• BOX OFFICE BATMAN 1989


    BATMAN
    23 JUIN 1989 (USA)

    13 SEPTEMBRE 1989

     

    Réalisation

    Tim BURTON

    Scénario

    Sam HAMM

    Directeur de la photographie

    Roger PRATT

    Musique

    Danny ELFMAN

    Production

    Jon PETERS, Peter GUBER

    Distribution

    WARNER BROS

    Durée

    126  minutes

    Batman/Bruce Wayne

    Michael KEATON

    Le Joker / Jack Napier

    Jack NICHOLSON

    Vicki Vale

    Kim BASINGER

    Le préfet de police Gordon

    Pat HINGLE

    Harvey Dent

    Billy Dee WILLIAMS

    Alfred

    Michael GOUGH

    Grissom

    Jack PALANCE

     

    Depuis que ses parents ont été assassinés par deux voyous, Bruce Wayne a juré de lutter contre le crime qui ensanglante les rues de Gotham City. Excentrique milliardaire le jour. il se transforme la nuit en Batman, l'homme-chauve-souris, le justicier de l'ombre. Seul son fidèle majordome Alfred est au courant de sa double identité. Un soir, Batman est amené à intervenir contre Jack Napier, bras droit du patron de la mafia locale. Grissom. Poussé dans une cuve de produits chimiques. Napier en ressort défiguré par un abominable rictus qui le fera désonnais surnommer " le Joker". Après avoir tué Grissom, il prend sa place à la tête du " syndicat " et auprès de son épouse Alicia, qui était depuis longtemps sa maîtresse. Vicki Vale, belle et talentueuse photographe cherche, avec son collègue journaliste Alexander Knox. à percer le mystère de Batman, tout en tombant par ailleurs amoureuse de Bruce Wayne. Napier de son côté, continue ses méfaits : il saccage le musée de la ville, transforme Alicia en Picasso ambulant (elle finira par se suicider) et trafique des produits de maquillage dont les malheureux utilisateurs deviennent des répliques grimaçantes du Joker. Batman a compris entre-temps que Napier était le meurtrier de ses parents et décide de mettre une fois pour toutes un terme à ses agissements. Après l'avoir empêché d'empoisonner les habitants de Gotham aux gaz hilarants, il le poursuit jusqu'à la cathédrale où Napier a entraîné sa nouvelle " fiancée", Vicki. La lutte est chaude, mais Batman triomphera de son adversaire. au grand soulagement de Vicki, laquelle sait désormais que le milliardaire et le vengeur masqué ne sont en fait qu'un seul homme.

     

    Lorsque Jon PETERS et Peter GRUBER décident de produire « Batman » cela fait 10 ans que l’idée d’exploiter le film sur grand écran est dans l’air. Les deux producteurs ont quelques belles réussites au Box Office des années 80 : « Rain Man », « la Couleur pourpre » et autres « Sorcières d’Eastwick » ou « Gorilles dans la brume ». Ils ont produit également quelques belles bouses dont « Flashdance » ou « Tango et Cash ». Ils saisissent l’énorme potentiel du film et ils sont doués pour créer des évènements de leurs films, mais leur pression peut étouffer parfois le talent artistique des réalisateurs. Comme réalisateur, le choix se porte sur le jeune Tim BURTON dont les succès surprise de « Pee Wee » premier du nom à rapporté beaucoup d’argent pour le budget d’un timbre poste et surtout « Beetlejuice » film génial qui a rapporté énormément d’argent à la Warner avec un budget très modeste, mais il faut dire que le réalisateur sait faire preuve d’une imagination débordante et a créé un univers particulier. C’est le réalisateur dont Hollywood parle, mais c’est un peu la stupéfaction quand la WARNER annonce qu’elle confie 50 millions de dollars à BURTON. Les spéculations vont bon train pour incarner BATMAN, quelques noms d’acteurs circulent, seule une chose est sûre, l’acteur doit être une star et athlétique de surcroît. Les fans manquent de s’étrangler quand ils apprennent que le rôle titre est confié à Michael KEATON, acteur talentueux qui a connu de beaux succès avec « Mister Mom » et « Beetlejuice », mais qui est grand comme un schtroumpf et épais comme une allumette. Malgré toutes les menaces des fans la WARNER tient bon et met le budget sur la table pour s’attacher les services de Jack NICHOLSON acteur qui a apporté pas mal d’argent à la WARNER avec « les sorcières d’Eastwick ». Intéressé aux recettes, il fera une très belle affaire. Pour le rôle de la « Batman Girl » le choix est évident : Kim BASSINGER est le « sex symbol » d’Hollywood avec Michelle PFEIFFER, alors…

    Le tournage ne se fait pas sans problèmes, les producteurs sont omniprésents, le scénario ne plait pas à BURTON qui voudrait faire un film sombre, les dialogues sont ridicules, le costume de BATMAN n’apparaît comme très heureux au début du tournage. Bref, il est quelque peu  tendu, le Tim, et il sait que s’il échoue au Box Office, les grosses productions futures lui seront refusées. De son coté, la WARNER met le paquet dans la promotion : photos de la Batmobile très impressionnante, logos présentés à l’avance, et promotion de l’album de Prince, déjà un peu en perte de vitesse, qui interprète « Batdance » alors que la bande Originale du Film signée Danny ELFMAN est fabuleuse. Les critiques sont dubitatives, l’été va être disputé au USA avec le médiocrissime « Ghostbusters 2 » qui a battu le record du meilleur week-end et bien sûr « Indiana JONES et la dernière croisade » très grand favori de l’été. Le film explose le record du meilleur week end avec plus de 40 millions de dollars. Les salles sont archi pleines et trouver un ticket les premiers jours relève de l’exploit. Le résultat se confirme et le film passe la barre des 100 millions de dollars en seulement 10 jours établissant un nouveau record. LA folie BATMAN dure tout l’été et le film fini à la première place de l’année. A défaut d’être satisfait de son film, Tim BURTON a le plaisir d’être admis dans le cercle des réalisateurs extrêmement bankables. En France, WARNER décide de mettre le paquet, les premières affiches arborant le célèbre logo fleurissent en juin, et pas moins de 73 salles –record absolu- seront dédiées au justicier.

    Les premières critiques soulignent le coté médiocre du film, en tout vas c’est une grande déception ou au mieux un film mi figue-mi raisin. Pourtant le film ne manque pas de bons moments, même si on sent que les producteurs désirent un peu d’esbrouffe et un style un peu impersonnel. BURTON parvient à laisser Michael KEATON donner un aspect tourmenté à son personnage peu loquace lorsque Bruce WAYNE endosse l’armure du justicier. Kim BASSINGER est filmée façon clip de DURAN DURAN et est particulièrement exaspérante, mis à part les cris qu’elle balance régulièrement. La fin du film est particulièrement ratée, le combat final entre BATMAN et le joker fait preuve d’un cruel manque d’imagination, d’ailleurs la majorité des scènes de bataille sont illisibles. On ajoutera que l’intrigue du gaz hilarant est franchement faible….  

    La grande satisfaction du film est naturellement Jack NICHOLSON grandiose en JOKER, l’acteur met tout son potentiel cabotinage dans ce rôle. En fait-il trop ?, le personnage n’a pas beaucoup de profondeur, mais le visage grimaçant de Jack est idéal pour interpréter le pire ennemi de Batman. Bien que JACK accuse un certain surpoids, alors que le JOKER est maigre, on y croit quand même. Il reste la « Batmobile » engin fabuleux et des décors de Gotham CITY grandioses et bien sûr la musique de Danny ELFMAN.

    En plein protectionnisme paranoïaque, la presse réserve un mauvais accueil à la Chauve Souris et se réjouit de l’échec du film en première semaine. Et pourtant, 243 000 entrées à Paris, c’est loin d’être ridicule dans une année 1989 assez faible, et surtout pour un personnage de DC comics, relativement peu populaire en France. Au final, le film stoppe à plus de deux millions d’entrées, score encore à battre aujourd’hui, ce qui est très honorable, mais ce résultat est dû à la présence de Jack NICHOLSON pour le public Français qui considère que c’est son film.

    Le film se classe dans tous les top 10 mondiaux, le carton est tel que la WARNER annonce rapidement la mise en chantier d’un deuxième épisode. Comment le public recevra la suite du film après un bouche à oreille assez négatif ?

    Aujourd’hui, BATMAN premier du nom, a gagné la faveur du public avec les années. La pression évacuée et les diffusions du film étant nombreuses, on peut constater qu’il reste un bon film fantastique. Le film a prouvé qu’on pouvait gagner beaucoup d’argent avec une adaptation de comics dix ans après « Superman ».                    

     

    ENTREES France

     

    2 168 619

     

    1ère semaine France  

    898 739 (485)

     

    ENTREES Paris

     

     

    554 286

     

    ENTREES Paris

     

    1ère semaine  n°1

    2ème semaine n°1

    3ème semaine n°2

    4ème semaine n°4

    5ème semaine n°7

    6ème semaine n°10

    7ème semaine n°13

     

     

    243  832 (73)

    125 025(72)

    72 068 (56)

     43 682 (46)

     26 260 (37)

    11 471 (15)

     13 791 (11)

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS

    16

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    73

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    3 440

    1er JOUR Paris

    46 984

    Budget

    50 M$

    (87 M$ 2008)

    Recettes US

    (2 semaines n°1)

    251.7 M$

    (440 M$ 2008)

    RECORD DU MEILLEUR PREMIER WEEK END

    40.5 M$

    (2194 salles)

    Recettes mondiales

     

    411 M$

    (717 M$ 2008)

     

    BOX OFFICE ANNUEL USA

    N°1

    BOX OFFICE ANNUEL France

    N° 7

    BOX OFFICE ANNUEL Italie

    N° 4

    BOX OFFICE Allemagne – 1 789 287 entrées

    N°16

    BOX OFFICE Espagne – 3 536 426 entrées

     

    COTE DU SUCCES

    * * *

    « BOX OFFICE ROBERT REDFORD 1967BOX OFFICE BATMAN II 1992 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :