• BOX OFFICE MARLON BRANDO 1995

    DON JUAN DE MARCO

    (DON JUAN DEMARCO)

    14 JUIN 1995

     

      DON-JUAN-DE.jpg

    Réalisation

    Jeremy LEVEN

    Scénario

    Jeremy LEVEN

    Directeur de la photographie

    Ralf BODE

    Musique

    Michael KAMEN

    Production

    Francis Ford COPPOLA

    Distribution

    Ciby 2000

    Durée

    100 minutes

     

    Jack MIKLER

    Marlon BRANDO

    Don Juan de Marco

    Johnny DEPP

    Marilyn MIKLER

    Faye DUNAWAY

     

     

    Jack Mikler, psychiatre réputé, est appelé d’urgence pour tenter de sauver un jeune homme qui menace de se jeter du haut d’un immeuble. Vêtu à l’ancienne d’une longue et élégante cape espagnole, masqué d’un loup, le désespéré se présente comme «Don Juan De Marco, le plus grand séducteur de tous les temps». L’homme aux mille conquêtes explique à Jack qu’il a décidé d’en finir avec la vie car son seul véritable amour, Doña Ana, se refuse à lui. Jack feint de rentrer dans son jeu, le convainc de renoncer à son geste et le fait admettre dans sa clinique.
    À peine arrivé, le jeune homme fait souffler un vent de folie douce dans l’établissement où tout le monde tombe sous son charme. Seul le directeur, l’intraitable docteur Showalter, reste de marbre. Il exige de Jack qu’il s’occupe rapidement du cas – le dernier de sa carrière – et émette un diagnostic dans les dix jours, faute de quoi «Don Juan DeMarco» sera interné pour schizophrénie. Dès la première séance, Jack est fasciné par la personnalité hors du commun de son jeune patient. Ce dernier lui conte avec force détails son enfance au Mexique. Il évoque son envoûtement par Doña Julia, sa préceptrice, qui l’initia à l’amour; son départ du Mexique après avoir tué en duel le mari jaloux de sa maîtresse, qui venait de tuer son père. Avec poésie, il fait défiler devant Jack les images de la cour du sultan où, vendu comme esclave, il séduisit la sultane et les mille cinq cents femmes du harem; puis l’île d’Éros où il échoua, seul survivant d’un naufrage. C’est là qu’il rencontra l’amour de sa vie : Doña Ana qui le chassa en apprenant qu’elle est sa mille cinq cent troisième conquête. Captivé, le psychiatre glisse peu à peu dans ce monde merveilleux…
    Réalisant la monotonie de son existence et l’usure de son mariage, Jack, galvanisé par les récits de Don Juan, retrouve soudain l’ardeur de ses vingt ans, couvre sa femme Marilyn de cadeaux, l’emmène au restaurant et recommence à lui faire l’amour avec fougue.
    Mais le temps presse, et le docteur Showalter se fait de plus en plus insistant. Jack, incapable de trancher sur le «cas» Don Juan, s’en remet à son jeune patient qui, avec brio, prouve au juge chargé de statuer sur son sort, sa bonne santé mentale. Ayant recouvré la liberté, Don Juan laissera alors derrière lui les incrédules, et rejoindra, sur l’île enchantée d’Eros, avec Jack et Marilyn, la femme de ses rêves enfin consentante : Doña Ana…

     

    Encore 5 ans d’attente pour voir un nouveau film avec BRANDO. En fait il avait tourné entretemps dans le « Christophe Colomb » de John GLEN en 1992 mais le film n’a pas été distribué en France (5 millions de dollars quand même pour BRANDO). Pour 3.5 millions de dollars et un pourcentage sur les recettes, il accepte la proposition de COPPOLA qui produit le film de revenir sur les écrans. Johnny DEPP et COPPOLA rencontrent BRANDO qui intarissable, rejoue des scènes de KAZAN, encore mieux que 40 ans auparavant. COPPOLA dira à Johnny DEPP que ce qu’il a vu lui serait gravé à jamais dans sa mémoire. Johnny DEPP, ce n’est pas le même calibre de Matthew BRODERICK : nullement impressionné, il est de plus un bien meilleur acteur, c’est donc naturellement que les deux hommes sympathisent. Ils partagent la même démarche pour interpréter les rôles. A l’époque Johnny DEPP est encore un espoir du cinéma et pas la superstar d’aujourd’hui. Nul doute qu’il prend des leçons du maître…. Le film est très agréable et peux compter de plus, sur la présence de Faye DUNAWAY. Elle et BRANDO interprètent une jolie scène de danse sur fond du tube de Bryan ADAMS « have you really love a woman ».  

     
     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    620 534

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    192 705

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    43 379

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    23

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    35

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    1 239

    1er JOUR Paris

    6 956

    Budget

    25 M$

    (34 M$ 2007)

    Recettes US

    22  M$

    (30 M$ 007)

    Recettes Mondiale

    66 M$

    (90 M$)

    COTE DU SUCCES

    * *

     

     

    « BOX OFFICE MARLON BRANDO 1997BOX OFFICE MARLON BRANDO 1990 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :