan etc) et témoignent du fait que nous avons là un échantillon non seulement d'excellents techniciens mais aussi de véritables auteurs. Quoiqu'il en soit, il est amusant de noter que la plupart des critiques "assassinaient" ces réalisateurs dans les années 70 et 80, pour finalement les aduler la plupart du temps dans les années 90 et 2000. Ainsi, Cronenberg connait son premier gros succès public avec la mouche en janvier 1987 (certes Dead Zone avait auparavant réalisé un score déjà honnête) et un premier véritable succès critique avec Faux Semblants deux ans plus tard (alors qu'il ne s'agit pas selon moi d'un de ses meilleurs films). Bref, bravo au dénicheurs de talents de l'époque, à savoir Starfix, Mad Movies pour n'en citer qu'une partie. A part cela, j'ai tendance à ranger effectivement "A history of violence " et "Les promesses de l'ombre" dans les grands films à l'inverse de "Faux-semblants" et de "Crash" qui m'ont -personnellement et subjectivement- profondément emmerdés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :