• ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

     

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

     

    On le sait depuis longtemps, en France, en terme de popularité - hormis sa période faste 1967-1970 (des "Aventuriers" au "Cercle rouge"), Alain Delon s'est très souvent vu tenir la dragée haute par son ami/concurrent de toujours : Jean-Paul Belmondo. Mais, à l'inverse, sur le marché international, c'est bien l'interprète de "Rocco..." et de "Plein soleil", qui était une véritable superstar !   Prenons pour preuve l'un des (voire LE) pays où sa popularité était telle que ses films étaient de véritables locomotives et servaient de vitrines pour toutes les autres œuvres du cinéma français, j'ai nommé le Japon. A bien y regarder les chiffres des films français sortis au pays du soleil levant, il y avait les films d' Alain Delon et les autres ! Pendant des années, le "Guépard" a régné sans partage sur ses collègues français (par exemple, contrairement à la légende, un Louis De Funès n'était pas du tout populaire au Japon !) sur ce marché cinématographique ! Hormis de très rares exceptions (les "Emmanuelle"), seuls les gros films américains et quelques productions locales pouvaient se venter de faire mieux...   Fruit d'une longue recherche pour regrouper ces données et totalement inédit sur le net - et proposé en "exclusivité "mondiale sur le blog de Box-office Story - le tableau ci-dessous recense tous les films de Delon, sortis à Tokyo, entre 1963 et 1980. Les films sont classés par ordre chronologique de leur date de sortie (y compris les reprises). Les données sont les résultats des exclusivités effectuées à Tokyo, aussi bien en terme d'entrées que de recettes (les deux premières colonnes chiffrées). Mais, pour pousser l'étude un peu plus loin, nous avons voulu élargir - quand cela était possible - aux données chiffrées des autres villes-clés japonaises, histoire de mieux se rendre compte de l'ampleur de la popularité du "Samouraï" sur l'ensemble du pays !   Bonne lecture,  

    Didier Noisy

     

    TITRE

    SORTIE

    REALISATEURS

    DISTRIBUTEUR

    Entrées
    Tokyo

    Recettes
    (yens)

    Entrées
    Tokyo +
    Villes-clés

    Recettes
    Tokyo +
    Villes-clés

    MELODIE EN SOUS-SOL

    17.08.63

    Henri Verneuil

    Nippon Herald

    316 068

    109 058 632

    482 473

    167 163 925

    LA TULIPE NOIRE

    18.04.64

    Christian-Jaque

    Nippon Herald

    139 199

    54 388 614

    312 889

    112 637 753

    LES FELINS

    1965

    René Clément

    M.G.M

     

    57 000 000

     

    152 000 000

    TEXAS, NOUS VOILA !

    1.12.66

    Michael Gordon

    Universal

    34 490

    13 061 501

     

     

    PARIS BRULE-T-IL ?

    24.12.66

    René Clément

    Paramount

    174 416

    92 631 902

     

     

    LES AVENTURIERS

    19.05.67

    Robert Enrico

    Daiei

    69 829

    26 106 467

    243 675

    83 416 467

    LE SAMOURAÏ

    16.03.68

    Jean-Pierre Melville

    Nippon Herald

    89 250

    36 175 700

    188 114

    72 680 030

    DIABOLIQUEMENT VOTRE

    4.05.68

    Julien Duvivier

    Towa

    46 618

    18 009 518

    65 187

    24 866 715

    ADIEU L'AMI

    29.10.68

    Jean Herman

    Nippon Herald

    162 618

    68 582 622

    255 612

    105 608 039

    LA MOTOCYCLETTE

    14.12.68

    Jack Cardiff

    Towa

    169 826

    74 454 832

    283 874

    120 735 457

    LA PISCINE

    26.05.69

    Jacques Deray

    Nippon Herald

    201 988

    88 224 974

    308 054

    127 616 678

    HISTOIRES EXTRAORDINAIRES  

    12.07.69

    Louis Malle

    Nippon Herald

    81 259

    35 864 945

    135 120

    59 306 546

    JEFF

    20.12.69

    Jean Herman

    Warner Bros.

    77 026

    37 056 374

     

     

    LE CLAN DES SICILIENS

    30.05.70

    Henri Verneuil

    20th Century-Fox

    229 313

    118 194 127

     

    353 600 207

    BORSALINO

    13.06.70

    Jacques Deray

    Paramount

    147 201

    75 503 115

     

    189 852 740

    LE CERCLE ROUGE

    12.12.70

    Jean-Pierre Melville

    Toho-Towa

    123 711

    69 581 759

     

    192 192 178

    MADLY

    23.10.71

    Roger Kahane

    Eihai

    27 866

    14 406 910

    39 050

    19 372 449

    SOLEIL ROUGE

    26.11.71

    Terence Young

    Towa

    259 555

    193 993 714

     

    706 914 419

    DOUCEMENT LES BASSES

    5.04.72

    Jacques Deray

    Towa

    21 714

    11 399 576

     

     

    LA VEUVE COUDERC

    30.09.72

    Pierre Granier-Deferre

    M.G.M

    27 116

    13 029 431

     

     

    L'ASSASSINAT DE TROTSKY

    18.11.72

    Joseph Losey

    Tokyo First

    31 519

    19 901 354

     

    73 146 374

    ADIEU L'AMI  (REPRISE)

    11.11.72

    Jean Herman

    Nippon Herald

    122 087

    73 552 865

     

     

    UN FLIC

    16.12.72

    Jean-Pierre Melville

    Towa

    172 242

    124 487 238

     

    290 689 399

    BORSALINO  (REPRISE)

    10.07.73

    Jacques Deray

    C.I.C

    7 465

    4 496 197

     

     

    TRAITEMENT DE CHOC

    18.08.73

    Alain Jessua

    20th Century-Fox

    81 630

    60 918 732

     

    110 802 205

    LES GRANGES BRULEES

    25.05.74

    Jean Chapot

    20th Century-Fox

    24 438

    17 002 589

     

     

    SOLEIL ROUGE  (REPRISE)

    29.06.74

    Terence Young

    Towa / Tokyo First Film

    5 250

    3 878 711

     

     

    BIG GUNS  (LES GRANDS FUSILS)

    1974

    Duccio Tessari

    Towa

    157 555

    119 759 549

     

     

    LA MOTOCYCLETTE  (REPRISE)

    2.03.74

    Jack Cardiff

    Towa

    34 847

    20 703 124

     

     

    DEUX HOMMES DANS LA VILLE

    27.04.74

    José Giovanni

    Nippon Herald

    179 565

    145 676 458

     

    221 703 093

    SCORPIO

    1974

    Michael Winner

    United Artists

    183 562

    159 966 885

     

     

    LA RACE DES SEIGNEURS

    7.12.74

    Pierre Granier-Deferre

    Towa

    253 938

    224 957 794

     

    414 263 621

    BORSALINO AND CO

    8.02.75

    Jacques Deray

    Nippon Herald

    180 078

    164 272 332

     

    336 299 516

    LES SEINS DE GLACE

    5.04.75

    Georges Lautner

    Toho-Towa

    87 656

    77 847 363

    160 346

    144 612 673

    ZORRO

    5.07.75

    Duccio Tessari

    Toho-Towa

    236 124

    217 432 565

    392 208

    362 076 648

    FLIC STORY

    1976

    Jacques Deray

    Toho-Towa

    120 836

    118 561 411

    213 996

    203 867 587

    LE GITAN

    24.04.76

    José Giovanni

    Toei

    148 908

    164 557 627

    289 372

    318 971 356

    MR. KLEIN

    1977

    Joseph Losey

    Toho-Towa

    20 780

    23 615 126

     

     

    COMME UN BOOMERANG

    1977

    José Giovanni

    Toei

    123 970

    147 139 080

    171 083

    202 241 725

    LE GANG

    1977

    Jacques Deray

    Toho-Towa

    73 278

    89 009 049

    118 208

    142 669 199

    LES AVENTURIERS  (REPRISE)

    1977

    Robert Enrico

    Joy Pack Film

    18 291

    21 172 251

     

     

    PLEIN SOLEIL  (REPRISE)

    1977

    René Clément

    International Promotion

    14 506

    15 991 121

     

     

    MELODIE EN SOUS-SOL  (REPRISE)

    1977

    Henri Verneuil

    Joy Pack Film

    6 925

    6 944 225

     

     

    MORT D'UN POURRI

    1978

    Georges Lautner

    Nippon Herald

    93 493

    107 232 158

     

     

    PLEIN SOLEIL  (REPRISE)

    1978

    René Clément

    International Promotion

    7 679

    8 253 200

     

     

    L'HOMME PRESSE

    1979

    Edouard Molinaro

    Pacific Film

    32 572

    34 489 493

     

     

    AIRPORT 80 CONCORDE

    1980

    David Lowell Rich

    C.I.C

    153 542

    180 742 161

     

     

     

    N.B. : Concernant les résultats des villes-clés, il faut prendre ces données avec des pincettes. En effet, si les chiffres sont censés être exacts, tous les films ne sont pas logés à la même enseigne. Si les résultats des films comme "Adieu l'ami", "La motocyclette", "La piscine", "Le clan des Siciliens" (voir la fiche-film pour exemple des détails), ou encore - évidemment - "Soleil Rouge", etc..., sont donnés sur plusieurs villes-clés, d'autres ne sont le fruit que des exclusivité sur les deux principales villes : Tokyo et Osaka. Mais, vous me direz, c'est mieux que rien ! Et, surtout c'est introuvable ailleurs !!! ;-)

     

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

     MELODIE EN SOUS-SOL

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

     LA TULIPE NOIRE

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LES FELINS

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LES AVENTURIERS

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LE SAMOURAÏ

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    DIABOLIQUEMENT VOTRE

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LA PISCINE

     

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LE CLAN DES SICILIENS

     

     

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    BORSALINO

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LE CERCLE ROUGE

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    MADLY

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    SOLEIL ROUGE

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    BIG GUNS

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    SCORPIO

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    DOUCEMENT LES BASSES

     

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LES GRANGES BRULEES

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    FLIC STORY

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LE GITAN

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LE GANG

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    UN FLIC

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    MONSIEUR KLEIN

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    MORT D'UN POURRI

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    ZORRO

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    TRAITEMENT DE CHOC

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    L'HOMME PRESSE

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    LA VEUVE COUDERC

     

    ALAIN DELON BOX OFFICE TOKYO

    BORSALINO AND CO

     

     

    .

    « BOX OFFICE MONDE DU 17 AOUT 2018 AU 19 AOUT 2018BOX OFFICE MONDE DU 24 AU 26 AOUT 2018 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Août à 08:24

    Bravo Didier pour ton article et merci tu as effectué un superbe travail de recherche.

    J'ajoute que le premier gros succès d'Alain Delon au Japon a été "Plein soleil" en 1960, d'ailleurs la photo d'Alain correspond à la sortie du film. L'acteur s'est rendu à Tokyo avec Marie Laforet pour en faire la promo.

    Le film s'est ni plus ni moins classé à la 7ème place annuelle du box office Japonais des films étrangers avec une recette de 124 410 000 de yens. Avec un prix moyen de la place de cinéma estimé a 72 yens pour 1950, cela donne une estimation de 1 725 000 entrées. 

    2
    laurent
    Vendredi 24 Août à 15:13

    Bravo et merci Didier pour ce super tableau.

    Il est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, nous avons là des données sur des films effectivement totalement inédits sur le net puisque provenant d’Unifrance. Et parce qu’il s’agit des entrées réelles, et non de simples conversions de recettes.

    Bien sûr ce ne sont que les chiffres de principales villes, mais c’est Unifrance. Aujourd’hui encore ils ne communiquent pour le Japon que les chiffres de Tokyo/Osaka etc.

     

    Je me permets toutefois de rebondir sur quelques-uns des propos de ton commentaire d’introduction, car je crois que tu t’enflâmes, et à l’évidence tu méconnais un peu le Box-Office japonais.

    En effet, nombreux ont été les films américains à faire mieux que ceux de Delon, et pas seulement les grosses machines du BO. Comme je l’ai déjà dit, John Wayne était une star bien plus populaire que ne le fut Delon, par exemple. Et bien d’autres films français que les Emmanuelle ont fait mieux. Parfois des films totalement inattendus d’ailleurs.

    Ensuite, si Delon est sans doute l’acteur français qui fut le plus populaire au pays du soleil levant, dire que c’était la locomotive du cinéma français dans cette contrée est tout simplement faux. En effet le cinéma français était déjà populaire et je peux t’assurer que Gabin était connu bien avant Delon.

    Durant les années 50, période faste au Japon où les entrées annuelles tapèrent le milliard 5 années d’affilées, le cinéma français y a aligné quelques jolis succès. Parmi eux, on peut citer « Manon », « Les diaboliques », « Le salaire de la peur », les premiers Don Camillo, et parfois même des films qui n’ont pas été de gros succès chez nous, comme « Les fruits de l’été », du moins dans les grandes villes.

    Rien qu’en 1955, l’année record de fréquentation, une douzaine de films français ont été des succès à ma connaissance. Mais après les entrées chutèrent rapidement, et la sélection naturelle du BO se fit sentir. En particulier à partir de 1971, où une nouvelle génération de films qui ont fait le bonheur de nombreux cinéphiles français, mais qui m’ont profondément ennuyé, ont lassé le public nippon. Au point qu’au milieux de la décennie, les japonais avaient complètement lâchés notre cinéma, comme toute l’Asie du reste.

    Et, en effet, hormis quelques exceptions, dont quelques films de Delon, nos films n’eurent plus tellement de succès. Même ceux de Delon, au regard de ton tableau. D’ailleurs l’un des derniers (si ce n’est le dernier) gros succès français a été « Les sous-doués » en 1982. Toutefois, d’autres films français que ceux avec Delon ont été de francs succès nationaux dans les années 60. Comme « Week-end à Zuydcoote » d’un certain Belmondo.

    Et oui, car contrairement à ce que tu sous-entends, Bébèl à été lui aussi une vraie star internationale. Tu peux te rendre sur la fiche de ce blog consacré à l’acteur, à laquelle j’avais activement participé pour les chiffres étrangers. Notamment dans la partie commentaire (dont le tout premier). Tu te rendras compte qu’il n’a pas fait semblant de cartonné en-dehors de la France non plus.

    Pour Louis de Funès au Japon, je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’au vu des données en ma possession, il fut peut-être l’acteur qui a eu le plus de succès dans le monde (hors France j’entends) avec Delon. Et je serais surpris qu’il n’ait eu aucun succès là-bas. En effet il ne faut pas que tu ne te base que sur les données d’Unifrance.

    A ce titre il faut bien comprendre comment fonctionne Unifrance. Ils contactent les producteurs/distributeurs pour connaitre les chiffres, et ceux-ci les donnent. Ou pas. Tu connais bien le principe. Or, même aujourd’hui, alors que c’est plutôt la mode de communiquer sur le BO, certains ne jouent toujours pas le jeu, d’où de nombreuses cases « Non communiqué » dans les tableaux d’Unifrance. Alors imagine à l’époque, où c’était secret d’état. Ce qui veut dire, qu’aussi intéressantes soient-elles, les données en ta possession ne sont sans doute pas complètes, dans le sens où Unifrance n’avait pas forcément tous les chiffres de tous les films sortis au Japon.

    On peut par exemple supposer que Delon producteur était plus enclins à communiquer des ses chiffres (qui avait bien compris la publicité que cela faisait de sa personne), que d’autres producteurs. Surtout quand on sait que certains ne se grattait pas pour gruger les acteurs, comme ce fut le cas malheureusement pour Michelle Mercier, à qui son producteur prétendait que les « Angéliques » ne fonctionnaient pas à l’étranger, alors que c’étaient des cartons mondiaux, histoire de ne pas lui verser trop de ronds.

    Ces chiffres sont en effet inédits sur le net, mais pour l’exclusivité mondiale…. Sachons rester simple. Humble. En effet, il existe bien des données sur le BO nippon de cette époque, que ce soit par le biais de recettes hebdomadaires des principales salles d’exclusivité du pays, ou par le biais de top annuel. Ou autres. Et donc sur les films de Delon, il y a quelques données. D’ailleurs je pense envoyer un petit tableau à Renaud, si ça lui dit de les intégrer dans un tableau...

     

      • Dimanche 26 Août à 09:26

        Ok pas de problème pour un tableau national

    3
    laurent
    Vendredi 24 Août à 19:08

    De plus les productions locales avaient beaucoup de succès. Et nombreux ont été supérieurs aux films de Delon. Par exemple, en se basant sur les recettes nationales : 

    -Plein soleil n'est même pas dans le top 20 annuel. 10 films japonais  rapportent chacun plus du double du film.

    -Mélodie en sous-sol est 16ème et 10 films japonais rapportent plus.

    -Paris brûle-t-il est 17ème et 8 films japonais font mieux.

    -La race des seigneurs est 12ème et Zorro 13ème. 4 films japonais font mieux.

    A partir de là plus aucun film de delon ne sera dans le top 20, et à chaque fois, au moins dix films nippons feront mieux, voire nettement mieux.

    Moralité, comme je l'ai déjà écrit sur le blog, Delon était une star au Japon, oui, mais quand même plus à l’échelle française, qu'à l’échelle américaine, et surtout rien à voir avec les stars locales.

      • laurent
        Samedi 25 Août à 10:01

        J'ai oublié de préciser que, en-dehors des années 1968-1971 pour lesquelles je n'ai pas de données nationales, "La race des seigneurs" est le film de Delon le mieux classé, ce qui veut dire que pour tout le reste de sa carrière il n'a pas mis un seul film dans un top 10.

        Je pense que "soleil rouge" dut un top 10, principalement parce qu'il y avait LA superstar japonaise, j'ai nommé Toshiro Mifune. Mais au vu des scores Tokyoïtes et des classements afférents pour les années 1968-71, ce dut être le seul.

        J'en profite également pour faire un petit erratum : 1955 n'est pas l'année record de fréquentation au Japon, c'est 1958. Voila c'est réparé. 

    4
    adda chentouf
    Vendredi 24 Août à 22:10

    Salut les amis. J'espère que vous avez passé de bonnes vacances.

    Merci Didier pour ce superbe tableau du BO japonais de Delon qui fut une vraie star là-bas. Il est curieux quand même de voir que "Borsalino" fit moins d'entrées que le consternant "La motocyclette". C'est à ne rien comprendre !. Et pourquoi les chiffres s'arrêtent en 1980 ?

    Est-il possible enfin ( histoire de comparer) d'avoir un tableau similaire pour Bébel qui n'avait certes pas la même côte au pays du soleil levant mais qui cartonnait tout autant dans d'autres contrées?

    En tout cas bravo pour votre travail.

     

      • Dimanche 26 Août à 09:27

        Didier est en vacance et n'a pas internet.

        A priori de ce que je sais il possède des chiffres Unifrance de 1968 à 1980 et des documents issus de diverses revues.

      • Jeudi 30 Août à 09:21

        J'ai eu Didier en ligne hier qui a lu tous vos messages mais n'a pas encore eu le temps de vous répondre. Pour devancer ses réponses, et il m'excusera par avance de peut être déformer ses propos, en substance, Didier ne s'est jamais prétendu grand spécialiste du BO Japonais et n'a pas prétendu que Belmondo n'a pas autant cartonné que Delon dans certaines contrées. Concernant Delon à Tokyo il m'avait proposé de publier des données qu'il possédait nouvellement et j'ai d'ailleurs bien insisté pour qu'il fasse ce tableau rapidement, vous connaissez ici  mon admiration pour Delon qui est, je le rappelle, la star incontestable du blog (avec bien sûr Belmondo en n°2 et De Funes en n°3 ce qui esttrès logique). le tableau récap Delon est le plus vu à l'étranger du blog ( toujours avec Bebel qui suit).

        Didier était satisfait, à juste titre de proposer des chiffres que personne n'avait publié, et peut être aussi d'"épater" Laurent (je ne sais si le terme est approprié mais c'est celui qui me vient à l'instant "T") qui possède une base de chiffres étrangers sans équivalent à mon sens.et d'ailleurs Laurent était très intéressé  de découvrir ces chiffres. Maintenant je crois que tout à été dit et précisé sur le Bo Japonais qui reste encore mystérieux bien que Laurent à fait beaucoup de recherches pour tenter de démêler l'imbroglio entre des chiffres rentals, bruts, nationaux ou issus de ville clé au Japon. C'est compliqué et les données ne sont pas récentes. Mais Laurent en parlera bien mieux s'il le juge nécessaire, je ne veux ni déflorer ni altérer le travail des deux. C'est aussi pourquoi je n'intervient jamais ou très rarement dans leur travail. Je publie leurs articles tels quels, en l'agrémentant de quelques affiches (j'adore les affiches).  

        Concernant Belmondo à Tokyo et villes clé perso je suis pas spécialement client car ce qui est vrai c'est que Delon quelque soit la proportion de ses entrées était vraiment l'acteur français le plus régulier et la plus grande vedette française. Cependant Didier me semblait intéressé, c'est lui qui voit, mais à chaque fois cela l'oblige à consulter l'ensemble de ses nombreux documents.

        Didier a de plus beaucoup travaillé avant de partir sur les reprises bruxelloises de James Bond, je dois d'ailleurs le publier bientôt..les reprises bruxelloises c'est pas trop mon kiff, mais bon, vous devez le savoir depuis le temps je suis très fan de la saga BOND tout du moins celle de Sean Connery....   

    5
    adda chentouf
    Samedi 1er Septembre à 12:58
    adda chentouf

    Bonjour Renaud et merci pour toutes ces précisions. On ne peut être plus clair! 

    6
    Didier Noisy
    Lundi 10 Septembre à 16:11

    Bonjour à tous ! 

    Ca  y est, les vacances sont belles et bien terminées ! Maintenant, il faut faire face à la rentrée ! arf

    Ravi de voir que ce tableau de la carrière de Delon à Tokyo a pu être apprécié à sa juste valeur. Donc, merci de vos commentaires intrigués (voire enflammés) ! Ca pourrait donner lieu à d'autres tableaux d'acteurs/trices français (mais aussi étrangers), par la suite... 

    D'ailleurs, j'en profite pour ajouter un autre chiffre à cette longue liste. Dans ma précipitation d'envoyer le tableau à Renaud pour qu'il le publie, j'avais oublié de valider les résultats de "Doucement les basses". Si le film de Jacques Deray a bien fait une recette de 11 399 576 yens (21 714 entrées), lors de son exclusivité à Tokyo, le cumul de ses recettes avec les doubles programmes à Tokyo et certaines villes-clés se monte à 27 933 232 yens ! Renaud, je te laisse ajouter le chiffre au tableau... 

     

    @ Renaud, 

    Merci de n'avoir (presque) pas déformé mes propos, lors de notre conversation, hormis le fait que je n'ai pas réalisé ce tableau pour "épater" qui que ce soit ! Je déteste toute forme de "compétition" ou de "concours de quéquettes". Plus prosaïquement, il se trouve que je me suis retrouvé avec tous ces documents concernant le Box-office des films français à l'étranger - tu sais d'ailleurs très bien de quelle manière - et que, intrigué par certaines carrières d'acteurs/trices francais en fonction des pays, je me suis "amusé" à réaliser ce tableau, ci-dessus, pour partager ces données avec d'autres passionnés du blog... tout simplement.

    Maintenant, ces chiffres je peux aussi les garder pour moi, mais quel intérêt ? Communiquer des données (souvent inédites sur le net) du Box-office, n'est-ce pas ce que nous faisons sur ton blog, depuis déjà de nombreuses années ? yes 

     

    @ Adda, 

    Cher Adda, je me doutais bien que ce tableau ne vous laisserait pas totalement indifférent, vous qui êtes toujours à l'affût des résultats à l'international pour les films de Delon et de Belmondo (et qui d'autres ?). Pour vous répondre, concernant les chiffres de Belmondo au Japon, vous risqueriez d'être très déçu, tant les chiffres sont loin d'égaler ceux de Delon (en dehors de quelques gros films, comme ceux de Verneuil, par exemple). Mais, pourquoi pas, en effet, réaliser un tableau "comparatif".

    Après, on pourrait faire aussi la même chose pour les deux acteurs (et d'autres, donc), pour les pays d'Amérique Latine, la Belgique (Bruxelles), la Grèce (Athènes), l'Espagne (Madrid), la Suisse (Genève, Lausanne), etc... Mais, ça représente un boulot énorme pour aller puiser chaque résultat de chaque film dans chaque pays !!! Mais, si l'envie ne manque pas, ce n'est ni ma priorité et je n'ai pas forcément le temps de me pencher sur ce genre de tableau... pour le moment en tout cas ! no 

     

    @ Laurent, 

    Cher Laurent, je vais essayer d'être beaucoup plus court que ton (très long) commentaire, par manque de temps, quitte à y revenir plus tard...

    Tout d'abord merci de cette petite leçon sur l'histoire du Box-office japonais ! cool  Mais, comme l'a écrit Renaud plus haut, d'une part, je n'ai jamais prétendu être un spécialiste du B.O. nippon, ni aucunement écrit que Belmondo n'était pas aussi/ou plus populaire que Delon dans plusieurs autres pays ! Mais, en ayant survolé en diagonal les nombreux bulletins d'informations d'Unifrance que j'ai récupéré, il ne me paraît pas impossible que Alain soit un cran au-dessus de Bébel à l'international ! Et, d'autre part, ce que j'explique sur le "règne" de popularité de Delon sur ses compatriotes et le fait qu'il était LA locomotive du cinéma français est totalement VRAI !!!... Sur la période donnée où ses films sortaient au Japon ! Pour ta gouverne, je n'invente rien, puisque c'était ce qui ressortait la plupart du temps dans les bilans annuels d'Unifrance ! C'est sûr qu'on trouvera plus difficilement des films de Delon dans les années 1950's ou 1940's dans le B.O. japonais... et pour cause !

    Maintenant, je suppose - et j'espère - que le cinéma français a bien fonctionné au Japon dans les années 1950's ! D'ailleurs, dans ta liste des films français, on pourrait très bien ajouter des films comme, "Les grandes manoeuvres", "Le monde du silence" - voire "Les enfants du paradis" - qui ont été d'énormes succès ! Je ne doute pas qu'un Gabin puisse avoir été connu là-bas, mais entre être connu et être populaire, il y a une légère différence ! Maintenant, une fois de plus, je suis très mal informé pour savoir si des Gabin ou Fernandel (et autres) pouvaient être des stars aussi populaires qu'un Delon - quelques années plus tard - par exemple... 

    Concernant les films nationaux, c'est exactement ce que j'ai écris dans le préambule ! Chaque année, il y a quelques films qui se plaçaient dans le haut du classement... 

    Voila... pour le moment, car il faut que je me sauve... 

     

     

      • Laurent
        Mardi 11 Septembre à 07:59

        Didier,

        « je n'ai aucunement écrit que Belmondo n'était pas aussi/ou plus populaire que Delon dans plusieurs autres pays ». Ben en fait si :

        « Mais, à l'inverse, sur le marché international, c'est bien l'interprète de "Rocco..." et de "Plein soleil", qui était une véritable superstar ! »

        Alors si ce n’est pas ce que tu voulais dire, avoue que cette tournure peut prêter à confusion.

        Ensuite il semble que tu as lu mon très long (trop long pour toi sans doute) commentaire en diagonale. Et c’est bien dommage car s’il est si long c’est qu’il y a quelques explications qui t’aurait éviter d’écrire certaines choses.

        Alors pour TA gouverne, sache que les chiffres d’Unifrance sont INCOMPLETS. Même encore aujourd’hui. En particulier pour les USA et le JAPON. Tu découvres, ébahi, Unifrance, mais moi je pratique depuis 13 ans (je te rappel au passage que je suis adhérent Unfrance depuis tout ce temps). J’en veux pour preuve le chiffre de Buenos Aires pour « Le clan des siciliens » que tu as posté sur la fiche du film, où il manquait tout simplement les 2/3 des entrées. Et pour cause, il te manquait 6 semaines d’exploitation. De la même façon, que ce que tu dis sur Louis De Funès me laisse penser que tu n’as pas le chiffre suivant :

        « La grande vadrouille » : 144 674 entrées (ce qui n’est pas mal du tout quand on compare avec les chiffres de ton tableau) en seulement 6 semaines, et pour le seul quartier d’Hibiya (le Broadway/Manhattan de Tokyo). Après, je ne prétends pas avoir tous les chiffres du Japon, mais dire que De Funès ne fut pas populaire, sans avoir d’autres sources qu’Unifrance, qui sont potentiellement INCOMPLETS, c’est un peu osé.

        C’est ce que j’ai voulu démontrer dans mon très long commentaire.

        « Concernant les films nationaux, c'est exactement ce que j'ai écris dans le préambule ! Chaque année, il y a quelques films qui se plaçaient dans le haut du classement ». La encore ta tournure de phrase dans ton préambule est malheureuse. Je cite « seuls les gros films américains et quelques productions locales pouvaient se venter de faire mieux ». Ça peut prêter à confusion. Alors je le répète, non il n’y pas que les gros films américains qui faisaient mieux que les films de Delon, et ils étaient nombreux, et non ce n’est pas quelques films nationaux. 10 films sur une seule année ce n’est pas « quelques », ça commence à peser lourd. Sur 4 années que j’ai prises en référence, il y déjà 32 films japonais qui ont mieux marchés que Delon. Sur la période faste de l’acteur (1960-1975), c’est une centaine de films nationaux qui ont plus cartonné au box office nippon. Alors certes Delon était l’acteur français le plus populaire au Japon, certes, il était réellement célèbre là-bas, mais dans les salles, les vraies stars étaient avant tout japonaises. Et certains acteurs américains, John Wayne en tête, faisaient plus d’entrées que lui. Et le cinéma français n’avait pas besoin de lui pour faire des entrées (principe de la locomotive).

        Tu as découvert le BO nippon il y a trois mois, alors ne prend pas de haut ceux qui font des recherches sur ce territoire depuis plus de 15 ans, et qui ont plusieurs sources, et pas mal de données également, lorsqu’ils essayent de t’expliquer quelque chose. Tu es fan de Delon et tu t’es un peu enflammé, ça arrive, et il n’y a pas de honte à ça. J’ai simplement voulu remettre les choses à leur juste place.

    7
    Didier Noisy
    Mardi 11 Septembre à 12:37

    Laurent, 

    Où as-tu vu que je te prenais de "haut" ???!!! Essaye de bien lire entre les lignes aussi de ton côté ! Je le redis une fois de plus : je ne prétends pas avoir une grande connaissance du marché japonais, je prétends simplement avoir les chiffres (aussi "incomplets" soient-ils) devant moi ! 

    Concernant De Funès, évidemment si tu restes sur le seul exemple de "La grande vadrouille" qui est (et reste) son seul gros succès, je peux comprendre que tu puisses penser qu'il était très populaire au Japon. Bon, pour te rassurer, je te confirme que j'ai bien les résultats de "La grande vadrouille" sur Tokyo (les 144 000 entrées que tu donnes sont bien celles de son exclusivité réalisées à Hibiya en 42 jours), mais aussi sur les villes-clés... Mais, de ton côté, as-tu d'autres chiffres de ses films ? Oui ? Non ? Sinon en voilà quelques uns en vrac (uniquement sur Tokyo) : Le gendarme à Saint-Tropez (14 000 entrées), Fantomas contre Scotland Yard (18 000), Le gendarme à New-York (15 000), Le grand restaurant (14 000), Les grandes vacances (29 000), Le petit baigneur (28 000), La folie des grandeurs (15 000), Rabbi Jacob (20 000), etc... Quant à Oscar, Le tatoué, Le gendarme se marie, Hibernatus, L'homme orchestre, Le gendarme en ballade, sur un arbre perché et Jo, ils n'ont tout bonnement pas été importés au Japon !!! Donc, même avec des chiffres "incomplets", je ne sais pas pourquoi, mais "j'ose" affirmer que De Funès n'était pas très populaire au pays du soleil levant ! 

    Pour le reste de ton commentaire, concernant les films américains et les films nationaux, on va dire que c'est toi qui a raison - puisque ça fait plus de 15 ans que tu fais des recherches et que tu disposes de plusieurs sources - et on va arrêter de tergiverser ! 

     

      • Laurent
        Mercredi 12 Septembre à 07:42

        Salut Didier,

        Tout d’abord merci pour tous ces chiffres intéressants de De Funès, que tu as réussi à trouver très rapidement dans tes documents. Cela devrait donner de l’espoir à ceux qui attendent les chiffres de Belmondo, ils ne devraient pas trop tarder. Il suffit juste d’un peu de motivation…

        A propos de Louis De Funès, non, je n’ai pas d’autres chiffres que celui de la « Grande vadrouille », mais je ne m’en cache pas. Dès mon premier (très long) commentaire, dans la première phrase du 7° paragraphe, je dis justement que sur le Japon, je ne sais pas. Je n’ai pas honte de le dire. Mais vu comme tu en parlais, j’ai cru que tu n’avais pas les mêmes données concernant ce film.

        Car, j’enfonce le clou, les chiffres d’Unifrance ne sont pas plus fiables que ceux de l’observatoire Lumière. Ils ont les mêmes défauts, ils ne sont pas mis à jour systématiquement. C’est comme ça, je n’y peux rien. Ce qui n'enlève rien à leur intérêt, vu que ce sont parfois les seuls qui existent. J'ai comme exemple le chiffre allemand d'"Itinéraire d'un enfant gâté", il n'y a  que chez Unifrance qu'on puisse le trouver.. Je sens bien que tu crois que j’écris cela pour t’ennuyer, mais ce n’est que la vérité. J’ai les chiffres détaillés sur une cinquantaine de territoire pour 3500 films, provenant d’Unifrance, et, en particulier pour les USA et le Japon, il y a des chiffres incomplets. Pas tous, heureusement, mais il y en a. D’où l’intérêt d’avoir plusieurs sources. 

        Après tout, tu es le premier à pratiquer ainsi pour le BO France. C’est même comme cela que tu as relevé des « coquilles » dans les chiffres France/Paris du CNC. Alors pourquoi ça te chagrine quand je dis qu’il ne faut pas se fier à une seule source pour le Japon ?

        Pour répondre à ta question, ce qui m’a fait croire que tu me prenais de haute tiens 3 mots : « Pour ta gouverne », une expression assez typique d’une situation de ce genre. Le poids des mots Didier, le poids des mots. Mais on va dire que c’est encore une tournure malheureuse qui prêtait à confusion…

    8
    adda chentouf
    Mardi 11 Septembre à 15:22

    Salut Didier. C'est vrai que De Funes n'a pas cartonné au Japon, hormis " La grande vadrouille", au vu  des chiffres intéressants que vous nous communiquez-là. Mais je pense qu'un acteur ne peut pas cartonner partout et qu'il y'a toujours des territoires oû il est plus apprécié que dans d'autres.  Bébel , par exemple, était nettement plus populaire en Allemagne avec plusieurs films dans le Top 20 et même top 10 annuel  contre aucun pour Delon.

    Dans son excellent ouvrage "Delon/ Belmondo: destins croisés" (2004), l'auteur Philippe Durant , qui est un spécialiste des 2 acteurs et de Bébel surtout ( c'est son biographe officiel) il consacre un chapitre exhaustif à leur BO français mais précise qu'il ne disposait pas de leurs chiffres à l'étranger tant il est difficile de les avoir. Il écrit en introduction (page 5, je cite:) " Ils occupèrent les meilleures places du BO français et international, bousculant sans état d'ame des valeurs sûres qui se demandèrent ce qui leur arrivait. Belmondo et Delon furent des corsaires du BO, taillant la route à toute voilure et coulant avec un sourire de vainqueur quiconque leur barrait le chemin".

    Et dans un autre livre "Delon story" (1978) on lit en page 42 " Les fan de Delon et de Belmondo verront-ils réunis à nouveau leurs deux héros favoris? Rien ne le laisse prévoir, leur BO faisant merveille dans le "cavalier seul". Les recettes de leurs films, de par le monde, sont , quant à elles, équilibrées...".

     

    9
    Laurent
    Mercredi 12 Septembre à 08:05

    Pour en terminer avec le sujet, rappelons que ces chiffres ne sont que ceux des salles d'exclusivités (tout comme ceux en la possession de Didier concernant l’Amérique du sud). Ce qui est logique pour deux raisons. La plupart des films français, hormis ceux avec des poids lourds internationaux, n'étaient exploités que dans des salles de première exclus, ou dans les circuits de salles dites d'Art et d'essais.

    La deuxième raison, est que ces salles étant celles qui rapportaient le plus, c'est uniquement celles qui intéressaient les professionnels. C'est pourquoi pendant longtemps le Film Français ne donnait les résultats que de ces salles. Unifrance ne faisait donc pas exception à la règle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :