• ADIEU POULET - LINO VENTURA BOX OFFICE 1975

     

     

    ADIEU POULET


    10 DECEMBRE 1975

     

    ADIEU-POULET.jpg

    Réalisation

    Pierre GRANIER-DEFERRE

    Scénario

    Francis VEBER

    Photographie

    Jean COLLOMB

    Musique

    Philippe SARDE

    Production

    Alexandre MNOUCHKINE

    LES FILMS ARIANE

    Distribution

    C.C.F.C

    Durée

    92 minutes

    Tournage

     

    Commissaire VERJEAT

    Lino VENTURA

    Inspecteur LEFEVRE

    Patrick DEWAERE

    LARDATTE

    Victor LANOUX

    Juge DELMESSE

    Claude RICH

    LEDOUX

    Julien GUIOMAR

    PIGNIOL

    Pierre TORNADE

    PORTOR

    Claude BROSSET

    MOITRIE

    Gérard HEROLD

    La patronne du bordel

    Françoise BRION

    Roger

    Michel PEYRELON

     

    En effectuant une patrouille de nuit, en pleine campagne électorale, l'inspecteur Moitrié s'interpose dans une bagarre opposant des colleurs d'affiches. Cette intervention paralyse un temps les antagonistes, mais l'un d'eux sort un revolver et tire froidement sur le policier tandis qu'un peu plus loin un jeune homme gît à terre, mortellement blessé. Avant de succomber, Moitrié relève le nom du tueur qu'il a formellement identifié. Il s'agit de Portor, un dangereux repris de justice reconverti, pour l'heure, dans le maintien de l'ordre au sein de l'équipe de Pierre Lardatte, le "candidat de choc" des futures élections. Le commissaire Vergeat,redoutable enquêteur au palmarès impressionnant, et son adjoint Lefèvre, de vingt ans son cadet, désinvolte, arrogant mais tout aussi efficace , sont chargés de l'enquête.Lardatte prétend tout ignorer du recrutement de ses "gros bras", mais comme Vergeat insisite et risque de compromettre toute la campagne,grâce à des puissantes relations, il obtient que le commissaire soit muté. Celui-ci imagine de se faire alors faussement accuser de corruption pour pouvoir rester en ville et achever son enquête. Lefèvre commet alors un faux témoignage et les deux hommes, à la disposition de la justice locale,obtiennent du juge la permission de poursuivre leurs investigations. En apprenant toute la vérité après l'échec d'une opération spectaculaire pour capturer Portor, le chef de police met à pied Vergeat et Lefèvre. Un peu plus tard , Portor s'introduit chez Lardatte et le prend en otage. Contacté pour raisonner le gangster, Vergeat refuse d'intervenir arguant de son illégitimité territoriale...

     

     **********************************************************

    Lino Ventura vient de rencontrer un bide ausi énorme qu'inattendu avec "La cage" qui a suivi le triomphal "La gifle". C'est sans doute un épiphénomène tant la côte de Lino VENTURA est intacte. Toujours réalisé par Pierre-Granier DEFFERRE le film porte pourtant la griffe de Francis VEBER qui est à la fois scénariste et dialoguiste. DEFERRE se contentera de la mise en scène.

    On peut se poser la question de la légitimité de VEBER au scénario, car son style est très orienté vers la comédie. La réussite de VEBER est de proposer un film au scénario simple, clair, mais répondant aux standards du genre. C'est en effet un bon polar qui comporte pourtant de bons moments ironiques, voire drôles, surtout dans la description d'une certaine police et une critique de la politique des années 70. Les politiciens sont des ripoux et ça, on le savait depuis longtemps.

    Un peu calqué sur le modèle du flic dans "Dernier domicile connu", Lino VENTURA interprète un commissaire bon comme le bon pain. Un gars qui sait mener ses hommes, mais qui est juste, respecté. Un incorruptible qui n'apprécie pas les rapprochements entre la politique et la police.

    Il est aidé par un jeune inspecteur membre de sa brigade, joué par Patrick DEWAERE. L'acteur sort auréolé du triomphe des "Valseuses" et représente la jeune génération  qui va renverser celle installée depuis 15 ou 20 ans en haut de l'affiche. Lino VENTURA est plutôt un acteur connu pour être strict sur les tournages alors que DEWAERE appelle plutôt à la désinvolture. A priori, VENTURA et DEWAERE vont plutôt bien s'entendre sur le tournage, tout au plus Lino lui rappellera les vertus de la ponctualité de temps à autres.

    Cette alchimie fonctionne bien à l'écran d'autant plus que Verjeat encadre le jeune chien fou qu' est LEFEVRE.

    La première scène présente les deux policiers qui se rendent dans un établissement spécialisé de luxe où un habitué à rendu l'âme durant ses péripéties. Tandis que Verjeat s'occupe sobrement de l'affaire avec la tenancière du claque, LEFEVRE lui rigole avec une des professionnelles. En rentrant, les deux hommes ainsi qu'un autre membre de la brigade, Moitrié, se dirigent sans le savoir vers un groupe de colleurs d'affiches nocturnes qui se sont fait agresser par un groupe mené par Portor une brute bien connue de la police. Portor tue un des colleurs d'affiche. Seul, Moitrié, se dirige vers le groupe et tente de les arrêter, il est mortellement blessé.

    Après la perte d'un de ses hommes, Verjeat est bien décidé à le venger. Mais sa hiérarchie lui fait comprendre qu'il faut y aller "mollo", car un homme d'influence, un politicien au nom de Lardatte, pourrait être impliqué dans l'histoire pour avoir embauché Portor.

    L'occasion pour VEBER de présenter une description plutôt à charge de la hiérarchie de Verjeat.  Julien GUIOMAR est génial en Directeur, pas vraiment un ennemi de Verjeat, mais méfiant quant à ses méthodes. PIGNIOL au nom rigolo, est le con habituel chez VEBER. Collègue de Verjeat, c'est un abruti finit qui ne rêve que de lui prendre sa place. Dire que Pierre TORNADE en fait un con d'anthologie est un euphémisme.

    La première rencontre en Verjeat et Lardatte est plutôt fraîche. Le policier flaire de suite qu'il est un suspect très légitime. Mais bon... l'enquête suis son cours et Verjeat doit désarmer le père du colleur d'affiche mort qui s'est réfugié à la Mairie de la ville. Lardatte dit vertement à Verjeat de faire son travail. Verjeat se fera un malin plaisir de faire parler le forcené et de faire entendre par haut parleur toute sa diatribe envers Lardatte .

    Verjeat va payer l'addition: il aura une belle promotion à Montpellier et doit lâcher l'enquête rapidement pour faire la passation du dossier à PIGNOL qui jubile.

    Verjeat et Lefevre qui possèdent peu de temps devant eux, mettent au point un plan osé: se faire descréditer au yeux de la police. Ils seront convoqué par le juge DELMESSE joué à la perfection par un Claude RICH des grands jours. Le juge transpire sa haine envers les deux hommes.

    La machination porte ses fruits. Lardatte propose à Verjeat de l'aider contre de menus services. Les preuves de sa culpabilité vont enfin arriver. Mais trop tard pour Verjeat. Il rate avec LEFEVRE l'arrestation de Portor. L'occasion d'une belle scène de cascade sur le haut d'une grue, qui voit LEFEVRE se sauver au dernier moment. Verjeat avoue son stratagème à Ledoux et Pigniol. La réaction est immédiate, Verjeat est renvoyé dans ses murs et doit se rendre à Montpellier dans les plus brefs délais....

    Francis VEBER concocte une dernière scène remarquable:

    Verjeat et Lefevre se rendent en centre ville. Ledoux et Pigniol gèrent une situation très délicate. Lardatte est pris en otage par Portor. Mais ce dernier ne veut parler qu' à Verjeat. Ledoux demande à Verjeat de parler à Portor et de ne pas faire l'imbécile.

    Verjeat saisit le mégaphone et crie "Verjeat ? Il est à Montpellier, Verjeat !" puis se tournant vers LEFEVRE il s'en và en lui disant "Adieu, poulet...".

    C'est certain que VEBER s'est amusé à construire le film pour le clou final, hilarant.

    Le film s'avère être un petit classique du genre. C'est fort bien écrit et fort bien joué. Lino VENTURA est impeccable comme d'habitude et DEWAERE apprend bien la leçon et ne tire pas la couverture à lui. C'est un bon équilibre.

    Les seconds rôles sont épatants. Julien GUIOMAR, Pierre TORNADE, Claude BROSSET en brute épaisse ainsi que Françoise BRION en tenancière de maison close un peu sur le retour... Mention très bien à Victor LANOUX qui interprète une belle ordure corrompue.

    C'est un très beau succès dans une année 1975 qui ne manque pas de réussites françaises. Le film fait un score équivalent à "Flic Story" avec DELON et TRINTIGNANT. Les satrs des années 70 sont toujours présentes au box office et Patrick DEWAERE confirme tous les espoirs mis en lui. Lino VENTURA peut être rassuré c'est beau et franc succès qui va le conforter à choisr des rôles un peu plus diffciles pour les films suivants.

    Pour VEBER c'est un nouveau succès. Vedette incontestée des scènaristes et dialoguistes français il va se risquer à la réalisation avec "Le jouet". 

       
     

    CATEGORIE

    RANG

    NOMBRE

    SALLES

    ENTREES FRANCE

     

    1 945 400

     

    ENTREES PARIS

     

    424 784

     

    ENTREES BANLIEUE

     

    229 805

     

    TOTAL PARIS BANLIEUE

     

    654 589

     

     

     

     

     

    1ère semaine

    1

    106 838

    25

    2ème semaine

    3

    73 949

     

    3ème semaine

    4

    97 570

     

    4ème semaine

    4

    79 867

     

    5ème semaine

    5

    46 096

     

    6ème semaine

    8

    36 546

     

    7ème semaine

    7

    27 933

     

    Nombre de semaines Paris

     

    19

     

    Moyenne salles Paris 1ère sem

     

    4 274

     

    1er jour Paris

     

    12 692

     

    Cote du succès

     

    * * *

     

     ADIEU POULET BANDE ANNONCE

     

    Générique : https://www.youtube.com/watch?v=ad2Cuizmhns

    Adieu poulet : https://www.youtube.com/watch?v=X6kW50FQNpw

     

     

    ADIEU POULET - LINO VENTURA

     

    vlcsnap-2011-01-12-16h36m51s83.png

     

    ADIEU POULET - VICTOR LANOUX

     

    vlcsnap-2011-01-12-16h42m17s16.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-16h43m57s243.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-16h51m17s42.png

     

    ADIEU POULET - PATRICK DEWAERE

     

    vlcsnap-2011-01-12-16h51m53s149.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h08m28s110-copie-1.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h21m25s202.png

     

    ADIEU POULET - LINO VENTURA

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h26m01s139.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h42m08s83.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h43m22s59.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h46m22s67.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h48m01s32.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h51m08s112.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h51m46s232.png

     

    vlcsnap-2011-01-12-17h52m02s133.png

     

     

    .

    « CADAVRES EXQUIS - LINO VENTURA BOX OFFICE 1976LA CAGE - LINO VENTURA BOX OFFICE 1975 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :