• BOX OFFICE JACK NICHOLSON 1982


    POLICE FRONTIERE

    (THE BORDER)
      31 JANVIER 1982 (USA)

    5 MAI 1982

     

     

     

    Réalisation

    Tony RICHARDSON

    Scénario

    Deric WASHBURN

    Directeur de la photographie

    Ric WAITE

    Musique

    Ry COODER

    Production

    Edgar BRONFMAN pour UNIVERSAL

    Distribution

    CIC

    Durée

    107 minutes

    Tournage

    Mars 1980 / Mai 1980

    Charlie SMITH

    Jack NICHOLSON

    Cat

    Harvey KEITEL

    Marcie SMITH

    Valérie PERRINE

    Red

    Warren OATES

     

     

    Charlie SMITH, un fonctionnaire consciencieux, se rend de Los Angeles à El PASO où habite Savannah, la meilleure amie de sa femme. L’époux de cette dernière est garde frontière, tâche que Charlie accomplira également. Son travail consiste à arrêter l’immigration clandestine de mexicains sur le territoire des Etats-Unis. Il s’aperçoit bien vite que de nombreux policiers sont corrompus et qu’ils se livrent, pour leur compte, au trafic d’émigrés. Cat, l’époux de Savannah, arrive à convaincre Charlie, coincé par les dépenses excessives de sa femme, de faire comme lui.

    On vole, à un moment, l’enfant de Maria, une jeune mexicaine pour qui Charlie a de l’affection. Ce dernier veut quitter l’organisation mais Cat le mouille en mettant dans une voiture qu’il vient d’arrêter, deux cadavres : Charlie est coincé. Maria est obligée de travailler comme entraîneuse dans un bar louche. Charlie lui donne de l’argent pour qu’elle puisse passer la frontière. Mais deux policiers non corrompus arrêtent le convoi. Charlie lui donne de l’argent pour qu’elle puisse passer la frontière. Mais deux policiers non corrompus arrêtent le convoi. Charlie décide de retrouver l’enfant de Maria, il menace un indicateur mexicain pour qu’il lui dise où se trouve le nourrisson. Mais Cat et les policiers louches l’attendent. Charlie abat Cat et restitue l’enfant à Maria. 

     

    En 1982, Jack NICHOLSON sort de deux grands succès d’envergure : « Shining » et « le facteur sonne toujours deux fois ». C’est une superstar confirmée et on ne l’attendait pas dans ce film. Totalement oublié, ce « police frontière » est intéressant. C’est une des premières fois que le thème de l’immigration clandestine est traité. Pas mal de critiques ont préféré voir un polar à la « Copland » où d’ailleurs Harvey KEITEL est présent dans les deux films. En effet le thème de la police corrompue y est présent. En effet, pour faire plaisir à sa femme,blonde à forte poitrine, fort bien interprétée par une Valérie PERRINE déjà vue dans « Superman » qui rêve d’une maison paradisiaque, Charlie rejoint une équipe de garde frontière. Ses collègues et son chef sont sympas avec lui, on lui fait des facilités de paiement dans le magasin local où le propriétaire est ami avec la police, on l’invite au barbecue, bref, tout est bien dans cet environnement peuplé d’amis. Mais Charlie sent que tout ne tourne pas rond. Il est plutôt sympa, et son rêve était d’être garde forestier pour donner à manger aux canards. Alors quand son chef, joué par cette vieille baderne alcoolique de Warren OATES lui propose de s’amuser de chasser les canards à coup de pistolet, on ressent bien que Charlie, cela l’emmerde. Il constate que les émigrés sont traités comme de la merde, des déchets, ce qui est déjà grave en soi. Mais lorsqu’il constate que ses collègues sont ripoux, il est très mal à l’aise. Evidemment il est recadré par sa hiérarchie, mais il finit par se brouiller avec son « ami ». Il décide, sans trop savoir pourquoi d’aider une jeune fille à retrouver son nourrisson. Il devient gênant et il faudra l’éliminer. Mais, Charlie s’en sort et élimine ses opposants au terme de plusieurs gunfights (auquel il faut signaler un joli auto-tirage de coup de fusil à pompe dans le visage assez craspec). Tout suant, il rend le bébé à sa mère et arbore un large sourire, il est enfin heureux.

    Encore une fois le film, réalisé réalistement mais sans grande imagination, doit beaucoup à Jack NICHOLSON. Très affûté, il interprète son rôle d’une manière très fine. Les sentiments contradictoires qui traversent Charlie au fur et à mesure du film y sont très perceptibles. Une bonne interprétation ne serait rien sans de bons seconds rôles. Harvey KEITEL interprète encore une fois une inquiétante crapule sous des airs de bons copains, et Warren OATES est parfait en chef ripoux jusqu’à l’os. Valérie PERRINE campe une femme surfaite et un brin idiote, quoique amoureuse de son mari.

    Bref, un bon polar à découvrir, bien meilleur que les critiques, malheureux de ne pas retrouver une perle comme les années précédentes. Le film fait un flop dans tous les pays et ne rembourse pas son budget, assez important pour l’époque. Mais comme le grand Jack s’autorise deux bides pour un succès, ce n’est pas très inquiétant.

     

    ENTREES France

     

    489 308

     

     

    Total ENTREES Paris

     

     

    83 647

     

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine  n°6

     

     

     

    46 581

     

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    5

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    26

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    1 784

    1er JOUR Paris

    5 840

    BUDGET

    22 m$

    RECETTES USA

    6.1 M$

    (14 M$ 2008)

    BOX OFFICE ANNUEL USA

    N° 81

    BOX OFFICE ANNUEL France

    N° 82

    BOX OFFICE ANNUEL Italie

     

    BOX OFFICE Allemagne –  135 722 entrées

     

    BOX OFFICE Espagne –    505 698 entrées

     

    COTE DU SUCCES

    *

     

     

    « BOX OFFICE ROBERT REDFORD 1972 PART IBATMAN 1966 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :