• BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1976 PART II

     

    JE T’AIME, MOI NON PLUS
    10 MARS 1976

     

    De Serge GAINSBOURG – Scénario et musique de Serge GAINSBOURG – Avec Jane BIRKIN et Joe DALLESANDRO

    Krassy, dit Krass, et Padovan tous deux homosexuels, vivent du transport dans leur camion à benne des immondices de la ville sur la décharge publique voisine. Krass est de caractère violent et taciturne, Padovan du genre venimeux, traînant toujours avec lui un sac en plastique dont il se sert contre les intempéries. Au détour d'un chemin non loin de l'autoroute, ils arrêtent leur camion devant un snack-bar isolé, sorte de hangar où Boris, obèse, éthylique, brute épaisse, donne des bals le samedi. Dans le snack un frêle jeune homme en casquette se retourne. C'est Johnny, petite anglaise androgyne. Krass retournera voir la petite serveuse sous l'œil inquiet de Padovan. Balades en camion, bal du samedi, peu à peu se dessinent leurs sentiments, mais à l'hôtel l'amour de Krass se révèle platonique : ils finiront leur étreinte, interrompue sans cesse, dans la cabine du camion. Padovan, jaloux, tentera par jeu d'étouffer la jeune fille. Krass interviendra avec tant de nonchalance que Johnny se retournera contre lui. Elle regardera les deux hommes remonter dans le camion et s'éloigner en cahotant.

    Petite participation pour DEPARDIEU dans un rôle de paysan, dans ce film difficile de Serge GAINSBOURG. C’est un film très cru, où la pauvre Jane BIRKIN, pas vraiment mise en valeur, d’aspect androgyne, se fait prendre par tous les trous par un Joe DALLESANDRO vedette homosexuelle de cinéma underground.
    On peut ne pas adhérer à la démarche de Serge GAINSBOURG qui cherche à imposer le premier film underground français, et qui cherchera désespérément les succès cinématographiques au cours d’une courte carrière de réalisateur qui le verra réaliser quelques autres perles du même acabit, tels « Equateur » « Stan the flasher » ou « Charlotte for ever ».
    Le film marche quand même un peu, ne serait-ce que par curiosité, e fera une petite carrière sur la durée surtout à Paris dans les salles « art e essai ». Le fait qu’il soit interdit aux mineurs (ah bon ?) n’a pas arrangé les choses.       

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    558 318

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

    140 673

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    37 782

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    9

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    12

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    3 148

    1er JOUR Paris

     

    COTE DU SUCCES

    * *

    « BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1976 PART IIIBOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1976 PART I »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :