• ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

    ADIEU L'AMI

    14 AOUT 1968

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

    • Réalisateur : Jean Herman
    • Scénariste : Jean Herman d'après le roman de Sébastien Japrisot
    • Directeur de la photographie : Jean-Jacques Tarbès
    • Musique originale : François de Roubaix
    • Pays d'origine : Drapeau de la France France, Drapeau de l'Italie Italie
    • Producteur : George Silberman
    • Format : Couleur par Eastmancolor — 1.66:1 — Son monophonique - 35 mm
    • Genre : thriller, drame
    • Durée : 110 minutes (h 50)
    • Tournage : 15 janvier 1968 - 9 mars 1968 
    • Distribution : CCFC

     

    • Alain Delon : Dino Barran
    • Charles Bronson (VF : John Berry) : Franz Propp
    • Olga Georges-Picot : Isabelle Moreau
    • Brigitte Fossey : Dominique Austerlitz, dite « Waterloo »
    • Bernard Fresson : l'inspecteur Meloutis
    • Jean-Claude Balard : l'inspecteur de police
    • Guy Delorme : l'homme de Neuilly

     SYNOPSIS

    Marseille, en hiver, au lendemain de la guerre d'Algérie. Un paquebot ramène en France des légionnaires, parmi lesquels un médecin, Dino Barran. Dès son arrivée, celui-ci est abordé par une jeune femme qui recherche son ami, un certain Mozart. Dino dit ne pas le connaître. Il fait bientôt la connaissance de Franz Propp, légionnaire lui aussi, qui semble vouloir se lier avec lui. Isabelle Moreau, la jeune femme qui l'avait abordé à son arrivée, retrouve bientôt Dino. Elle avait fait engager Mozart dans son entreprise, comme médecin chargé de faire passer les visites médicales. Dino part avec elle pour Paris et prend la place de Mozart. Isabelle le convainc de l'aider à remettre dans le coffre de la société des titres qu'elle avait dérobés. Une caméra doit filmer l'ouverture du coffre et ainsi permettre à Dino et Isabelle d'en connaître la combinaison. Mais ils ne réussissent à découvrir que trois chiffres sur sept. Dino décide malgré tout de tenter le coup : les fêtes de Noël lui permettront de passer trois jours et trois nuits à essayer de trouver la combinaison. Franz Propp, qui semble avoir suivi Dino à Paris, fera partie de l'expédition, bien que Dino ne le souhaite pas. Propp s'intéresse quant à lui à la très grosse somme d'argent que doit contenir le coffre. Les deux hommes finissent par ouvrir celui-ci, mais il est vide. Ils découvrent bientôt un des vigiles de la société, tué de quatre balles de revolver, Lorsque les bureaux de la société ouvrent de nouveau, ils réussissent à s'enfuir. Ils veulent partir pour Marseille, en faisant mine de ne pas se connaître. La police leur tend un piège à Orly : Franz est arrêté, tandis que Dino se réfugie chez son assistante dans la société, Dominique Austerlitz, surnommée "Waterloo". A la police, Franz nie connaître Dino, qui, de son côté, découvre qu'Isabelle s'est présentée à lui sous un faux nom. Il convainc "Waterloo " de l'accompagner dans son ancien bureau pour découvrir la véritable identité d'Isabelle. Mais celle-ci l'attend, son propre revolver à la main : elle a tout organisé avec la complicité de " Waterloo " pour dérober l'argent et faire porter tous les soupçons sur Dino et Franz. Les policiers sont lit eux aussi, qui abattent les deux femmes. Devant l'inspecteur Meloutis. Dino et Franz persistent à feindre de ne pas se connaître : pas un regard complice, pas un sourire ne les trahit. Propp prend juste la main de Dino dans les siennes, pour allumer une cigarette. Emmené par Méloutis, Dino lui hurle au visage le mot de Propp : « Yeahhh !!! »

     

     ANALYSE ET BOX OFFICE

     

    Pour son retour en France après un intermède hollywoodien Alain Delon aura connu du bon et du moins bon au box office. Certes "Les aventuriers" est un franc succès, mais " Le Samouraï" fonctionne en demi-teinte et à la fin de l'année "Diaboliquement vôtre" un thriller honnête n'a pas marché. En 1968 "la Motocyclette" film inattendu ne fonctionne pas vraiment, dès lors l'acteur a besoin d'un bon succès pour se remettre en selle. Pour Charles Bronson c'est une carrière qui végète. Il a du repasser par la case télévision qu'il pensait ne plus utiliser et il fustige son agent qui ne lui trouve pas de bons films pour faire décoller sa carrière. Et si le salut venait de l'Europe ? Alain delon est connu dans le monde entier alors pourquoi ne pas accepter de tourner dans ce polar étonnant de Jean Herman d'après un livre de Sébastien Japrisot ? Et puis certainement que l'acteur n'est pas trop cher, il faut dire que le réalisateur va se plaindre d'un budget qui ne permet pas toutes les folies. Cela tombe bien une bonne partie du film sera en huis-clos. Delon désire un acteur physique et aussi connu que lui. Pour le physique aucun problème Charles Bronson étant affuté comme une serpe, pas un poil de graisse, que du muscle. Pour accompagner les deux acteurs, Bernard Fresson trouve un bon emploi dans le rôle de l' inspecteur de police, un bon bougre sous des airs bourrus. au niveau des actrices Olga Georges-Picot interprète la fourbe Isabelle et Brigitte Fossey celui de "Waterloo". 

    Ayant découvert le film à la télévision j'avoue ne pas avoir compris de prime abord le scénario tarabiscoté de Jean Herman et d'ailleurs au fur et à mesure du déroulement de l'intrigue celle-ci devient de plus en plus abstraites. Mais qu'importe parce que Baran et Propp ( cela fait un peu Starsky et Hutch ou Tango et Cash) ils ont fière allure, il faut dire que Delon et Bronson ce sont deux sacrés bestiaux. Comme d'habitude Delon est toujours un peu pisse froid tandis que Bronson est beaucoup plus sympathique. De là à dire qu'il va piquer la vedette à Delon il n y a qu'un pas. Bref, on s'en fiche in peu comment, mais à cause de la diabolique Isabelle les deux vont se retrouver enfermés ensemble durant trois longues journées. D'abord les deux hommes ne s'apprécient pas, mais leur mésaventure dans la banque va forger une belle amitié. C'est que c'est quand même un film d'homme qui sent bon la sueur et la testostérone. Torse nu, transpirant les deux félins mettent tout en œuvre pour se sortir de la souricière.

    Pendant que Dino tente de résoudre l'énigme du film (moi aussi), Franz se retrouve aux mains de l'inspecteur Meloutis, interprété par un excellent Bernard Fresson, qui va jouer au chat et à la souris avec lui. mais le chat c'est plutôt Franz qui joue. D'ailleurs un de ses jeux favoris est de plonger des pièces de 5 francs dans un verre rempli sans le faire déborder. C'est un des gimmicks du film avec le fameux "yeah" qui ponctue de nombreuses phrases de Franz.

    "Adieu l'ami" est plus un film attachant qu'un grand polar. La présence de Bronson et de Delon nous suffit amplement pour en faire un film de genre qui a gagné une belle réputation avec les années. Et qui dit film de genre dit grande bande originale avec celle de François de Roubaix, percutante et obsédante. Une musique indissociable du film.    

    Le film sort à paris le 14 août 1968 dans la torpeur des salles parisiennes où les reprises comme "Spartacus" ou des séries B occupent mollement le box office. Il a au moins l'avantage d'être le premier film de la rentrée même si généralement celle-ci a lieu un peu plus tard. Il sort au Rex, l'Ermitage, la Rotonde et le Telstar. Sans aucune difficulté il prend la tête du box office avec un score raisonnable de 53 385 entrées laissant la concurrence loin derrière. Ce n'est toutefois pas ce qu'on appelle un carton. Le film perd sa première place la semaine suivante face à "Pancho Villa" avec Charles Bronson encore. Est-ce la présence de Charles Bronson sur les écrans parisiens, un bouche à oreille qui prend forme, mais le film reprend la tête en troisième semaine avec pratiquement le même score qu'en première semaine. Il perd encore peu d'entrées en semaine 4 et 5, oui le bouche à oreille est bien là. Au total le film va attirer pas moins de 925 000 spectateurs sur Paris et sa banlieue. Ce succès "parisien" permet au film de bien figurer au classement hebdomadaire français. Les 8 premiers mois ont vu une domination sans partage des films avec Louis De Funes, domination totale amorcée depuis 1967. "Adieu l'ami" parvient à s'incruster dans le top 5 avec un score relativement modeste de 70 000 spectateurs en seulement 13 salles, mais signe d'un bouche à oreille positif et sans scores hebdomadaires exceptionnels le film va rester 13 semaines de suite dans le top 10 hebdomadaire dont 4 semaines à la seconde place. Ce succès sur la durée sera couronné par la 10ème place annuelle au top français un bel exploit pour un film qui a multiplié par  37 son score de la première semaine.

    C'est bien sûr une bonne nouvelle pour Alain Delon qui prouve qu'on peut compter sur lui au box office et qu'il est de retour. Pour Charles Bronson c'est le premier succès avec le public français. Une rencontre qui ne va cesser de s'amplifier dans les années suivantes. de fait les deux acteurs vont trouver une belle série de succès à partir de ce film qui leur a porté chance.  

    - Outre les chiffres indiqués  pour sa première semaine France, voici le détail des exclusivités sur les villes-clés de province où le film de Jean Herman a réalisé des entrées lors de sa semaine de démarrage en fonction des villes ( source Didier Noisy) :   Semaine du 14 au 20 août 1968 : Nice (Forum, Variétés) : 7 555 entrées  (1ère semaine) -  semaine du 21 au 27 août 1968 : Lille (Ritz) : 4 797 entrées  (1ère semaine) Nice (Forum, Variétés) : 5 643 entrées  (2ème semaine) Semaine du 28 août au 3 septembre 1968 : Strasbourg (Vox) : 8 502 entrées  (1ère semaine) Semaine du 25 sept. au 1er octobre 1968 : Nantes (Colisée) : 5 586 entrées  (1ère semaine) Toulon (Royal) : 5 470 entrées  (1ère semaine) Toulouse (Variétés) : 7 812 entrées  (1ère semaine) Semaine du 2 au 8 octobre 1968 : Lyon : 3 semaines d'exclusivités à la 'Scala' : 17 672 entrées  Semaine du 9 au 15 octobre 1968 : Bordeaux (Rio) : 2 660 entrées  (1ère semaine) Grenoble (Ariel) : 4 690 entrées  (1ère semaine) Semaine du 16 au 22 octobre 1968 : Marseille (Capitole, Hollywood) : 15 702 entrées  (1ère semaine) Metz (Palace) : 9 501 entrées  (1ère semaine)

    - Le film sort en exclusivité à Bruxelles le 3 octobre dans 3 salles, le Marivaux, Empire et le Vendôme. Choix étrange le film sera en concurrence avec "Ho!" avec Jean-Paul Belmondo. Le film avec Belmondo s'impose largement et "Adieu l'ami" termine à la seconde place du box office hebdomadaire avec 674 000 francs belges de recettes (environ 12 200 spectateurs). la semaine suivante il glisse à la 3ème place avec 476 300 francs belges de recettes. Au terme de son exclusivité bruxelloise le film a rapporté la recette correcte de 1 987 000 francs belges soit environ 36 000 spectateurs. un succès correct mais dont l'ampleur avec la France est moindre.

    - En Italie le film remporte un fort succès avec une recette de 1.15 milliards de lires ce qui équivaut a environ 3 800 000 spectateurs et une belle 21ème place au classement de la saison 1968/69. Si Alain Delon est coutumier des succès en Italie c'est également le point de départ de la grande histoire entre Charles Bronson et ce pays. Au delà de cela Charles Bronson assez anonyme aux USA va entretenir une grande période de succès en Europe en tant que vedette américaine.  

    - A Tokyo, le film est sorti le 29/10/68 (distribué par Nippon Herald ) et a réalisé 162 618 entrées (68 582 622 yens), lors de sa première exclusivité. Adieu l'ami ressort le 11/11/72 à Tokyo, réalisant 122 087 entrées (73 552 865 yens) de mieux. Ce qui fait que, le cumul aidant, le film devient le plus gros succès de Delon à Tokyo, devant "Soleil rouge" ! (Source Didier Noisy)

    - A Athènes, le film est ressorti le 14/01/74 (distribué par Savas Films), réalisant 24 042 entrées, au cours de sa nouvelle exploitation (source Didier Noisy)

     

    CATÉGORIE RANG ENTRÉES SALLES
    ENTRÉES FRANCE 10 2 639 716
     
    1ère semaine FRANCE 5 70 759
    13
    2ème semaine FRANCE 3 61 074
    23
    3ème semaine FRANCE  2
    68 720
    16
    4ème semaine FRANCE  2 74 356
     20
    5ème semaine FRANCE 2  99 041
     23
    6ème semaine FRANCE 3
    84 536
     20
    7ème semaine FRANCE 3 86 625
     25
    8ème semaine FRANCE 2 107 282
    32
    9ème semaine FRANCE  4 91 365
    34
    10ème semaine FRANCE  2 96 637
    37
    ENTRÉES PARIS BANLIEUE   925 000
     
    1ère semaine 1 53 385
    4
    2ème semaine 2 38 762
     
    3ème semaine 1 51 551
     
    4ème semaine 2 47 083
     
    5ème semaine 2 41 248
     
    6ème semaine 3 38 340
     
    ENTRÉES ITALIE
     21 3 800 000
     
    BOX OFFICE ESPAGNE   882 555
     
    BOX OFFICE USA  107 900 000 $ net  
    BOX OFFICE TOKYO
      284 705  
    Cote du succès   * * * * *
     

     

      

     

     

     

     

     

    ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON - ADIEU L'AMI

     

    vlcsnap-2010-07-08-21h59m27s90.png

     

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h00m58s235.png

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h05m52s103.png

     

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h08m12s220.png

     

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h11m40s253.png

     

    CHARLES BRONSON -ADIEU L'AMI

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h16m36s140.png

     

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h22m12s173.png

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h28m04s103.png

     

    vlcsnap-2010-07-08-22h31m30s117.png

     

    ALAIN DELON - ADIEU L'AMI

     

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

    AFFICHE ALLEMAGNE

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON AFFICHE ALLEMAGNE

     

    ADIEU L'AMI - CHARLES BRONSON AFFICHE ALLEMAGNE

     

    AFFICHE ESPAGNE

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX AFFICHE ESPAGNE

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

    AFFICHE ARGENTINE

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON AFFICHE ARGENTINE

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

     

    AFFICHE DANEMARK

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

     

    AFFICHE GRECQUE

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

     

    AFFICHE SUEDE

     ADIEU L'AMI - ALAIN DELON AFFICHE SUEDE

    AFFICHE JAPON + 45 TOURS

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON AFFICHE JAPON

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON 45 TOURS JAPONAIS

    .

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968


    AFFICHE UK

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON AFFICHE UK

     

     

    AFFICHE USA

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

     

    45 TOURS FRANCE

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968

    45 TOURS BRESIL

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON 45 TOURS BRESIL

     

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

    photo Vincent Rossel

     

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

     

    photo Vincent Rossel

    ADIEU L'AMI - ALAIN DELON ET CHARLES BRONSON BOX OFFICE 1968

    photo Vincent Rossel

     

     

     

    « LA PISCINE - ALAIN DELON BOX OFFICE 1969LA MOTOCYCLETTE - THE GIRL ON A MOTORCYCLE - ALAIN DELON BOX OFFICE 1968 »
    Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    laurent
    Mardi 19 Juin à 06:47

    Le film marcha également bien aux USA puisqu'il rapporta $900 000 recettes distributeur, une bien belle somme pour un film français de l'époque.

      • Mardi 19 Juin à 11:39

        Merci Laurent le chiffre est intégré au tableau. Rien qu'avec la France, l'Espagne et l'Italie le film a attiré 7 300 000 spectateurs. Un joli score pour un polar. 

    2
    adda chentouf
    Mardi 19 Juin à 20:04

     

    "Adieu l'ami, que je n'ai découvert qu' en 1987 en vidéo, a bien été distribué chez nous vers 1971/72 et marcha très bien d'après des amis qui l'avaient vu au cinéma à l'époque. Mais je vais bien trouver des informations sur ce film que j'aime bien, un jour, au fur et à mesure de mes recherches. Merci pour cette superbe fiche.

    PS   j'aimerai connaitre le score de "Ho" en Belgique. Merci

      • Mardi 19 Juin à 20:48

        Bonsoir Adda

        Attention je ne parle que des recettes Bruxelloise et en exclusivité, les films poursuivaient leur carrière au-delà.

        Ho !: a rapporté un petit peu plus que "Adieu l'ami", il a attiré environ 40 000 spectateurs avec 2.4 millions de francs belges. A titre d'exemple "Le petit baigneur" a rapporté plus de 10 millions de francs en 1968 soit environ 200 000 entrées. Le livre de la jungle 13.2 millions  soit 220 000 entrées. Ce sont des scores très importants pour Bruxelles.

        En général les succès de Bruxelles suivaient les succès parisiens, cependant des films comme 2001 et surtout le Lauréat (confidentiel en France) ont proportionnellement beaucoup mieux marché a Bruxelles, surtout Le Lauréat qui a fait environ 90 000 entrées en exclu à Bruxelles. j'ai assez peu de données sur Bruxelles dont si je ne l'indique pas sur une fiche c'est que je n'ai pas le renseignement..  

         

         

    3
    Didier Noisy
    Jeudi 21 Juin à 00:27

    Eh beh, elle est bien fournie aussi, cette fiche ! Chapeau pour le boulot de recherches ! Je me souviens d'avoir pris des clichés de l'affiche du film, où dessus étaient indiquées les sorties dans les autres pays. Je ne me souviens plus si je te l'avais envoyé, il y a longtemps... Je refouillerai dans mes archives, et je te renverrai ça, car de mémoire les infos étaient sympas et totalement inédits sur le net... 

    Il est intéressant de voir les petites différences qu'il y a entre le générique du film dans la version française : http://www.youtube.com/watch?v=z2jZG_Ke3uE  et la version anglo-saxonne ("The Code") : http://www.youtube.com/watch?v=KxX0fAizoYY  

    Je reviendrai sur cette fiche un peu plus tard pour agrémenter tout ça de quelques détails chiffrées... 

     

    4
    Didier Noisy
    Samedi 23 Juin à 00:41

    ... et pour revenir à mon message précédant, en visionnant bien la version anglo-saxonne, on peut aisément voire que ce n'est pas une version doublée (les américains détestent ça... tout comme les versions sous-titrées !), mais bien une version tournée en anglais (les vrais voix et mouvements des lèvres de Delon et des autres acteurs français), comme il était souvent pratiqué à l'époque (voir des films comme "Le clan des Siciliens', "Le cercle rouge", ect...) 

     

    Bon, alors, les chiffres d' Adieu l'ami

    Outre les chiffres indiqués dans l'article ci-dessus, pour sa première semaine France, voici le détail des exclusivités sur les villes-clés de province où le film de Jean Herman a réalisé des entrées lors de sa semaine de démarrage en fonction des villes : 

     

    Semaine du 14 au 20 août 1968 :

    Nice (Forum, Variétés) : 7 555 entrées  (1ère semaine) 

     

    Semaine du 21 au 27 août 1968 :

    Lille (Ritz) : 4 797 entrées  (1ère semaine) 

    Nice (Forum, Variétés) : 5 643 entrées  (2ème semaine) 

     

    Semaine du 28 août au 3 septembre 1968

    Strasbourg (Vox) : 8 502 entrées  (1ère semaine) 

     

    Semaine du 25 sept. au 1er octobre 1968

    Nantes (Colisée) : 5 586 entrées  (1ère semaine) 

    Toulon (Royal) : 5 470 entrées  (1ère semaine)

    Toulouse (Variétés) : 7 812 entrées  (1ère semaine) 

     

    Semaine du 2 au 8 octobre 1968

    Lyon : 3 semaines d'exclusivités à la 'Scala' : 17 672 entrées

     

    Semaine du 9 au 15 octobre 1968

    Bordeaux (Rio) : 2 660 entrées  (1ère semaine)

    Grenoble (Ariel) : 4 690 entrées  (1ère semaine) 

     

    Semaine du 16 au 22 octobre 1968

    Marseille (Capitole, Hollywood) : 15 702 entrées  (1ère semaine) 

    Metz (Palace) : 9 501 entrées  (1ère semaine) 

    etc, etc... 

     

    Concernant les résultats à l'étranger, 

    à TOKYO, le film est sorti le 29/10/68 (distribué par Nippon Herald ) et a réalisé 162 618 entrées (68 582 622 yens), lors de sa première exclusivité. 

    Adieu l'ami ressort le 11/11/72 à Tokyo, réalisant 122 087 entrées (73 552 865 yens) de mieux. Ce qui fait que, le cumul aidant, le film devient le plus gros succès de Delon à Tokyo, devant "Soleil rouge" ! 

    Delon, superstar au Japon ? Je peux vous certifier que ce n'est pas une légende !!! 

     

    à ATHENES, le film est ressorti le 14/01/74 (distribué par Savas Films), réalisant 24 042 entrées, au cours de sa nouvelle exclisivité 

     

    Voilà... pour le moment... wink2

     

    5
    laurent
    Samedi 23 Juin à 15:37

    Et comment que c’était une star au Japon ! Mais nous n’en doutions pas ;-)

    « plein soleil » 4° plus gros succès des films étrangers en 1960

    « Mélodie en sous-sol » 6° des films étrangers en 1963

    « La motocyclette » 14° plus gros succès de l’année au Japon en 1969

    « Soleil rouge » 5° des films étrangers en 1972

    « La race des seigneurs » 12° plus gros succès national en 1975

    « Zorro » 14° plus gros succès national en 1975 (quelle année)

    En plus du « Clan des siciliens « et de « Adieu l’ami » donc…

    Par contre « Soleil rouge » cumulerait plus de 195 millions de yens selon mes sources, soit plus qu’ »Adieu l’ami ».

    6
    Didier Noisy
    Lundi 25 Juin à 04:19

    Hello Laurent, 

    Oui, c'est sûr que pour tout "boxoffile" un tant soit peu connaisseur, la popularité de Delon en Asie (en général) et au Japon (en particulier), tout comme dans d'autres pays (Italie, Espagne, Belgique, Amérique Latine, etc...), ne fait aucun doute. C'est de notoriété publique ! Pendant des années, au Japon, il a même été le fer de lance de la délégation du cinéma français ! Au Box-office, il y avait les films de Delon... et ceux des autres acteurs/trices ! 

    Mais, quand on lit dans nombre de biographies ou d'articles que Delon a été une superstar en Asie, sans résultats concrets (ou au moins des estimations ou un ordre d'idée), ça reste vague, tant qu'on n'a pas la preuve "en chiffres" sous les yeux... C'est l'un des avantages du B.O. en général. Les chiffres parlent d'eux-mêmes et peuvent se passer de commentaires ou de superlatifs... 

    Pour revenir aux chiffres et classements que tu donnes en exemple, j'ai grosso-modo la même chose. Sauf que, concernant les classements annuels et/ou les recettes de "Soleil rouge", il s'agit en fait des résultats/classements des exclusivités sur Tokyo uniquement. Et si, effectivement, les recettes en yens du film de Terence Young dépassent celles du film de Jean Herman, il se trouve qu'en terme d'entrées "Adieu l'ami" est bien le plus gros succès de Delon sur Tokyo ( il en est peut-être autrement sur l'ensemble du territoire), grâce à ses deux exploitations. Maintenant, il se peut aussi que "Soleil rouge" ait pu aussi bénéficié d'une réédition, ce qui au vu du casting Bronson/Delon/Mifune, ne m'étonnerait pas, mais j'avoue ne pas avoir de trace d'une reprise dans la période donnée indiquée dans mes documents. il y a certainement aussi une histoire d'inflation. La première sortie de Adieu l'ami datant de 1968, et celle de Soleil rouge de 1971...  ;-)

    Concernant le classement de l'année 1975 dont tu fais mention, Môssieur Delon se permet même de placer 3 films dans le Top 17 (sur une liste de 156 films !) des films étrangers sortis en exclusivités à Tokyo ("La race des seigneurs" (12ème), "Zorro" (13ème) et "Borsalino and Co" (17ème) ! yes   Pour l'année 1975, Delon c'est plus de 684 millions de yens (et plus de 757 000 entrées !) en 4 films (en comptant aussi "Les seins de glace") ! Qui dit mieux ? 

     

    7
    laurent
    Lundi 25 Juin à 21:41

    "Au Box-office, il y avait les films de Delon... et ceux des autres acteurs/trices ! "

    Tout à fait. Il faut toutefois rappeler que c'était une époque (les années 50 à 70) où le cinéma français s'exportait merveilleusement bien, y compris au Japon. Et que d'autres acteurs français y ont connu quelques grands succès (Marais, Philippe, Gabin). Et que la popularité de Delon au pays du soleil levant est remarquable principalement pour un acteur français. C'est le seul qui était une star à part entière effectivement, maison était quand même loin d'un Toshiro Mifune ou de quelques stars locales. Et même, pour comparer avec d'autres acteurs occidentaux, ce n'était quand même pas du niveau d'un John Wayne, d'un Gary Cooper ou d'un Gregory Peck il me semble.

    Pour l'anecdote, Delon est devenu célèbre au Japon suite à une pub pour une voiture, avant même la sortie de "Plein Soleil", selon ses dires.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :