• BOX OFFICE MARLON BRANDO 1972 PART I

     

    LE PARRAIN

    (THE GODFATHER)

    18 OCTOBRE 1972 

     

     

    PARRAIN.jpg

    Réalisation et scénario

    Francis Ford COPPOLA (1972)

    Co-scénariste, d’après son roman

    Mario PUZO

    Directeur de la photographie

    Gordon WILLIS

    Musique

    Nino ROTA

    Décors

    Dean TAVOULARIS

    Production

    Albert S RUDDY /

     

    Paramount

    Distribution

    UIP

    Durée

    175 minutes

     

    Don Vito Corleone

    Marlon BRANDO

    Michael Corleone

    Al PACINO

    Sonny Corleone

    James CAAN

    Tom Hagen

    Robert DUVALL

    Mc Cluskey

    Sterling HAYDEN

    Jack Woltz

    John MARLEY

    Barzini

    Richard CONTE

    Kay Adams

    Diane KEATON

    Freddy Corleone

    John CAZALE

    Connie

    Talia SHIRE

     

    Août 1945. Don Vito Corleone, "Parrain" d'une des cinq familles de la Mafia new-yorkaise, marie en grande pompe sa fille Connie au bookmaker Carlo Rizzi. Alors que la fête bat son plein, Sollozzo, qui dirige la famille Tattaglia, vient demander à Don Vito de participer avec lui au trafic de drogue. Don Vito s'y oppose formellement, alors que son propre fils Sonny se révèle favorable au projet. Sollozzo tente alors de faire abattre Don Vito afin de pouvoir négocier avec Sonny. Mais Don Vito, bien que gravement touché, survit à ses blessures. Michael, le frère cadet de Sonny, identifie les commanditaires de cet attentat, et riposte en tuant Sollozzo et McCluskey, le chef de la police, son complice. Michael opère ensuite un repli stratégique en Sicile. Il épouse Apollonia, une jeune Sicilienne, mais celle-ci est tuée par une explosion qui le visait. Celui-ci retourne alors à New York. Sonny est mort, mitraillé dans un guet-apens à un péage d’autoroute, et Don Vito a fait la paix avec toutes les autres familles de la Mafia. Michael épouse Kay Adams et s'apprête à prendre le succession de Don Vito. Ayant découvert que c’est son beau-frère Carlo qui attiré Sonny dans un traquenard, il le fait abattre. Don Vito meurt brutalement et Michael prend la direction de la famille au moment où celle-ci est menacée par les anciens rivaux de son père. Michael mène alors une guerre sans pitié contre ces derniers : durant le baptême de l’un de ses neveux, il fait assassiner simultanément tous les ennemis de la famille Corleone, dont la suprématie est restaurée. Il est à son tour, devenu le "Parrain", auquel tous viennent rendre hommage...

     

    Marlon BRANDO revient à la première place du Box Office à la stupéfaction générale avec peut être le plus grand film de tous les temps. Pour s’en convaincre « Le Parrain » est classé numéro 1 de tous les temps sur IMDB avec 9.1 / 10 sur 246 000 votants. Du tournage tout à été dit ou écrit. Film de commande pour Francis COPPOLA, le réalisateur choisit BRANDO un peu contre l’avis du studio. Contrairement à la légende ce n’est pas le studio qui a fait passer des bouts d’essais à BRANDO, mais l’acteur qui à montré à COPPOLA, lorsque celui-ci est allé lui proposer le rôle, son apparence si son visage était rempli de pelures d’orange. Le choix de PACINO a été beaucoup plus dur à imposer. Le tournage est difficile, le budget n’est pas si important que cela. BRANDO s’y révèle extraordinaire, mai ce n’est plus une surprise. Seuls ceux qui ne suivent pas la carrière de Marlon peuvent être surpris. BRANDO est même farceur sur le tournage, lorsque Don CORLEONE est descendu en ville, l’acteur s’est lesté de briques pour que les acteurs qui le soulève n’y parviennent pas. Très drôle. De plus BRANDO sait très bien faire le mort, cette scène dans la rue étant très représentative, il ne cesse de se rouler sur lui-même dans une chorégraphie toute Brandoiène. La célèbre scène de la mort de Don CORLEONE en jouant avec son petit fils est mythique, qu’importe que beaucoup de personnes s’en approprient l’idée. Quand à PACINO on reviendra plus tard sur son interprétation hors norme. Bref, un film mythique qui sort en 1972 dans une combinaison très importante aux Etats-Unis. Rompant là la tradition de sortir des films sur quelques villes test avant une sortie nationale. Le film obtient immédiatement un succès énorme, la presse est dithyrambique. En France le film sort après une grande campagne de pub massive. Le film fait une énorme première semaine et reste en tête du BO durant 4 semaines avant de sortir rapidement du top. Le million d’entrées est raté de façon un peu inexplicable, même si le film est ressorti correctement en 1979. Le film reste une des plus grandes recettes de tous les temps en dollars constants. Marlon BRANDO est redevenu numéro un BO et remporte son deuxième Oscar après celui de « sur les quais ». Ce qui l’encre définitivement dans la légende, mais ne l’empêche pas de ne pas venir le chercher et de faire lire un discours sur la condition Indienne aux USA. Sacré Marlon….    

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    4 027 000

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    767 930

     

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

    (116 460 entrées en 1979)

    884 390

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    162 893

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    16

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    22

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    7 404

    1er JOUR Paris

     

    Budget US

    6  M$

    (30 M$ 2007)

    Recettes US -1ère EXPLOITATION 1972

    86.2 M$

    (431 M$ 2007)

    COTE DU SUCCES

    * * * * *

     

    « LE DERNIER TANGO A PARIS BOX OFFICE MARLON BRANDO 1972 QUEIMADA - BOX OFFICE MARLON BRANDO 1971 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :