• BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1976 PART I

     

    MAITRESSE
    11 FEVRIER 1976

     

    De Barbet SCHROEDER – Scénario de Barbet SCHROEDER - Avec Bulle OGIER

    Arrivé depuis peu à Paris, Olivier rejoint un ami, Mario, qui lui offre, outre le logement, la possibilité de vendre des encyclopédies. A ses talents de vendeur, Mario joint ceux de cambrioleur. Aussi, lorsqu'il apprend que les voisins d'une ravissante jeune femme sont absents, décide-t-il de s'introduire dans l'appartement désert. Au moment où ils y découvrent une série d'objets destinés à satisfaire les désirs particuliers de certains clients, les deux hommes sont surpris par la même ravissante jeune femme qui se révèle la maîtresse incontestée de ce trouble univers. Ariane (tel est son nom) force d'ailleurs immédiatement Olivier à participer au cérémonial exigé par un client. Ayant renvoyé son acolyte, Olivier invite Ariane à dîner, passe la nuit avec elle et s'installe chez elle. Ariane semble réellement amoureuse: pourtant, souvent, le temps de descendre un escalier intérieur qui relie les deux étages, la blonde et fragile Ariane se transforme en brune et dure idole que ses serviteurs appellent respectueusement "Maîtresse". Apparemment, la jeune femme partage tout avec son amant; pourtant Olivier reste persuadé qu'Ariane obéit aveuglément à un mystérieux individu qui paraît avoir totalement prise sur elle. Sans rien dire à la jeune femme, il mène une enquête qui le conduit à Gautier, homme puissant, de qui il exige de l'argent et la liberté d'Ariane. Celle-ci, lorsqu'elle l'apprend, met à la porte son amant et disparaît. Olivier la cherche, la trouve dans une villa des environs de Paris, en compagnie de Gautier et de leur fille. Ariane décide de suivre Olivier. Après un accident d'où il sort indemne, le couple s'éloigne.

    Cette année 1976 va voir le jeune acteur très présent sur les écrans avec pas moins de 5 films. Il est demandé par tous les réalisateurs, ce qui lui permet de choisir ceux-ci. Ainsi ne sommes nous pas étonné de le voir tourner avec Barbet SCHRODER, cinéaste éclectique, mais inégal et qui s’était fait connaître avec les très babacoolesques « more » et « la vallée ».
    Ce film est un peu oublié maintenant, et ce n’est pas la finesse du scénario, ni l’hideuse affiche du film qui porte chance à celui-ci au box office, le résultat étant assez anecdotique, sans que cela porte préjudice à sa carrière.

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

    353 815

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

    141 493

    ENTREES Paris TOUTES EXPLOITATIONS

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    48 192

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    7

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    12

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    4 016

    1er JOUR Paris

     

    COTE DU SUCCES

    *

    « BOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1976 PART IIBOX OFFICE GERARD DEPARDIEU 1975 PART II »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :