• BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1977 PART III


    VERA BAXTER
    8 JUIN 1977

     

     

    alisation

    Marguerite DURAS

    Scénario

    Marguerite DURAS

    Directeur de la photographie

    Sacha VIERY

    Musique

    Carlos D'ALESSIO

    Production

    Sunchild/INA

    Distribution

    Sunchild

    Durée

    90 minutes

    Vera Baxter

    Claudine GABAY

    L'inconnue

    Delphine SEYRIG

    Michel Cayre

    Gérard DEPARDIEU

     

    Deux femmes arpentent le living-room d'une grande villa moderne presque vide au bord de l'Atlantique. Durant tout l'après-midi, et jusqu'au coucher du soleil sur l'océan, Vera Baxter répond aux questions d'une étrangère certes, mais aussi de ce qui pourrait être son double. Ainsi se déroule devant nos yeux l'histoire de Vera. Elle sortait tout juste de pension lorsqu'elle s'est mariée à l'âge de vingt ans avec Jean Baxter que du reste elle avait connu très tÔt, son mari étant l'ami de ses frères. La richesse de Jean a été aux prises de fluctuations importantes. Ainsi, lorsque Christine est née, il s'est ruiné pour la première fois, puis s'est " renfloué " à la naissance de Marc. Au moment où le film se fait, il y a, comme on dit, de l'argent chez les Baxter. Vera a vécu au rythme de ces oscillations financières. Au-delà de ces flux, elle est restée fidèle à son mari pendant ces dix-huit années. Il n'en est pas de même pour Jean tandis que son épouse se confie à "l'inconnue", il se trouve avec une autre femme, un " mannequin ", à Chantilly. Ce n'est pas la première fois. Il est souvent parti avec des femmes dont il était persuadé qu'elles étaient celles de sa vie. Et à chaque fois, Jean s'éclipsait sans prévenir. Mais c'est toujours lui qui a recommencé à téléphoner. D'ailleurs ses absences ont été ponctuées, sans faute, d'envois de chèques, afin d'assurer la permanence du couple par ce lien. Jean est un homme d'argent, " ordinaire, sans imagination ", joueur, coureur, mais dont la seule qualité est d'en être conscient. Et depuis dix-huit ans, Vera l'aime et dépend de lui.

    Nouvelle expérience cinématographique, le film sort quelques semaines après « le camion ». Dans ce film il y a quelques personnages de plus que dans le camion. La distribution fait part belle à Delphine SEYRIG, actrice Durasiene, s’il en est. Comme d’habitude, figée comme un i, l’actrice annone les dialogues de la réalisatrice d’un ton monocorde. Et oui, DURAS c’est l’anti-action, l’anti code établis du cinéma, à coté d’elle Lars VON TRIER c’est du SPIELBERG…. Encore une fois, DEPARDIEU participe au film. Une participation artistique, s’il en est, le film connaissant encore une fois une sortie des plus confidentielles.
    Voici un lien vers le site de l’INA, où l’on voit DEPARDIEU interviewé par DRUCKER et qui a bien du mal à parler du film, comme il y a pas grand-chose à dire, c’est normal, heureusement il y a Drucker…en sus un extrait du film, pas piqué des hannetons c’est le moins qu’on puisse dire ! 

    http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&id_notice=I04259984


    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    50 000

    (estimation)

    ENTREES Paris

    20 311

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    6

    COTE DU SUCCES

    0

    « BOX OFFICE STARSHIP TROOPER 1998BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1977 PART II »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    bebel93
    Mercredi 29 Mai 2013 à 04:26
    tres bien les liens que tu mets sur le blog!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :