• BOX OFFICE JOHN WAYNE 1974

     

    UN SILENCIEUX AU BOUT DU CANON

    (Mc Q)

    6 FEVRIER 1974 (USA)

    24 MAI 1974

     

     

     

    Réalisation

    John STURGES

    Scénario

    Lawrence ROMAN

    Directeur de la photographie

    Harry Stradling Jr.

    Musique

    Elmer BERNESTEIN

    Production

    Arthur GARDNER

    Jules LEVY

    Distribution

    WARNER BROS

    Durée

    111  minutes

    Tournage

    4 juin 1973/août 1973

    Det. Lt. Lon McQ

    John WAYNE

    Capt. Ed Kosterman

    Eddie ALBERT

    Lois Boyle

    Diana MULDAUR

     

     

    Le lieutenant de police Lon McQ apprend que son meilleur ami, le sergent Stan Boyle, vient d'être assassiné. Peu convaincu par la thèse officielle selon laquelle Boyle, mêlé à un trafic de drogue, aurait été abattu par des hippies, McQ décide de mener sa propre enquête. C'est ainsi qu'il malmène quelque peu Manny Santiago, un trafiquant notoire sur lequel portent ses soupçons. Ses méthodes musclées lui valent d'être rappelé à l'ordre par son supérieur, le capitaine Ed Kosterman, qui lui interdit de poursuivre son enquête. Après avoir donné sa démission, McQ rend visite à la veuve de la victime, Lois, qui semble s'intéresser de très près à lui.

     

    A 66 ans, John WAYNE décide de poursuivre sa carrière cinématographique alors qu’il commence à être considéré comme un has been au box office. Si aux USA, il garde encore son statut de légende, il n’est plus que quantité négligeable en France. De glorieux collègues ont connu leur chant du cygne à la fin des années 60, tels Dean MARTIN, Frank SINATRA et consorts. La mode des westerns est en fort déclin, laminée par les films de karaté ou les polars façon Clint EASTWOOD qui a connu un succès énorme avec « l’inspecteur Harry ». Justement WARNER BROS qui a produit le premier « Harry » décide de proposer à John WAYNE d’interpréter un polar à la sauce EASTWOOD histoire de surfer sur cette vague. Le Duke accepte d’interpréter le rôle de McQ à l’instar du célèbre Harry. Mais il ne faut pas croire que la WARNER produit un film cheap. En effet le réalisateur n’est autre que John STURGES (les 7 mercenaires, la grande évasion) qui signe là son avant dernier film.

    Alors que l’action de « dirty Harry » se déroule dans un San Francisco magnifiquement filmé par  Don SIEGEL, celle de « McQ » se déroule à Seattle où le réalisateur utilise très habilement l’ensemble du décor urbain qui lui est mis à disposition.

    Durant la majeure partie du film, le cahier des charges est respecté. Dans une histoire classique de trafic de drogue où tout le monde est ripou, que ce soit flics, amis, femmes McQ va se démener pour mener à bien son enquête, contre l’avis même de sa hiérarchie. Il devra sauver sa peau dans une tentative d’assassinat où il manque d’être écrasé par deux camions, bref, tout  le cahier des charges est rempli.

    L’inspecteur HARRY possède son célèbre Magnum pour dessouder les brigands, McQ aura sa pétoire à lui, un joli pistolet mitrailleur à silencieux qui tire 32 balles de 9mm à la minute, de quoi karcheriser la racaille tranquillement.

    John STURGES se paie le luxe d’une superbe scène finale où McQ poursuit deux voitures sur une plage déserte. Les freinages dans des mares d’eau sont fabuleux et on s’éclate bien. Bien sûr McQ utilise sa pétoire pour trouer une voiture de truand avant de réduire en passoire les chefs du réseau. Puis il réintègre son service, il n’en veut pas à ses collègues, il est bon bougre, McQ !

    Avec conviction John WAYNE apporte tout son métier. Moumouté mais svelte, il porte bien son âge et ne semble pas du tout démotivé par la suite de sa carrière. De bons seconds rôles composent le reste du casting.

    A priori le film fonctionne bien aux USA, mais passe inaperçu en Europe. En France, à l’époque des « valseuses », John WAYNE symbolise la droite américaine, voire est un facho pur jus,  l’acteur est vraiment « out ». Le film ne décroche qu’une honteuse 12ème place au box office parisien à sa sortie. Au total le film n’atteint même pas les 250 000 entrées en France. Une hérésie quand on voit cette honnête production typique des 70’s qui repasse fort heureusement régulièrement sur les chaînes de la TNT. Surveillez RTL9 !    

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    250 000 (est)

     

    ENTREES PARIS

     

    49 743

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    13

    19 727

    11

    2ème semaine

    12

    19 608

     

    3ème semaine

     

    10 408

     

    Nombre de semaines Paris

     

    3

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    1 793

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Recettes US

     

     

     

    Recettes Mondiales

     

     

     

    Box office annuel FRANCE

     

     

     

    Box office annuel USA

     

     

     

    Box office annuel Allemagne

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    733 386

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Box office UK

     

     

     

    Box office Europe

     

     

     

    Cote du succès

     

    *

     

     

     

    Lien sur une très belle fiche cinéma du film :

     

     

     

    http://www.dvdclassik.com/Critiques/McQ-dvd.htm

     

    « BOX OFFICE JOHN WAYNE 1975BOX OFFICE JOHN WAYNE 1973 PART II »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :