• BOX OFFICE 1966 TOP 61 A 70

     TOP 10 - TOP 11 A 20TOP 21 A 30TOP 31 A 40TOP 41 A 50TOP 51 A 60TOP 61 A 70TOP 71 A 80 - TOP 81 A 90 TOP 91 A 100 - TOP 101 A 110

     

    FILM

    FRANCE

    PARIS

    REALISATEUR

    INTERPRETE

    INTERPRETE

     61

    Dracula, Prince des ténèbres

    854 197

    160 882

    FISHER

    LEE

    SHELLEY

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 N'écoutant pas l'avertissement du Père Sandor, deux couples de touristes s'égarent dans la région des Carpates. Lorsqu'ils se retrouvent seuls, au coucher du soleil, un mystérieux cocher vêtu de noir apparaît et les invite à passer la nuit dans un mystérieux château. Son propriétaire, le comte Dracula, qui trouva la mort il y a une dizaine d'années, n'a besoin que d'un sacrifice pour ressusciter...
      62

    Comment voler 1 million de dollars

    843 947

    296 513

    WYLER

    HEPBURN

    O'TOOLE

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 Monsieur Grammont, le directeur du musée parisien Kléber-Lafayette, prépare sa prochaine exposition. Il demande à un collectionneur français réputé, Charles Bonnet, de lui prêter la fameuse statuette Vénus, œuvre du célèbre sculpteur Cellini. Charles Bonnet la confie au musée au grand dam de sa fille Nicole lorsqu’elle apprend que la « Vénus de Cellini » va être expertisée, car c’est un faux, jadis exécuté par son grand-père. Elle est seule à savoir que son père, artiste plutôt illuminé, comme son grand-père, est un faussaire de génie. Sa solution pour que la supercherie ne soit pas découverte : voler la Vénus au musée. Nicole sollicite alors l’aide de Simon Dermott, un cambrioleur qu’elle a surpris chez elle sans toutefois le dénoncer, et pour cause : en fin connaisseur, il examinait attentivement un Van Gogh, une « œuvre » de son père. Simon élabore alors un plan pour déjouer la sécurité mise en place autour de la statuette estimée à un million de dollars. Ils se cachent dans le musée lors de la fermeture, et déclenchent l'alarme en retournant se cacher à chaque fois. Les gardiens et la police fouillent le musée à chaque fois sans les découvrir. Après la deuxième alerte, le directeur de la sécurité, irrité, décide de débrancher l'alarme. Les cambrioleurs prennent alors possession de la statuette en toute tranquillité. Les Bonnet sont ainsi soulagés que la statuette ne passe pas l'examen d'un expert, Simon Dermott donne la Vénus à un collectionneur, et révèle être en fin de compte non pas un cambrioleur, mais un expert en sécurité des musées, en criminologie, et en détection de faux. Simon et Nicole commencent une relation amoureuse, mais Simon ayant découvert les talents de faussaire de Charles, il lui demande d'arrêter son trafic pour éviter d'avoir à l'arrêter.

      63

    Django

    823 052

    217 466

    CORBUCCI

    NERO

    BODALO

     BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70A la frontière mexicaine, deux bandes rivales se disputent la suprématie du pays : celle du major Jackson, américain et fanatique raciste, et celle du général Rodriguez, mexicain et révolutionnaire. Un étranger, Django, traînant derrière lui un cercueil, arrive dans ce pays de désolation. Et avec lui, le vent de la violence…

      64

    Tant qu'on a la santé

    819 440

    270 627

    ETAIX

    ETAIX

    CORYN

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 Pierre est un jeune homme sérieux, tranquille et plein de bonne volonté. Mais dans ce 20e siècle, de plus en plus menacé par les effets d'un modernisme absurde, il ne se sent guère à son aise. Tout, autour de lui, n'est que bruit, précipitation, bousculade, dans un décor envahi par les grues, les marteaux-piqueurs, les voitures. Ainsi, Pierre attend dans son coquet appartement la visite de sa fiancée. Tandis qu'il se repose, les marteaux-piqueurs se mettent justement à défoncer la chaussée : tout tremble, dans la rue, comme dans l'appartement. Sous l'effet de la trépidation, le portrait de la fiancée tombe dans la corbeille à papier : stupeur de celle-ci quand, étant arrivée, elle constate ce qu'elle pense être un acte de malveillance. Elle s'enfuit. Pierre tente de la rattraper. Tout continue à trembler, dehors ; et de plus, il y a les voitures, bloquées en de longues files compactes. Et tout, dans cette histoire, est à l'avenant ! Pierre, surmené, va consulter son médecin. De nombreux malades, dans le même cas, attendent. Le méde-cin, surmené lui-même, ne peut que répéter : du repos, du repos. Se reposer oui, mais où ? Pierre part à la campagne. Muni de son matériel de camping, il pense avoir trouvé le coin idéal et s'apprête à déguster les délices de la tranquillité et du silence. Mais un gendarme survient, qui l'oblige à intégrer un camping communautaire, véritable univers concentrationnaire, organisé et standardisé. D'où il ne tarde pas à s'enfuir. Revenu à la ville, il connaît les vicissitudes du restaurant, ou un voisin distrait avale les médicaments qu'il se destinait ; au cinéma, l'agression des slogans publicitaires l'accable. Va-t-il chez des amis pour se détendre, qu'il trouve ces derniers conditionnés aux gadgets et autres produits d'entretiens, refléts des slogans du cinéma. Et ainsi de suite. Pourtant, un havre de paix semble pointer à l'horizon fermé de Pierre : la chasse. Seulement, dans les bois, il y a des piqueniqueurs. Et cela ne serait rien encore, sans des bulldozers qui arrivent en force pour défoncer la forêt. Pierre s'enfuit donc, encore et toujours. Jusqu'au bout du monde, dans une île déserte ou enfin, le silence, croit-il, ne peut désormais lui échapper.

      65

    La grande course autour du monde

    818 961

    163 071

    EDWARDS

    CURTIS

    WOOD

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 New York 1810. Une grande course automobile est organisée : New York-Paris via le grand Nord, la Sibérie, l'Europe centrale. Le professeur Fatalitas, personnage machiavélique aidé d'un grimaçant acolyte, tient à gagner la course et, pour ce faire, emploiera tous les moyens, surtout les plus déloyaux, pour empêcher la victoire de son principal adversaire, le grand Lesbie, sorte d'archange radieux. Six voitures prennent le départ à New York au milieu d'une foule délirante. Une concurrente inattendue : Maggie Dubois, tout de rose vêtue, journaliste éprise de féminisme à tout prix et dans tous les domaines. Bientôt les voitures du professeur Fatalitas et du Grand Lesbie sont les seules à concourir, et la suffragette est recueillie tantôt par l'un, tantôt par l'autre. Alors nous assistons à toutes les péripéties de la course. Un pittoresque arrêt dans un saloon nous vaut une savoureuse bagarre dont l'enjeu est une ravissante chanteuse ; la traversée du Grand Nord oblige les concurrents à unir leurs forces et rapprocher leur chaleur humaine pour survivre au blizzard ; l'arrivée dans un royaume d'Europe centrale donne lieu à un subterfuge dû à la ressemblance étrange du prince de ce royaume de fantaisie avec Fatalitas. Ce dernier sera substitué momentanément au prince, faible d'esprit, Incapable de supporter la cérémonie du couronnement. Cet épisode se termine par une étrange incursion dans les cuisines du palais où les participants de la course se livrent avec une cinquantaine de cuisiniers à une gigantesque bataille de tartes à la crème. Enfin, le terme de la course approche. Les deux voitures rivales se suivent. Le grand Lesbie, qui vient de convaincre Maggie Dubois qu'il l'aime tendrement malgré ses allures revendicatrices, s'arrête à un mètre du but, au pied de la tour Eiffel, pour embrasser sa fiancée. Le professeur Fatalitas, furieux et vexé de gagner à si bon compte, décide de refaire la course en sens inverse.

      66

    Un pistolet pour Ringo

    798 958

    184 725

    TESSARI

    GEMMA

    DE LUCA

     BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70Dans la ville de Quemado, après avoir cambriolé une banque, des hors-la-loi mexicains, commandés par Sancho, se réfugient dans une hacienda. Les notables de la ville font appel à Ringo, tueur d'élite sans scrupules, pour régler le problème. Ringo parvient à gagner la confiance des bandits et à s'introduire dans leur repaire, où ils tiennent en otage le major Clyde et sa fille Ruby. Par mille ruses, Ringo viendra à bout de sa mission.  

      67

    Commissaire X traque les chiens verts

    796 559

    111 915

    ZEHZTGRUBER

    KENDALL

    VADIS

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 Le policier privé américain, Joe Walker alias Commissaire X, enquête sur une organisation "Les Chiens Verts" qu'il soupçonne être tenue par O'Brien et Mail, deux trafiquants d'armes...

      68

    Cent mille dollars pour Ringo

    794 430

    197 843

    DE MARTINO

    HARRISON

    SANCHO

     BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70La femme d'un soldat a ete tuee. Son fils est eleve par les Indiens. Sept ans plus tard, Ringo arrive dans le village et tout le monde pense qu'il est le pere du jeune garcon. Ringo accepte le role et decide de retrouver les assassins. Ceux-ci retrouves et punis, Ringo repart sur les routes en compagnie du garcon...  

      69

    Le kid de Cincinnati

    785 869

    199 626

    JEWISON

    McQUEEN

    ROBINSON

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 Eric Stoner, surnommé le Kid de Cincinnati (Steve McQueen), est un as du poker à La Nouvelle-Orléans. Shooter, (Karl Malden) son manager, contacte un organisateur de tournoi, Slade (Rip Torn), pour mettre sur pied une rencontre au sommet entre le Kid et le vieux Lancey Howard (Edward G. Robinson), un maître incontesté et reconnu du poker. Lancey Howard est épuisé par des parties interminables et le Kid est près de remporter le tournoi, avec la complicité de Shooter qui distribue les cartes à son avantage. N'acceptant pas de vaincre en trichant, le Kid renvoie Shooter et le fait remplacer.La partie se poursuit jusqu'à ce que Howard reçoive une main exceptionnelle.

      70

    Fahrenheit 451

    781 268

    300 009

    TRUFFAUT

    WERNER

    CHRISTIE

    BOX OFFICE ANNUEL FRANCE 1966 TOP 61 A 70 451 degrés Fahrenheit, c'est la température à laquelle brûle le papier. C'est aussi le sigle qui désigne les pompiers d'une époque future, dont la fonction est, non plus d'éteindre, mais d'allumer le feu. Il s'agit en effet, pour le bien d'une société devenue résolument « communautaire », de supprimer ce ferment d'individualisme qu'est la chose écrite. Et Montag, pompier d'élite, allume gaiement des autodafés sous l'oeil paternel de son capitaine, tandis que leurs contemporains, juxtaposés mais privés de moyens d'expression personnelle, se livrent au narcissisme. Ceci jusqu'au jour où une jeune fille au regard vif lui pose la question insidieuse : « Vous ne lisez jamais les livres que vous brûlez », et jusqu'au jour où il voit une femme préférer mourir « comme elle a vécu », avec ses livres. Montag se met à lire, et sa révolte croît contre une société dépersonnalisée ; sa femme, décidée à le quitter, le dénonce et il doit assister à la destruction des livres qu'il a finalement entassés chez lui. Mais il attaque soudain ses collègues et prend la fuite. Heureusement, la jeune filîe qui avait dû s'enfuir lui a indiqué un refuge : la région où vivent les « hommes-livres » qui ont appris par coeur un livre chacun, afin de le transmettre de génération en génération. Il les rejoint et, avec eux, répète le texte du livre qu'il a pu sauver, en attendant des jours meilleurs.

     

     

    .

    « BOX OFFICE FRANCE 1966 TOP 71 A 80BOX OFFICE FRANCE 1966 TOP 51 A 60 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :