• BOX OFFICE MARLON BRANDO 1979 PART II

     

    APOCALYPSE NOW

    (APOCALYPSE NOW)

    26 SEPTEMBRE 1979

     

      APOCALYPSE-NOW.jpg

     

     

    Réalisation

    Francis Ford COPPOLA

    Scénario

    John MILIUS, Francis Ford COPPOLA

    Directeur de la photographie

    Vittorio STORARO

    Musique

    Carmine COPPOLA

    Production

    Zoetrope

    Distribution

    AKLF

    Durée

    146 minutes

     

     

    Colonel KURTZ

    Marlon BRANDO

    Lieutenant-colonel Kilgore

    Robert DUVALL

    Willard

    Martin SHEEN

     

    Le capitaine Willard, mal rasé et imbibé d'alcool, s'ennuie et est submergé de fantasmes. Mais l'état-major de Saïgon ne l'a pas oublié. Réveillé et emmené rudement, il apprend du général Corman et en présence d'un agent de la C.I.A., qu'il doit partir tout de suite pour le Cambodge. Sa mission est de supprimer le colonel Kurtz qui, retranché dans un temple avec des milliers d'hommes sous ses ordres, fait la guerre pour son propre compte. Willard embarque donc sur un petit patrouilleur et remonte un fleuve vietnamien. Durant le voyage, marqué par la folie guerrière des hommes, il étudie le dossier du colonel Kurtz, sa future victime, et s'identifie peu à peu à lui. Parvenu au repaire de Kurtz, Willard est emprisonné. Puis Kurtz essaye de justifier ses méthodes avant de le libérer, résigné. Kurtz est exécuté par Willard qui devient à son tour une sorte de demi-dieu.

     

    Pour conclure une décennie pavée de poids lourds du cinéma, la cerise sur le gâteau est la participation de Marlon BRANDO sur « Apocalypse now » de COPPOLA. Si son temps de présence n’est pas très important dans le film, c’est pourtant l’élément central du film, car le sujet est la recherche du Colonel KURTZ ! Lorsqu’il entreprend le tournage, COPPOLA ne s’attend pas aux galères qu’il va rencontrer. C’est un peu de sa faute aussi. Totalement mégalomane et paranoïaque depuis la réussite de ses deux « Parrain » il s’engage dans un tournage pharaonique, tourné dans des circonstances difficiles. Déjà pour commencer Martin SHEEN se fait une belle crise cardiaque, çà n’arrange rien. Ensuite les désirs de COPPOLA, bien drogué de surcroît font frémir le studio. Quatre hélicos sur fond de « la chevauchée des Walkyries », pourquoi pas 8, puis 16 ? La production doit mettre le holà ! Le tournage devient une sorte d’expérience mystique… Bon, reste à venir BRANDO. Lorsque COPPOLA le voit, il a un peu de mal à reconnaître le BRANDO du « Parrain » et manque de s’évanouir…c’est qu’il est devenu sacrément obèse entre temps… Pas vraiment un membre des forces spéciales. Mais BRANDO est un génie et il devient le Colonel KURTZ. Certes on ne voit que son visage qui se détache de la pénombre dans le film, mais il dégage une force intérieure extraordinaire. Capable de monologuer en improvisant durant une heure sur le Vietnam, il impressionne COPPOLA : « nous sommes arrivés à cette conclusion abstraite, métaphysique, où tout se joue sur un visage, son visage ». Il est évident que le film est indéniablement marqué du sceau de la performance de BRANDO qui se fond dans un film en tous points remarquable. Le film obtient la palme d’or au festival de Cannes en 1979, un joli succès aux USA, et un triomphe en France, où il devient le plus grand succès de COPPOLA et sera de nombreuses fois réédité, sans compter les vidéos ainsi qu’une version « Redux » remarquable. Après des années 50 constituées de classiques triomphant et les années 60 déconcertantes, remplies d’échecs cinglants, BRANDO a livré une filmographie pour les années 70 proprement hallucinante, comme si son talent était trop novateur pour les années 50. « Apocalypse Now » est son chant du cygne, la fin d’un talent fou. Très riche, il  rigole lui-même des sommes qu’il perçoit, il se consacre à son île et à sa famille. Tel un Elvis PRESLEY il se gave de glaces et devient un bonhomme Michelin.  Dès lors ses rapports avec le cinéma deviendront épisodiques et purement financiers, le génie s’est endormi, ne trouvant plus d’écrins pour son talent

     

     

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    4 534 541

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    903 845

     

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

    (139 060 entrées en 1982)

    (68 623 entrées en 1985)

    (10 395 entrées en 1987)

    (63 833 entrées en 2001)

    1 190 156

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    195 104

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    37

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    23

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    8 484

    1er JOUR Paris

     

    Budget

    31 M$

    (100 M$ 2007)

    Recettes US

    78.7  M$

    (225 M$ 2007)

    COTE DU SUCCES

    * * * * *

     

    « BOX OFFICE MARLON BRANDO 1981SUPERMAN BOX OFFICE MARLON BRANDO 1979 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :