• BOX OFFICE HARRISON FORD 1979 PART I



    UN RABBIN AU FAR WEST

    (THE FRISCO KID)

    13 JUILLET 1979 USA

    12 SEPTEMBRE 1979

     

     rabbinauf.jpg

    Réalisation

    Robert ALDRICH

    Scénario

    Michael ELIAS

    Frank SHAW

    Photographie

    Robert HAUSER

    Musique

    Frank DE VOL

    Production

    Mace NEUFELD

    Distribution

    WARNER COLUMBIA

    Durée

    125 minutes

    Tournage

    30/10/78-20/01/79

    Tommy LILLARD

    Harrison FORD

    Avram BELINSKI

    Gene WILDER

    Matt DIGGS

    William SMITH

    Val BISOGLIO

    Chef Nuage Gris

     

     

    Arrivant de Pologne, Avram Belinski débarque à Philadelphie. De là, il se rend à San Francisco où il fera connaissance de sa "fiancée" Sarah Mindl. Mais le bateau est parti plus tôt que prévu et Avram part en compagnie de trois hommes qui l'abandonnent en rase campagne après l'avoir détroussé. Il prend un train, dont les voyageurs sont bientôt dévalisés par un bandit. Après avoir travaillé pendant quelques temps à la construction du chemin de fer, il part seul vers San Francisco. Très vite, il perd son cheval et à bien du mal à trouver de quoi se nourrir. Sa rencontre avec Tommy qui n'est autre que le bandit du train, lui sauve pratiquement la vie. Malgré les exigences religieuses d4Avram et l'activité de pilleur de banques de Tommy, l'amitié nait entre les deux hommes. Faits prisonniers par les indiens, ils ne doivent leur salut qu'à la chance. Bientôt Avram retrouve dans un saloon ceux qui l'avaient détroussé au début de son voyage; il se fait copieusement rosser et Tommy lui sauve la vie. lors qu'ils se reposent enfin au bord du Pacifique, ils sont surpris par les trois bandits. Cette fois c'est Avram qui sauve Tommy en tuant l'un des frères Diggs. Mais ce geste provoque chez lui une crise mystique et c'est sous un faux nom qu'il remet la Torah à la famille de sa fiancée avant de s'enfuir. Provoqué par Matt Diggs, il parvient à éviter l'affrontement et, encouragé par Tommy, il retourne chez ses compatriotes et épouse Rosalie, la soeur de sa fiancée. 

     

    Si Robert ALDRICH est un des réalisateurs les plus appréciés les années 70 n'ont pas été tendres avec lui au niveau du box office. Si "Plein la gueule" ou "La cité des dangers" ont profité de la présence de burt REYNOLDS encore populaire aux USA, les suivants "L'ultimatum des 3 mercenaires" et "bande de flics" n'ont pas du tout marché. C'est un réalisateur qui cherche donc des projets qui lui rapporteront quelques succès.

    C'est donc avec surprise que nous le voyons à la tête de ce "Un rabbin au Far West" qui est un buddy movie des plus classiques, le principe du genre est que deux personnages qui sont d'un univers tout à fait différent doivent accomplir une tâche ou subir une situation à deux. Généralement à la fin du film les deux personnages sont les meilleurs potes du monde (buddy= pote, copain, en anglais). Le meilleur exemple du buddy movie sauce western est "Soleil rouge" ou "Vera Cruz" de...Robert ALDRICH.

    Mais attention avec Robert ALDRICH ce sera un buddy movie de classe. Disposant apparemment d'un budget correct il manifeste toujours une vista bien vivace derrière la caméra.

    Mention très bien à Gene WILDER qui réalise la prouesse de ne jamais rendre ridicule son personnage de rabbin. C'est même une très belle performance pour un acteur qui s'investit pleinement. Méconnaissable, il apporte une présence forte à ce personnage qui se révèle finalement très courageux dans l'adversité. Très naïf, il découvre tout ce qui fait l'Ouest américain à ses dépends. Il subit un dépouillage en rêgle, la survie en milieu difficile, un hold-up dans un train, des bagarres, le passage très diffcile chez les indiens, le grand froid, un duel contre le vilain du film et...son mariage.

    C'est un film riche où ALDRICH expose à grand rythme son héros à toutes ces situations. Le meilleur passage sans doute est celui où les deux comparses sont capturés par des indiens. Attaché au dessus d'un bûcher, Avram doit expliquer ce qu'est la Torah au chef indien. Lorsque celui-ci lui demande si elle est plus importante que lui et que Avram le confirme, il est mis à l'epreuve et manque d'être brûlé vif. Mais c'était un test, et Avram prouve son courage et les deux hommes sont sauvés. Devenus amis avec les indiens, Avram fait une petite démonstration de danse traditionnelle avant de s'évanoir de fatigue et de se réveiller... chez les pères.

    Si Gene WILDER est parfait, Harrison FORD semble un peu plus emprunté. Il a selon ses dires accepté le rôle pour faire plaisir à son fils. Ecrasé par la présence de WILDER il se contente de faire le métier et de montrer sa belle gueule de temps en temps. Nous sommes encore loin d'Indiana JONES (mais si près aussi).

    Notons la présence de notre cher  William SMITH, acteur de série B musculeux qui joue le méchant de service. Il sera rossé par Avram au cours d'un affrontement final ou le courage l'emportera contre la force brute.

    Au final un buddy movie savoureux, bien joué et qui comporte de beaux dialogues. Et comme ALDRICH est à la caméra, c'est un film a redécouvrir.

    Malheureusement l'accueil du public est tiède aux USA et vraiment froid en France. Seul le microcosme parisien fait que le film est un petit succès d'estime dans la capitale. Pour Robert ALDRICH, ce sera encore plus dur de financer son dernier film. Pour Gene WILDER les années 80 seront celles de sa disparition cinématographiquement parlant après avoir obtenu de très beaux succès dans les 70's. Pour Harrison FORD un épiphénomène dans sa carrière énorme. 

     

     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    156 213

     

    ENTREES PARIS BANLIEUE

     

    82 835

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    6

    26 084

    22

    2ème semaine

    12

    12 710

    7

    3ème semaine

    13

    10 751

    7

    Nombre de semaines Paris

     

    10

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    1 185

     

    1er jour Paris

     

     

     

    Budget

     

     

     

    Recettes US

     

    9,36 M$

     

    Recettes Mondiales

     

     

     

    Box office annuel Allemagne

     

     

     

    Box office annuel Espagne

     

    403 933

     

    Box office annuel Italie

     

     

     

    Box office UK 

     

     

     

    Box office Europe

     

     

     

    Cote du succès

     

    *

     

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-02h42m22s56

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-02h42m58s123.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-02h44m15s170.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h49m40s85.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h50m43s204.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h51m11s221.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h52m59s23.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h53m16s187.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h54m34s211.png

     

     

    vlcsnap-2010-04-14-08h55m47s160.png

     

    ..

    « BOX OFFICE PARIS DU 10/04/1963 AU 16/04/1963BOX OFFICE PARIS DU 27/03/1963 AU 02/04/1963 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :