• BIRD - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1988

     

    BIRD

    (BIRD)

    1 JUIN 1988

     

     

      

    BIRD - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1988

     

    De Clint EASTWOOD avec Forest WHITAKER

    En 1955, Charlie "Bird " Parker, le plus grand musicien de jazz de son époque, est au bout du rouleau. Il souffre d'ulcères, de déficience cardiaque et de cirrhose du foie. Dans les brumes de l'alcool et de la drogue, les souvenirs du passé se mêlent au présent Ses débuts ont été difficiles. Il a eu du mal à faire admettre ses innovations et ses accords étranges. Mais peu à peu, sa conception révolutionnaire de la musique commence à être appréciée des fans de jazz et des musiciens d'avant-garde. Dizzy Gillespie le soutient. La danseuse Chan Richardson, déjà mère d'une petite fille, lui apporte un semblant de paix et lui donne des enfants. Mais dans les dernières années de sa vie, les échecs cuisants alternent avec les réussites. En Californie, on ne comprend pas sa musique. En revanche, sa tournée à Paris est un triomphe. On donne son nom au plus grand jazz-club de New York le Birdland. Mais pour survivre, il doit se produire avec des orchestres médiocres et accepter d'enregistrer des disques commerciaux. La mort prématurée de sa fille le pousse au désespoir et à une tentative de suicide. Les cures qu'il subit en hôpital psychiatrique n'ont aucun résultat. Les policiers de la brigade des stupéfiants le harcèlent. Au cours d'une brève période d'amélioration, il monte un petit orchestre et fait une tournée dans le sud des Etats-Unis avec Red Rodney, un jeune trompettiste blanc qui l'admire au point de le suivre dans sa toxicomanie. Mais, de retour à New York, c'est à nouveau l'enfer. Arrêté pour usage de drogue, il se voit retirer sa carte de musicien. Alors que personne ne semble reconnaître son génie, des instrumentistes sans talent comme son rival Buster Franklin, deviennent riches et célèbres grâce au rock'n'roll. Pendant que Chan se retire à la campagne, il trouve un dernier refuge chez une mécène, la baronne Nica.

    ***************************************

    Clint est fou de Jazz, tout le monde le sait. Cela faisait des années qu’il voulait réaliser un film sur Charlie PARKER pour tenter de faire comprendre aux profanes ce qu’ est le jazz. Techniquement, il isole les parties de Charlie PARKER et ajoute des musiciens qui jouent en live. Forrest Whitaker, excellent, obtient par ailleurs le prix d’interprétation à Cannes. Bien que le film soit un bide aux USA, malgré un Golden globe, le film connait en France un succès important grâce à une critique en pamoison. Clint est devenu un auteur et un réalisateur respecté. Qui l’eut crû ? Le film tient près d’un an à l’affiche, le record pour Clint. Maintenant vu que la Warner a financé un film pour la gloire, mais pas pour les recettes, Clint va devoir se prêter à des films plus commerciaux, et çà va se gâter un peu. 

     

    ENTREES France TOUTES EXPLOITATIONS

     

    826 952

     

     

    ENTREES Paris 1ère EXPLOITATION

     

     

    341 650

     

    ENTREES Paris 1ère SEMAINE

    56 969

    NOMBRE DE SEMAINES PARIS 1ère exploitation

    63

    NOMBRE DE SALLES  Paris semaine de sortie

    18

    Moyenne entrées par salles 1ère semaine

    3 165

    1er JOUR Paris

    7 152

    Budget US

    9 M$

    (15 M$ 2007)

    Recettes US

    2  M$

    (3.5 M$ 2007)

    COTE DU SUCCES

    * * *

    « LA DERNIERE CIBLE - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1989 LE MAITRE DE GUERRE - BOX OFFICE CLINT EASTWOOD 1987 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :