• ARTISTES ET MODELES - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1956

     

    ARTISTES ET MODELES

    (Artists and models)

    7 NOVEMBRE 1955 (USA)

    27 JUIN1956

     

     

    ARTISTES ET MODELES - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1956

     

       

    • Réalisation : Frank Tashlin
    • Assistant réalisation : Charles C. Coleman
    • Scénario : Frank Tashlin, Herbert Baker
    • Photographie : Daniel L. Fapp
    • Musique : Charles O'Curran et Walter Scharf (non crédité)
    • Production : Hal B. Wallis
    • Sociétés de production : Paramount Pictures (États-Unis), Hal Wallis Productions (États-Unis)
    • Sociétés de distribution : Paramount Pictures
    • Format : couleur par Technicolor — 35 mm — 1.85:1 VistaVision — son stéréophonique (Western Electric Sound System)
    • Tournage : 28 février 1955 - 2 mai 1955
    • Durée : 102 minutes

     

    • Dean Martin (VF : Michel Gudin) : Rick Todd
    • Jerry Lewis (VF : Jacques Dynam) : Eugène Fullstack
    • Shirley MacLaine (VF : Nelly Benedetti) : Bessie Sparrowbush
    • Dorothy Malone : Abigail « Abby » Parker
    • Eddie Mayehoff (VF : André Bervil) : M. Murdock
    • Eva Gabor (VF : Jacqueline Porel) : Sonia / Madame Curtis
    • Anita Ekberg (VF : Paula Dehelly) : Anita

     

     

    Rick, qui est peintre, et Eugène, auteur d'histoires pour enfants, partent conquérir New York. Ils rencontrent Abigail, dessinatrice aux Éditions Murdock (qui publient des "comics") et Bessie, son modèle. La nuit, Eugène fait des cauchemars de femmes vampires et parle d'une station interplanétaire. Il prononce des formules que Rick note et utilise dans les histoires qu'Abigail lui fait rédiger pour son éditeur. Mais les services d'espionnage russes et américains sont alertés : les formules rêvées par Eugène sont celles d'une fusée ultra-secrète. Des espions tentent d'enlever Eugène au cours d'un grand bal masqué où il s'est déguisé en souris. Grâce aux interventions de Rick, de Bessie, d'Abigail et de la sûreté militaire, tout s'achèvera dans les chants et les danses de la grande fête des artistes et des modèles.

     

    Avant dernier film du fameux duo Jerry LEWIS / Dean MARTIN, « Artistes et modèles «  est certainement le meilleur et à fortiori leur plus célèbre. Toujours produit par Hal WALLIS, le budget est conséquent, le duo rapporte des millions de dollars au producteur qui compte traire la vache un maximum de temps. Pourtant Jerry LEWIS tout génial improvisateur qu’il soit est surtout un infernal casse pied qui rend fou Jerry LEWIS et Frank TASHLIN un réalisateur pourtant plein de patience envers son jeune acteur.

    Rien ne se détecte à l’écran, le duo est parfaitement rôdé, LEWIS cabotine génialement en scénariste de comics et Dean MARTIN lance ses roucoulades à la perfection. Animé de nombreux passages chantés, le film est haut en couleurs et donne un moral d’acier, grâce au grand Frank TASHLIN réalisateur sous estimé. Bien sûr de nombreuses situations gagesques sont laissées dans les mains de LEWIS, l’amuseur préféré des enfants.

    Coté casting féminin, c’es tout simplement énorme : Dorothy MALONE qu’on ne présente à la carrière longue comme le bras qui a tourné avec les plus grands, dont Douglas SIRK et qui se fera connaître en FRANCE avec la série Payton Place. Eva GABOR séduisante en diable et Anita EKBERG fantastique playmate ambulante à la fabuleuse poitrine. Mais une jeune star en devenir apparaît dans son deuxième film : Shirley MacLAINE qui n’a pas grand-chose à envier à Anita EKBERG question poitrine, mais qui possède un charme, une espièglerie, et un talent fous. Pas besoin d’être devin pour deviner qu’elle va obtenir tant de succès. Dire qu’elle tient la dragée haute à Jerry LWIS est un euphémisme.

    Totale réussite, le film obtient un très grand succès aux USA et en FRANCE comme d’habitude un peu méfiante avec les comiques américains réserve un succès très mesuré au film. Une première semaine en exclusivité, puis plus grand-chose. Heureusement la popularité de Jerry LEWIS est grandissante et ses films seront exploités un peu partout en FRANCE un peu n’importe quand, mais durant des années, ce qui explique que le film passe péniblement le million d’entrées FRANCE au bout de plusieurs années.

     

     

     

    CATEGORIE RANG ENTREES SALLES
    ENTREES FRANCE 139 1 031 433
     
    1ère semaine FRANCE
    18 30 477
    7
    2ème semaine FRANCE 14 29 499 10
    ENTREES PARIS BANLIEUE   400 000
     
    1ère semaine  3 46 302 6
    BOX OFFICE ITALIE
    58 2 700 000
     
    BOX OFFICE USA 21 3.8 M$ rentals  
    Cote du succès   * *
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « UN PITRE AU PENSIONNAT - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1956TU TREMBLES CARCASSE - BOX OFFICE JERRY LEWIS 1953 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :